Categories

Recherche

Nos partenaires

Les remèdes maison horticoles : le pour et le contre

Il ne se passe presque pas une journée sans que quelqu’un ne me propose un remède maison quelconque contre un problème horticole, jurant dur comme fer que cela a fonctionné. Ou encore que quelqu’un me demande si tel traitement maison est réellement efficace.

En général, j’écoute poliment dans le premier cas et j’essaie de répondre de mon mieux dans le deuxième. Que ces remèdes maison fonctionnent ou non, ils sont généralement inoffensifs, du moins pour la personne qui les applique, mais parfois ce qu’on me dit est tellement horrifiant que je me dois d’intervenir pour la sécurité de la personne impliquée.

Le problème des remèdes maison est qu’en général, personne n’a confirmé leur validité de manière sérieuse. Pour cela, il faut avoir une «plante témoin»: une plante identique sur laquelle on n’a pas fait le traitement et avec laquelle on peut donc faire une comparaison. Seulement alors peut-on avoir une idée de l’efficacité du traitement et il faudrait idéalement avoir répété l’expérience sur des milliers de plantes sous des conditions très différentes avant de pouvoir confirmer quoi que ce soit.

Photo: Anna Bondarenko

Violette africaine sur la télévision

Si je vous dis, par exemple, que depuis que je place ma violette africaine sur la télévision, elle fleurit davantage et donc que les rayons que dégage la télévision stimulent les violettes africaines à fleurir, c’est peut-être vrai… mais puisque je n’avais pas vérifié ce résultat sur une autre violette africaine identique, sur le meuble juste à côté, je n’ai pas vraiment de preuve. Mais je l’ai dit à mes deux voisins qui l’ont répété à quatre autres qui ont envoyé des courriels à 15 autres. Et, comme ça, une légende urbaine (ou devrais-je dire «légende horticole») est née!

Mais est-ce que le fait que j’aie placé une violette sur une télévision et aie obtenu plus de fleurs est une preuve de quoi que ce soit? C’est peut-être parce que la télévision se trouve plus près de la fenêtre et que c’est le nouvel emplacement qui provoque cette différence. Ou que, comme je vois davantage la violette, je remarque plus rapidement qu’elle manque d’eau et que je l’arrose plus promptement. Ou que la plante était déjà en boutons avant que je ne la mette sur la télévision et que la nature a tout simplement suivi son cours. Mais trop tard: la légende est déjà lancée!

Parfois véridique

Mais ce qui paraît être une légende urbaine horticole s’avère parfois véridique. Des générations de scientifiques ont ri de l’idée qu’une simple solution d’eau savonneuse puisse servir d’insecticide, même si des générations de jardiniers disaient le contraire. Mais un chercheur a finalement décidé de vérifier la véracité de la croyance… et ainsi le savon insecticide, plus efficace contre les insectes que le savon à vaisselle et moins toxique pour les plantes, est né. Personne ne rit plus de l’efficacité du savon insecticide.

Ainsi, il arrive souvent à la communauté scientifique de vérifier certains de ces traitements et certains se révèlent valables. D’autres, par contre, n’ont aucun effet bénéfique. D’autres se sont même avérés nuisibles. Et dans d’autres cas encore, il y avait une certaine véracité, mais aussi des côtés négatifs. Regardons quelques-uns de ces traitements maison aujourd’hui.

La margarine faire luire les feuilles des plantes

Il paraît que, pour faire luire les feuilles de nos plantes d’intérieur, on peut les badigeonner de margarine (ou de mayonnaise, ou d’huile à moteur, selon la légende qu’on entend). Et c’est vrai… au début. La margarine et les autres produits sont ou contiennent des produits gras et les graisses peuvent faire briller le feuillage. Sauf que les graisses bouchent aussi les stomates des plantes (les pores par lesquels elles respirent) et peuvent éventuellement tuer la feuille traitée. Aussi, la graisse attrape la poussière et la plante a rapidement besoin d’un autre traitement à la margarine (ou mayonnaise ou…) pour décoller la poussière provoquée par le premier traitement. Pour autant que je sache, ni la margarine, ni la mayonnaise, ni l’huile à moteur ne sont d’aucune utilité en horticulture.

Les cigarettes peuvent traiter les insectes

D’après cette croyance, on peut faire tremper des cigarettes (ou des mégots, ou du tabac, selon la personne qui en parle) dans de l’eau et l’utiliser pour contrôler les insectes sur les plantes. Et c’est absolument vrai… mais ne le faites jamais! C’est un bon exemple d’un cas où un traitement maison peut s’avérer très dangereux pour celui qui l’applique. Oui, le tabac peut tuer les insectes, car il contient de la nicotine, un insecticide puissant. Mais la nicotine en solution est plusieurs fois plus toxique que la nicotine en fumée et cette concoction pourrait rendre son applicateur très malade. D’ailleurs, si vous vous rappelez vos souvenirs d’enfance, on vendait autrefois des insecticides à base de nicotine, mais ils ont été retirés du marché après quelques cas d’empoisonnements mortels.

La pilule anticonceptionnelle fait fleurir les violettes africaines

Ou les orchidées. Ou les géraniums. Tout dépend de qui raconte cette légende urbaine. Vous aurez deviné que ce n’est pas vrai et, même si c’était vrai, il coûterait bien moins cher d’acheter un engrais. Et les conséquences de ne pas prendre sa prescription pourraient être assez coûteuses aussi…

Le marc de café peut servir de pesticide

Photo : Getty Images

On entend fréquemment dire qu’on peut étendre du marc de café au pied des plantes pour repousser les insectes. C’est vrai, mais cela fonctionne seulement sur les insectes du sol. Le traitement n’est d’aucune efficacité sur les insectes qui s’attaquent aux feuilles, aux tiges ou aux fleurs. De plus, le marc contient de la caféine et comme la caféine est toxique pour tous les insectes, ce n’est pas tant un répulsif qu’un insecticide… et il tue sans discrimination les bons insectes comme les mauvais. Aussi l’efficacité du marc de café comme insecticide est très limitée: seulement 1 ou 2 journées, après quoi la caféine qu’il contient se décompose. Le marc de café est toutefois intéressant comme amendement pour acidifier le sol et peut s’ajouter au compost.

Le marc de café peut éloigner les limaces

Faux. Il contient trop peu de caféine pour être efficace contre les limaces qui, d’ailleurs, consomment le marc allégrement. Ainsi, le marc de café peut attirer les limaces au jardin.

Une bouteille de boisson gazeuse remplie d’eau et placée dans le jardin éloignera les marmottes

Une théorie veut que la marmotte se mire dans la bouteille, prend peur en pensant qu’elle voit une marmotte plus grosse et s’en va. L’autre dit que c’est le reflet de la lumière qui lui fait peur. Mais des expériences sur le terrain démontrent que la marmotte n’est pas du tout dérangée par la présence de bouteilles de boisson gazeuse, pleines ou vides!

Bicarbonate de soude

On peut contrôler la tache noire du rosier avec une solution de bicarbonate de soude. D’après cette légende, on peut mélanger 15 ml de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau en ajoutant quelques gouttes de savon insecticide pour que le bicarbonate adhère mieux au feuillage. Des vaporisations bimensuelles, de la sortie des feuilles jusqu’à l’automne seraient nécessaires. Et c’est vrai. D’ailleurs, le bicarbonate de soude s’est montré efficace contre le blanc aussi, et ce, sur plusieurs plantes. Il fait désormais partie du régime antiparasitaire de plusieurs jardiniers.

Le lait peut prévenir le blanc

Photo :  Charlotte May

On dit qu’une solution d’une part de lait pour neuf parts d’eau peut prévenir le blanc (mildiou poudreux) sur les plantes. Et il paraît que c’est vrai. Vous me voyez le premier étonné, car quand ce remède est apparu, je ne le croyais pas. La raison de cette efficacité n’est pas connue. Et, en passant, le lait en poudre serait aussi efficace que le lait entier.

Lire cette chronique sur les remèdes maison peut vous donner le pouce vert

Plusieurs personnes me l’ont affirmé, mais c’est faux. La seule façon pour avoir le pouce vert, c’est de faire ses propres expériences avec les plantes et apprendre de ses réussites comme de ses échecs. Les conseils des autres peuvent toujours aider, c’est vrai, mais le vrai pouce vert se trouve entre vos deux oreilles!


Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte sur les astuces pour entretenir vos plantes d’intérieur a été publié à l’origine dans le journal Le Soleil le 21 août janvier 2005.


commentaire sur "Les remèdes maison horticoles : le pour et le contre"

  1. Merci pour vos commentaires et pour votre blog, c’est tellement intéressant. J’ai toujours hâte de vous lire.

  2. J’utilise le bicarbonate de soude ou lait mélangé à eau pour le blanc, je suis ‘la recette ‘ selon un des articles de votre père, je crois. Je pense que ça fonctionne, mais c’est vrai que je n’ai pas fais de comparatif, avec une plante contrôle. Je suis inquiète d’utiliser tout produit acheté, est ce si vraiment sécuritaire? Dans mon fin fond, j’aimerais tant tout régler en ouvrant mon armoire de cuisine, mais je sais que je rêve!

  3. J’aime tellement le lire!

  4. Merci pour les infos. J’ai par contre une question qui n’est pas reliée à l’article: j’ai acheté deux plantes à la serre et on m’a dit qu’il ne fallait jamais arroser avec de l’eau tiède du robinet tel que votre père le recommandait . Je suis restée assez surprise. Quelle est la bonne méthode ??
    Merci de m’éclairer.

  5. Quel sens de l’humour, notre Larry! Je rigole toute seule devant mon écran ce matin. Merci, Mathieu et l’équipe du Jardinier Paresseux, de rendre accessible ces petits bijoux qui n’ont pas pris une ride!

  6. Bonjour
    Suite à la lecture de l’article de votre père sur les remèdes maison horticoles, voici mon questionnement concernant le marc du café qui serait un insecticide sans discrimination, mais que l’on peut utiliser dans le compost. Je me demande si je dois cesser ou pas de saupoudrer à l’automne et au printemps notre marc de café sur la terre du jardin et le terrain dans son ensemble?
    Vous faites un magnifique travail. Votre père serait fier de vous.
    Merci beaucoup

    • De ce que je comprends, selon des recherches scientifiques limitées, le marc de café ou plutôt des substances qu’il contient auraient des effets répulsifs et insecticides. Idéalement, il serait ajouté au compost où ces substances seront décomposées et rendues inefficaces. En même temps, ces effets ne durent pas et je doute que le marc de café ait des effets significatifs sur votre jardin à moins d’en utiliser une grande quantité. Peut-être, le reprendre pour qu’il n’y ait pas une forte concentration à un endroit?

  7. je dirais plutôt que le vrai pousse vert se trouve… au bout des doigts.