Catégories

Recherche

Nos partenaires

La mâche: une petite verdure peu connue au Québec

Tous les Français connaissent la mâche, mais, au Québec, cette petite plante maraîchère est encore méconnue et pas facile à trouver en magasin. On la cultive depuis l’Antiquité en Égypte et depuis la Renaissance en France, mais ce n’est que depuis le Second Empire que les restaurateurs lui ont donné ses lettres de noblesse. La France est actuellement le premier producteur mondial de mâche.

Consommée surtout comme une laitue, elle fait cependant partie de la famille de la valériane. Elle a de nombreuses qualités mais, pour ma part, c’est surtout sa résistance au froid qui m’intéresse et qui en fait une des rares plantes potagères que l’on peut consommer chez nous jusqu’à ce que la neige la recouvre. Et encore: on peut la protéger avec une toile flottante jusqu’à ce que la première vraie tempête de neige nous décourage du jardin pour de bon. J’en ai déjà récolté à Noël alors que la neige tardait. La mâche se nomme aussi «doucette» en raison de sa saveur très douce contrairement à d’autres «laitues» tardives comme les scaroles qui sont assez amères.

Cultiver la mâche - salade

Cultiver la mâche

Au Québec, on peut la semer dès le début avril pour une récolte 6 à 8 semaines plus tard mais, comme elle supporte mal la chaleur, il est plus sûr d’attendre que les canicules estivales soient passées. On peut commencer à semer dès le début d’août et jusqu’à la mi-septembre au plus tard pour la récolter tout l’automne. Elle va survivre en pleine terre malgré nos hivers les plus rigoureux et on pourra de nouveau en consommer au printemps jusqu’à ce qu’elle monte en graines.

Avec un peu de protection, il semble qu’on puisse la récolter durant l’hiver: sous serre non chauffée ou dans des tunnels froids, mais je laisse ça aux professionnels comme Jean-Martin Fortier qui la récolte tout l’hiver sous abri non chauffé, alors que le thermomètre peut descendre à -30°C au Québec! Cette année, je vais quand même la protéger avec une toile géotextile avant la première neige pour prolonger ma récolte. En hiver, je fais des germinations en pots et des petites pousses sur terreau.

La mâche préfère les sols sablonneux, mais elle poussera aussi très bien dans une bonne terre à jardin additionnée de compost. On sème en rangs espacés d’environ 4 cm.

Comment la consommer?

Même si on peut cuire la mâche, il vaut mieux la manger crue, car elle contient beaucoup de bêta-carotène: une source de vitamine A qui a un pouvoir antioxydant et peut améliorer certaines fonctions du système immunitaire. Certaines études font même une association entre la consommation d’aliments riches en bêta-carotène et une diminution du risque de certains cancers. De plus, la mâche contient aussi les vitamines C et B12, ainsi que du fer, du calcium, du cuivre, du manganèse et du potassium. La mâche contient un peu d’oméga-3, des acides gras surtout présents dans les poissons gras et les huiles.

Les feuilles forment des rosettes que l’on récolte au complet. De retour à la cuisine, je coupe la base de la rosette pour libérer toutes les feuilles et écarter celles qui sont en périphérie et souvent moins belles. La mâche se conserve très bien au frigo dans un sac ou une boîte en plastique mais, au moment de la consommer, j’ajoute une vinaigrette douce à la dernière minute, car les feuilles sont quand même fragiles.

Risotto au saumon, garni de mâche: un délicieux repas d’automne!

Un vrai bonheur lorsqu’il n’y a plus une seule laitue dans notre jardin depuis belle lurette et que nous devons nous contenter des produits importés!

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les récoltes tardives, découvrez le livre de Jean-Martin Fortier et Catherine Sylvestre : Le maraîchage nordique, Découvrir la culture hivernale des légumes, Les Editions Cardinal, 2021

Étiquettes + mâche, Valerianella locusta


commentaire sur "La mâche: une petite verdure peu connue au Québec"

  1. Renée-Johanne Campeau dit :

    Belle découverte pour nous. Merci !

  2. Chantal dit :

    Vous me donnez envie d’en semer dans mon potager! J’ai quelques zones libres avec la fin des laitues semées au printemps… Est-ce que les semences de mâche se trouvent facilement dans les jardineries du Québec? Merci!

  3. Diane dit :

    Merci de nous renseigner, ses apports pour la santé sont impressionnants. Je veux l’essayer, peut-elle être cultivée en pot dans la maison?

  4. Sylvie dit :

    J’aime votre plume. J’aimerais vous lire davantage sur ce site.

  5. Annik K dit :

    Merci pour cet article intéressant . En France, à partir de quand peut-on la semer, au sud de la Loire ?

    • J.J. dit :

      On peut semer dans nos régions à partir du mois d’août. Parfois la mâche est un peu fantaisiste au niveau de la germination. On peut protéger les semis avec un paillage léger qui maintiendra l’humidité nécessaire et protègera les semis des ardeurs du soleil.
      Avant que les vignes soient polluées au glyphosate et autres poisons, on pouvait y récolter en hiver et au printemps la mâche sauvage, ainsi que des laitues sauvages, en particulier “feuille de chêne” et au printemps des poireaux perpétuels d’une grande finesse de goût, la baragane ou porrée baragouane de Saintonge.

  6. Geneviève Maurel dit :

    Où peut-on trouver des semences de mâche au Québec. Merci.

    • Ginette dit :

      J’ai trouvé des graines de mâche ce printemps au centre Veronneau, rue St-Jean, Longueuil au magasin de vrac.

  7. Anne dit :

    Délicieuse salade de mâche que je faisais quand j’en trouvais (à Montréal surtout, dans certaines épiceries), au comptoir des salades et autres légumes en feuille – certaines se. vendent en mélange mais d’autres laitues mais les meilleures sont seulement de la mâche (s’assurer qu’elle est bien fraîche à l’achat). Pour la salade: avec avocat, échalottes (oignon vert), oeuf dur, mayonnaise à l’huile-vinaigre-moutarde francaise (très bon avec une touche d’huile de noix et du vinaigre balsamique). Aussi appelée “rampon” dans certains pays. Intéressant de savoir qu’on peut la cultiver mais ses feuilles tant sont très courtes, il en faudrait donc beaucoup, sur une grande surface?

  8. Ginette dit :

    Merci, j’ai trouvé cet article très intéressant. J’ai cultivé de la mâche pour la première fois cette année. Je vais faire des semis d’automne…comme vous le suggérez…

  9. Edith Smeesters dit :

    Pour répondre à plusieurs questions : où trouver des semences de mâche au Québec ? On en trouve dans les bonnes jardineries au printemps et aussi en ligne chez la plupart des bons semenciers. Mais à cette époque de l’année, c’est peut-être plus difficile… à prévoir pour l’an prochain!

  10. Edith Smeesters dit :

    J’en ai vu dans le catalogue des Semences du grand portage: https://semencesduportage.com/catalogue/gastronomie/mache/
    et chez Ecoumène:
    https://www.ecoumene.com/produit/semences/potageres/mache-verte-bio/

  11. Romaine dit :

    Bonjour
    Dans le sud de la france j’ai semé des maches une fois quand je suis arrivée dans ma maison et depuis, elle se ressème toute seule, n’importe ou, dans le potager, dans les allées, devant la porte de la maison…. (moins grosse que quand on la plante exprès, mais suffisamment pour se régaler): C’est une salade délicieuse, et facile à réussir. Il y a rarement de la neige chez moi, mais une neige légère ne la tue pas. Essayez là 🙂

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!