Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

La belladone : entre sorcellerie et beauté, médecine et poison

Chers lecteurs intrépides, bienvenue dans le prochain chapitre de notre série spéciale d’Halloween sur les plantes toxiques. Au programme, une plante qui oscille entre mort et guérison, folie et beauté, popularité et mystère: la belladone.

Photo: radimjv

Une plante au charme envoûtant

Ne vous laissez pas tromper par la beauté ténébreuse de la baie noire et brillante de la belladone (Atropa bella-donna). Ses feuilles, ses baies et ses racines contiennent de l’atropine, une substance qui altère gravement le système nerveux. Même une petite quantité peut provoquer hallucinations et convulsions, et induire la mort par paralysie respiratoire.

Malgré le fait qu’une poignée de baies est suffisante pour causer le décès d’un adulte, la belladone a été largement utilisée dans le passé… et continue de l’être encore aujourd’hui. Car, voyez-vous, certaines jardineries vendent des plants de belladone pour ses qualités esthétiques en jardinage!

Voilà une véritable raison de craindre cette plante en cette saison de l’épouvante: tel un fantôme, la belladone se glisse entre deux beautés au feuillage fourni, et séduit avec ses timides fleurs violettes et ses fruits aussi brillants que des taches d’encre.

Vous êtes d’Europe? Redoublez de frayeur, car cette plante se retrouve à l’état sauvage de votre côté de l’océan, se confondant avec les délicieuses myrtilles cueillies lors de randonnées. Quels ravages elle peut provoquer sous son air innocent!

Myrtille. Photo: Ryan Hodnett.

Les sorcières du Moyen-Âge

La belladone a une longue histoire en tant qu’ingrédient magique utilisé par les sorcières du Moyen-Âge. Elles auraient appris à maîtriser cette plante pour profiter de ses effets hallucinatoires, autant que pour concocter des potions de mort, en l’utilisant par voie interne ou externe. Selon une rumeur historique, elles enduisaient les manches de balai avec un onguent à base de belladone, avant de le chevaucher, leur donnant ainsi l’illusion de voler, ou encore de rencontrer le diable.

De quoi voir les classiques sous un autre œil!

Les bella donna de la Renaissance

La belladone fut également utilisée comme coquetterie par les femmes de la Renaissance. Les élégantes Italiennes appliquaient quelques gouttes d’une infusion de belladone sur leur visage près des yeux pour dilater leurs pupilles et obtenir de profonds yeux noirs, souvent décrits comme «yeux de biche». Cette apparence avait le pouvoir de susciter la convoitise des hommes. Le nom de la belladone viendrait d’ailleurs de cet usage puisque bella donna signifie «jolie dame» en italien.

Photo: Nutschig

En plus de dilater les pupilles, l’infusion causait également un léger strabisme, ce qui était considéré à l’époque comme un trait de beauté. Ainsi, l’expression «avoir une coquetterie dans l’œil» fait référence au fait de loucher et c’est considéré… sexy.

Pour être honnête avec vous, j’aurais adoré avoir des robes de princesse tous les jours, des coiffures hautes, assister à des bals… Mais quand on plonge dans les réalités historiques — et leurs standards de beauté —, on est parfois déçus. Se mettre du poison dans le visage pour avoir un « œil qui se crisse de l’autre »? Non merci!

(Oui, oui, je sais, au Québec, on utilise les mots d’église à toutes les sauces, mais… avouez que c’est plus drôle que «un œil qui n’est pas concerné par les décisions de son homologue». Quoique… ça sonne bien aussi, en fait!)

La belladone était toutefois aussi utilisée comme poison à cette époque. Comme l’écrit Pierandrea Mattioli, un médecin botaniste de l’époque, en 1548, la dose à utiliser dépend de l’effet recherché: «une drachme de belladone pour une légère frivolité, deux drachmes pour plus de légèreté, et trois drachmes pour une folie prolongée, bien que cela puisse entraîner la mort.»

Sorcières, bella donna ou botanistes,

Nul ne peut échapper à son charme sinistre.

Mais une dose mal mesurée, une erreur de posologie,

Et il faut en payer le prix, c’est la tragédie.

Entre feuille de belladone et sommeil éternel,

Ces baies d’onyx sont une destinée mortelle.

Médecine moderne

Bien sûr, plusieurs poisons, correctement utilisés et dosés, peuvent être d’un grand secours en médecine. Au début du XIXe siècle, des médecins allemands ont utilisé des préparations à base de belladone pour effectuer des examens oculaires. Avec le temps, les scientifiques ont réussi à isoler certains composés de la belladone, comme l’atropine, et ceux-ci sont encore utilisés aujourd’hui.

Cupcake hallucinatoire à la belladone

**Comme elle est classée comme une plante en danger dans le monde, j’ai pris la liberté d’adapter cette recette en remplaçant la belladone par des bleuets ou myrtilles. De plus, la recette originale m’a été confiée par une sorcière peu recommandable alors… Prenez des bleuets!**

Pour une collation avant d’aller ramasser des bonbons, rien de mieux que ce délicieux cupcake! Hallucinations à prévoir: rencontre de petits monstres, de princesses, d’animaux sauvages et de sécheuses (oui, j’ai déjà vu un enfant-sécheuse, je vous le jure!)
 
Préparation: utilisez les petits gâteaux ou muffins de votre choix. (Vous pouvez les acheter ou demander à Ricardo pour sa recette de cupcake de base, les meilleurs!) À l’aide d’un outil de cuisine cérémonial, creusez un trou sur le dessus de votre petit gâteau pour en retirer l’équivalent d’une ou deux cuillérées à soupe. Remplissez ce gouffre d’une confiture de bleuets contenant des fruits entiers en laissant bien déborder pour donner l’impression de bulles débordant d’un chaudron.
 
Rencontres démoniaques assurées… (Oui, chères mamans, je parle de la sécheuse pleine de linge à plier!)

Photo: Karolina Grabowska

On est bien Mercredi?

Cet article est publié un mercredi. La belladone est un thème abordé dans la série Mercredi. Coïncidence? À vous de juger! Mais je tiens à vous dire quand même que la belladone à un effet beaucoup moins rapide que ce que laisse présumer cette série sur mademoiselle Addams.

Les effets sont multiples: nausées, vomissements, dérèglement du rythme cardiaque, difficulté à respirer et à déglutir, en plus des hallucinations et de l’anxiété. La victime s’apaise ensuite et entre dans un coma. La mort est provoquée par la paralysie des muscles respiratoires et cardiaques.

Je tiens également à mentionner que certains mammifères peuvent consommer la belladone sans mal. Ce n’est pas parce qu’un lapin en a mangé que ce sont des myrtilles.

Quand même une très bonne série, Mercredi Addams, soit dit en passant!

En cette saison d’Halloween, la belladone nous rappelle que la frontière entre la magie et le danger peut être ténue. N’oubliez donc pas, même si la belladone fascine par son mystère, il vaut mieux ne pas jouer avec le poison.

Profitez d’Halloween en toute sécurité, chers lecteurs, et que votre célébration soit remplie de mystère et d’aventure.

Étiquettes + belladone, Atropa bella-donna


commentaire sur "La belladone : entre sorcellerie et beauté, médecine et poison"

  1. Élise Gosselin dit :

    Merci encore une fois pour cette série d’article drôle et surtout très intéressant!!

  2. Anne dit :

    Merci pour cet article (et la contextualisation très sympa). J’ignorais qu’elle poussait à l’état sauvage en France ! Donc double merci.

  3. Aymeric dit :

    J’ai parti un plant de Belladonna chez moi à partir de semences. Je la trouve très élégante, bien que mon olant soit parti de travers. Les fleurs un peu discrètes, mais de fruits cette année.
    Je ne pensais pas qu’elle se vendait au Québec.

  4. Sylvie dit :

    Merci! Super bon, très drôle! Décidément tu devrais publier un recueil de tes articles humoristiques ??

  5. Julie dit :

    « Un œil qui se crisse de l’autre » !!! Hahahaha!!! Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu ça en cette époque trop prude sur les mots.
    Excellent article! Je le ferai lire à ma fille qui est adepte de Mercredi afin qu’elle en apprenne plus sur la « réalité » de la belladone. Merci pour votre humeur du jour!

  6. Diane dit :

    Merci encore une fois, Audrey, pour cet article à la fois instructif et drôle!!
    Je suis à mijoter un projet d’écriture de roman policier et je me cherchais justement un poison intéressant… j’ai trouvé : la belladone ! 😉 Bon Halloween! wooaaaahhh!

  7. celadon7 dit :

    Je n’ai jamais vu cette plante .D’autres sont aussi poison aconit napel, laurier rose , muguet , sureau hièble, ricin etc…Ayant été jardinier quatre branches j’en ai vu quelques unes des champs , de cultures , ornementales et potagères, de serres qui nous entourent .. merci pour cet article .

  8. Diane dit :

    Ohhh, d’autres possibilités de poison intéressant : aconit napel, ricin… (pour mon projet de livre bien sûr. 😉 ) Je les prends en note aussi. Merci celadon7!

  9. Nathalie dit :

    Ah! Oh! Hein !!! Ce sont mes réactions en lisant cet excellent article. Merci !??

  10. jejagu dit :

    Ou bien un œil qui dit merde à l’autre, ou un qui surveille la cuisson des merguez et l’autre qui dit “Fais gaffe!” au chat.

  11. Renee jobin dit :

    Très intéressant et superbement écrit!!!

  12. Yves Dugas dit :

    Tu es toujours aussi drôle et pertinente Audrey merci !

  13. Sylvie dit :

    En médecine aujourd’hui l’atropine est utilisée pour augmenter le rythme cardiaque. C’est un médicament de choix lors de réanimation. Paradoxalement ça doit induire la mort en trop grande quantité puisqu’on utilise 0,5 mg X 3 en réanimation

  14. Liette Pelletier dit :

    Super! J’adore! Merci!

  15. Lily dit :

    Te lire est une partie de plaisir. Merci ?

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :