Catégories

Recherche

Nos partenaires

La sensitive: la plante qui a la bougeotte

Saviez-vous que toutes les plantes peuvent se mouvoir? Une tige pousse notamment vers le haut et vers la source de lumière. Les feuilles aussi se dirigent vers la lumière, changeant imperceptiblement de position à mesure que le soleil se promène; ainsi une plante qui ne reçoit le soleil que d’un côté penchera dans ce sens. Les boutons floraux du tournesol commun (Helianthus annuus) se tournent vers l’Est le matin et vers l’Ouest en fin de journée. Aussi, certaines ont des feuilles ou des fleurs qui se ferment la nuit et qui s’ouvrent le jour: on appelle ce phénomène la nyctinastie. Enfin, les tiges volubiles et les vrilles des grimpantes s’entortillent autour de leur tuteur. Pour cette raison, quelqu’un qui prétend que les plantes ne bougent pas a tort: elles bougent… mais très lentement, sans qu’on s’en aperçoive.

20151227A.jpg
Mimosa pudica

Certaines plantes, par contre, bougent de manière très visible. Vous avez sans doute vu à la télé ou en personne la trappe d’une dionée (Dionaea muscipula, une plante carnivore) se refermer sur un insecte, par exemple. Et il existe des dizaines d’autres plantes qui ont des mouvements brusques et très visibles quand on les touche, un effet appelé thigmonastie.

La plante la plus motile

Mais le maître incontesté des «plantes motiles» est la sensitive (Mimosa pudica). Ses feuilles composées de multiples folioles sont incroyablement sensibles au toucher. Il s’agit de toucher à une seule foliole pour qu’elle se retire. Si vous passez votre doigt de long de la tige de la feuille, les folioles de chaque côté se replient les unes après les autres, comme des dominos. Et si vous brassez la feuille, non seulement toutes les folioles se replient, mais la feuille au complet se rabaisse, comme pour échapper à votre «attaque». La sensitive est aussi sensible à la chaleur: approchez une allumette allumée de la plante et toutes ses feuilles se refermeront. À moins d’un autre dérangement, les feuilles resteront fermées environ 15 minutes, puis rouvriront de nouveau.

20151227B.gif
La sensitive réagit rapidement au mouvement. Photo: Wikimedia Commons.

D’ailleurs, les feuilles de la sensitive sont également nyctinastiques: elles se ferment la nuit aussi, comme les feuilles de beaucoup de végétaux.

D’autres «plantes motiles»

Malgré son nom botanique, Mimosa, la sensitive n’est pas très proche parente de l’arbre aux fleurs jaunes parfumées qu’on appelle mimosa, et qui n’est pas un mimosa du tout, mais plutôt un acacia (Acacia dealbata) originaire de l’Australie. L’acacia ne réagit d’ailleurs pas au toucher.

Par contre, il existe d’autres sensitives (Mimosa), presque 400 espèces, qui réagissent toutes au toucher. Il y a même une sensitive qui tolère les hivers froids et qui peut être cultivée comme vivace: M. nutallii, zone 5.

Il existe aussi d’autres plantes thigmonastiques (qui réagissent au toucher), notamment dans les genres Oxalis, Biophytum, Codariocalyx, Drosera et Neptunia (un genre proche du Mimosa), notamment la «sensitive aquatique», N. oleracea, parfois utilisée dans nos bassins d’eau.

20151227C
Le «mimosa» des fleuristes (Acacia dealbata) n’est pas un très proche parent de Mimosa pudica.

Pourquoi la sensitive bouge-t-elle?

Cette réaction curieuse de la part de la sensitive n’a pas manqué d’attirer l’attention des scientifiques. Darwin lui-même étudia la sensitive, mais, malgré plus de 200 ans d’étude, on ne sait toujours pas exactement ce qui permet à la sensitive de réagir si rapidement. On sait qu’il existe un nodule (pulvinus) plein d’eau à la base de chaque foliole et aussi à la base du pétiole, et que c’est la perte rapide de cette eau qui fait que la feuille bouge si rapidement. Et qu’il passe des courants électriques entre les pulvinus, presque comme pour les nerfs des animaux. Et qu’il y a aussi une réaction chimique. C’est le mécanisme exact de cette réaction qui n’est pas bien compris.

Mais si la sensitive réagit si rapidement, il doit bien avoir une raison. Les scientifiques ont trois hypothèses.

D’abord, c’est peut-être un mécanisme de défense contre les insectes et les animaux brouteurs. En effet, quand un herbivore se penche pour croquer les belles feuilles de la sensitive, toutes les feuilles se retirent, laissant une tige apparemment nue et, de plus, très épineuse: rien de très ragoûtant!

Aussi, la «sensitivité» de la plante peut protéger contre les incendies. Un incendie de brousse passe très rapidement et les feuilles de la sensitive, qui se sont déjà refermées dès la première indication d’une montée rapide de température, en sortent souvent indemnes.

Enfin, il est possible que ce mouvement puisse aussi protéger la plante des pluies ou des vents trop violents.

20151527D.jpgDisons-le tout de suite, la sensitive, même si elle est vendue à cette fin dans les pépinières, ne fait pas une bonne plante d’intérieur, du moins pas si vous jugez le succès d’une plante d’après sa longévité. En effet, sous les conditions de maison, la sensitive tend à vivre 5 ou 6 mois (8 ou 9 mois si vous la cultivez à partir de semences), puis dépérit. Mais durant ce temps, on a le plaisir de regarder ses mouvements et de faire des expériences. C’est un excellent sujet pour le botaniste en herbe!

Comment cultiver une sensitive

On peut acheter des plants de sensitive dans certaines jardineries ou encore, se procurer des sachets de semences, soit en magasin ou par la poste (essayez www.stokeseeds.com, par exemple), et les semis poussent très rapidement. Pour environ 3,50$ plus quelques pots recyclés et un sachet de terreau, il est possible de fournir tout le voisinage en plantes sensitives! Et l’on peut aussi semer les graines à l’extérieur l’été pour en faire une annuelle (dans la nature, c’est une vivace tropicale).

Les graines très dures de la sensitive germent difficilement et lentement… à moins de leur donner un traitement à la chaleur. Placez les graines dans un tamis et versez-y de l’eau bouillante. Ou bien versez de l’eau chaude dans un thermos et laissez les graines y tremper pendant 48 heures. Par la suite, semez les graines dans un pot de terreau humide, les recouvrant à peine de terreau. Gardez le pot dans un emplacement plutôt chaud (environ 21-24 °C) et la germination aura lieu en environ une semaine. À des températures plus fraîches, la germination peut prendre 3 ou 4 semaines.

Il faut un bon éclairage et des arrosages réguliers pour garder la sensitive en bon état. La température normale de nos maisons lui convient parfaitement. Il n’est pas vraiment utile de la fertiliser: elle ne vivra sans doute pas assez longtemps pour en profiter. De toute façon, c’est une mauvaise herbe des sols pauvres dans son Amérique latine natale, autant dire qu’elle a peu besoin d’éléments nutritifs.

Jeune semis montrant une première feuille.

Infestation

Si jamais votre plante est infestée d’insectes (elle semble surtout sensible aux araignées rouges et aux thrips), il est important de savoir qu’elle peut être sensible aux pesticides. Avant d’en appliquer, faites toujours un test sur une ou deux feuilles. Si elles noircissent, essayez un autre produit. Souvent, la solution la plus facile est de rincer la plante avec de l’eau tiède, tout simplement.

Vous remarquerez que votre sensitive fleurira volontiers, souvent en moins de 3 mois, produisant des inflorescences arrondies et plumeuses de couleur rose pourpré, intéressantes, mais pas nécessairement saisissantes. Les fleurs donneront cependant des cosses de graines desquelles, quand elles brunissent, on peut récupérer des graines pour repartir de nouvelles plantes.

Sans pouvoir dire que la sensitive est la plus facile des plantes d’intérieur, en cultiver une demeure néanmoins une expérience fascinante pour les gens de tout âge, de 5 à 90 ans. Et si vous êtes éducateur, c’est un excellent choix pour la salle de classe. Essayez-la pour voir: vous serez ravi des résultats!

Ce texte a été publié pour la première fois sur ce blogue le 27 décembre 2015. Il a été révisé et la mise en page a été actualisée.

Étiquettes + Nyctinastie, Mimosa pudica, Plante sensitive, Thigmonastie, Mimosa nuttallii


commentaire sur "La sensitive: la plante qui a la bougeotte"

  1. […] plante thigmonastique la plus connue est la sensitive ou mimosa pudique (Mimosa pudica), une légumineuse aux feuilles bipennées. Il s’agit d’une […]

  2. Julie dit :

    Bonjour
    Je suis Québécoise présentement je vie au Panama
    Au Québec j’avais cette très belle plante sensible et bien vivante
    Ici au Panama elle pousse en pleine nature
    Merci
    Julie ??????

  3. Genot Marylin dit :

    Plante très toxique, réponse par kokopelli jardin, sur Facebook, site très sérieux.

  4. Nicole Nadeau dit :

    J’apprécie votre travail et je le lis au quotidien ! J’admire la philosophie de votre père, je tente de le suivre!
    J’apprécierais vraiment beaucoup que vous ajoutiez dans vos articles, la toxicité des plantes, pour l’humain et pour les animaux domestiques .
    Cet aspect n’est pas noté non plus sur les étiquettes des jardineries, pourtant c’est une information très importante!
    J’espère ardemment que vous ajouterez cette information.
    Merci de mettre l’énergie pour maintenir l’héritage de M Larry!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!