Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Faire des germinations en pot Mason

Par Julie Boudreau

Dès le mois d’octobre, quand mon marché fermier ferme ses portes pour la saison hivernale, je tombe en dépression de bons légumes verts et frais. Depuis plusieurs années déjà, les germinations sont devenues un des moyens que j’ai mis en place pour consommer de la fraîcheur locale, pendant les rudes mois enneigés.

Les germinations sont tout simplement des semences que l’on fait germer… sans terreau! Photo: Milada Vigerova sur Unsplash

Faire des germinations est si simple, que c’en est ridicule. Même si je fais aussi une petite production de micropousses pendant l’hiver, je préfère de loin les germinations. Ces dernières demandent moins de matériel, moins de préparation, moins de suivi et c’est plus rapide!

Qu’est-ce que c’est, les germinations?

Par définition, une germination, c’est une graine que l’on consomme au stade de la germination! C’est tout simplement une graine qui commence à émettre une petite racine et parfois, ses cotylédons. Au lieu de laisser cette petite plante continuer à se développer et à produire des feuilles et des tiges, on la mange!

Les germinations sont produites sans terreau, directement dans un bocal. On leur attribue de grandes qualités nutritives, car elles sont gorgées de vitamines, de protéines et de minéraux. On dit même qu’elles sont de 10 à 50 fois plus nutritives que certains fruits et légumes. Les germinations m’interpellent beaucoup car c’est une belle manière de produire localement ma nourriture et de consommer un produit frais. Il n’y a pas plus local que mon propre bocal!

Une liste de matériel à trois ingrédients

Il existe sur le marché plusieurs modèles de plateaux et de contenants spécialement pensés pour réaliser des germinations. Ceux-ci fonctionnent très bien. De mon côté, bien sûr, cherchant à réduire au maximum ma surconsommation de biens, j’utilise un contenant que tout le monde a dans ses armoires : le pot Mason! C’est le format de 500 ml qui fonctionne le mieux pour ma production personnelle, mais il est fort envisageable de travailler avec un plus petit ou un plus gros format, en fonction de vos habitudes de consommation.

Ce bocal de verre deviendra le contenant dans lequel je produis mes germinations. Il sera également mon contenant de conservation que je placerai dans le frigo.

Pour réussir les germinations, il faudra aussi une petite passoire ou un morceau d’étamine (que l’on appelle couramment du coton à fromage), pour l’étape du rinçage.

Et enfin, il faut des graines. Vivantes! Tous les magasins d’aliments naturels proposent des sachets de semences pour germinations. C’est là qu’on trouvera de très beaux mélanges et des variétés qui permettent de diversifier le menu. Mais il y a quelques astuces pour profiter au maximum de ce que l’on a à portée de main et même de ce que l’on peut trouver à bas prix. Par exemple, nos surplus de semences de radis, de brocolis ou de choux peuvent prendre le chemin des germinations au lieu de vieillir lentement dans la boîte à semences.

J’ai aussi déniché plus d’une fois dans la section vrac des semences de fèves mung et de lentilles à très bon prix et dotées d’un excellent taux de germination! Aussi, en ce qui concerne le trèfle, le blé ou l’avoine, ce sont les mêmes semences que celles utilisées en agriculture. Si vous avez accès à une source de semences certifiées biologiques, il est donc possible de s’approvisionner de cette manière.

Afin de prolonger la durée de vie des semences, il sera essentiel de les entreposer dans un endroit frais, sombre et sec. La plupart des semences utilisées pour la germination peuvent vivre plus de deux ans, assez facilement.

Comment procéder pour faire des germinations?

Comme je le mentionnais d’entrée de jeu, la simplicité extrême est au rendez-vous! En résumé, il y a une phase de trempage, une phase de rinçage et une phase de conservation (et de consommation!)

Le trempage a pour but de réveiller les semences. L’idée ici est de les gorger d’eau pour accélérer le processus de germination. Au fond de mon pot Mason, je dépose environ 15 ml (une cuillère à soupe) de graines. Pas plus! Car, ces graines vont prendre de l’expansion en germant et elles vont éventuellement remplir le bocal. Ensuite, je remplis d’eau. Comme vous le verrez dans le tableau ci-bas, chaque semence a son temps de trempage minimal. Dans mon cas, j’ai une routine bien établie qui ne tient pas nécessairement compte des données que je vous partage. Mais ça fonctionne tout aussi bien. En résumé, je commence toujours mes germinations, le soir, avant le dodo. Je dépose les semences dans le bocal, je le remplis d’eau et bonsoir! Cela veut dire que la période de trempage dure entre 5 et 7 heures, dans mon cas.

L’étape du trempage: une cuillère à soupe de semences de fèves mung recouvertes d’eau. Photo: Julie Boudreau

Dès le lendemain matin, j’entreprends mon premier rinçage. C’est-à-dire que j’ajoute de l’eau, je remue un peu les semences puis je draine toute l’eau à travers ma petite passoire. Puis, je pars au travail! Idéalement, je fais deux rinçages par jour, un le matin et un le soir. Je poursuis le rinçage jusqu’à ce que les germinations aient atteint le niveau de développement recherché. Certains bocaux à germinations sont vendus avec une base qui permet de placer le bocal incliné, mais à l’envers. Cela a pour but de s’assurer d’un bon égouttement de l’eau. Par expérience, tout se déroule très bien, même s’il reste un peu d’eau au fond du bocal. Là encore, vous trouverez dans le tableau des informations indiquant le nombre de jours que durera le rinçage. Cela dit, on le voit bien quand les semences ont atteint le bon stade.

Le même pot Mason, après quelques jours de rinçage. Ces pousses sont prêtes à être mangées! Remarquez la petite passoire qui me sert à drainer l’eau après chaque rinçage. Photo: Julie Boudreau

Ce que l’on recherche, c’est une racine d’une bonne longueur et, dans les cas des plus petites semences, le développement des cotylédons. Dès que le stade de germination est satisfaisant, on stoppe le tout en plaçant le bocal au frigo (avec son couvercle). Les germinations n’ont pas une très longue période de conservation. Il faut les consommer idéalement en quatre jours environ. C’est pourquoi je préfère produire de plus petites quantités, mais plus souvent, histoire de ne pas gaspiller.

Qu’est-ce qu’on peut faire germer?

Il y a une très belle sélection de graines qui se prêtent bien aux germinations. Bien sûr, il faut s’en tenir à celles-ci! Il n’est pas recommandé de faire des germinations avec d’autres semences qui pourraient s’avérer toxiques.

Parmi mes coups de cœur personnels, je n’ai que de bons mots à dire au sujet des fèves mung! Ce sont mes favorites! Elles sont faciles à produire et j’aime leur saveur un peu sucrée. J’aime aussi les radis et leur petit goût piquant, mais elles ne se glissent pas toujours bien dans l’assiette du moment. Je produis aussi sur une base moins régulière, du trèfle, du cresson et du brocoli.

Le tableau ci-dessous vous présentera d’autres belles options, mais il faut savoir qu’il ne s’agit pas d’une liste complète.

NomTemps de trempage (heures)Temps de rinçage (jours)Notes. Pour un bocal de 250 ml
Avoine63 
Amarante35L’amarante est considérée comme l’une des pousses les plus nutritives.
Blé6 à 123Riche en fer, calcium, magnésium et phosphore.
Brocoli et chou26Le chou rouge est considéré comme l’une des pousses les plus nutritives.
Ciboulette et oignon812 
Cresson15 ml4Sur papier essuie-tout.
Fève mung6420% de protéines; riche en calcium, phosphore, potassium et fer.
Lentilles5-101025% de protéines; bonne source de fer et de calcium.
Luzerne46 
Moutarde2680% vitamine C
Pois jaune ou vert64 
Pois chiche6620% de protéines; riche en glucides, protides, phosphore, calcium, magnésium, potassium, lithium et fer.
Radis46Le radis daïkon est considéré comme l’une des pousses les plus nutritives
Trèfle46 
    
Charte des principales germinations
Mes variétés favorites: fèves mung, lentilles, radis et cresson. Photo: Julie Boudreau

Étiquettes + Légumes d'intérieur


commentaire sur "Faire des germinations en pot Mason"

  1. Annie dit :

    Tellement simple! Magnifique idée, merci beaucoup!

  2. Nicole dit :

    J’en ai déjà fait mais je ne connaissais pas toutes les informations que tu as partagé, merci beaucoup!

  3. Anne dit :

    Merci !
    Nous faisons plusieurs variétés mais pas de céréales dinc, essaie à faire !

    • Lucie dit :

      Je prend des notes et j’ essaie ça, ce sera plus rapide que la germination. Est-ce qu’ il faut toujours garder le pot à la noirceur?
      Merci

  4. Sylvie dit :

    Merci de partager cette information! Mais avec quoi manger ces germinations???

  5. Claire Picard dit :

    J’ai reçu un petit kit de fabrication avec des mélanges de graines, alors ces précieuses infos tombent vraiment bien. Merci beaucoup!

  6. Raymond dit :

    Merci pour ces précisions! Bonne Année 2023?

  7. Manon dit :

    Je m’y remets! C’est tellement bon, j’en mange avec quelques tomates cerises de serres de Lufa. J’en mets dans mon sandwich.

    • Daniel Sauser dit :

      Merci !
      Afin d’améliorer les qualités nutritionnelles des pousses, je dynamise l’eau avec un petit revitaliseur portatif (AdWELL). L’eau ainsi traitée, perd toute trace de chlore et autres polluants (échange ionique). De plus, elle transfert aux semences énergie et informations propres à produire des pousses plus nutritives.

    • Renée Amyot dit :

      Je m’essaie!
      Merci

  8. JP dit :

    ????????

  9. Ginette Gosselin dit :

    Je vous remercie Mme Boudreau!
    Vous avez donné des instructions très simples et je vais m’y mettre dès maintenant! Bonne journée!

  10. JP dit :

    Ces ???, ci-dessus, devaient apparaître sous forme de pouces heureux. J’ai aimé cet article!

  11. Lise dit :

    Wow, merci pour ces informations très détaillées.Grâce à vous, me voilà avec un nouveau projet pour 2024.

  12. Lorraine dit :

    Merci Beaucoup pour toutes ces informations !! Vous tombez tellement à point avec cet article, j’ai très hâte de l’essayer !!

  13. Laurent Boyer dit :

    Bonjour
    Sans expérience. À quel moment le tout est prêt à manger. Merci

  14. Diane dit :

    Merci madame Boudreau.
    Je vais m’y remettre. La saison est idéale avec le prix des laitues et autres verdures en hiver.
    Mes petits trucs: Au lieu d’utiliser une passoire, je mets un bout d’ancien rideau en filet sur l’ouverture de mon pot. Je le fais tenir en place avec un élastique. Il reste là durant tout le processus. Je place aussi mon pot renversé dans un bol pour l’écoulement de l’eau.

  15. Gilles Brunet dit :

    Vous dites que le meilleur pot pour la germination est le 500 ml mais vous donnez le tableau et les infos pour un pot de 250 ml alors es-ce toujours la même cuillère de graines, les mêmes trempages et les même rinçage pour le pot de 500 ml.

  16. Michèle Ste-Marie dit :

    Votre présentation sur les germinations m’a tellement intéressée que je l’ai téléchargée pour essayer de mettre en pratique vos conseils. Pour moi, ce sera une première!
    Merci beaucoup!

    • Martin-Obled Alice dit :

      Je fais mes germinations depuis quelques années, mais avec la luzerne et d’autres petites graines j’ai des problemes avec les enveloppes de graine. J’ai lu je me souviens pas ou qu’il faut bien rincer les germes afin de ne pas manger ces enveloppes difficile a extraire. Avez-vous un truc pour extraire les enveloppes ou est-ce que vous les mangez?

      • Sylvie Nadeau dit :

        Après 4 à 5 jours les germinations sont prêtes je vide mon pot dans mon plat à laver la salade les enveloppes et les graines non germées flottent à la surface je rince plusieurs fois et j’egoutte ensuite je met un essuis tout au fond de mon plat et je ferme hermétique

  17. Lucille thompson dit :

    Avez-vous des graines bio dans la boutique??

  18. Ellen dit :

    Est-ce qu’on met le couvercle sur le pot après chaque rinçage (pour garder l’humidité) ou seulement lorsqu’on les met au frigo à la fin?

  19. Eliane Collin dit :

    Que signifie : . Ne va pas au pot Mason??? alors comment tremper et rincer????

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!