Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

La main verte : la technologie au service du potager

Il y a maintenant longtemps, lorsque j’étais jardinier maraîcher, chaque hiver je préparais mon potager à l’aide d’un plan dessiné sur du papier quadrillé avec un crayon de plomb. Je dessinais mes planches et les légumes qui s’y trouveraient, me référant aux dessins des années antérieures pour faire une rotation de culture. Je notais dans mon tableau les fruits et légumes qu’on avait choisis, les périodes de croissance à l’intérieur, de repiquage, d’acclimatation, de transplantation, de récolte, etc.

Plusieurs années plus tard, après être devenu concepteur d’aménagement, l’ordinateur a remplacé le papier et le crayon. Mon plan était fait dans un logiciel de dessin et mon tableau est devenu une feuille de calcul. Mais le principe est resté le même.

Si j’ai longtemps attendu avant de passer à la prochaine étape technologique, celle des applications et logiciels dédiés à l’horticulture et l’agriculture, c’est qu’ils n’étaient pas adaptés à mes besoins ou, pire encore, ils étaient remplis de fausses informations ou d’inaptitudes. C’était rarement plus que des curiosités.

Aujourd’hui, je suis prêt, car la technologie d’aujourd’hui dépasse maintenant celle d’hier. Elle n’est pas parfaite, néanmoins elle se perfectionne à une vitesse impressionnante.

L’application La main verte est un est un calendrier pour le potager et beaucoup plus!

Un calendrier pour le potager

J’ai pris connaissance de l’application La main verte l’année passée. Dans sa forme la plus simple, c’est un calendrier pour le potager. On choisit une plante potagère et les dates importantes de sa culture sont automatiquement placées sur un calendrier: semis intérieur, semis extérieur, transplantation, récolte, etc.

À l’époque, il y avait encore du travail à faire sur l’application. Notamment, j’étais frustré de ne pas pouvoir changer les dates. On ne me dira pas quand partir mes semis de tomates! Depuis, la possibilité d’ajuster les dates s’est ajoutée, mais aussi d’autres items ont été ajoutés au calendrier. On m’avertit, par exemple, de poser un filet anti-insecte au moment de transplanter mes concombres. Il est même possible d’ajouter ses propres notes au calendrier.

Je n’ai eu aucun souci à utiliser La main verte. Aussitôt le processus d’inscription complété (un abonnement coûte 3,99$ par mois ou 34,90$ par année, la version gratuite offre jusqu’à 5 variétés par calendrier), j’ai trouvé immédiatement la barre de recherche et avec quelques clics, une tomate a été ajoutée à mon calendrier. En moins de 30 minutes, j’avais choisi les légumes, fines herbes et quelques fleurs que je ferai pousser en contenant sur ma terrasse. L’application m’a localisé automatiquement et a utilisé mon emplacement pour déterminer ma zone de rusticité et la date de dernier gel. Tout cela avec une présentation graphique simple et claire qui fait honte à mon ancien tableau de calcul et qui est plus facile à comprendre. Il ne me reste qu’à commander mes semis.

Lorsque vous effectuez une recherche, vous avez le choix parmi plus de 1000 variétés de plantes potagères vendues par des entreprises du Québec. Chaque fiche de produit contient des liens vers le site Web des semenciers qui les vendent.

100% québécois

Même si le calendrier est la fonction de base de La main verte, ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus. Non seulement l’application est-il conçu et programmé au Québec, les semences dans la liste proviennent toutes de petits producteurs de semences québécois. Lorsque vous effectuez une recherche, vous avez le choix parmi plus de 1000 variétés de plantes potagères vendues par des entreprises du Québec, dont la majorité sont produites ici, à pollinisation libre et souvent biologiques, avec plusieurs semences patrimoniales.

Chaque fiche de produit contient des liens vers le site Web des semenciers qui les vendent. Lorsque votre calendrier sera prêt, vous pourrez les commander ou aller à leur rencontre lors des fêtes des semences qui auront lieu cet hiver à travers la province. Ces sites Web contiennent de surcroît de l’information sur la culture de ces variétés.

La main verte, c’est beaucoup plus qu’un calendrier, c’est un réseau qui unit les semenciers et semencières du Québec.

D’autres fonctions

Si ce n’était pas assez, l’application a d’autres fonctions, dont un calculateur de fertilisation. On n’a qu’à choisir un fruit ou un légume, sélectionner le type d’engrais qu’on utilise (compost inclus) et on nous fournit la quantité d’engrais à utiliser en kg/m2.

Le site inclut aussi une calculatrice pour déterminer vos apports de chaux et ainsi ajuster le pH de votre sol au besoin. Mais comment sauriez-vous le pH de votre sol? Avec une analyse de sol bien sûr! D’ailleurs, La main verte inclut ce service aussi. Vous n’avez qu’à envoyer un échantillon de votre sol à l’adresse indiquer avec le formulaire précomplété que vous recevez lors de votre commande. Vous recevrez une analyse facile à comprendre directement dans l’application et on vous indiquera comment pallier à des carences, s’il y en a.

Ces calculateurs sont basés sur les références agronomiques du Québec et adaptés par Pierre-Antoine Gilbert, enseignant en agriculture à l’Institut national d’agriculture biologique (INAB) du cégep de Victoriaville. L’objectif des deux concepteurs de La main verte est d’utiliser les connaissances scientifiques pour les appliquer à la dimension de nos potagers.

L’intelligence artificielle de La main verte est impréssionante, on doit juste prendre ces conseils avec un grain de sel, pour l’instant.

Intelligence artificielle

Commencer à cultiver un potager implique beaucoup d’apprentissages. Les premières années, on a souvent plusieurs questions et nous n’avons pas tous un mentor à portée de main. Heureusement, La main verte inclut une intelligence artificielle programmée pour répondre à vos questions.

J’en ai fait l’expérience et comme toute intelligence artificielle, elle est très bonne pour synthétiser l’information, mais pas pour distinguer le vrai du faux. J’imagine qu’avec le temps, elle se perfectionnera.

J’ai posé la question «pourquoi mes tomates ont le cul brun», auquel on m’a répondu: «Il est fort probable que tes tomates aient le cul brun en raison d’un problème appelé “pourriture apicale”. Ce phénomène est souvent dû à un manque de calcium disponible pour la plante, ce qui peut être causé par un arrosage irrégulier, une absorption inefficace du calcium par la plante, ou des fluctuations de température.»

C’est une très bonne réponse, cependant les solutions laissent à désirer. On suggère de maintenir un arrosage régulier, ce qui est une bonne idée. En revanche, on conseille aussi d’ajouter une source de calcium, tel que les coquilles d’œuf, ce qui n’est pas une bonne idée. Il est rare qu’un sol manque de calcium et avant d’en ajouter, il est préférable de faire une analyse de sol. Les coquilles d’œufs contiennent effectivement du calcium, mais sous une forme qui n’est pas accessible aux plantes.

Tout de même, c’est impressionnant! On doit juste prendre ces conseils avec un grain de sel, pour l’instant.

Les zones de rusticité que nous donne l’application sont bonnes, mais peuvent différer de ce à quoi nous sommes habitués.

Quelques améliorations

J’ai été vraiment surpris par la facilité d’utilisation de cette application et épaté par l’idée de connecter ce calendrier avec les producteurs de semences du Québec. J’ai tout même de petites remarques à faire.

Les dates que m’a fournies l’application pour semer et transplanter mes semis me semblaient exactes, en général, mis à part la tomate. On me suggérait de les planter 9 semaines avant la transplantation, ce qui dépasse de beaucoup les 6 semaines habituelles. Ce n’est pas un problème pour moi puisque j’ai pu changer la date de semis, mais pour un utilisateur qui s’y connaît moins, cela pourrait être un problème. Dans certaines conditions, garder ses tomates 9 semaines à l’intérieur serait acceptable, mais pas pour tout le monde. On suggère souvent de planter ses semis de tomates 6 à 9 semaines avant de les sortir. J’aurais aimé voir cette période représentée graphiquement dans le calendrier.

Une autre chose à noter, c’est que la zone de rusticité fournie par l’application, sans être fautive, n’est pas ce à quoi je suis habitué. À Montréal, si je considère que je suis en zone 5. La main verte m’indique que je suis en zone 6. Qui dit vrai? J’utilise la carte de rusticité de 1961-1990 qui me place en zone 5. Ils utilisent celle de 1981-2010 qui classe Montréal en zone 6, mais cette nouvelle carte de rusticité n’a pas été largement acceptée par l’industrie horticole ni par les jardiniers amateurs canadiens. Cela étant dit, les dates fournies par l’application étaient bonnes et adaptées au climat de ma ville.

Autrement, et je sais que j’en demande beaucoup, j’aimerais bien une recherche avancée qui me permettrait de rechercher des variétés selon d’autres critères comme les dimensions des plants ou le temps de production. J’aurais aussi voulu ajouter au calendrier des dates de semis successifs pour les plantes que je ressèmerai à intervalle régulière au courant de la saison (j’ai tendance à oublier!).

À venir

Outre toutes ces fonctions, un outil pour aider à faire une rotation de culture sera disponible cette année et on vient aussi d’ajouter une description détaillée pour chaque tâche sur le calendrier, pour aider les néophytes.

Il y aura assurément d’autres fonctions à venir, car l’équipe de La main verte est à l’écoute de ses usagers. Une section complète de l’application est dédiée à la récolte des idées et commentaires des utilisateurs. J’ai parlé à Alexandre, un des co-fondateurs de La main verte, à quelques reprises. Son désir d’améliorer l’application est évident, comme l’est sa volonté d’unir les jardiniers et semenciers du Québec.

Après avoir écrit ce texte, la possibilité de synchroniser votre calendrier dans un logiciel comme Google Agenda ou Apple iCal, a été ajouté et fonctionne très bien.

Étiquettes + application


commentaire sur "La main verte : la technologie au service du potager"

  1. Nathalie Morin dit :

    Bonjour Est ce que l’application est aussi disponible pour les Android ? Je ne la trouve pas
    Merci de vos nombreux conseils

  2. Lafleur dit :

    Bonjour, je suis un grand fan du jardinier paresseux depuis plusieurs années, le jardinage est une activité très profitable pour le cerveau et qui nous garde près de la nature. Confier la gestion de mon jardin à une appli m’enlève une occasion de développer mes connaissances. J’espère ne pas vous bousculer, j’adore vos chroniques, c’est la première fois en près de vingt ans que je ne suis pas d’accord avec vous.

  3. Luc Riverin dit :

    Bonjour Mathieu,
    Merci beaucoup pour cet excellent article. J’ai hâte d’essayer l’app qui va justement m’aider. Bonne journée ??
    Luc

    • Sylvain dit :

      Pour Mathieu et la Main-Verte: très interessant ! Croyez-vous qu’un jour les locgiciels de ce type ainsi que les semenciers pourraient ajouter des infos sur le systême racinaire des plantes ? De connaitre la profondeur moyenne d’une racine pivot ou encore l’étendue moyenne d’un systême fasciculé ou traçant ou même encore « d’alerter » en cas de racines adventives pourrait devenir très utile. Afin demieux évaluer nos plantes en fonction de la profondeur de bon sol disponible ou encore dans les endroits réduits où l’on tente de rapprocher les différentes plantes. Nous pourrions comprendre plusieurs choses sur les plantes en ayant une idée du type de racine de chacune.

      • La Main Verte dit :

        Très intéressant, on vient d’ajouter des informations de bases comme la profondeur des semis mais dès que les bases seront là on pourra passer aux choses sérieuses; tout en gardant notre souci de la simplicité 😉

      • Mathieu Hodgson dit :

        Très intéressant comme idée! Je crois qu’il reste encore beaucoup de recherche à faire sur le système racinaire des plantes. Il y a encore trop peu d’information à ce sujet à mon gout.

  4. Diane dit :

    WOW! Un gros merci Mathieu, de nous avoir fait connaître cette nouvelle application (conçue au Québec en plus) pour nous aider à mieux gérer et organiser notre potager. C’est une super bonne idée! Merci aussi de l’avoir déjà testée pour nous et de partager tes commentaires et impressions personnels, comme les petites choses (conseils de l’IA par ex.) à prendre avec un grain de sel pour l’instant. Ça me tente de l’essayer aussi. Et en plus, si ça nous connecte avec les semenciers du Québec qui fournissent des semences adaptées à notre climat, c’est super! En passant, je viens de découvrir les « Semences Terre Promise ». J’ai déjà commandé et reçu quelques variétés de semences de tomates patrimoniales, dont la fameuse « Mémé de Beauce ». Trop hâte de l’essayer!! 🙂

  5. Anonyme dit :

    Je viens de découvrir l’application « Tisane et Jardin » qui semble très intéressante aussi. France

    • Martine dit :

      J’utilise aussi Tisane et Jardin qui me permet de dessiner tout mon terrain incluant mes bâtiments, mes plates-bandes et mon potager. Ils ont aussi le calendrier des tâches, la liste des semences à acheter liées à des fournisseurs québécois et plein d’autres fonctions. Et ils ajoutent des fonctions pratiquement à chaque semaine et répondent aux questions de jour comme de soir. J’adore!

  6. Rachel.lamontagne dit :

    Bonjour, quand vous dites que l’application nous localise est ce à dire qu’elle identifie le lieu avec les murs, arbres, zones dombre… et que les suggestions de plantes tiennent compte de la situation du potager?
    Merci

    • La Main Verte dit :

      Bon matin Rachelle, non l’application ne prend pas (encore) en compte la topographie. Juste la zone de rusticité! Des évolutions sont prévues pour que chacun puissent ajuster ses dates de gels et/ou connecter une station météo aussi. Merci

  7. Danielle dit :

    Est-ce que votre application peut être utilisée à l’extérieur du Québec? J’habite au Nouveau-Brunswick et si on pouvait y mettre la bonne zone de rusticité je m’abonnerais avec application qui semble être super.

  8. La Main Verte dit :

    Bon matin, l’application fonctionne dans tout le Canada mais nous aspirons à être pertinent uniquement pour le Québec. Par exemple nos analyses de sol vous coûteront assez chères en dehors de la province.

    Ceci dit, si vous parlez français, l’application fonctionnera très bien au NB. Merci

  9. Claire Pilon dit :

    Ça fait maintenant 3 jours que je n’arrive plus à ouvrir les messages du jardinier paresseux! Suis-je la seule?

  10. P CHARRON dit :

    moi aussi je ne peux plus

  11. Rolland Bussieres dit :

    J’ai tenté d’obtenir l’application “La main verte” pour IOS iPad sans succès. L’application ne semble pas disponible, pouvez-vous m’aider. Merci

  12. Michel Leduc dit :

    En réponse à vos certains de vos souhaits: tisane et jardin (tisane-et-jardin.com) permet de faire des recherches avancées sur les dimensions des plants et les périodes de récoltes ainsi qu’une foule d’autre critères. Elle permet aussi de gérer des semis successifs. On peut dessiner son potager (ou jardin) ou non. C’est au choix. Toutes ces options peuvent être utilisées gratuitement et sans publicité. Il y a des versions payantes, mais ce sont des fonctions plus avancées de dessin qui sont réservées au membres payants (comme voir les floraisons des plantes par semaine sur le plan). Et le tout est entièrement développé au Québec.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!