Catégories

Recherche

Nos partenaires

Jardinage de fin de saison

J’ai beau être une jardinière un peu paresseuse, j’aime faire de l’exercice dehors en automne alors qu’il fait frais. De plus, il y a quand même des choses à faire sur le terrain qui me permettent de gagner du temps au printemps prochain. Voici donc mes astuces de jardinage de fin de saison.

Les feuilles mortes

Bien entendu, je ne ramasse pas mes feuilles mortes sur la pelouse, car nous passons la tondeuse dessus. Par contre, je les déchiquette là où j’ai des feuilles en abondance et j’en mets une couche de 5 à 10 cm sur mon potager et sur le parterre de fleurs devant mon entrée. Mais je dois parfois renouveler ce paillis au cours de l’été. J’ai donc besoin de beaucoup de feuilles mortes qui ne sont disponibles qu’en automne. De plus, j’ai aussi besoin de feuilles sèches toute l’année pour équilibrer les matières «vertes» dans le compost. J’en garde donc au moins 8 à 10 sacs derrière mon garage ainsi que dans une boîte à côté de mon composteur.

Heureusement, il y a des jardiniers très courageux qui les mettent dans des sacs au bord de la rue. Il s’agit de soupeser les sacs pour savoir si les feuilles sont relativement sèches, car, si elles sont trop mouillées, elles risquent de se décomposer dans le sac au courant de l’année et elles seront plus difficiles à étaler. L’idéal est de trouver quelqu’un qui les déchiquette avant de les ensacher et de s’en faire un ami!

Les grands sacs de papier sont parfaits pour utiliser les feuilles immédiatement, mais si vous voulez les garder jusqu’au printemps prochain, il va falloir les recouvrir d’une bâche ou les mettre dans des sacs de plastique. Photo: Ville de Prévost

Faites-vous un plan de votre potager?

Si ce n’est déjà fait, faites un plan de votre jardin potager avant d’oublier comment vous avez organisé vos légumes en 2023, car il faut faire des rotations chaque année. C’est particulièrement important pour les espèces exigeantes comme les tomates et les courges qui épuisent davantage le sol, mais aussi pour éviter la propagation des maladies et des ravageurs qui sont spécifiques à chaque plante. Idéalement, il est suggéré de faire des rotations de 4 ans avant de planter une espèce au même endroit.

Le nettoyage d’automne?

En permaculture, on suggère de tout laisser au sol jusqu’au printemps prochain: les légumes fanés et leurs racines afin de ne pas perturber le sol. Ensuite, il faut semer ou planter directement au travers de tout ça l’année suivante. J’ai essayé et cela ne fonctionne pas bien pour moi. D’abord parce que j’ai quand même des adventices qui s’installent malgré le paillis que je m’efforce de conserver partout. Ensuite, parce qu’il y a des cultures qui nous obligent à perturber passablement le sol lors de la récolte, comme les légumes racines et les pommes de terre, par exemple. Donc j’enlève les adventices et les légumes en fin de production et je mets du paillis sur tout le potager avant l’hiver. Au printemps, je passe la grelinette dans les endroits où je vais semer des légumes racines.

Un paillis de feuilles mortes est facile à récolter en mettant le sac sur la tondeuse (pour une fois). Si votre potager est dans une zone très venteuse, il faudra peut-être protéger ce paillis avec un grillage ou quelques vieilles planches jusqu’à l’arrivée de la neige.

Quelques légumes qui apprécient les températures plus fraîches

Évidemment, lors du jardinage de fin de saison, je laisse en place le plus longtemps possible les légumes qui résistent bien au froid, comme les poireaux, les panais, les choux kale et quelques laitues comme les scaroles et la mâche. Je vais recouvrir ces dernières avec des toiles, juste avant les premières gelées, pour en récolter le plus longtemps possible et la mâche va «renaître» au printemps prochain avant de monter en graines.

Les panais résistent très bien au froid mais les poireaux ne survivent pas à l’hiver chez moi en Estrie.

Les panais passent très bien l’hiver dans le sol au Québec. Ils seront même plus sucrés au printemps, mais je n’ai pas eu de succès avec les poireaux et les carottes qui étaient pourris au printemps.

Des semis d’automne

De nombreuses plantes potagères se ressèment toutes seules si on les laisse monter en graines. Alors plutôt que de voir apparaître du cerfeuil, de l’origan ou de l’aneth dans des endroits inadéquats au printemps prochain, je vais en semer au mois de novembre là où je le décide, juste avant le gel. Avec les bons conseils que Mathieu nous a donnés dernièrement, on peut semer de nombreuses espèces avant l’hiver.

Pour ma part, je conserve au moins un plan de persil et de panais chaque année pour les laisser monter en graines l’année suivante, car les semences de ces 2 espèces ne sont viables qu’un an et ainsi je n’ai pas besoin d’en racheter chaque année. Par ailleurs, ces deux espèces produisent de jolies ombelles qui attirent des milliers de petites guêpes parasitoïdes bénéfiques durant l’été.

Le panais, tout comme le persil, produira des fleurs et des graines la 2e année.

Et bien sûr, n’oubliez pas de planter votre ail avant que le sol ne gèle!

Le jardinage de fin de saison, ça fait un automne quand même assez occupé… Mais c’est moins coûteux et moins loin que d’aller au gym!

Étiquettes + Feuilles d'automne, Feuilles mortes


commentaire sur "Jardinage de fin de saison"

  1. diane blais dit :

    Je garde quelques carottes pour les graines et l’excédent, je les ai sorties de terre très tôt elles étaient délicieuses le printemps venu. Quant à passer la tondeuse dans les feuilles mortes, c’est une idée judicieuse pour se sauver des heures de travail et épargner son dos!

  2. celadon7 dit :

    De vrais jardin de pros, je n’ai jamais travaillé avec la grelinette , une bonne bêche pleine dans le sol sableux de Sologne , les terres de Beauce au dessus de la Loire , lourdes préfèrent être travaillées à la fourche bêche sur les petites parcelles Chez nous tout est sarclé ,les herbes coupées sur place En espérant une bonne dormance .

  3. Gérald dit :

    A propos de poireaux, certaines variétés peuvent se garder en terre l’hiver d’autres pas. La variété “Bleu de solaise” que l’on trouve souvent (en tout cas dans ma région, en Auvergne) en bottes à repiquer au printemps supporte normalement les gelées hivernales.

  4. dino game dit :

    I wanna know more about this because this is really informative!

  5. drift hunters dit :

    Cultivez ails, oignons, laitues romaines et poireaux d’été. En fin de saison, si le climat devient plus doux, vous pouvez débuter le semis en pleine terre des oignons, des échalotes et de l’ail.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!