Catégories

Recherche

Nos partenaires

Gagner son latin

Comme l’a dit Juliette, «Qu’est-ce qu’un nom? Ce que nous appelons une rose, par n’importe quel autre nom, sentirait aussi bon».

Pourquoi se donner la peine d’apprendre les noms scientifiques des plantes? C’est bon pour votre cerveau et cela vous ouvrira un monde d’histoires fascinantes sur vos plantes préférées. Et vous parlerez d’autres langues!

L’une de mes tâches préférées au Jardin botanique de l’Alaska est d’animer des promenades à la découverte des plantes. Il peut s’agir d’une visite générale ou de notre promenade mensuelle Qu’est-ce qui fleurit? pendant les mois d’été, ou encore d’une promenade hivernale sur les adaptations des plantes au froid. Saviez-vous que les saules peuvent réaliser la photosynthèse en hiver grâce à la couleur verte de leur écorce?

Il y a aussi une promenade sur la nomenclature pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’origine des noms des plantes. Je sous-titre cette promenade Chaque plante raconte une histoire.

Prenons quelques plantes indigènes communes et apprenons leur histoire.

Rosier arctique

Prenons l’exemple du rosier arctique. Botaniquement connu sous le nom latin de Rosa acicularis, il est localement appelé «rose épineuse». Le nom de genre, Rosa, est facile à comprendre et l’épithète spécifique (le deuxième mot) signifie «petite aiguille» ou «petite épingle». Si vous saisissez la tige de cette plante, vous constaterez qu’elle porte bien son nom.

Rosa acicularis. Photo: Lisa Hupp.

Noms botaniques

Le latin botanique s’inspire fortement du grec et d’autres langues, mais le latin était la langue internationale de l’érudition et constituait donc un moyen de communiquer des informations à l’époque où l’exploration et la connaissance des plantes étaient en plein essor dans le monde entier.

Les noms de plantes peuvent inclure le lieu d’origine (japonica), le nom du découvreur (Banksia pour Joseph Banks) ou d’un mécène (Duchess Clive pour Clivia), ou se référer à la couleur (alba pour blanc) ou au lieu de culture (alpestris pour les habitats de montagne).

Carl Linnaeus a introduit la nomenclature binomiale au milieu du 18e siècle, à une époque où les médecins et les herboristes avaient besoin d’informations précises, les plantes étant la principale source de médicaments.

La fleur préférée de Linneaus était la linnée boréale, Linnaea borealis. Son ami Gronovius l’a nommée pour lui, et l’épithète spécifique borealis nous indique qu’il s’agit d’une espèce nordique.

Carl Linnaeus. Regardez sa poitrine pour la linnée boréale.
Linnaea borealis. Photo: www.wildaboutflowers.ca/

Pissenlit

Une autre plante est Taraxicum officinale, le pissenlit commun. Taraxicum vient de l’arabe qui désigne une herbe amère, et officinale vient du mot officinalis qui signifie littéralement «de ou appartenant à un officina, la réserve d’un monastère, où l’on conservait les médicaments et autres produits de première nécessité», d’après Wikipedia.

Pas besoin d’image!

Vous rappelez-vous de vos cours de sciences au lycée: Règne, phylum, classe, ordre, famille, genre, espèce? Pour ce qui nous intéresse ici, concentrons-nous sur les deux dernières catégories: le genre prend toujours une majuscule et l’espèce s’écrit toujours en minuscules. Le tout s’écrit en italique. Le myosotis, Myosotis alpestris, est la fleur de l’État d’Alaska. Myosotis décrit la forme de la feuille, le grec signifiant «oreille de souris», et alpestris signifie «des habitats bas, boisés et montagneux».

Myosotis. Parfois, ils sont roses!

Achillée

Encore un: Achillea millefolium, ou achillée millefeuille. Le nom du genre Achillea vient de l’histoire selon laquelle Achille utilisait les feuilles de la plante pour panser les blessures de guerrier, et l’épithète spécifique (folium) signifie en fait «mille» et «feuilles». Une plante dont les feuilles ressemblent à celles de l’Achille peut être appelée achilleifolius. Vous comprenez?

Achillea millefolium.

Sous-espèces et variété

Il existe des niveaux inférieurs au genre et à l’espèce. Vous pouvez voir L. pour Linnaeus, ou le nom d’une autre personne. La sous-espèce de l’espèce principale s’écrit «subsp.» ou «ssp.» (écrit en minuscules et en italique). Un autre niveau est celui de la variété, qui s’écrit «var.» (en minuscules et sans italique cette fois-ci).

Prononciation

Vous pouvez approfondir l’usage du latin, mais allez-y doucement! N’ayez pas peur des noms. Amusez-vous à apprendre quelque chose de nouveau. Choisissez quelques plantes préférées pour vos recherches et laissez-les vous raconter leur histoire. Ne vous embarrassez pas de la prononciation. Celle-ci a évolué au fil du temps et des lieux. Faites de votre mieux. Si vous pouvez prononcer les noms des dinosaures, vous pouvez le faire!


commentaire sur "Gagner son latin"

  1. jjg dit :

    Bonjour,
    Vous avez tout à fait raison, un peu de nomenclature ne gâche pas le plaisir dans les jardins et dans la nature, bien au contraire. A propos, lecteur français, j’ai d’abord tiqué sur ce nom latin pour le célèbre Linné . Et bien j’avais complètement tort, cf. le passionnant article de Wikipedia!

  2. Hélène Bédard dit :

    Merci beaucoup ce matin pour cette explication des noms donnés à nos plantes qu’elles soient sauvages ou cultivées. J’ai beaucoup de livres d’identification qui ont naturellement le nom français et le nom latin souvent suivi du nom de celui qui l’a nommé comme Michx,Fern, Bart,Gray et beaucoup qui ont L. ce doit être pour Linné.
    Vous m’avez permis de vérifier ces noms justement dans un de mes bouquins mais je doute de trouver leurs vrais sens sur le net.

  3. Benoit dit :

    Au début de votre texte, vous donnez en exemple “alpestris pour les habitats de montagne”. Plus loin, à propos du myosotis, vous précisez : “alpestris signifie «des habitats bas, boisés et montagneux»”. N’y voyez vous pas une incohérence ?
    Ensuite, concernant l’achillée, vous dites : “l’épithète spécifique (folium) signifie en fait «mille» et «feuilles»” ; je suppose que vous vouliez plutôt écrire “millefolium”.
    Sans rancune, j’espère.

  4. Pierre dit :

    Vous mentionnez ”Une autre plante est Taraxicum officinale, le pissenlit commun” ne serait-ce pas Taraxacum?
    Cordialement.

  5. Pierre Jutras dit :

    Merci beaucoup Patrick Ryan. Trèsintéressant. Surtout que ça s’applique à tout ce qui vit.

  6. Pierre Jutras dit :

    Comme par ecemple: Musca domestica. bzzz bzz

  7. Cécile Lavoie dit :

    Merci beaucoup pour cet article. Il est très intéressant et il donne envie d’apprendre le latin!

  8. Anonyme dit :

    Une belle découverte ce matin en botanique! Merci!

  9. Benitito dit :

    Très intéressant. Il aurait été bien de mentionner aussi que la nomenclature scientifique permet de lever le doute quant à l’identité d’une espèce, contrairement aux noms vernaculaires utilisés couramment. Par exemple, murier, merisier, érable rouge, peuvent désigner différentes espèces dans le langage populaire. Il en est de même pour les noms d’oiseaux et d’animaux en général.

  10. J.J. dit :

    Je suis satisfait de constater que beaucoup d’amateurs de botanique utilisent encore le “binôme linnéen”. Certains botanistes “purs et durs” se sont convertis à la classification phylogénétique et n’utilisent plus que ce classement, qui a sans doute son intérêt, mais qui est déstabilisant pour des non scientifiques professionnels. J’avais d’ailleurs décidé de ne pas m’y convertir, le système linnéen étant largement suffisant pour mes modestes observations.

  11. Gabrielle dit :

    Merci pour cet article – très intéressant. Dans mon temps, on avait la chance d’apprendre le latin et le grec à l’école (ça ne me rajeunit pas!) et j’ai bien aimé les retrouver partout dans mon jardin et la nature en générale. Rosa, Rosa………

  12. Sylvie Guertin dit :

    Excellente contribution!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!