Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Le meilleur moment pour foutre… le fumier au potager

Il y a maintenant plusieurs années de cela (beaucoup plus que je n’ose l’avouer), j’habitais en campagne et j’exploitais une petite entreprise maraîchère avec ma conjointe de l’époque. Occasionnellement, un de nos voisins arrivait en tracteur avec une remorque pleine de fumier. D’autres fois, c’était le fumier de nos propres poules pondeuses qu’on utilisait. Selon la situation ou le moment de l’année, ce fumier allait directement au jardin ou alors il était ajouté au tas de compost. Tout ce fumier était absolument gratuit! Une excellente source de nutriments pour nos fruits et nos légumes.

Plusieurs d’entre vous «ferment» leur potager à ce temps-ci de l’année. On me demande souvent si l’automne est le bon moment pour épandre le fumier dans notre potager. On recommande habituellement de le faire à l’automne ou au printemps, mais pourquoi cela? Et y a-t-il un moment meilleur que l’autre?

Fumier au potager
Photo: Getty Images

À la fin de l’été, l’automne ou au printemps?

Avant de commencer, il faut comprendre que, comme le compost, le fumier nourrit le sol et non les végétaux, et c’est le sol qui transmettra les nutriments à vos fruits et légumes, sous l’action de la décomposition, une fois le fumier décomposé. Le compost et le fumier sont des amendements qui améliorent la fertilité et la structure de la terre, plutôt que des engrais.

Quoiqu’il soit possible d’étendre son fumier au printemps, je suggère de le faire à la fin de l’été ou à l’automne, pour des raisons sanitaires. Pour éviter la contamination de nos récoltes, on recommande d’attendre au moins 90 jours après une application de fumier frais avant de récolter des légumes et 120 jours pour ceux qui ont été en contact avec le sol, comme les légumes feuilles ou les légumes racines. Le fumier animal pourrait contenir des bactéries comme l’E. coli ou la salmonelle.

Par exemple, si on épand notre fumier un 1er octobre, mais que le sol gèle 45 jours plus tard, la décomposition cessera jusqu’au dégel. Disons que le sol dégèle le 1er avril, il faudra attendre au moins 45 jours après ce moment pour récolter, et même 75 jours, donc entre la mi-mai et la mi-juin! Maintenant, pensez à vos premières récoltes de l’année: laitues, épinards, radis, pois, etc. Ce sont toutes des plantes potagères qui sont prêtes pour être récoltées rapidement. Un exemple: si on plante des radis un 15 mai, ils seront prêts à récolter autour du 15 juin, c’est juste en titi! Donc, la morale de cette histoire: n’attendez pas trop longtemps avant de mettre votre fumier au jardin!

Fumier

Pour les cultures tardives

Cependant, si vous avez l’intention d’utiliser votre fumier pour vos plants de tomates, il n’y aurait pas de problème à le faire au printemps. Puisqu’on les transplante fin mai à fin juin selon la région et qu’elles mettent quelques mois à fructifier, le délai de 90 jours sera ainsi respecté, si vous épandez votre fumier assez tôt. Même son de cloche pour les fruits ou légumes qu’on récolte à la fin de l’été ou l’automne.

Il faut dire que ces périodes coïncident souvent avec les moments où il n’y a rien au potager, ce qui rend l’épandage beaucoup plus simple. La plupart du temps, c’est ce qui détermine le moment d’utiliser le fumier.

Par ailleurs, une autre alternative est de ne pas prendre de fumier pour les légumes et fruits qu’on récolte tôt en saison. On n’a donc pas besoin de s’inquiéter d’une quelconque contamination.

Composter son fumier

Si la contamination vous inquiète toujours, sachez qu’il n’est pas nécessaire d’épandre du fumier frais directement au jardin, on peut aussi le composter, ce qui éliminera les bactéries et les semences de mauvaises herbes qu’on pourrait y trouver… si notre compost est bien fait! Voici comment faire:

  1. Assurez-vous que votre tas de fumier est situé à au moins 30 mètres d’une source d’eau.
  2. Faites des couches d’environ 10 cm de fumier et 20 cm de feuilles, de paille ou autre matière riche en carbone, jusqu’à une hauteur minimum de 1 mètre. Votre tas devrait faire au moins 1 m3 pour atteindre la chaleur nécessaire afin de tuer bactéries et semences de mauvaises herbes. Si votre fumier contient déjà beaucoup de paille ou de copeaux de bois, vous devrez ajuster la quantité de matière riche en carbone.
  3. Ajoutez de l’eau. Votre tas de compost doit être humide, mais pas mouillé.
  4. Tournez votre tas de compost après qu’il ait atteint une température d’au moins 55? pour un minimum de 3 jours. Vous remarquerez probablement qu’il aura baissé grâce au processus de décomposition. Recommencez le processus aux deux semaines pendant 2 à 3 mois, ou jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de morceaux reconnaissables de matière originale.
  5. Épandez au jardin!
Compost de fumier
Photo: Maria Firman

Problèmes avec le fumier

Outre la contamination, l’utilisation du fumier dans le jardin pourrait causer quelques problèmes, le premier étant la présence de semences qui germeront au potager. La paille est souvent utilisée comme litière pour les animaux de ferme et il n’est pas rare qu’on retrouve des graines de paille dans le fumier pour cette raison. Comme mentionné plus haut, le processus de compostage du fumier éliminera ces semences.

Il est important de noter que la production de viande fait souvent usage d’hormones de croissance. Si cela vous importune, ou si vous désirez que votre jardin soit biologique, assurez-vous que la ferme d’où provient votre fumier soit aussi biologique.

Trop de fumier?

L’application de fumier frais répété ou excessif peut aussi occasionner un déséquilibre des éléments nutritifs dans le sol de votre potager. Le fumier peut avoir une composition différente selon l’animal qui le produit. On note souvent des quantités importantes d’azote dans le fumier frais. Un surplus d’azote ou de sels minéraux peut causer des «?brûlures?», qui sont, en réalité, un dérèglement physiologique qui empêche l’absorption d’eau ou la respiration cellulaire. Faites attention à ne pas trop en utiliser; 2 à 5 cm devraient suffire. Idéalement, l’épandage serait précédé d’une analyse de sol. Le compostage du fumier aide énormément en transformant les nutriments en formes plus stables.

L’excès de certains nutriments, tel l’azote, peut aussi être nuisible aux cours d’eau à proximité. Évitez l’arrosage excessif pour prévenir le lessivage. Le paillage ou l’usage d’engrais vert sont toujours une bonne idée au potager, fumier ou pas, pour empêcher l’érosion et le lessivage. L’excès de nutriments peut aussi avoir une influence négative sur la faune et la flore du sol.

Au Québec, l’usage de fumier est réglementé en agriculture. En temps normal, son usage est permis entre le 1er avril et le 1er octobre et interdit sur un sol gelé ou enneigé. Pour plus d’information: Le fumier, une richesse réglementée.

Enfin, le fumier, un amendement, riche en nutriments, souvent gratuit, à utiliser avec précaution!

Étiquettes + fumier


commentaire sur "Le meilleur moment pour foutre… le fumier au potager"

  1. celadon7 dit :

    chez nous en mon temps actif le fumier n’était pas enfoui pur ,mélangé avec résidus végétaux automnal herbe de tonte , pailles diverses ,épluchures feuilles broyées. Je me souviens qu’à l’école d’horticulture d’IGNY ces façons culturales étaient printanières avec un bêchage à double jauge afin d’éliminer plus d’adventices. Nous faisions aussi des couches feuilles en tas en rectangle sur une épaisseur de plus de un mètre tassées par nos pieds d’élèves , parfois des morceaux ou entiers des animaux morts participaient involontairement (suidés, petits bovins, Puis nous installions les coffres de bois , le terreau noir épandu au dessus sur les trois quart de la hauteur de coffre recouverts par la suite de châssis type nantais et des paillassons en période de semis .Nos plants de légumes , fleurs n’ont jamais connu autre chose que le terreau une fois les semis levés il y avait les repiquages avec différents types de mélanges terreux tf tx tourbe sable et amendements naturels.

  2. Danielle Brossard dit :

    Bon jeu de mots pour le titre : j’aime ! Plus sérieusement, pourriez-vous en dire un peu plus sur les « engrais verts ». Je compte supprimer le BRF de mon potager pour le remplacer par des engrais verts car les mulots ont littéralement envahi mon potager depuis que j’utilise du BRF comme paillis dont ils semblent raffoler.

    • sylvicole52 dit :

      Bonjour
      je pense qu’il est important de souligner que dans le cas du compost (mature), on peut le mélanger n’importe quand et personnellement j’aime tôt le printemps. Je ne mélange jamais de compost immature avec la terre du potager car il y a un peu de gaspillage alors. Pour le BRF jai banni ca de mon potager depuis longtemps, car la plupart sont des incubateurs de mauvaises herbes qui perdurent pendant des années.

  3. S.LaFerrière dit :

    Il y a actuellement une épidémie d’hameçonnages et de fraudes par courriel (e-mail). Je suggère aux lecteurs d’être prudents et de vérifier avant de cliquer sur des liens qui font la promotion de trucs financiers mirobolants.

  4. combe dit :

    bonjour faut mettre le fumier en surface du sol ou l’enfouir , merci de me répondre, cdl Raymonde

  5. euclidechiasson dit :

    oui, l’enfouir au plus pour garder le maximum de sa valeur

  6. Nathalie Morin dit :

    Et si notre tas de fumier a déjà plus d’un an doit-on aussi avoir un délai pour la consommation ??

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :