Catégories

Recherche

Nos partenaires

Partir en vacances l’âme en paix

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine le magazine Fleurs, plantes et jardins en juillet 1998.


Le mois de juillet a toujours été le mois des vacances. On remplit l’auto de sacs de couchage et de répulsif à mouches et on part à l’aventure… dans le camping municipal voisin, celui avec la grosse piscine verte qui est toujours fermée pour rénovations.

Cela est très bien, mais que faites-vous de votre terrain durant ce temps-là? Après tout, vous avez beau être absent, les plantes continuent à pousser. Que pouvez-vous faire pour qu’elles soient en aussi bon état après votre retour qu’avant votre départ?

Que faire avec les arbres et arbustes pendant les vacances?

Le cas des arbustes et des arbres est le plus facile à régler. Avec leurs longues racines qui peuvent aller chercher de l’eau dans les profondeurs de la terre, vous n’avez qu’à les laisser s’occuper d’eux-mêmes, voilà tout.

Et les vivaces et les annuelles?

Quant aux végétaux des plates-bandes, ce n’est pas beaucoup plus compliqué. Si vous avez mis en place un paillis organique efficace, comme tout bon jardinier paresseux, leurs racines sont maintenues davantage au frais et l’évaporation de l’eau à partir du sol est limitée, ce qui réduit d’autant leurs besoins en arrosage. Par contre, comme ils sont encore en croissance ou pire encore, en floraison, leurs besoins en eau continuent d’être assez importants. Vous avez alors deux petites actions à accomplir.

D’abord, prenez le taille-haie et rabattez du tiers les annuelles et vivaces qui sont en fleurs, en boutons ou qui n’ont pas encore fleuri. Passez la tondeuse, réglée à son plus haut point, sur les plantes basses. Vous verrez, votre petit côté sadique prendra plaisir à un tel massacre! Il est vrai que beaucoup de belles fleurs prendront le bord, mais de toute façon, vous ne serez pas là pour les admirer, n’est-ce pas? Et en étêtant les vivaces et les annuelles, non seulement vous réduisez la quantité de feuilles qui perdent de l’eau par l’évaporation, mais vous retarderez aussi la floraison de celles qui auraient dû fleurir durant votre absence, les forçant à remettre leur floraison à… votre retour de vacances!

Un bon arrosage est important

Puis, arrosez abondamment, jusqu’à ce que le sol soit mouillé à une profondeur d’au moins 10 cm. Ne le faites pas avec l’arrosoir — c’est beaucoup trop de travail! — ni même en traînant un tuyau d’arrosage avec une lance partout à travers la plate-bande, mais avec un arroseur oscillant ou rotatif: le travail se fait alors presque tout seul. Ce bon arrosage avant le départ procure aux fleurs une petite réserve de liquide dans laquelle piger au cas où le temps s’annoncerait sec durant votre absence.

À votre retour, vos plates-bandes qui avaient l’air, admettons-le, un peu dévastées à votre départ, auront parfaitement récupéré, seront pétantes de santé et à nouveau en fleurs. Même qu’elles seront sans doute plus jolies qu’avant!

Et la pelouse?

Voici maintenant le gros problème: que faire de la pelouse? L’arrosage n’est pas un problème: par temps de sécheresse, une pelouse entre en dormance estivale pour reverdir dès le retour des pluies et des températures plus fraîches. Mais que faire pour ce qui est de la tonte? Ce n’est pas que la pelouse va mourir si on ne la tond pas pendant trois semaines (bien au contraire, par temps de canicule, on devrait laisser monter la pelouse… si on se souciait davantage de sa santé que des apparences!), mais une pelouse vraiment trop haute signale aux voleurs que vous n’êtes pas là. Évidemment, vous pouvez espérer que le temps soit déjà à la canicule avant votre départ, auquel cas la pelouse restera au beau fixe. Mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut donc trouver le moyen de tondre la pelouse… à distance.

Le rêve de tout jardinier paresseux est, bien sûr, une tondeuse automate qui passe sur le gazon tous les jours pour le conserver toujours impeccable sans qu’on ait à lever le petit doigt. Une telle tondeuse existe (oui, sans blague: je l’ai déjà vue en action!). Je gage cependant que d’ici quelques années on ne tondra plus la pelouse qu’avec de tels appareils. Mais que faire en attendant?

La seule solution évidente semble être d’embaucher quelqu’un pour tondre votre pelouse ou de troquer la tonte de votre pelouse durant vos vacances contre la tonte de celle d’un voisin durant ses vacances… pour autant que les dates ne concordent pas. Je vous laisse cependant le soin de décider qui embaucher, car j’ai une autre suggestion, une suggestion de vrai jardinier paresseux.

Tondre le moins possible

Durant tout le printemps, apprenez à tondre votre gazon le moins souvent possible. Ainsi, les voleurs prendront l’habitude de voir que votre pelouse est toujours un peu en désordre. À l’arrivée des vacances, avec les chaleurs de l’été, votre pelouse sera de toute façon en croissance ralentie et les voleurs potentiels vous mettront dans le panier des «encore un autre qui ne s’occupe pas de sa pelouse» et ils iront vider les maisons des propriétaires plus méticuleux qui ont la réputation d’avoir toujours une pelouse impeccable. C’est triste pour eux, j’en conviens, mais puisque quelqu’un doit se faire voler (c’est la loi de la jungle), aussi bien que ce soit quelqu’un d’autre!

À bien y penser, j’ai aussi plein de trucs pour maintenir ses plantes d’intérieur en forme durant ses vacances… j’y reviendrai sans doute une autre fois.

En attendant, bonnes vacances… et reposez-vous bien!


commentaire sur "Partir en vacances l’âme en paix"

  1. Linda dit :

    C’est vraiment bien expliqué et très pertinent à savoir. Merci!

  2. Anonyme dit :

    Merci pour toutes ces infos!
    Je sais maintenant comment planifier mon départ pour mes vacances …

  3. Irène dit :

    En plus d’être de grande importance comme sujet, ce texte est de la poésie à lire.
    Quels beaux moments de détente tu nous procures.
    Jamais on ne te dira assez merci Larry.

  4. Gisèle Tardif dit :

    Quand et comment ajouter du trèfle au gazon?
    Merci

  5. M.A. Bernier dit :

    Toujours aussi pertinent pour ne pas dire impertinent.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!