Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Quel est cet insecte? C’est le calligraphe.

La haie de saule arctique doit être taillée. Mais juste avant de plonger la cisaille dans ladite haie, on découvre un magnifique insecte argenté au dos marqué par d’étranges hiéroglyphes: le calligraphe! Fasciné, que dire, aveuglé par tant de beauté, on oublie complètement les feuilles qu’il est en train de mâchouiller.

Le calligraphe du saule est un très bel insecte, probablement un de nos plus beaux! Photo: Julie Boudreau

Reconnaître un calligraphe par son écriture

Le calligraphe du saule (Calligrapha multipunctata) est un beau coléoptère de forme arrondie, un peu plus gros qu’une coccinelle. Il porte très bien son nom, car son abdomen (son dos) porte des motifs que l’on dirait tracés à l’encre. Au Québec, nous pouvons croiser une dizaine d’espèces de calligraphes, chacune avec son dessin particulier. Traits plus ou moins épais, taches en forme de fer à cheval, points épars… On reconnaît plus spécifiquement le calligraphe du saule par la présence d’une bande blanchâtre sur son thorax (la partie juste derrière la tête).

C’est au cœur de l’été que cet insecte est le plus actif. Étant un proche cousin des chrysomèles, le calligraphe se nourrit des feuilles des plantes. Par chance, il n’est pas aussi vorace que les chrysomèles et il est très rare qu’il parvienne à défolier complètement leur victime.

Ce qui effraie généralement avec les calligraphes, c’est qu’il y en a beaucoup! On croirait une invasion. C’est un peu comme les morilles: la première est difficile à apercevoir, mais dès qu’on la voit… on en voit des tonnes! Sur un plant de saule arbustif, il est possible de dénombrer des centaines d’adultes!

On reconnaît le calligraphe du saule par la bande blanchâtre en bordure du thorax, juste derrière la tête bien noire. Photo: Wikimedia Commons

Une année dans la vie d’un calligraphe

Le calligraphe donne naissance à une seule génération d’adultes par année. Les œufs sont pondus tôt au printemps, sur les plantes hôtes. À peine cinq jours après la ponte, les œufs éclosent et les petites larves blanches commencent à grignoter le dessous des feuilles. À ce stade-ci, les dommages sont si discrets qu’on les remarque rarement. Après une vingtaine de jours, les larves se laissent tomber au sol pour la grande métamorphose. Puis, encore vingt jours plus tard, vers la mi-juillet, les adultes émergent. C’est alors que commence le grignotage des feuilles. Enfin, à l’automne, nos amis bien repus se laissent tomber au sol et se cachent dans les détritus pour laisser l’hiver passer.

Le saule, sa principale victime

Les calligraphes sont assez spécifiques côté alimentation. Ils s’en tiennent généralement à une seule espèce. Ainsi, le calligraphe du saule se nourrit presque essentiellement de saule. Il existe un calligraphe de l’orme, qui s’intéresse aux ormes et un calligraphe des aulnes dont la préférence se tourne, eh oui, vers les aulnes. Il existe également un calligraphe tatoué du cornouiller (C. rowena). Devinez son hôte! Ce dernier est parfois confondu avec le calligraphe du saule.

Les feuilles de saule sont légèrement endommagées par le passage des calligraphes. Il est rarement nécessaire d’intervenir. Photo: Julie Boudreau

On s’en débarrasse?

Étant donné l’appétit peu vorace des calligraphes, ils présentent rarement un enjeu parasitaire. Les dommages passent presque pour inaperçus. On peut donc conclure que c’est un insecte que l’on peut tolérer. Or, si l’infestation venait à prendre des proportions hors du commun, il est possible de contrôler les populations avec un ramassage des adultes. Pour ma part, le bol d’eau savonneuse demeure mon intervention de choix. Je me demande si le petit aspirateur à main pourrait convenir aux calligraphes, car il fait des merveilles avec les doryphores de la pomme de terre!

Enfin, sachant qu’il passe l’hiver au sol, près de son garde-manger, un bon nettoyage à l’automne et un petit brassage du paillis (s’il y a du paillis au pied des arbustes) peuvent compliquer l’hivernation des adultes.

Au bout du compte, le calligraphe présente bien peu de danger et il mérite d’être la cible de notre contemplation, car c’est à peu près tout ce qu’il y a à faire avec cet insecte du jardin. Je pense même qu’en reliant les points de son marquage calligraphique, on peut lire «wow!» sur son dos!

Étiquettes + Coléoptère


commentaire sur "Quel est cet insecte? C’est le calligraphe."

  1. Renée-Johanne Campeau dit :

    Belle découverte ce matin. Marci !

  2. S.LaFerrière dit :

    Quelle beauté, en effet! Je suis presque déçue de ne pas en avoir dans mon jardin…
    Merci pour cet article (super photos!).

  3. Claudine Bourbeau dit :

    Bonjour Julie, merci de nous permettre d’apprécier ces beautés. Je vais tenter d’en trouver dans mes plantations afin de les observer en vrai. Votre texte est rempli de belles images!

  4. Jacinthe dit :

    Vraiment intéressant! Parlant de beauté d’insecte, j’ai déjà vu chez moi un genre de doriphore (dont j’ai oublié la couleur) mais qui avait, sur son dos, un « tatouage » correspondant exactement à sa forme. C’était comme si un artiste l’avait reproduit sur son dos ( ça me faisait penser aux œuvres chinoises peintes sur des grains de riz)… Vois allez penser que je divague mais c’est la pure vérité… J’aurais dû transmettre ma photo à l’Insectarium pour identification!

  5. Yves Quéméner dit :

    Bonjour!

    J’adore vos publications! Je suis en France, et je ne connaissais pas le calligraphe. Très bel insecte.
    Mais l’abdomen est invisible, caché par les élytres, qui sont insérées sur le thorax. Ce sont elles qui sont colorées.

    Pardon de cette critique.

    Yves

  6. Carmen dit :

    Bonjour douçe Julie, toujours aussi intéressante, tu es merveilleuse.
    Merci pour tous tes articles, je bois tes mots et je profites de tes connaissances. Mille mercis encore ???

  7. Louise dit :

    Wow! Une excellente finale! 🙂

  8. Mariette dit :

    Il y a comme ça des insectes qui ont l’air de vrais petits bijoux. Bonne journée

  9. Louise Cardinal dit :

    Attention, l’abdomen n’est pas dans le dos, pas plus que le thorax, ce que vous savez sûrement.
    Je vous lis toujours avec intérêt .Merci à vous toutes et tous.

  10. L dit :

    Merci Julie pour cet article et aussi tout ce que tu écris qui nous fournit toujours des connaissances si nécessaire. Pour se débarrasser de plusieurs insectes de ce genre, une bouteille à vaporiser qui contient de l’eau et un peu de savon à vaisselle. C’est simple

  11. Daniel Fantino dit :

    Et que dire Julie, de la grosse araignée noire avec un masque de “Superman” jaune sur son abdomen ? À la fois magnifique et terrifiant (Argiope).

  12. Louise dit :

    j’ai la chance d’avoir de ces petites bêtes dans mon énorme saule. Contente de connaître leur nom, et le WOW leur va très bien !

  13. Monique Boivin dit :

    Je croyais que le vrai nom de cette plante était osier pourpre, tel que mentionné par Mr. Larry dans un article d’avril 2020. Mais ça ne change rien à la beauté de cet insecte, que je n’ai jamais vu dans ma haie.

  14. Nabil dit :

    Première fois que j’en vois dans mon potager un vrais massacre qu’elle en faites de mes plantes jamais vue ça .

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :