Categories

Recherche

Nos partenaires

Oubliez la théorie des couleurs!

La théorie des couleurs a été développée pour les arts visuels. Le but était de guider les peintres dans le mélange des couleurs pour créer certains effets visuels. Apparemment, cela fonctionne, du moins dans une certaine mesure. Cependant, de nombreux paysagistes ont adopté la même théorie et ont essayé de l’imposer dans le monde de l’aménagement des jardins. Après tout, il faut bien enseigner les combinaisons de couleurs dans les écoles d’aménagement paysager! Pendant des années, je me suis efforcé de comprendre la théorie des couleurs et son rapport avec l’aménagement des jardins, et j’en suis arrivé à la conclusion que… ça ne fonctionne pas!

décembre 14 anglais 1

Cercle chromatique

Commençons par le fameux cercle chromatique. Ce cercle et la théorie qui l’accompagne ont été directement volés aux arts visuels. D’une manière ou d’une autre, ce cercle, avec ses couleurs primaires et secondaires, est donc censé vous aider à choisir les couleurs de votre jardin. Vous apprendrez notamment que les couleurs adjacentes sur le cercle, comme le rouge et l’orange, sont considérées comme harmonieuses et vont bien ensemble. Les couleurs situées à l’opposé sont des couleurs contrastées qui vont également bien ensemble.

Mais de nombreuses couleurs de la vie réelle ne figurent pas sur le cercle simple : le blanc, le rose, le gris, l’argent, le noir, etc. Des nuanciers de plus en plus complexes ont été mis au point pour en inclure un peu plus. Cependant, les nuanciers sont incroyablement difficiles à appliquer dans le contexte d’un jardin réel. C’est pourquoi les coloristes ont créé des théories supplémentaires pour expliquer l’utilisation des couleurs. Essayez de lire sur le sujet et vous verrez: le texte s’étend sur des pages et des pages. Maintenant, essayez d’appliquer tout ce que vous avez appris et vous découvrirez que presque rien ne fonctionne. Quelle perte de temps!

Photo: PxHere.

Chaque jardin est différent

Il n’est même pas utile d’essayer de copier une combinaison de couleurs frappante que vous avez vue dans un autre jardin. Les couleurs des feuilles et des fleurs changent constamment. Cela est dû en partie à la lumière changeante. Selon l’heure de la journée et la qualité de la lumière du moment, les couleurs varient. Il est évident, même pour un néophyte, que certaines combinaisons sont plus frappantes sous une certaine luminosité que sous une autre: la combinaison qui vous paraissait si éblouissante à 10 heures du matin par une journée brumeuse est beaucoup moins spéciale à 13 heures sous un soleil éclatant. Et le soir venu, même la combinaison la plus excitante se transforme en nuances de gris.

Par ailleurs, la couleur de nombreuses fleurs change littéralement, parfois sur plusieurs jours, mais souvent entre l’aube et le crépuscule. Certaines fleurs d’hibiscus sont jaunes le matin, orange à midi et rouges le soir. Pour d’autres fleurs, la différence est généralement beaucoup plus subtile, mais elle n’en est pas moins réelle.

Copier des combinaisons

Vous n’aurez pas plus de chance en tentant de reproduire des combinaisons de couleurs vues sur une photo tirée d’un magazine de jardinage ou d’un livre. Tout d’abord, aucune photo ne reproduit exactement les couleurs d’origine. Le photographe essaiera d’ajuster les couleurs (à son goût) avant d’envoyer la photo à l’éditeur du magazine ou du livre, mais c’est un pas de plus vers la réalité. Et l’impression des couleurs est une autre étape, avec encore plus d’ajustements. Par conséquent, la combinaison étonnante que vous avez «empruntée» à ce magazine n’a jamais existé. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ne ressemble pas à ce que vous pensiez lorsqu’elle est essayée dans votre jardin.

décembre 14 anglais 2
Les deux boîtes sont exactement de la même couleur, mais vos yeux les perçoivent comme étant de teintes différentes en raison de la différence d’arrière-plan

Perception humaine

Ajoutez à cela le fait que le cerveau humain perçoit les couleurs différemment selon le contexte. Une fleur qui paraît fuchsia sur un fond blanc peut sembler presque violette sur un autre fond et rose sur un autre encore. Pour toutes ces raisons, essayer de planifier de belles combinaisons de couleurs dans votre tête avant de planter est vraiment très frustrant!

Ma suggestion? Oubliez la théorie des couleurs et choisissez des plantes dont les couleurs vous plaisent! Plantez-les ensuite dans des combinaisons qui vous plaisent. Vous serez, j’en suis sûr, très satisfait des résultats et vous n’aurez pas besoin de vous creuser la tête avec la théorie!

Ce texte a été publié pour la première fois sur laidbackgardener.blog le 14 décembre 2014.


commentaire sur "Oubliez la théorie des couleurs!"

  1. Quel soulagement, je croyais n’avoir aucun goût, aucune affinité artistique.
    L’amour et la préférence de la plante suffit !
    Merci Larry et Mathieu.

  2. Merci pour ces mots en couleur! 🙂

    J’ai remarqué la même chose pour la couleur sur les murs. Chez nous, murs et plafonds sont exactement la même couleur. Pourtant, selon la façon dont la lumière les éclaire, le plafond et/ou un mur adjacent à l’air plusieurs tons plus pâles ou plus foncés.

    Si ça vous tente, que diriez-vous de vous amuser à faire l’exercice en regardant où se joignent deux murs de même couleur où vous êtes : c’est comme l’image du carré orangé du blogue de Larry d’aujourd’hui : ils risquent de paraître de différentes teintes.

  3. Dans la création des massifs floraux estival ,j’avais tendance à faire couleur froide couleur chaude au grand désarroi de mes responsables pensant que le camaïeu était la solution

  4. Excellent et très utile. Jai fait les exercices de couleurs illustrés dans un cours d’architecture d’intérieur il y a des années, et je suis contente de savoir d’un expert jardinier que ça ne marche pas pour les jardins (il ne m’est jamais venu à l’idée de les appliquer dans ce domaine je dois dire).

  5. Effectivement, les agencements à la “mode récente ” de mon entourage sont en forme
    Prédéterminé, carré, rectangle….

    2- 3 types de végétaux, 1- 2 couleurs et par chance 2-3 pauvres périodes de floraison??

  6. Je suis bien d’accord, mais y-a- t’il un nombre de couleurs à respecter ?

  7. Chaque année, je me présente au centre de jardinage pour choisir les annuelles qui borderront mon balcon. Le premier choix ira pour deux variétés de fleur d’une même couleur vive saturée, qui seront les vedettes de l’arrangement. Le deuxième choix, plutôt sombre, mettra la première couleur en valeur. La troisième couleur ira vers de petites fleurs de couleur contrastante pour égayer le tout. Avec cela, le vert du feuillage donne une couleur neutre de fond, dans un ton chaud ou froid harmonisé aux autres couleurs. Chaque couleur est assurée par 2 types de fleurs qui pourront alterner leur floraison durant tout l’été. Ainsi, un été où j’ai trouvé des bidens et un plan d’immortelle jaune vif, j’ai complété avec des pensées bleues, des violettes jaunes, des impatientes de nouvelle guinée et des petits bégonias rouges. Une autre année, j’ai combiné le corail, le jaune orangé et le rouge vin. Et encore une autre, le rose vif, le blanc et le violet. Enfin, je combine des fleurs de grosseurs et de hauteurs différentes.

  8. C’est un article toujours à propos que Larry nous avait concocté il y a 10 ans de cela. Quand je pense à l’industrie des plantes qui bleuisent trop souvent leurs images de véroniques, de perovskia et j’en passe…c’est odieux! MAIS autant j’affectionne les “cottage gardens” pour leur côté campagnard et qui sont pour moi une source d’inspiration, autant en même temps, j’y crois à la théorie des couleurs quand j’ai le goût de faire un spectacle qui fait BOUM!! Parce que pour quelqu’un d’intense comme moi, quand viens le temps de parler de couleurs intenses-complémentaires comme orange-bleu ou jaune-mauve, j’vois pu clair!? Prenez par exemple au printemps un massif de tulipes tardives dorées accompagné de muscaris bleu-bleuet. Ou bien en juillet-août, une haie d’hémérocalles Frans Hals (orange-jaune) ou autre orange supportées en fond par un banc de centaurée bleu argenté “Blue Boy” ou “Blue Diadem”. Dans les deux cas, l’effet de masse est de mise. Je raffole de CETTE combinaison de couleurs. Mais ça n’a pas besoin d’être compliqué! Prenez deux annuelles très difficiles à rater en pleine terre. On sème une bande de centaurée “Blue Boy” en fond (début mai) et en avant, on sème des “Marygold” (tagètes de France) oranges et jaunes bien saturées! Voilà! Des mois de plaisir! Tellement facile qu’une fois parties, on peu souvent oublier de les arroser…mais pas de les admirer!? Mais rassurez-vous, je ne contrôle pas tout comme ça! J’ai aussi un mélange de zinnias que je ressème à la volée année après année, que j’ai nommé “diversité infinie” et qui font un tout aussi beau spectacle…pt-être même PLUS beau!??

  9. je choisis maintenant des vivaces non pas pour leur agencement de couleurs, mais pour leur potentiel d’attirer des pollinisateurs. Je les regroupe en petits massifs avec des temps de floraison différents pour avoir des fleurs presque tout l’été, jusqu’à tard en automne. Le moins de pelouse possible pour moi = plus de fleurs aussi bien que ça profite à la biodiversité en plus.

  10. Espérance Normandin

    Je jardine depuis longtemps et je plante les fleurs qui vont bien au soleil car mes plates-bandes pour la majorité sont au plein soleil alors les fleurs qui supportent bien le soleil ont un colorie très varié alors je me fou un peu du mélange de couleurs un peu comme dans un champs la nature mélange les couleurs et c,est toujours agréable à l,oeil qui a gardé son coeur d’enfant.

  11. Merci, l’article remet les choses à leur place : pour moi, le plus important c’est le choix des plantes ! En déménageant du la Touraine dans l’Hérault, je vois bien que certaines plantes ne se plairont pas, je pense tout d’abord au climat : inutile d’essayer de faire pousser une pivoine, un azalée, je ne mets que des plantes adaptées à la grosse chaleur de l’été. Ensuite pour ce qui est de l’esthétique, gardons notre liberté, chacun ses goûts, les modes chantent…