Catégories

Recherche

Nos partenaires

Faire ses semis en cubes de culture en fibre de chanvre

Constamment à la recherche de produits de jardinage les plus écoresponsables possibles, je vous partage mon expérience de semis en cubes de fibres de chanvre. Ces petits cubes, faits de fibres naturelles, nous permettent de semer sans utiliser de contenants de plastique.

Description

Produits et commercialisés au Canada sous la marque Terrafibre, les cubes de fibres de chanvre se présentent sous la forme de coussins de 10 pouces sur 20 pouces (le format d’un plateau de semis standard) divisés en de nombreux petits cubes (98 cubes pour ceux de 1,5 pouce sur 1,5 pouce). On peut utiliser tout le coussin d’un seul coup ou le découper selon le nombre de cubes dont on a besoin et la forme du plateau dans lequel on les mettra. Par exemple, je trouve judicieux de découper les cubes par groupes d’une même variété semée.

Photo: Terrafibre.
Le dessous des cubes de fibres de chanvre. Photo: Terrafibre.

Utilisation

Le semis est très facile en cubes de fibres de chanvre en raison du trou prépercé dans lequel on place la graine à semer. Une fois les graines semées, on arrose les cubes jusqu’à saturation et on patiente! Selon mon expérience, l’utilisation d’un dôme n’est pas nécessaire. Les fibres de chanvre ayant une capacité de rétention de 1000 fois leur poids en eau, la fréquence d’arrosage des jeunes semis est nettement moindre qu’en terreau. Au fur et à mesure que les plants croissent, on peut ajouter une fertilisation liquide, les cubes de fibre de chanvre n’ayant pas de réserve en nutriments.

Les nouvelles pousses dans les cubes de chanvre. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.
Les semis ont maintenant deux feuilles et sont prêts à être transplantés. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.

Alors une fois les semis bien développés, on sépare les cubes et on repique chaque cube, et son semis, directement en pot avec terreau. Selon mes tests, effectués avec des semis de tomates, l’utilisation de ciseaux pour séparer les cubes convient parfaitement, sans nuire aux racines. Selon la date de semis, certaines cultures, comme les laitues, pourraient aussi être repiquées directement au potager.

Le matériel est prêt pour la séparation des cubes. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.
Une fois les cubes séparés. Selon mon expérience, les ciseaux fonctionnent bien pour couper la fibre de chanvre. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.
Les cubes de chanvre une fois transplantés. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.
Quelques temps après, on remarque que les semis ont bien poussé. Photo: Julie Bussières, Vert Métal.

Pour identifier les semis, les étiquettes d’identification plus traditionnelles (étiquettes de plastique ou bâtonnets de bois) sont quasi impossibles à piquer dans le chanvre. Il vous faudra donc trouver un autre système pour identifier vos cultures, comme écrire sur le plateau, utiliser quelque chose de fin et pointu, un cure-dent par exemple, ou encore faire un plan sur papier.

Hydroponie

Il est aussi possible d’utiliser les cubes de chanvre dans les systèmes hydroponiques domestiques (jardins intérieurs ou tours jardins). La fibre de chanvre est d’ailleurs utilisée en productions hydroponiques commerciales. En système hydroponique domestique, il est nécessaire de vérifier régulièrement les filtres. Le chanvre peut libérer plus de particules dans l’eau que d’autres médiums utilisés en systèmes hydroponiques, il peut donc endommager la pompe de votre système s’il n’est pas muni d’un bon filtre ou si vous n’en faites pas un entretien au moins aussi régulier que prescrit.

Pourquoi le chanvre est-il un matériel écoresponsable?

En plus de diminuer l’utilisation de contenants de plastique, la fibre de chanvre est des plus écologiques. Au Canada, le chanvre est principalement cultivé pour ses semences, utilisées dans l’industrie des cosmétiques et de l’alimentation. On extrait les semences des extrémités des tiges, mais le reste des plants constitue un résidu. Fabriqués à partir de ces résidus de culture, les cubes de fibres de chanvre sont issus de l’économie circulaire, revalorisant la partie inutilisée des plants. En fin de culture, le chanvre se décomposera directement au jardin et, pour les autres usages comme la culture hydroponique, il peut être mis au compost, ce qui n’est pas le cas d’autres matériaux, telle la laine de roche.

Photo: Terrafibre.
Photo: Terrafibre.

Les cubes de culture ne sont qu’un des nombreux produits à base de fibres de chanvre: tapis pour la culture de micropousses, litière pour animaux, panneaux isolants, tapis anti-érosion, paillis… le chanvre est un produit écoresponsable qui gagne à être connu en horticulture ainsi que dans d’autres domaines.

Étiquettes + ubes de fibres de chanvre


commentaire sur "Faire ses semis en cubes de culture en fibre de chanvre"

  1. Nathalie Mongeau dit :

    Sous toute réserve, ceci me semble un exemple de « greenwashing ». Si vous n’achetez pas de champignons ou laitues emballés dans des barquettes de plastique, tous vos voisins le font. Demandez-leur et réutilisez ces barquettes qui sont réutilisables année après années et parfaites pour les semis. Dans 10 ans, lorsque les emballages de plastiques auront disparus, nous nous tournerons vers ces produits. En attendant, nul besoin d’acheter et de faire produire plus d’objets! Je vous aime quand même, chers amateurs de chanvre 🙂

    • Mimi Bédard dit :

      Ce n’est pas du greenwashing. Ce produit est surtout destiné aux professionnels pour la production en serre. On utilise exactement ce format mais en laine de roche ou encore les produits Oasis. Dès qu’on repique, tout ce matériel va aux poubelles. Ceci représente un très belle alternative éco-responsable! C’est sure que je vais en parler là où je travaille pour voir si ça serait possible de remplacer c’est maudit Oasis que je déteste ?

    • Mimi Bédard dit :

      Ce n’est pas du greenwashing. Ce produit est surtout destiné aux professionnels pour la production en serre. On utilise exactement ce format mais en laine de roche ou encore les produits Oasis. Dès qu’on repique, tout ce matériel va aux poubelles. Ceci représente un très belle alternative éco-responsable! C’est sure que je vais en parler là où je travaille pour voir si ça serait possible de remplacer c’est maudit Oasis que je déteste ?

  2. Brigitte L. dit :

    Merci pour ces informations.
    Bonne journée

  3. Lanthier dit :

    C’est une option intéressante. Que recommandez-vous comme fertilisation liquide?

  4. Rachel dit :

    Bonne idée si on peut planter directement au potager, mais ce nest plus une alternative eco si c’est pour les repiquer dans des contenants…en plastique.

  5. Vicky dit :

    J’ai utilisé cette technique pour plantes d’intérieur, j’ai repiquer le contenants (car ce n’était pas des cube, plutôt des gobelets) dans un pot plus grand, après un ans le gobelets n’es toujours pas décomposé, et les racines on de la difficulté à passer au travers, j’imagine que j’aurais le même problème au jardin avec légumes

  6. Daniel dit :

    J’utilise les memes pots en plastique de 4 pouces avec mon compost maison pour mes 150 plants depuis environ 40 ans. Ca ne me coute rien, c’est reutilisable. Si j’utilise ces cubes de chanvre de 2 pouces à $ 30.50 le pack de 50, ca me coutera environ $ 100 par année pour partir mes semis. Et mes plants vont pousser dans un espace de 8 pouces cubes plutot que 64 pouces cubes. Jamais je n’utiliserai ces cubes.

    • Alain dit :

      C’est une bonne chose que vous faites de réutiliser au lieu de jeter/racheter. Mais pensez aux autres plutôt: cet article peut aider ceux qui sont sur le point d’acheter des contenants plastique à faire un meilleur choix. D’autant que la réutilisation de contenants plastique ne résout pas le problème des micro-particules de plastique qui se détachent et se répandent au fil des années de façon invisible, et qu’on consomme inévitablement avec des effets révélés seulement de longues années plus tard…

  7. Georges Sirois dit :

    C’est peut-être une avenue intéressante, mais comme dit madame Bédard, il y a tellement de contenants de plastique que l’on envoie au recyclage et dont on peut se servir ad nauseam, il s’agit de les bien désinfecter après la plantation dans le jardin et ils nous serviront pendant des années. Comme on est pas trop sûr de leur recyclage ou pas vaut mieux les recycler nous-même plutôt que les voir partir pour l’Asie dans des décharges à ciel ouvert.

    • jjg dit :

      Petite nuance, c’est du réemploi et non du recyclage : c’est-à-dire encore mieux puisque les barquettes servent à nouveau telles quelles sans besoin d’une énergie supplémentaire comme dans la transformation en un autre objet.

  8. Renée dit :

    Jai lu plusieurs fois votre exposé ainsi que les commentaires sur les semis en cubes de culture en fibre de chanvre : forcément mieux que la laine de roche ok.
    Satisfaite d’apprendre que je ne suis pas la seule à réutiliser mes petits godets en plastique pour
    mes semis et ce, depuis X temps, pourquoi les jeter ? Pour empoisonner et polluer un peu plus notre planète ?!…
    Etant éco-responsable à 200%, je ne suis pas convaincue mais n’ai pas la prétention d’avoir raison puis certaines personnes ont fort heureusement un point de vue différent.
    J’attends davantage d’appréciations; à mon humble avis d’autres échanges sont nécessaires.
    Merci Madame Bussière bonne continuation dans vos recherches.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!