Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Croton : Avec de telles feuilles, pas besoin de fleurs

Il n’est pas toujours évident de conserver des plantes à fleurs sous les conditions normales de nos maisons: il y fait trop chaud, trop sombre, l’air est trop sec, etc. Après tout, les plantes vertes sont plus faciles à réussir, on ne leur demande que de faire de nouvelles feuilles, ce qui exige un effort moindre que pour fleurir. Mais juste des feuilles vertes, ça manque de punch. Ne serait-il pas possible de combiner les belles couleurs des plantes à fleurs avec le feuillage d’une plante verte? Oui, si vous choisissez le croton.

Le croton, une plante d’intérieur populaire

Le croton (Codiaeum variegatum var. pictum) est une plante tropicale originaire des îles Moluques. La forme sauvage est un grand arbuste ou un petit arbre de 5 m ou plus de hauteur, aux feuilles oblongues luisantes entièrement vert foncé.

Un croton dans les pays tropicaux. Photo: Louise Wolff

Il y a plusieurs siècles, la plante semble avoir donné naissance à une mutation aux feuilles picotées de jaune. Considérée attrayante par les indigènes, on a commencé à la cultiver comme plante ornementale. Grâce aux échanges entre différents peuples de la région, le croton était déjà bien distribué dans toute l’Asie tropicale et dans les îles du Pacifique Sud à l’arrivée des Européens.

Et durant ces échanges, d’autres mutations eurent lieu: des feuilles plus étroites, lobées, en tire-bouchon, enroulées, et non seulement panachées de jaune, mais aussi diversement striées et marquées de rouge, d’orangé, de pourpre, de brun, de crème et de diverses teintes de jaune. Au point où les crotons attirèrent immédiatement l’intérêt des Euro­péens lorsqu’ils arrivèrent dans le secteur au XVIIe siècle à la recherche d’épices.

Les Hollandais auraient introduit le croton en Europe vers 1686, où la plante connut un énorme succès auprès des serriculteurs. Avec l’arrivée du chauffage central, au tournant du dernier siècle, le croton, qui ne pouvait pas tolérer les nuits froides des maisons d’autrefois, a commencé à envahir les maisons en tant que plante d’intérieur. De nos jours, des centaines de milliers de crotons sont vendus tous les ans uniquement en Amérique du Nord, la vaste majorité pour l’utilisation comme plante d’intérieur.

Beau, mais pas facile

Le croton est très joli, tout le monde est d’accord là-dessus, mais pas nécessairement facile à cultiver. Le problème principal en est un de production trop accélérée. Les producteurs voient cette plante comme une denrée périssable, à vendre rapidement avant qu’elle ne dépérisse.

De la Floride vers le Nord

Ainsi, des camions pleins de crotons sont acheminés dans nos régions, directement de la Floride, où la plante est arrachée de son habitat extérieur, au plein soleil pour promouvoir une croissance plus rapide, enfoncée dans un pot puis expédiée vers le Nord. En moins de deux semaines, elle est souvent passée de l’humidité et du soleil brûlant de la Floride à votre salon sombre à l’air si sec. Après un tel changement, pas surprenant qu’elle commence rapidement à perdre des feuilles! En peu de temps, d’ailleurs, elle peut même mourir… C’est ainsi que le croton s’est développé une très mauvaise réputation auprès des jardiniers d’intérieur.

Photo: K H

Mais cela n’a pas besoin d’être le cas. Certains marchands produisent des «crotons acclimatés»: plutôt que de vendre le croton immédiatement, il est acclimaté peu à peu aux conditions normales d’intérieur en le faisant passer graduellement, environ deux semaines par étape, du plein soleil à une ombre de plus en plus profonde. La dernière étape se fait habituellement dans le pays final: on laisse le plant deux semaines sous un environnement typique du coin avant de le vendre. Ainsi, les crotons acclimatés arrivent chez vous en parfait état… et le demeurent. Les entretenir est la facilité même!

Mais où trouver des crotons acclimatés ? Voilà le hic! Il est rare qu’on prenne la peine d’acclimater les crotons vendus aux consommateurs ordinaires: croyez-le ou non, on nous vend sciemment des plantes qui mourront très rapidement! Ce sont les spécialistes en aménagement intérieur, ces gens qui s’occupent des plantes dans les immeubles de bureaux, les hôtels et les centres commerciaux, qui demandent des crotons acclimatés et qui paient un supplément pour en obtenir. Il est difficile pour le commun des mortels d’en trouver.

Acclimater un croton

Heureusement, on peut soi-même acclimater un croton aux conditions d’intérieur. Il s’agit de tricher un peu. Plutôt que de placer un croton venant directement de la Floride dans votre décor, faites-lui subir le «traitement du sac de plastique». Placez-le dans un sac de plastique transparent (un sac du nettoyeur, par exemple) et scellez-le, puis placez la plante dans votre intérieur, loin toutefois des rayons du soleil direct. (Si le soleil plombe sur le sac, la température atteindra rapidement un niveau mortel.) La forte humidité à l’intérieur du sac aidera la plante à conserver son feuillage pendant qu’elle s’adaptera à l’éclairage moindre. Au bout de deux semaines, votre plante sera déjà prête à affronter la lumière modérée de votre demeure, mais pas encore l’air sec.

Croton dans un sac de plastique pour l'acclimatation
Offrez à votre croton une «serre personnelle» le temps de son acclimatation. Ill.: www.uihere.com & Claire Tourigny, tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

La deuxième étape consistera à graduellement faire entrer de l’air de plus en plus sec dans le sac en y perçant un trou tous les jours avec un crayon. Quand le sac sera en lambeaux, la plante sera parfaitement acclimatée. Retirez alors le sac et placez la plante où vous voulez dans votre décor!

Entretien élémentaire

Un croton bien acclimaté ne demande que quelques soins de base. Arrosez-le dès que son terreau commence à s’assécher et tournez-le régulièrement pour qu’il ne pousse pas tout d’un côté, vers la source de lumière. Augmenter l’humidité ambiante au moyen d’un humidificateur est utile pour toutes les plantes (et aussi pour les humains!), mais n’est pas obligatoire. Une température normale d’intérieur convient parfaitement. L’été venu, fertilisez avec un engrais «pour plantes vertes». Et taillez toute branche devenue trop longue. Voilà tout ! Une plante très heureuse pourra mê­me se mettre à fleurir dans la maison, émettant des tiges couvertes de fleurs blanches ou jaunes en pompon.

Attention cependant à l’araignée rouge, qui aime bien le croton: si les feuilles commencent à perdre leur lus­tre, c’est probablement cette mite, si petite qu’elle est presque invisible, qui est en cause. Alors, faites prendre à votre croton une bonne douche toutes les semaines, rinçant surtout l’en­dos des feuilles, et tout rentrera rapi­dement dans l’ordre.

Difficile à conserver, un croton? Pas si vous connaissez ses secrets!


Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le Soleil le 23 novembre 2003.


commentaire sur "Croton : Avec de telles feuilles, pas besoin de fleurs"

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,
    Quelqu’un pourrait me dire où je pourrais trouver une dionée, je suis à Longueuil!
    Merci
    Carole Marcoux

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!