Catégories

Recherche

Nos partenaires

Prenez les oiseaux sous votre aile

Quelqu’un m’a récemment demandé pourquoi la population d’oiseaux avait considérablement diminué dans son jardin. J’étais tenté d’être alarmiste, mais la vérité est que les populations d’oiseaux varient selon les saisons. Ce qui peut sembler être une disparition d’oiseaux dans une cour peut simplement faire partie de ces fluctuations normales.

Photo: Karen F

Les populations d’oiseaux varient en fonction de divers facteurs. Les changements dans l’approvisionnement en nourriture amènent les oiseaux à se déplacer pour se nourrir de manière optimale. Les conditions météorologiques peuvent déplacer temporairement les oiseaux. Des populations élevées de prédateurs peuvent aussi réduire leur nombre. Occasionnellement, des épidémies peuvent provoquer une forte réduction des populations. Les modifications de l’habitat, telles que le déboisement ou l’aménagement du territoire, peuvent altérer les types et les nombres d’oiseaux observés.

Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de raisons de s’inquiéter. Il y en a!

Le déclin des populations d’oiseaux

En 2019, une étude approfondie sur les populations d’oiseaux aux États-Unis et au Canada révèle un déclin vertigineux de 2,9 milliards d’adultes reproducteurs dans tous les biomes. Les forêts et les prairies ont perdu respectivement 1 milliard et 720 millions d’oiseaux. Les oiseaux communs, notamment les moineaux, les merles, les fauvettes et les pinsons, sont ceux qui ont le plus souffert, représentant plus de 90 % des pertes. Ce déclin laisse présager un effondrement des écosystèmes de l’Amérique du Nord.

Merle. Photo: MikeLane45

Les oiseaux jouent un rôle crucial en tant que pollinisateurs, disperseurs de graines, charognards et prédateurs. Ils contribuent au cycle des nutriments et consomment des insectes. Leur déclin peut perturber ces processus vitaux d’écosystèmes. Par exemple, une diminution des oiseaux qui dispersent les graines peut affecter la régénération des plantes. De même, une diminution des oiseaux prédateurs peut entraîner une augmentation de la population de parasites. Les oiseaux relient également différents écosystèmes grâce à leur mobilité.

Comment aider?

Alors, quoi faire à ce sujet ? Il est évident que des mesures doivent être prises à différents niveaux de gouvernement et que le simple fait d’être conscient du problème peut être utile. Mais soyons réalistes, nos dirigeants se traînent généralement les pieds sur de telles questions. Voici donc quelques actions que nous pouvons poser nous-mêmes et qui peuvent avoir un impact réel sur les populations d’oiseaux.

Rendre les fenêtres sûres pour les oiseaux

Des films autocollants à coller dans les fenêtres. Source: Amazon

Chaque année, jusqu’à un milliard d’oiseaux meurent à la suite de collisions avec des fenêtres aux États-Unis et au Canada. Les oiseaux confondent les reflets des fenêtres avec un habitat pendant la journée et, la nuit, sont attirés par le reflet des lumières. Pour éviter cela, installez des écrans ou utilisez des bandes ou films autocollant, de la peinture ou des cordes sur les fenêtres pour perturber les reflets. Encouragez les entreprises à créer des fresques sans danger pour les oiseaux sur les fenêtres. Soutenez la législation sur les bâtiments respectueux des oiseaux et lancez des campagnes de réduction des lumières nocturnes à l’échelle municipale. Ces mesures peuvent réduire considérablement le nombre de décès d’oiseaux causés par les collisions avec les fenêtres.

Gardez les chats à l’intérieur

Photo: Alina Vilchenko 

On estime que les chats, qu’ils soient domestiques ou sauvages, tuent plus de 2,4 milliards d’oiseaux par an aux États-Unis et au Canada, ce qui en fait la principale cause de mortalité des oiseaux après la perte d’habitat. Pour protéger les oiseaux et garder les chats en bonne santé, gardez-les à l’intérieur, créez un enclos extérieur ou tenez-les en laisse. Luttez contre les colonies de chats sauvages dans votre quartier et sur les terrains publics, car les chats sans maître ont une vie courte et difficile et sont responsables de plus de deux tiers des décès d’oiseaux causés par les chats.

Remplacer les pelouses par des plantes indigènes

L’asaret du Canada, entre autres, est un excellent couvre-sol indigène pour remplacer des zone de pelouse. Photo : Michael Wolf

Les oiseaux perdent leurs habitats en raison de l’aménagement du territoire. Les pelouses et les surfaces pavées offrent peu de nourriture et d’abris aux oiseaux. Le remplacement des pelouses par des plantes indigènes peut favoriser la vie sauvage et fournir de la nourriture, des abris et des zones de nidification. Les plantes indigènes rehaussent également la beauté des cours et des quartiers.

Voici quelques listes de végétaux pour nourrir les oiseaux au jardin:

50 plantes qui attirent les oiseaux frugivores
Végétaux qui attirent les oiseaux granivores

N’utilisez pas de pesticides!

Les pesticides sont souvent toxiques pour les oiseaux ainsi que les insectes et plantes dont ils se nourrissent. Les oiseaux peuvent être touchés directement par contact ou en consommant des graines ou des proies contaminées. Les dommages indirects se produisent lorsque les pesticides réduisent la population d’insectes, une source de nourriture cruciale pour les oiseaux. Éviter l’utilisation de pesticides peut donc protéger leurs populations.

Réduire les déchets plastiques

Environ 4 900 millions de tonnes de plastique se sont accumulées dans le monde, nuisant à la faune et à la flore qui les ingèrent ou qui s’y empêtrent. Le plastique met plus de 400 ans à se dégrader et 91 % ne sont pas recyclés. Au moins 80 espèces d’oiseaux marins ingèrent du plastique en le prenant pour de la nourriture. Pour protéger notre planète, évitez les plastiques à usage unique, optez pour des articles réutilisables et recyclez. Militez pour l’interdiction des sacs en plastique, du polystyrène et des pailles, et encouragez les entreprises à éliminer progressivement les plastiques à usage unique et à offrir des incitations pour les sacs réutilisables.

Participez au recensement d’oiseaux

Photo: Aaron J Hill

Les scientifiques ont besoin de données provenant de personnes du monde entier pour comprendre la santé des oiseaux. En observant et en signalant les oiseaux dans divers endroits, les citoyens peuvent contribuer à la science et à la conservation. Vous pouvez également mobiliser des groupes communautaires, organiser des promenades ornithologiques et soutenir les organisations qui coordonnent ces projets. Vos contributions permettent d’identifier les endroits où les oiseaux prospèrent et ceux où ils ont besoin d’aide.

Visitez le site d’Oiseaux Canada pour obtenir plus d’information sur les programmes de science citoyenne.


commentaire sur "Prenez les oiseaux sous votre aile"

  1. Guy Blouin dit :

    J’ai construit une cabane pour recevoir des hirondelles bicolores. Ils me débarrassent des insectes qui s’attaquent à mes fleurs. Le problème c’est que mes amis hirondelles arrivent tôt au printemps mais disparaissent aussitôt que la petite famille est élevée vers la mi juin. Après leur départ mon jardin est infesté de toutes sortes d’insectes. Que pensez-vous si j’essayais d’attirer des chauves souris pour le reste de la saison.

    • Larsen dit :

      J’ai personnellement construit un nichoir pour chauves souris et l’ai installé dans un coin à l’abri du soleil chez moi et les chauves souris ayant élu domicile m’ont grandement aidé a contrôler les insectes tout en ne nuisant aucunement a l’utilisation de ma cour ! Il y’a des plans très faciles à trouver

  2. Danielle Simard dit :

    Merci pour ce bel article. J apprécie le travail d information que vous faites. Bonne journée !

  3. Rolland Hamel dit :

    Les chats errants sont un grave problème ,j’ai vu ici dans le jardin un couple de merle bleu ou le mâle fut dévorer par un chat ,la femelle essaya de nourrir ses 5 petits ,mais seulement 3 se rendirent à la sortie .Les pesticide sont un autre problème chez le merle bleu qui est un insectivore au sol ,tous les ans je retrouve des dizaines de nids avec les œufs non éclos . Je possède environ 300 nichoirs à merle bleu ,plus ceux à crécerelles 25 .

  4. Gilles Laplante dit :

    Depuis qu’on ne voit plus de chats patrouiller dans mon quartier, nous sommes envahit par des écureuils gris, des petits rongeurs et même quelques rats l’an passé. Personnellement, je suis prêt à sacrifier quelques oiseaux pour me faire débarrasser de ces engeances.

  5. Lise Gravel dit :

    J’aurais apprécié que l’on nomme les oiseaux photographiés, plus que les photographes!

  6. Diane dit :

    Article très intéressant mais devrait on nourrir les oiseaux pour les aider à passer l’hiver ?

    • Mathieu Hodgson dit :

      Nourir les oiseaux, particulièrement à la fin de l’hiver va aider. On peut installer des mangeoires, mais aussi planter les végétaux pour les nourir.

  7. Madeleine dit :

    J’ai été choqué il y a quelques années que le gouvernement accepte la chasse à la tourterelle par la pression des chasseurs car je voyais déjà la baisse de cet oiseau qui est déjà une proie facile des oiseaux de proies
    J’espère que les chasseurs ne profitent pas de leur permis pour la tirer pour le fun

  8. Denise dit :

    Nous demeurons dans la zone du corridor Appalachien et protégeons les martinets ramoneurs. On nous a dit que nous logeons cette espèce dans notre cheminée. Malgré qu’elle n’est plus en fonction, nous avons signé une entente de ne pas y mettre de chapeau ni de la démolir.

  9. Michel Amyot dit :

    Vous oubliez les écureuils. Ils se multiplient à la vitesse de l’éclair, sans prédateur. Une peste. Destruction des nids d’oiseaux, etc.

  10. Line dit :

    Bien d’accord concernant les écureuils. C’est une vraie plaie. Ils ont mangé des voiles de planche à voile remisé dans mon hangar, une housse pour voiture, 3 rallonges électriques et deux sont morts sous le capot de mon beau-frère (probablement électrocutés en grugeant les fils) qui demeure pas loin. Imaginer la senteur et coût occasionné. Sans compter les dégâts dans mon potager. Depuis quelques années j’avais l’habitude de les attraper et de les déplacer mais cette année….
    Ils peuvent faire de gros dégâts.

  11. Chantal dit :

    Malheureusement depuis deux ans j’ai dû cesser de soigner les oiseaux l’hiver. Il y a eu une épidémie de grippe aviaire et le coût des graines de tournesol à plus que doubler !! Je suis bien triste car j’adorais voir les oiseaux venir à mes mangeoires !! Quelques habitués vienne se percher sur mon cormier et voir si il y a de la nourriture !! L’hiver est bien triste sans eux !! Merci pour votre article 🙂

  12. Hélène Dubé dit :

    J ai un magnifique pommier décoratif qui produits de belles petites pommettes qui faisait le régal des masseurs malheureusement depuis quelques années les écureuils les dévorent. J ai aussi planté des arbustes à fruits mais encore là les écureuils dévorent tout.

  13. Michel dit :

    On ne dit plus fauvettes ou pinsons, ce sont des parulines et des bruants. De plus ce sont les oiseaux champêtres qui ont subit les plus lourdes pertes, les hirondelles, les goglus les sturnels, l’engoulevent…et j’en passe.

  14. Larsen dit :

    Je suis déménagé au sixième étage d’un condo! Il y’a t’il moyen à cette endroit d’attirer certains oiseaux avec une mangeoire? Metci

    • Carole Côté dit :

      Les écureuils,….oh lalà, quelle peste! J’ai mis mes mangeoires sur la corde à linge, très pratique lorsqu’on veut les remplir …mais les écureuils, habiles funambules, réussissaient toujours à se rendre en marchant tant bien que mal le long de la corde. J’ai installé des rouleaux sur ma corde à linge, ceux qu’on place autour des tronc des jeunes arbres pour les protéger. Étant donné que ces rouleaux roulent sur la corde, les écureuils sont souvent incapables de tenir en équilibre et youpi! Ils dégringolent! ….et mes petits oiseaux reviennent aux mangeoires!

  15. Irène dit :

    Un article bien documenté et fort intéressant.
    Vous êtes bien le fils du père, merci de poursuivre son oeuvre.

  16. Lalou dit :

    la photo de l’oiseau noir est très belle mais c’est un merle noir, ca ne pousse pas en Amérique. Strictement Européen.

  17. Céline Frenette dit :

    Bien que l’on parle d’écureuils nuisibles, de chats errants, il ne faut pas oublier un autre fait que les oiseaux sont en nets diminution, l’Homme avec sa pollution, l’utilisation d’insecticides, de pesticides, destruction des milieux naturels et des aires de nidification. Quel triste constatation que de voir que nous en sommes déjà rendus là, hélas!!!!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!