Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Ouragans, tornades et orages tropicaux: doit-on les simuler pour nos plantes?

Je vois depuis quelque temps passer des vidéos de gens qui font croire à leur plante pour un instant qu’il y a le même climat dans leur maison qu’en nature. Douches, vents, secouage de troncs… certains vont même jusqu’à flasher les lumières et mettre des bruits de tonnerre! 

Drôle d’idée? J’ai voulu essayer…

Aucun doute qu’il y a une parcelle d’humour là-dedans, mais se peut-il qu’imiter les conditions du pays d’origine de la plante lui soit favorable? La réponse n’est surprenamment pas si simple à donner! 

Pour ce qui est des constantes, c’est oui, mais les explosions de mère Nature…

Est-ce que faire trembloter les feuilles de votre plante dix secondes est vraiment suffisant pour «faire croire» à un ouragan? Est-ce que toutes les plantes tropicales vivent les catastrophes à la même intensité? Est-ce qu’une douche est bénéfique dans tous les cas? La réponse est non.

Voyons donc ce qu’on peut faire pour améliorer la vie de nos plantes d’intérieur en les sortant un peu de la monotonie de nos maisons, sans tomber dans le ridicule non plus!

Plus de lumière, comme dans le sud!

Si une chose est bien essentielle à la bonne santé de la plante, c’est la lumière. En hiver, il est parfois bien difficile d’avoir suffisamment de luminosité naturelle, même avec une fenêtre au sud. Le soleil est plus bas à l’horizon, en plus d’être présent moins longtemps. 

Photo : Jill Burrow

Même si on a l’impression que les plantes ont toutes besoin d’un maximum de soleil, c’est faux. Elles ont un cycle, tout comme nous, qui nécessite un peu de «repos» la nuit. 

La réalité, c’est que la photosynthèse demande beaucoup d’effort, et que la nuit permet aux plantes de redistribuer leur eau dans leurs cellules, de concentrer l’énergies sur leurs jeunes pousses, et parfois même de respirer! Si elle n’a pas l’occasion de faire cette pause, eh bien… Essayez donc de ne pas dormir et on s’en reparle! 

La nuit est tout aussi importante que la période lumineuse et on a tendance à oublier que certaines plantes d’Afrique ou d’Amérique du Sud connaissent, eux aussi, des nuits assez longues durant la moitié de l’année. Quant aux plantes tropicales vivant près de l’équateur, oui, elles ont des journées assez stables, mais comme les variétés qu’on a comme plante d’intérieur sont souvent des plantes de sous-bois, elles n’ont pas non plus besoin d’un ensoleillement maximal.

Photo : Skylar Kang

Reproduire la luminosité naturelle

Bien que le soleil soit presque toujours suffisant, même en hiver, il arrive que vous ayez trop de plantes pour vos fenêtres. Le meilleur moyen de reproduire la luminosité naturelle (et de donner un petit boost à vos plantes moroses) reste l’ajout de lampes de croissance. Bien sûr, c’est assez dispendieux quand on a beaucoup de plantes, et peut-être pas toujours élégant! 

Moi? J’accepte que mes plantes aient l’air triste l’hiver… Je suis une maman plante qui croit au système D. Si tu ne veux pas vivre, «too bad»!

Photo : BrightGrow.co

Pour reproduire les orages tropicaux, qui arrivent pratiquement quotidiennement dans la jungle, vous pouvez toujours jouer avec vos interrupteurs, mais à part faire rire de vous par votre conjoint ou vos enfants, il n’y aura pas d’autre résultat! 

Les éclairs ne font aucun effet aux plantes (du moins, aucun connu, mais ça ferait un beau sujet de recherche!). Ils sont trop rapides et peu nombreux pour que les plantes, qui ont un rythme très lent, y répondent. (Évidemment, je parle des éclairs dans le ciel, et non de la foudre qui frappe… N’ÉLECTROCUTEZ PAS VOS PLANTES NON PLUS! C’est dangereux pour votre plante, et pour vous.)

Plus d’eau, moins d’eau? Déluge ou quelques gouttes?

Il peut être très difficile d’arroser correctement ses plantes en hiver, car les besoins changent constamment. Plein de choses influencent la vitesse à laquelle les plantes absorbent l’eau: l’ensoleillement, le taux d’humidité, la température… 

Un 20°C d’octobre est beaucoup plus humide qu’une 20°C de janvier dans la maison et vos plantes ne le vivront pas de la même façon. Si vous arrosez un déluge par jour comme la plante le serait en nature… ça risque de mal tourner! D’autant plus qu’on oublie souvent qu’il y a une saison sèche, même dans la jungle!

Photo : Darius Krause

Une bonne douche pour une plante, ça fait toujours du bien. On ne se mentira pas, s’il y a une condition naturelle à reproduire de temps en temps, c’est celle-là! Mais attention: si le terreau est encore humide de votre dernier arrosage, ce n’est pas recommandé. Si les feuilles sont couvertes de petits poils non plus. En l’absence de vent et de la circulation d’air, certaines plantes moisissent si leurs feuilles restent mouillées quelques heures!

Alors la douche: oui, mais pas tous les jours, et pas sur toutes les plantes!

Il est à noter aussi que les plantes qui ont moins de lumière tombent dans un état de «sieste». Ce n’est pas tout à fait une dormance, mais leur métabolisme ralentit, leur croissance est plus lente, et leurs besoins en eau son moindre. 

Douche et humidité ambiante

Alors avant de mettre tout le monde dans la douche pour votre tempête tropicale, vérifiez donc que c’est la saison des ouragans (le moment d’arroser!).

En général, les tradescantias n’aiment pas les douches: ça fait tomber leurs feuilles. Et pourtant, j’arrose les miennes à grande eau l’été: quand le vent sèche les feuilles en quelques minutes, aucun problème, mais en intérieur, c’est autre chose. Photo : Rachel Claire

Pour ce qui est de l’humidité ambiante, je connais peu de plantes (outre les grasses) qui tolèrent un air très sec. Comme les maisons chauffées peuvent devenir très, très sèches en hiver (moins de 30%), ça peut être une très bonne idée d’offrir à vos plantes, non pas une expérience d’humidité intense de quelques minutes, mais un habitat humide en permanence. 

Regroupez vos plantes au même endroit pour qu’elles profitent de l’humidité relâchée par les autres, ajoutez un petit humidificateur près d’elles, utilisez des soucoupes avec billes d’argiles… Bref, on ne niaise pas avec l’humidité, c’est important, tout le temps!

«Shake shake shake, shake your body»

Si vous faites vos semis au printemps, vous connaissez l’importance de les faire bouger pour les rendre plus forts. La tige principale et les racines doivent être prêtes à affronter les intempéries! On les brasse, on les touche, on met un ventilateur, etc.

Mais nos plantes d’intérieur? Doit-on les brasser aussi de temps en temps? 

Honnêtement, pas vraiment. Comme elles sont en pots, les besoins de racines solides et de troncs forts sont assez moindres, d’autant plus que ces vents sont surtout utiles lors de la croissance de la plante, or, la vôtre fait la sieste durant l’hiver! Elle n’est certainement pas en train de développer ses racines ou de solidifier ses nouvelles pousses.

Si une de vos plantes est plein sud et croît même en hiver, ça peut s’avérer utile de lui simuler des intempéries, surtout si vous sortez vos plantes à l’été. Ça lui permettra d’être un peu plus robuste, mais franchement, ce n’est vraiment pas une nécessité.

Mais si vous y tenez, voici comment bien fortifier une plante… et ce n’est pas en la brassant 10 secondes par semaine! Le mieux est d’installer un ventilateur qui la fera constamment bouger tout au long de sa croissance. Après tout, en nature, il n’y a pas une seule rafale de temps en temps, le vent est constant! Assurez-vous simplement que votre ventilateur ne balaie pas votre petite bulle d’humidité.

Le vent peut même influencer la pousse des plantes s’il souffle avec force et toujours dans le même sens! Photo : Khamkéo Vilaysing

Violence météorologique, un mal nécessaire

Si les tempêtes font partie de la vie des plantes en nature, et qu’elles peuvent parfois sembler dévastatrices, elles sont au final nécessaire. Les branches cassées sont des opportunités de ramification, les vents forts permettent aux feuilles mortes d’êtres évacuées des branches, et les précipitations importantes gorgent les sols en prévision de périodes sèches. Certaines graines ne peuvent germer qu’après un feu, et certaines plantes ne fleurissent quand elles sont sur le point de mourir.

Ces perturbations sont nécessaires aux plantes, mais sont aussi de grands stress: il y a une différence entre un bon vent et un ouragan! Si le premier peut être coutume, le second reste plus rare. Il est faux de croire que tous les végétaux survivent aux tempêtes: la foudre, c’est la foudre, et une inondation, ça reste une inondation!

La foudre frappe souvent les arbres.

La même chose pour nos plantes d’intérieur?

Est-ce que nos plantes d’intérieur ont également besoin de ces perturbations? Non. Après votre simulation d’orage tropical, votre pot retourne dans votre salon, sans vent, avec un air sec, et aucune échappatoire à la terre trop humide, sinon le temps. Récupérer risque donc d’être plus difficile que pour la plante dans son habitat naturel.

De plus, je doute que vous cassiez violemment les branches de vos plantes pour forcer la ramification! Si vous êtes comme moi, vous coupez méticuleusement au-dessus de nœuds en pleurant quasiment de sacrifier une si belle branche! 

Alors avez-vous besoin d’imposer des stress extrêmes à vos plantes de maison? Non, elles vous ont vous, et dans certains cas, c’est déjà un bien assez grand stress!!!

Il y a fort à parier que si on met votre belle fougère dans la jungle, elle mourra rapidement, même si ces conditions sont supposément «idéales» pour l’espèce. La vérité, c’est que tout au long de leur vie, les plantes s’habituent à leur habitat et s’adaptent pour survivre dans ces conditions particulières. Ainsi, de la même façon, la fougère «sauvage» finirait sans doute par mourir aussi si vous la mettez dans votre salon.

C’est comme nous, au fond! Iriez-vous vivre soudainement dans la jungle, vous? Il y a fort à parier que les locaux vous verraient comme une pauvre petite plante de salon mal adapté! Alors que si vous avez grandit dans la jungle…

Dorloter sa plante comme la princesse qu’elle est

Au lieu d’essayer de reproduire un environnement qui n’est pas le sien, voir un orage tropical, assurez-vous de bien connaître les besoins des divas que vous hébergez. Elle a besoin d’un haut taux d’humidité? Mettez un humidificateur. Elle a besoin de soleil? Une lampe de croissance. Elle veut un voyage dans le sud? Ah non, ça, ce sont mes propres désirs, désolée! On parlait de princesse alors…!


commentaire sur "Ouragans, tornades et orages tropicaux: doit-on les simuler pour nos plantes?"

  1. STEVANI dit :

    Vous êtes de loin le meilleur site de jardinage! bravo j’adore tous vos articles

  2. Rachel Lamontagne dit :

    Quelle belle plume! ?

  3. Huguette dit :

    Toujours intéressant et amusant de vous lire.
    Merci

  4. Hélène Bédard dit :

    Qu’il est agréable de vous lire et que vous mettiez les pendules à l’heure! Parfois certaines plantes ne nous conviennent pas (environnement et/ou entretien) alors pourquoi stresser, la changer de place et si rien ne va, ben la composter.

  5. Ariette dit :

    Une information juste et claire, alliée à une belle plume et un savoureux humour, quelle magnifique façon de commencer ma journée! Merci Audrey!

  6. Diane Perron dit :

    Hilarante et informative comme toujours!

  7. Guyaline dit :

    J’adore l’humour (et la véracité) de vos articles !

  8. Julie dit :

    Superbe vidéo! Ça me donne le goût de m’y mettre hahaha!!

  9. Linda dit :

    Merci de cet article!! Vous me faites toujours rire tout en m’apprenant des choses :

  10. Vayoche dit :

    Je pars mes semis avec lumieres artificielles et ,celles-ci, restent allumees 24 heures sur 24 jusqu’ a leur sortie . Personnellement je ne crois pas qu’ une “surdose” de lumiere soit un handicap pour les plantes

  11. Lalou dit :

    pouaaah ha haaaa. la douche, j’adore! et l’imper!!!

  12. Céline dit :

    Tordante comme toujours et drôle de vidéo! Merci pour les infos!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :