Categories

Recherche

Nos partenaires

Découvrez le condiment de Noël par excellence: la gelée de canneberges

Pour continuer cette série de Noël sur les aliments emblématiques, j’ai choisi de m’attaquer à un grand favori au Québec (et ailleurs, je suppose!): la canneberge, aussi connue sous le nom d’atoca. D’où vient la fameuse gelée de canneberge qui accompagne si bien la dinde et les pâtés à la viande?

Gelée de canneberges
Photo: Karolina Grabowska

Je vous préviens, tout comme pour mon article sur le cornichon de Noël paru il y a quelques semaines, j’ai eu une déception en faisant mes recherches sur l’histoire derrière cet aliment du temps des fêtes… Je m’attendais à découvrir une anecdote pertinente et fascinante! Mais finalement, il semblerait que les atocas et la dinde vont bien ensemble… c’est tout!

Un fruit sauvage originaire d’Amérique du Nord

Déjà, je dois me confesser: j’ai détesté ce condiment durant longtemps… jusqu’à ce que j’en mange une variante maison. Comme beaucoup de choses, la gelée de canneberges en conserve, c’est pas mangeable! Fait maison, ça fait toute la différence! Mon amour pour cette gelée est donc assez récent.

Honnêtement, tous les Québécois devraient apprendre à cuisiner la canneberge. C’est un petit fruit d’ici qui, je vous l’accorde, ne pousse peut-être pas dans votre jardin, mais qui est local.

Mais là Audrey… j’aime pas ça les canneberges.

Je sais, tout seul, ce n’est pas terrible. Et c’est pourquoi il faut apprivoiser cet ingrédient. Naviguez donc dans les recettes de Ricardo et découvrez comment apprêter ce petit fruit merveilleusement bon pour la santé et aux propriétés de conservation étonnantes: vous y gagnerez!

Canneberges
Photo: Jessica Lewis

Les Premières Nations utilisaient les canneberges pour soigner le scorbut: il suffit d’une demi-tasse de ce fruit frais par jour pour combler les besoins journaliers d’un adulte en vitamine C. Vous en avez assez des agrumes? C’est votre chance! De plus, c’est un fruit qui atténue les symptômes des infections du système urinaire, des ulcères et de plusieurs problèmes buccaux: wow!

Pour en savoir plus sur les effets de la canneberge sur votre santé, je vous invite à consulter ce site Web.

Bref, cuisinez la canneberge. C’est local et bon pour la santé.

Lien avec Noël

J’ai eu beau chercher et chercher, il ne semble pas y avoir une origine particulière qui lie ce fruit à nos réjouissances. La première trace écrite de cet accompagnement (qui peut paraître étrange) provient d’un livre de 1796: le tout premier livre de cuisine américain. On y retrouve une recette de dinde à «servir avec une sauce aux canneberges». Voilà, c’est l’origine de cette fameuse gelée…!

J’ai trouvé pour vous la page exacte où l’on mentionne cette «cramberry-fauce» dans le fameux livre: American Cookery, or the art of dressing viands, fish, poultry, and vegetables, and the best modes of making pastes, puffs, pies, tarts, puddings, custards, and preserves, and all kinds of cakes, from the imperial plum to plain cake: Adapted to this country, and all grades of life. (C’est le vrai titre du livre!). Source: tpr.org

J’ose quand même émettre l’hypothèse que puisque c’est local et facile à conserver, c’était plus accessible que la mangue, également proposée dans le livre.

N’empêche, j’ai un beau fait amusant de Noël pour vous (pour compenser le fait que la canneberge n’est pas vraiment liée à Noël, tsé!)!

La dinde à Noël

Savez-vous pourquoi on mange de la dinde à Noël? Il était de tradition de manger de la volaille pour cette fête, mais quand les Espagnols sont arrivés en Amérique dans les années 1500, ils ont rencontré… une étrange poule. Et comme ils croyaient être en Inde, ils l’ont appelée… Eh oui, la poule d’Inde!

Je sais, je sais, on se demande s’ils savaient vraiment à quoi ressemblait une poule pour trouver que ça ressemblait à une dinde. Mais au moins, ils sont restés dans les oiseaux… le cochon d’Inde et le blé d’Inde n’ont pas eu cette chance! Photo: ASHISH SHARMA

Bref, la poule d’Inde a remplacé l’oie à la table des plus fortunés d’Europe puisque cette nouvelle volaille était exotique, dispendieuse, et, donc, un symbole de richesse.

Soyons honnêtes, la dinde traditionnelle est sèche 90% du temps… Les cuisiniers du roi devaient connaître des secrets de cuisson que nous ignorons pour en faire un menu digne de remplacer l’oie!


commentaire sur "Découvrez le condiment de Noël par excellence: la gelée de canneberges"

  1. Merci beaucoup pour cet article et pour le lien “Santé-Canneberges”. Étant déjà au fait des avantages réels de ce fruit sur la santé, spécialement de l’intestin (probiotiques et prébiotiques) et de la vessie, je consomme quotidiennement, tout en préparant mon café matinal, une petite poignée de canneberges biologiques séchées et édulcorées au jus de pomme, donc sans réel sucre ajouté. Ce produit québécois (Patience fruit & co) se vend dans la plupart des épiceries.
    Contre les infections urinaires, Vogel produit des gouttes à base de busserolle (fruit semblable à la canneberge) qui, lorsque prises dès les premiers symptômes, sont infaillibles !
    Joyeux temps des Fêtes à toutes et à tous, et en plus de la “Paix d’esprit” si bien vantée par nos p’tits-gars et nos producteurs laitiers, souhaitons-nous de déguster enfin, sur cette terre, la véritable paix entre les nations. Ça ne serait pas trop tôt.

  2. Ces paroles me sont venues en lisant la fin de votre message … Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère, et commenceront les beaux jours, mais nous, nous serons morts mon frère.
    Joyeuses Fêtes

    • Super votre article! Cette année, j’ai essayé la gelée d’aronie, prisée par nos ancêtres, très bon…il faut ajouter un peu de goût sucré, moi j’ai ajouté jus d’orange et ananas.

  3. Audrey
    La meilleure recette de sauce aux canneberges que je fais depuis des années
    C’est une recette du Québec …( sauce aux canneberges orange et cognac)
    En inscrivant c’est trois ingrédients sur le site tu verras la recette ..elle est excellente…les commentaires que je reçois …incroyable!

  4. Quelle bonne idée de nous rappeler que ce fruit est local et qu’en plus de ses usages comme condiment, il est bon pour la santé! Ma mère qui est sujette aux infections urinaires en consomme quotidiennement. Demande spéciale: même si on ne peut la cultiver au jardin, ce serait intéressant d’en connaître plus sur sa culture! Je peux bien chercher sur internet ou demander à Chatgpt, mais je préférerais me faire raconter son histoire par vous! Hi hi hi…

    • La canneberge est cultivé sur la rive sud près de Plessisville, ça ne doit pas être trop compliqué?

    • La canneberge est en spécial l’automne, j’en mange souvent en la faisant cuire à l’eau bouillante puis en ajoutant du gruau et du miel ou de la compote de pommes maison ?

    • Ce serait effectivement un très beau sujet ! Sa culture est particulière, car il faut inonder les récolte! N’espèrez pas en avoir au jardin… !

      Je note cette idée pour un prochain texte 😉

  5. Je n’achète plus de raisins secs. J’utilise un produit du Québec: les canneberges. J’en mets partout; sur mes céréales, sur des viandes, en desserts et même en salade.

  6. Bonjour Audrey,
    Lorsque j’étais jeune, mes parents nous emmenaient cueillir des fraises, des framboises, des pommes… alouette! Mais pas des canneberges. J’ai fait la connaissance des canneberges sauvages au début des années 1980, lorsque je suis déménagée au Yukon. Il y a une immense différence entre la canneberge sauvage et la canneberge cultivée (un peu comme la différence entre la gelée en conserve et la gelée maison! ) . Ici, les canneberges sauvages font partie de nos traditions d’automne et de Noël. Je suis une cueilleuse de canneberges certifiée. Toutes mes amies le sont aussi! L’automne venu, il faut attendre une première gelée, afin que les petits fruits soient bien sucrés. J’en cueille généralement assez pour en offrir sous forme de confiture, gelée, chutney, ketchup, gâteau, biscuits… ou tout simplement congelées.

    • Wow! Quelle chance! Je ne crois pas que nous ayons des canneberges sauvages dans le sud du Québec… moi qui suis une cueilleuse sauvage aguerrie, j’en suis bien triste. Je prend en note si jamais je vais dans le vrai nord un jour! (Les chances sont faibles, je suis du genre à hiberner des les premiers neiges, mais quand même, je note hihi)

  7. Quelqu´un à trouvé une canne sur le bord de la berge d´un lac, et l´a appelé canneberge.
    Atoca, c´est ce qu´on m´a dit….
    Humour niais matinal hi hi hi

  8. Saumurer la dinde 24 heures permet d’obtenir une viande juteuse, combiné a une cuisson a 300oF pour plusieurs heures ;
    merci pour tes recherches, très intéressant!

  9. Bonjour, à toutes les étés, moi et mon conjoint passons 2 mois sur la côte nord et en Minganie. Avant notre retour nous nous faisons une bonne provision d’airelles vigne d’Ida, (de la graine rouge comme on dit là-bas). C’est la petite cousine de l’Atocas, on l’apprête de la même façon. Il y a aussi les vrais atocas qui pousse dans les creux des rochers sur le bord de la mer mais elles ne sont pas encore bien rouge au moment de notre retour. Je vous aurait bien partagé des photos mais incapable de les joindre.

  10. Moi la dinde je la fait cuire à l’envers, la poitrine dans le fond de la rôtissoire, à feu très doux toute la nuit dans le four, comme ça elle n’est pas sec.

  11. Que de lecture apaisante, et réjouissante à la fois, autant les commentaires que l’article ! Merci !
    J’en profite pour vous donner mon truc pour obtenir une dinde tendre et juteuses : faire couler deux à quatre onces d’alcool du genre rhum ou cognac à l’intérieur de la dinde, avant de la farcir ou de la remplir de gros morceaux d’oignons, éviter de saler avant la cuisson et surtout… couvrir complètement pour toute la cuisson jusqu’au moment où la découvrir et l’arroser permettra de faire dorer la peau. L’alcool s’évaporera entièrement pendant la cuisson mais aura attendri et parfumé la chair.
    Pour la gelée d’atoca, évidemment c’est une question de goût et de tolérance à l’effet légèrement acidulé qui persiste malgré le jus d’orange et le sucre. Moi j’aime bien remplacer le sucre par du sirop d’érable (même quantité que le sucre en diminuant le liquide) et ajouter aussi du zeste d’orange fraîchement râpé. J’aime tellement que j’en mange le matin sur mon pain grillé !
    Avec la dinde ou le poulet, le rouge intense de cette tartinade décore joyeusement l’assiette ! C’est peut-être le lien avec Noël ?

  12. Bonjour et merci pour cette mine d’informations. J’adore les canneberges fraîches ou séchées.
    Pour la dinde, Nigella Lawson a diffusé une recette géniale qui consiste à la tremper toute la nuit dans une eau glacée et aromatisée. La chair est fondante et juteuse y compris la poitrine. Je ne la fais plus autrement. Mais la cuisson lente est certainement une excellente idée.
    Bon Noël à tous.

  13. Je n’ai jamais mangé de canneberge, à t’entendre Audrey et vous tous ça doit être délicieux… Régalez vous bien et bonne soirée à tous