Catégories

Recherche

Nos partenaires

Réponses à vos questions: bouturer un saule pleureur

Question

J’ai planté un saule pleureur qui s’est desséché, mais qui produit des repousses à la base. J’ai fait bouturer 3 tiges dans l’eau en septembre et elles ont pris racine, mais les feuilles qui sont apparues se sont desséchées depuis. Quand puis-je les transférer au jardin? Aussi, pourrais-je laisser pousser une tige du plant d’origine en éliminant les autres afin de faire un nouveau tronc?

Réponse

Il faut savoir que le saule pleureur commun (Salix x sepulcralis chrysocoma, anciennemment S. alba ‘Tristis’ ou S. babylonica ‘Trisits’) réussit rarement très bien dans notre région, étant très sujet aux maladies sous notre climat somme toute assez pluvieux. En général, il perd beaucoup de rameaux, pousse sans beaucoup de vigueur et ne devient pas beau et fourni comme les spécimens qu’on voit plus à l’ouest, où les étés sont plus secs. Ma première suggestion serait donc de vous dire de vous procurer un saule pleureur mieux adapté à nos conditions, comme le saule ‘Prairie Cascade’ (S. ‘Prairie Cascade’), qui semble pousser à merveille ici.

Photo: scrisman

Comment maintenir votre saule pleureur d’origine?

Par contre, si vous tenez à essayer de maintenir votre saule pleureur d’origine, voici quelques idées.

Il est vrai qu’on peut partir des boutures de saule dans l’eau, mais il ne faut pas les y laisser trop longtemps. Dès que les petites bosses blanches qui sont les futures racines apparaissent sur les tiges, il faut transférer les boutures dans du terreau. Dans votre cas, les racines sont maintenant bien développées, mais il s’agit de racines aquatiques. Il sera difficile de transférer les plants dans un milieu terrestre, car les racines ne s’adapteront sans doute pas à ce milieu très différent.

Aussi, il n’est pas sage de conserver une plante de pleine terre dans la maison tout l’hiver. Le dessèchement des feuilles de vos boutures résulte de deux facteurs : l’air trop sec dans nos maisons à cette saison et une croissance hors saison. En effet, le saule doit normalement être en dormance à cette saison, alors que le bouturage a stimulé la production des feuilles en hiver. Il n’est pas surprenant que la plante soit «confuse» par cette inversion des saisons et qu’elle soit retombée en dormance.

Bouturer votre saule pleureur au printemps

Pour ces raisons, je pense que vous feriez mieux de reprendre des boutures de votre saule pleureur ce printemps, les faisant cette fois-ci directement dans un pot rempli de terreau humide plutôt que dans l’eau. Dès que le pot est rempli de racines, repiquez les plants en pleine terre dans un emplacement très ensoleillé et de préférence humide ou encore près de l’eau. (Il faut éloigner d’au moins 25 m le saule pleureur de toute construction pour empêcher que ses racines envahissantes ne fassent des dégâts aux tuyaux.) Pour former un beau tronc, il serait utile de supprimer toute croissance secondaire à partir du sol et de tuteurer la tige principale pendant 2 ou 3 ans. Après votre arbre devrait être capable de subvenir à ses besoins tout seul.

Ou encore, vous pourriez laisser pousser une tige de votre saule d’origine et éliminer les autres, encore pour la laisser former un tronc unique.

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le Soleil le 26 mars 2006.


commentaire sur "Réponses à vos questions: bouturer un saule pleureur"

  1. Edmée Lavoie dit :

    Bonjour Mathieu, j’apprécie vraiment votre travail, comme dit l’expression ‘la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre’ Comme j’ai pu connaître votre père, j’apprécie que vous continuez! Je me demande si un arbuste d’intérieur comme le pin de Norfolk, pourrait-on l’acclimater à l’extérieur, résisterait-il à nos hivers québécois ? Merci encore et bonne continuité !

  2. Anna dit :

    Merci, j’essaie justement faire pousser une saule bouturée au chalet, mais ça n’a pas fonctionné l’année passé, je vois pourquoi maintenant.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!