Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

La sauge russe est une vraie sauge, mais elle n’est pas Russe!

Par Julie Boudreau

L’univers de la nomenclature latine ne cesse de m’émerveiller… et de me déboussoler! Chaque année, des plantes sont renommées, changent de famille botanique, reviennent à leur nom d’origine! De quoi en perdre son latin, c’est le moins que l’on puisse dire.

Photo: Isa Macouzet sur Unsplash

Même si la découverte scandaleuse que je m’apprête à vous révéler date de 2017, ce n’est que tout récemment que la chose est venue à mes yeux, sous la forme d’un superbe texte en espagnol! Comment je me suis retrouvée devant ce texte demeure également un fascinant mystère!

Premier scandale: un changement de nom!

C’est que cette plante fabuleuse, la sauge russe a changé de nom latin. Elle, qui se nommait Perovskia atriplicifolia, porte dorénavant le nom de Salvia yangii. C’est quand même bien dommage, car on commençait à peine à être capable de prononcer «Perovskia» sans cafouiller!

Perovskia atriplicifolia n’est plus! La célèbre sauge russe se nomme maintenant Salvia yangii. Photo: Julie Boudreau

Tout cela est un bien triste constat, surtout pour George Bentham, le botaniste britannique qui l’avait décrite pour la première fois en 1848, sous le nom de Perovskia atriplicifolia. Ou serait-ce plutôt le naturaliste russe Grigory Karelin qui l’aurait découverte en premier, en 1841?

En fait, c’est l’ensemble du genre Perovskia, qui comptait environ 9 espèces, qui a été englouti par le gigantesque genre Salvia. Ce dernier compte maintenant plus de 1000 espèces! D’ailleurs, préparez-vous à une seconde onde de choc, car le romarin aussi est officiellement devenu une sauge! L’autrefois Rosmarinus officinalis est maintenant une Salvia rosmarinus. Par chance, la sauge officinale est toujours une sauge, Salvia officinalis!

Toutes ces plantes ont en commun qu’elles possèdent un feuillage aromatique, une tige de forme carrée et une fleur bilabiée. Mais avec plus de 1000 représentants du genre, il est bien difficile d’élaborer davantage sur les points communs de toutes les sauges de la planète.

Nouveau nom, mais toujours aussi populaire

Qu’à cela ne tienne, la sauge russe demeure une belle plante herbacée ou semi-ligneuse, bien rustique en zone 4, avec un port plutôt dressé et très aérien. Avec l’avènement de nombreux cultivars, la hauteur de la plante varie entre 45 et 120 cm et le feuillage, assez grisonnant, est découpé avec plus ou moins d’intensité. Sa floraison mauve s’étire entre les mois de juillet et d’octobre.

C’est une plante qui mérite tout notre amour, car elle attire de nombreux insectes pollinisateurs et elle est très résistante à la sécheresse. C’est une championne du xéropaysage (jardin sec) et elle s’intègre aisément dans les plates-bandes de vivaces mixtes ou les jardins à l’anglaise.

Pour l’apprécier dans toute sa splendeur, il faut la cultiver dans un emplacement ensoleillé et dans un sol bien drainé.

Second scandale: une fausse origine!

Comme si abandonner la prononciation du mot «Perovskia» ne représentait pas un assez grand deuil en soi, il faut aussi ajouter à l’atrocité le fait avéré que la sauge de Russie ne vient PAS de Russie. Elle est plutôt originaire d’Asie, plus spécifiquement d’Afghanistan, du Pakistan, du Tibet et de l’ouest de la Chine. Elle pousse naturellement dans les prairies herbacées et les collines.

Décidément, la sauge russe nous fait vivre des aventures dignes d’un film d’espionnage russe des années 1980. Mais cela n’enlève rien à ses très belles qualités au jardin. Peu importe sa véritable identité et sa véritable origine, elle demeure dans le top 20 de mes meilleures plantes vivaces pour jardinière paresseuse! Oserons-nous la renommer sauge de Yang dans les prochaines années?

Les petites fleurs de la sauge russe ‘Blue Spire’ attirent de nombreux insectes pollinisateurs. Photo: Julie Boudreau

commentaire sur "La sauge russe est une vraie sauge, mais elle n’est pas Russe!"

  1. Charlotte dit :

    Bonjour Julie !
    Merci pour cette découverte ! En tout cas, pour moi !
    Mais je reste sur ma faim !
    Est elle *consommable* en tisanes comme la sauge officinale de mon jardin en France ?
    Belle et douce journée à vous ainsi qu à vos abonnés-ES ???

  2. Carmen dit :

    WoW merci bella , tellement intéressant ton article , et oui moi aussi j’aimerais savoir si l’on peut en faire des tisanes, si ouï fraîche et ou séchée

  3. Anne dit :

    Wow!
    Ça fait beaucoup de sauges !!
    La perovskia n’est plus ! Yang … ben voyons! XD comme quoi tout est mouvement !
    Sauge Yang, j’avais oublié cette plante.
    Elle est parfaite pour remplacer la lavande au Québec qui peine avec nos hiver froid et printemps trop mouillé pour ses racines (on réussi mais buton & abri).
    Et elle est très florifère et sent si bon !!
    Dans ma liste d’achat de mai.
    Merci !

  4. Nicole Lavoie dit :

    Superbe article ! J’aime la sauge

  5. Anne dit :

    Superbe plante, qui remplace avantageusement la lavande à certains endroits.
    En Belgique, on l’appelle la sauge d’Afghanistan…

  6. Sylvie F. dit :

    Wow! Quel article intéressant et bien écrit! Habituellement la nomenclature ne m’allume pas du tout mais là vous m’avez eu! Merci

  7. S.LaFerrière dit :

    Décidément, ça joue dur dans le monde de la taxonomie botanique! On ne soupçonnerait pas cela en visitant innocemment nos pépinières.. (héhé!) Merci pour cet article, sur la saga de la sauge, et merci aussi pour le lien vers le magnifique site (El blog de la Tabla) : un pur enchantement (et à peu près lisible avec Google translate si on ne parle pas espagnol). Au plaisir de vous lire encore!

  8. Natacha dit :

    Bonjour Julie
    Merci beaucoup pour le suivis, oufff effectivement moi qui me complique la vie pour la prononciation en latin de plus que j’ai de la misère avec l’anglais ? je passe mon temps à déformer les nom de plantes ? mais on fini toujours par me comprendre je vais devoir me ré-éduqué ?
    Bonne journée

  9. Natacha dit :

    Bonjour Julie
    Merci beaucoup pour le suivis, oufff effectivement moi qui me complique la vie pour la prononciation en latin de plus que j’ai de la misère avec l’anglais ? je passe mon temps à déformer les nom de plantes ? mais on fini toujours par me comprendre je vais devoir me ré-éduqué ?
    Bonne journée

  10. Salim dit :

    Merci pour ce bel article plein d’humour, de sciences et de sagesse/saugesse! Bien heureusement, dans toute cette histoire de classification basée sur l’origine, les plantes (comme les animaux) se moquent du nom que l’on peut leur donner…et si le bon sens populaire est toujours là pour simplifier les choses, tant mieux!

  11. Dave dit :

    Belle Lecture, Merci!

  12. Dave dit :

    Belle lecture ce matin! Merci!

  13. Thérèse Pelletier dit :

    Immensément contente d’en apprendre sur cette merveilleuse plante. J’en ai planté à deux endroits où je passe obligatoirement pour aller vers le terrain en arrière et vice versa, pour humer leur parfum extraordinaire.
    Mais là, la grande surprise pour moi est que le romarin ne soit pas de la famille des épinettes. Une sauge -vraiment !

  14. La sauge peut-on l’utiliser avec de la viande pour lui donner de la saveur autant un petit à côté de douceur? Parce que si on l’ajoute, à cause de son acide, à l’ensemble des ingrédients pour faire mariner la viande, cela devrait être bon, non?

    • Mathieu Hodgson dit :

      La sauge russe est utilisée pour aromatiser les cocktails à base de vodka en Russie et les fleurs sont ajoutées aux salades. Je n’ai pas au pas d’in formation fiable sur l’utilisation de ses feuilles en cuisine.

  15. Johanne Nadeau dit :

    Nous avons déjà eu chez nous une autre variété de sauge. salvia nemorosa plomosa C’ètait très beau! Malheureusement notre plante est morte et nous ne parvenons plus à nous en procurer. Savez-vous pourquoi cette plante est disparue des centres jardin?

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!