Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Certaines plantes bleues ont le blues

Les feuilles sont vertes, n’est-ce pas? Et nous sommes tous censés savoir pourquoi, car nous avons étudié la photosynthèse à l’école. Cependant, comme beaucoup d’entre nous ne se souviennent pas de tout ce qu’ils ont appris à l’école, voici un petit rappel rapide et facile.

Les cellules vertes réalisent la photosynthèse, le processus que les plantes utilisent pour convertir la lumière du soleil et le dioxyde de carbone en énergie utilisable. Les feuilles doivent donc être vertes. Si elles ne l’étaient pas, la plante mourrait. C’est du moins ce qu’on nous a dit à l’école. Sauf que… elles ne sont pas toujours vertes. En fait, elles sont de toutes les couleurs: jaunes, violettes, argentées… et bleues.

Intéressons-nous à cette dernière couleur. Bien sûr, aucune plante n’a de vraies feuilles bleues. Le terme approprié pour cette couleur de feuillage est glauque, ce qui signifie gris bleuâtre ou vert bleuâtre. Elle est causée par une couche blanche cireuse, appelée pruine, qui recouvre les feuilles vertes. Si vous frottez une feuille «bleue» avec vos doigts, la pruine se détache, révélant le vert sous-jacent. Les bourgeons et les tiges peuvent également être recouverts de pruine. Et que sont les bleuets si ce n’est des fruits violets recouverts d’une pruine cireuse?

Hosta ‘Abiqua Drinking Gourd’. Photo: Hardyplants

Un revêtement utile

Dans la nature, tout a une utilité. L’utilité la plus courante de la pruine est de protéger les plantes de l’excès de soleil. Visitez un bord de mer, un désert ou un sommet de montagne – un endroit où rien ne filtre les rayons du soleil – et vous verrez de nombreuses plantes à la pruine cireuse. En filtrant les rayons du soleil, la pruine permet à la plante de réaliser la photosynthèse sans risque de coup de soleil.

La pruine repousse les insectes. Des études montrent que les insectes prédateurs préfèrent les bleuets dont la pruine a été enlevée. Et vous avez sans doute remarqué que la plupart des hostas bleus sont résistants aux limaces. La pruine crée également une barrière contre le sel, protégeant ainsi les plantes de bord de mer des dommages causés par le sel. Mais elle s’estompe avec le temps.

Une épinette bleue du Colorado (Picea pungens ‘Glauca’) est plus bleue lorsque ses nouvelles aiguilles apparaissent au printemps. À la fin de l’hiver, l’arbre est plutôt vert. Les hostas bleus sont également plus bleus au printemps. À l’automne, ils deviennent également assez verts.

Épinette bleue du Colorado

Les plantes exposées à la pluie perdent leur pruine plus rapidement que celles qui sont protégées des éléments. Pour garder les hostas bleus aussi bleus que possible, plantez-les à l’ombre sous les arbres.

Les produits qui font fondre la cire peuvent également faire disparaître la pruine. Vaporisez une épinette bleue avec de l’huile horticole ou du savon insecticide et elle deviendra verte – temporairement. L’année suivante, il produira à nouveau des aiguilles bleu-vert.

Des mythes entourant les plantes bleues

Contrairement à la croyance populaire, rien ne peut rendre une plante plus bleue que ce que ses gènes ont prévu. Les croyances selon lesquelles les sels d’Epsom, les clous rouillés, le sulfate d’aluminium et les engrais acides rendent les épinettes bleues plus bleus sont des légendes urbaines. Ne les croyez pas!

Le feuillage bleu dans l’aménagement

Le bleu pâle est une couleur apaisante qui peut contribuer à créer un coin intime. Utilisez-le pour créer un contraste doux avec les verts dominants à proximité. Il est particulièrement apprécié dans les zones d’ombre profonde, où la couleur pâle donne l’impression que la lumière du soleil perce à travers les feuilles en surplomb.

Les Japonais intègrent souvent le feuillage bleu dans leurs paysages pour représenter l’eau bleue ou le ciel bleu. Et comme les fleurs bleues sont très rares dans la nature, les célèbres bordures bleues que l’on voit dans les jardins britanniques s’appuient largement sur le feuillage bleu.

Enfin, si vous souhaitez créer un environnement désertique ou recréer une dune de sable ou une plage de galets dans votre jardin, le feuillage bleu est un choix naturel. C’est d’ailleurs ce que l’on trouve dans la nature.

Plantes bleues à découvrir

La plante à feuillage bleu la plus connue est l’épinette bleue du Colorado (Picea pungens ‘Glauca’, zone 2). Il existe des dizaines de cultivars encore plus bleus, y compris de nombreuses formes naines.

Le sapin blanc du Colorado (Abies concolor ‘Candicans’) est un sapin bleu argenté (rustique jusqu’à la zone 4) et de nombreux genévriers (Juniperus, dont la plupart sont rustiques jusqu’à la zone 2 ou 3) sont bleus ou gris-vert. Ils vont du couvre-sol rampant aux petits arbres pyramidaux. Il existe même des mélèzes assez bleus (Larix x eurolepis ‘Blue Weeping’, zone 2, en est un exemple).

Il existe des centaines d’hostas bleus (zone 3), dont la taille varie de 25 cm de diamètre à plus de 2 m! Ils se plaisent à l’ombre ou à l’ombre partielle. Si elles sont trop ensoleillées, elles deviennent vertes.

Pour les endroits ensoleillés, le choix est beaucoup plus large. La mertensie maritime (Mertensia maritima, 15 x 50 cm, zone 1), originaire du Canada, est une plante grimpante de faible hauteur aux feuilles bleu poudre et aux fleurs en forme de clochettes d’un bleu intense. Plante de bord de mer, elle tolère le sel. Ayant besoin d’un bon drainage, elle peut même pousser dans le sable ou les galets.

Mertensie maritime.

Le chou marin (Crambe maritima, 60 x 60 cm, zone 4) ressemble à un chou alambiqué avec des feuilles épaisses bleu poudre et des fleurs blanches parfumées au miel sur des tiges ramifiées. Plante de bord de mer à l’origine, elle tolère le sel. Essayez de la manger, elle a le goût du chou!

La rudbeckie élevée (Rudbeckia maxima, zone 4) est une grande plante de prairie de 1,2 à 1,8 m (4-6′) avec des feuilles bleu acier. Donnez-lui le plein soleil dans un sol bien drainé.

D’autres suggestions de plantes bleues

De nombreux sedums (Sedum spp.) ont des feuilles glauques, y compris Sedum cauticola (Hylotelephium cauticola) et S. dasyphyllum. Le tout petit S. reflexa ‘Blue Spruce’ (zone 3) est le plus bleu de tous avec des feuilles épaisses en forme d’aiguilles bleu poudre et des fleurs jaunes. Pour de meilleurs résultats, donnez-lui du soleil et un bon drainage.

Sedum cauticola. Photo: KENPEI

La rue officinale (Ruta graveolens, zone 5) est une charmante plante vivace/médicinale aux feuilles bleu-vert profondément découpées et aux fleurs jaunes mousseuses. Certaines personnes sont allergiques à sa sève. Donnez-lui du soleil et un sol moyen à pauvre.

Les œillets (Dianthus spp.) sont surtout connus pour leurs fleurs abondantes, frisées, souvent parfumées, de couleur blanche, rose et rouge, mais elles produisent aussi des touffes de feuilles ressemblant à de l’herbe, de couleur bleu-gris à bleu-vert. Essayez le Dianthus ‘Frosty Fire’ (10-15 cm x 20-30 cm, zone 3), un hybride canadien aux fleurs rouges et aux feuilles bleu argenté. Il pousse mieux dans des endroits bien drainés et au soleil.

Dianthus ‘Frosty Fire’. Photo: David Stang

Beaucoup de petits cœurs saignants (Dicentra spp., 25-30 cm x 30-40 cm, zone 4) ont également des feuilles bleu-vert, en particulier les cœurs saignants ‘Candy Hearts’, ‘Burning Hearts’, ‘King of Hearts’ et ‘Ivory Hearts’. Ils portent des fleurs en forme de cœur, blanches ou roses à rouges, tout au long de l’été.

Des graminées à profusion

Les graminées à feuilles bleues ne manquent pas, comme le prouve n’importe quelle visite au bord de la mer. Les élymes sauvages (Leymus spp. et Elymus spp.) poussent à l’état sauvage sur les dunes de sable dans tout le Canada. Ils se donnent à fond pour prévenir l’érosion. En culture, les Leymus arenarius ‘Blue Dune’ et ‘Glaucus’ (60-90 cm (2-3′) x indéfini, zone 4), originaires d’Europe, sont largement disponibles. Ces graminées qui s’étendent tenteront de s’emparer de votre pays. Contrôlez-les en les plantant à l’intérieur d’une barrière racinaire. Les villes utilisent ces plantes tolérantes au sel le long des rues où le sel de déneigement tuerait la plupart des autres plantes.

L’avoine bleue (Helictotrichon sempervirens) ressemble à une fétuque bleue géante et nécessite les mêmes conditions de croissance. 60-70 cm (2-2.3′) x 60-90 cm (2-3′). Zone 4.

Avoine bleue. Photo: Sten Porse

Si vous cherchez quelque chose de plus grand, l’herbe indienne (Sorghastrum nutans ‘Sioux Blue’, 1,5-2m x 0,6-0,9m [4,9-6,6′ x 2-3′], zone 4) et le panic érigé (Panicum virgatum ‘Dallas Blues’ et autres cultivars, 1,2- 1,5 m x 0,8-0,9m [3,9-4,9′ x 2,6-3′], zone 4), sont des graminées indigènes à feuilles bleues non envahissantes, à essayer dans les endroits ensoleillés.

Annuelles bleues

La plante annuelle la plus bleue est le chou (Brassica oleracea). Certains cultivars, comme le ‘True Blue’, sont d’un bleu intense.

Chou kale.

Le chou frisé (également B. oleracea) peut également être de couleur bleue. Essayez de cultiver quelques-unes de ces beautés dans votre parterre de fleurs et vous serez absolument ravi de leur couleur éblouissante. En outre, les choux ont un avantage. Vous pouvez le manger à la fin de la saison!

Votre grand-mère cultivait le pavot à opium (Papaver somniferum) à des fins culinaires et médicinales (graines de pavot). Ses immenses fleurs, souvent doubles ou profondément découpées, se déclinent dans une large gamme de couleurs et son magnifique feuillage bleu-vert présente des bords découpés et ondulés. Il suffit de le semer directement à l’extérieur, dans un endroit ensoleillé, au printemps ou à l’automne.

Photo: Sascha Ethelberg

Allez-y, optez pour des plantes bleues. Je vous garantis que vous ne chanterez pas le blues!


Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le magazine Gardens Central en septembre 2010.

Étiquettes + Pruine


commentaire sur "Certaines plantes bleues ont le blues"

  1. Andrée Corbeil dit :

    commwnr entretenir nos plantes l’automne,,

  2. Hélène Bouilé dit :

    Mon Crambe maritima, n’a presque pas de bleu dans ses nouvelles feuilles cet été, pourquoi?

  3. Marie dit :

    Texte à la fois éducatif et poétique. Inspirant ! Merci.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :