Categories

Recherche

Nos partenaires

Les meilleures façons d’augmenter l’humidité pour nos plantes d’intérieur

Maintenant que vous avez compris l’importance de l’humidité atmosphérique et ses enjeux pour les plantes, les humains et nos maisons, en lisant Humidité : plantes, santé et bâtiment, comment fait-on pour augmenter l’humidité chez-nous en hiver? Plusieurs méthodes sont suggérées pour le faire, mais je vous avertis maintenant, elles ne sont pas toutes bonnes! Faisons un survol des approches les plus souvent suggérées pour voir ce qu’il en est.

Les humidificateurs

Un humidificateur est simplement un appareil ménager qui produit de la vapeur ou de fines gouttelettes d’eau pour augmenter l’humidité dans un espace restreint. La majorité peuvent couvrir l’espace d’une seule pièce, mais il existe des modèles, souvent combinés à des systèmes de chauffage, ventilation et climatisation, qui peuvent régler l’humidité relative dans un bâtiment au complet (le rêve, je n’aurais pas à remplir mes humidificateurs constamment!).

J’ai plusieurs humidificateurs Levoit parce que… ils ne sont pas laids, comme bon nombre de ces machines. Photo: Amazon.

Les appareils les plus courants sont soit à vapeur chaude, à vapeur froide ou à ultrasons. Les humidificateurs à vapeur chaude fonctionnent en évaporant l’eau en la chauffant et ensuite le refroidissant pour ne pas causer de brulures. Les appareils à vapeur froide font passer de l’air par un filtre imbibé d’eau pour le charger d’humidité. Finalement un humidificateur à ultrasons utilise une surface vibrant à une fréquence ultrasonore pour créer des microgouttelettes d’eau.

Dans tous les cas, il est important de nettoyer et désinfecter les humidificateurs régulièrement vous éviter la présence de moisissure. Les manufacturiers suggèrent souvent de le faire de façon hebdomadaire, mais l’Agence pour la protection de l’environnement des États-Unis (EPA), recommande plutôt aux trois jours. Pour ce faire vous pouvez utiliser un mélange d’eau et de vinaigre blanc auquel on peut ajouter, en option, de l’eau de javel ou du peroxyde d’hydrogène. Il est aussi suggéré de laisser sécher votre appareil avant de le remplir d’eau à nouveau.

Les humidificateurs sont probablement la méthode la plus efficace pour augmenter l’humidité dans l’air ambiant, mais demandent d’être remplis et nettoyés régulièrement.

Le plateau humidifiant

Cette méthode est très simple : il s’agit de placer du gravier, des billes d’argile ou autres petites pierres dans un plateau. Ce peut être un plateau de culture, mais tout autre contenant plat fera l’affaire. On remplit le fond du plateau d’eau et on y place nos plantes.

Plateau humidifiant avec pierres décoratives.

Le principe est simple. L’eau monte sur la surface des pierres ou des billes par capillarité et s’évapore. En fait, tout eau en contact avec l’air s’évapora si celui-ci est sec. On se retrouve donc avec une zone humide localisée autour de nos plantes.

Le hic c’est que cette zone est plus localisée qu’on le pense. Bien sûr, les premiers centimètres au-dessus de la surface du plateau seront plus humides, mais grâce au phénomène de diffusion, cette humidité aura tôt fait de se répandre dans la pièce au complet plutôt que de créer une petite bulle humide autour de nos plantes, comme on pourrait se l’imaginer. Et pour humidifier une pièce entière, il faudrait probablement que votre plateau s’assèche complétement à chaque jour, même plusieurs fois par jour selon les conditions, ce qui n’est pas le cas.

Pire encore, puisque l’humidité est localisée juste au-dessus du plateau, cela peut empêcher le terreau de s’assécher. Ce qui pourrait être une bonne chose pour des plantes qui ont besoin d’un substrat constamment humide, mais pour la majorité, cette situation peut mener jusqu’à la pourriture racinaire, dans le pire des cas.

Diffusion

« La diffusion de la matière, ou diffusion chimique, désigne la tendance naturelle d’un système à rendre uniforme le potentiel chimique de chacune des espèces chimiques qu’il comporte. La diffusion chimique est un phénomène de transport irréversible qui tend à homogénéiser la composition du milieu. Dans le cas d’un mélange binaire et en l’absence des gradients de température et de pression, la diffusion se fait des régions de plus forte concentration vers les régions de concentration moindre. » Wikipédia.

Photo : Biology Corner.

Regrouper les plantes

En respirant, les plantes, tout comme les humains, émettent de la vapeur d’eau. Donc, en regroupant les plantes on peut créer une zone plus humide localisée autour de celles-ci, chaque plante profitant de l’humidité émise par sa voisine.

Avez-vous déjà visité une serre? En entrant à l’intérieur on ressent immédiatement que l’air est lourd et chargé d’eau. C’est un peu de même principe quand on regroupe les plantes chez-soi.

Photo: Huy Phan

Malheureusement, comme dans le cas du plateau humidifiant, l’effet est habituellement très limité. Et puisque le principe de diffusion s’en mêle, cette belle humidité aura tôt fait de se répandre dans la pièce au complet. Cependant, ceux qui ont une importante collection de plantes d’intérieur gardées dans un espace restreint, comme une pièce dédiée, verrons un effet. Peut-être même trop!

La brumisation

La brumisation a non seulement un effet très limité sur l’humidité ambiante, mais peut aussi causer des problèmes chez vos plantes d’intérieur. Cette technique est à proscrire absolument!

Pour commencer, les particules d’eau produit par un vaporiseur sont trop grosses pour pénétrer les pores sur la surface des feuilles. Vos plantes ne peuvent donc pas absorber cette eau. Cependant, ces gouttelettes se déposeront sur la surface des feuilles et vont s’évaporer augmentant l’humidité atmosphérique… pendant un certain temps. Quand ces gouttelettes d’eau se seront asséchées, au bout d’une quinzaine de minutes, l’effet humidifiant, déjà limité, sera terminé car, comme nous l’avons vu pour d’autres méthode, l’humidité se répandra dans l’espace ambiant par diffusion.

Mais la brumisation n’est pas seulement inutile, elle peut être dommageable. Premièrement, l’eau de robinet contient des minéraux. Quand elle s’assèche sur les feuilles, les minéraux y restent laissant des taches blanches qui réduisent la capacité de photosynthèse de la plante. Deuxièmement, garder les feuilles des plantes humides peut mener au développement de maladie foliaires.

Arrêtez-moi ça tout de suite!

Armoire serre, terrarium ou autre

Les armoires vitrées font d’excellente serres pour les plantes d’intérieurs. Non seulement empêchent elles l’humidité de s’échapper, mais on peut y installer de l’éclairage artificiel. Ce mélange de meuble bâtit et de végétation est de toute beauté! Elles sont particulièrement utiles pour les plantes tropicales avec de besoins importants en humidité atmosphériques, gardant l’humidité relative assez facilement entre 60 et 80% sans avoir besoin d’humidificateur. De plus, en gardant l’humidité élevée, il est probable que vous n’aurez pas à arroser vos plantes aussi souvent.

Augmenter l'humidité des plantes grâce aux terrariums
Photo: Karolina Grabowska

La même chose est vraie des terrariums. Puisque l’humidité ne peut pas se diffuser à l’extérieur de son enceinte fermée on y retire les mêmes avantages. Même un terrarium sans couvert peut aider. Puisque la vapeur d’eau ne peut se diffuser horizontalement, mais seulement verticalement, l’humidité y demeurera élevée plus longtemps. Vous pouvez même changer le degré d’ouverture du terrarium en déplaçant le couvercle et ainsi contrôler le niveau d’humidité.

Si vous n’avez ni armoire vitrée, ni terrarium, un simple sac en plastique transparent fera l’affaire.

Attention cependant, de ne pas placer ces armoires, terrariums ou sacs au soleil direct car l’effet de serre peut y augmenter la température assez pour tuer vos plantes en quelques heures.

Gardez vos plantes au frais

Une autre idée, qui ne s’applique pas à toutes les situations, est de garder ses plantes au frais. Plus l’air est froid, moins il peut contenir d’eau et plus l’humidité relative y sera élevée. Il sera donc plus facile pour vous de garder l’humidité atmosphérique à un niveau acceptable pour vos plantes. À titre d’exemple, à 20 C avec une humidité relative de 30%, l’air contient environ 5 g/m3. À une température de 15 C, avec 5 g/m3, le taux d’humidité relative est de 40%, un niveau acceptable pour la grande majorité des plantes. Je comprends que ce n’est pas pour tout le monde, si vous avez une pièce spéciale pour vos plantes, ça deviens une option à considérer.

Photo: Tanya Paton 

Avec la baisse de luminosité et la sécheresse qu’amène l’hiver il est tout à fait normal que nos plantes d’intérieurs en souffrent un peu. Augmenter l’humidité et la luminosité peut mettre un baume sur cette période difficile pour certains d’entre nous et nos plantes.

Pour en savoir plus, consultez le livre Les plantes d’intérieur, de Larry Hodgson


commentaire sur "Les meilleures façons d’augmenter l’humidité pour nos plantes d’intérieur"

  1. Du papier ou carton déchiqueté comme paillis dans le pot, pourrait-il empêcher l’évaporation de surface de terreau? Ce qui maintiendrait une humidité au niveau des racines?

  2. Intéressant de savoir que 5g/m cubes est une bonne humidité pour les plantes.

  3. Bonjour! Tant la Ville de Montréal que la Direction de santé publique nous mettent en garde contre l’humidité excessive dans nos logis : elle favorise l’éclosion de moisissures, qui posent de sérieux risques à la santé des occupants. Celles-ci ne naissent pas seulement quand il y a des infiltrations de l’extérieur, mais aussi en présence de condensation récurrente sur des murs froids intérieurs. Ceci nous invite à une certaine vigilance quand on veut créer un effet de serre chez nous!

  4. Très bon article. Merci énormément.

  5. Bonjour
    Peut on envisager un cordon de tissus humide autour du pot sans laisser d’eau dans celui-ci. Les billes d’argile étant irrégulières ne sont pas pratiques pour l’équilibre du pot..
    Merci