Categories

Recherche

Nos partenaires

Le romarin, par mer et rosée

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine le 20 août 1998 dans le journal Le Soleil.


La légende veut que le romarin arborât des fleurs blanches jusqu’à ce qu’un jour, la Vierge Marie y étende sa robe bleue fraîchement lavée pour la faire sécher. La couleur a déteint… et, depuis, les fleurs du romarin sont bleues.

Que vous croyiez à la légende ou non, n’allez pas penser que le mot «romarin» (rosmarinus, en latin) dérive de «rose de Marie». Son nom précède de beaucoup le christianisme. Car la plante était bien connue des Méditerranéens depuis l’Antiquité. En fait, cet arbuste poussait (et pousse encore) près des rivages et les petites fleurs bleues donnaient l’impression, de loin, que la plante était couverte de rosée, d’où le nom de «rosée de la mer» ou «romarin».

Romarin
Romarin en fleur.

Annuelle au Québec

Au Québec, le romarin (Rosmarinus officinalis) ne pousse pas près de la mer: cette plante presque subtropicale (zone 8) n’est pas assez rustique pour survivre à nos hivers. On le cultive cependant dans le potager comme fine herbe annuelle, ou encore en pot, comme plante d’intérieur. Je connais même des gens qui le cultivent en forme de topiaire (arbuste sculpté de forme géométrique) ou de bonsaï. Il est aussi possible de prélever des boutures des plants du potager et de les faire enraciner dans la maison à l’automne de façon à maintenir la plante en vie au cours de l’hiver.

Même si le romarin ne fleurissait pas, on le cultiverait. Son port – il est semi-rampant ou rampant à feuilles persistantes vert foncé et étroites, presque en forme d’aiguille – est des plus gracieux.

Traditions

Mais c’est surtout son arôme qui nous attire. Il suffit de frotter le feuillage pour le sentir: une odeur suave, riche, rappelant un peu le pin, se dégage. Comme on croyait que l’odeur du romarin activait la mémoire, les Grecs et Romains portaient des corsages de romarin aux funérailles, pour ne pas oublier le défunt.

En Europe, le romarin est encore ajouté à tous les bouquets de mariage… sans doute pour que la mariée se souvienne de ses beaux jours de liberté perdue!

Cuisine et pharmacie

Si nous utilisons le romarin, frais ou séché, comme fine herbe culinaire, notamment pour rehausser les plats d’agneau et pour faire des huiles et des vinaigres aromatisés, autrefois, son utilisation médicale importait davantage. On traitait avec le romarin des personnes atteintes d’arthrite et de rhumatismes, ainsi que de douleurs musculaires, pour soulager leurs maux, et on en préparait des potions pour traiter la dépression, l’anxiété, la migraine et la fatigue.

Comme la feuille de laurier, le romarin est souvent ajouté lors de la cuisson, puis est retiré avant de servir, car les feuilles même ont un goût amer. Pour ce faire, on conseille d’ajouter une brindille couverte de feuilles lors de la cuisson: elle sera plus facile à récupérer, à la fin, que les feuilles individuelles. Et on peut aromatiser les viandes en déposant quelques brindilles sur le charbon du barbecue.

Pour conserver le romarin du jardin, coupez des tiges en été, et faites-les sécher la tête en bas. Vous pouvez cependant utiliser le romarin frais à tout moment, du printemps à l’automne, si vous le cultivez au jardin, et même l’hiver, si vous le maintenez à l’intérieur.


commentaire sur "Le romarin, par mer et rosée"

  1. Melanie dit :

    I have a large rosemary potted plant, will it survive the winter if I bring it inside?

    • Renée-Johanne Campeau dit :

      Yes it’s possible. I have few ones inside and they are living all the year. Just remember they need more water than other plants. Don’t let them become to much dry, they will probably die.

  2. Lucie dit :

    De mon côté, je le mets sous vide, dans des sacs à cet effet et j’utilise la quantité dont j’ai besoin au fur et à mesure, il reste savoureux tout l’hiver.

  3. Yves Dugas dit :

    Bonjour, je congèle les tiges, bien enveloppées, en retirant l’air sans des sacs de congélation. J’ai du romarin frais tout l’hiver !

  4. Grondin Rachel dit :

    J’en ai un qui est immense, je le rentre dans la maison lorsque les nuits sont trop fraîches et ensuite, il est installé dans une pièce ensoleillée. Boit beaucoup pendant la période hivernale et il fleurit encore et encore. J’aimerais le tailler pour lui donner un coup de Pep ou le revitaliser, j’aimerais savoir quelle est la meilleure utilisation, avez-vous des conseils pour moi ? Merci de prendre la relève, une lecture qui est plein d’image dans ma tête et sur votre site. Bon début de semaine

  5. Je suis productrice de romarin en serre et au champs et je le transforme en produits alimentaire. J’ai créé l’emblème de la santé psychologique chez les Agriculteurs et Agricultrices avec le romarin. Est-ce possible de m’écrire en privé j’ai plusieurs questions à vous poser. Et Bravo à vous et merci de nous informer comme vous le faite si bien.
    Josée

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!