Categories

Recherche

Nos partenaires

Dans le jardin de mère Nature: le lilas

Avez-vous déjà mangé du lilas? Moi, oui, par curiosité. Je vous confirme que le goût n’a rien à voir avec l’odeur. C’est franchement décevant!

Comment donc profiter de cette fleur printanière dans la cuisine? Pour en capturer tous les parfums, rien de mieux que faire macérer les fleurs de lilas dans des sirops, tisanes glacées, ou même directement dans le sucre. Un petit goût de printemps assuré!

Lilas
Photo : Irina Iriser

La plante

Originaire de la péninsule des Balkans, dans le sud de l’Europe, le lilas est aujourd’hui très répandu comme arbre ornemental, et ce, autant en Amérique que sur le vieux continent. L’impressionnante floraison au mois de mai attire des dizaines d’espèces d’insectes et est un plaisir pour absolument tous les sens.

Franchement, suis-je la seule à m’installer entre les branches de mon lilas pour observer les abeilles au travail? Elles sont tellement occupées qu’elles ne me touchent pas. Le son de leur vol est exquis à cette période de l’année et la fleur de lilas est d’une douceur tout à fait caractéristique au toucher.

OK, OK, je suis peut-être un peu accroc au printemps… Je suis comme un ours qui sort d’hibernation, version biologiste!

Lilas avec un papillon
Photo : Judith Donker

Cueillette responsable

Revenons à nos moutons, ou plutôt, à nos lilas. Ce n’est pas une plante menacée. En fait, les arbres font plein de rejets et c’est facile à partager avec les voisins. Vous pouvez cueillir les fleurs tant que vous voulez. Il y en a vraiment beaucoup sur un arbre, vous n’enlèverez pas la nourriture aux insectes.

Il est cependant important de ne pas endommager l’arbre au moment de la cueillette. Utilisez des sécateurs pour couper les bouquets. Sans un bon outil de coupe, vous risquez de briser les branches, de pester fortement et peut-être même de vous blesser, car les branches sont très souples et peu cassantes.

Choisissez les fleurs sous l’arbre, celles qui sont protégées de la pluie: elles auront plus de goût. Elles doivent être entièrement ouvertes, mais pas abîmées. J’ai lu sur certains sites que les fleurs foncées sont plus goûteuses que les blanches, mais je n’ai pas testé moi-même parce que… eh bien j’ai juste un lilas mauve chez moi.

Une fois que vous avez une bonne récolte, rentrez chez vous: le «fun» commence!

À vos marques, prêts, triez!

Installez-vous confortablement pour détacher chaque fleur de sa tige. Cette étape de triage est très importante, puisque la tige goûte le «vert» très fort, alors que l’arôme de la fleur est très délicat. Si vous laissez les tiges, votre infusion, sirop, sucre ne goûtera que la chlorophylle. Et du sucre à la salade sur votre crêpe, c’est pas mal moins bon!

Profitez-en pour enlever les petites bestioles que vous croiserez. 😉

Une fois fait, vous avez un choix à faire: êtes-vous paranoïaques ou un peu sales?

Je m’explique. Quand on commence la cueillette, on lave tout soigneusement pour enlever bestioles, urine d’animaux, terre et autres saletés. Ce n’est pas la méthode paresseuse, mais c’est la méthode recommandée.

Personnellement, plus les années passent et plus je deviens tolérante. Après tout, si je peux ramasser un piment dans mon jardin et le manger en cueillant les autres, il est aussi poussiéreux ou potentiellement sale que ce qui a poussé dans mon lilas, juste à côté.

Si je rince une carotte au boyau d’arrosage avant de la manger et que je ne la pèle pas même pas pour la cuisiner, pourquoi devrais-je brosser à l’infini mes champignons sauvages pour enlever le moindre résidu de terre, au risque de les abîmer?

Si je ramasse les petites fraises sauvages que j’ai probablement piétinées une ou deux fois et que je les mange… c’est correct, non?

Bref, comme ma mère se plaît à le dire: «je mets n’importe quoi dans ma bouche»!

Spongebob Squarepants Eating GIF - Find & Share on GIPHY

Je reviens à mes fleurs de lilas. Si vous désirez les laver, passez-les délicatement à l’eau. Plus vous les lavez, plus vous enlevez leur arôme. C’est pourquoi, moi, ne le dites à personne, je ne lave pas mes fleurs!

Mes arguments quand on me dit que c’est beurk:

  1. La fleur est ouverte depuis deux ou trois jours seulement, il y a sûrement moins de poussière dessus que sur mon beurrier;
  2. Les bestioles microscopiques ne partiront pas avec un jet d’eau de toute façon;
  3. On filtre le produit fini, les petites saletés partiront donc de toute façon après l’infusion (sauf si vous faites un sucre, auquel cas je vous recommande d’être encore plus vigilants au moment de trier).

Bref, c’est entièrement votre décision et personne ne vous jugera d’être trop propre, mais si vous décidez d’être moyen propres comme moi, vous avez de bons arguments… ou vous pouvez servir votre sirop de lilas à vos invités sans le leur dire aussi… tsé!

Cuisiner le lilas

Il existe plusieurs recettes sur internet: 52 g de fleurs de lilas, 197 ml d’eau, 168,2 g de sucre, deux tranches d’un citron de 18 cm de circonférence, bouillir un soir de pleine lune jusqu’à ce qu’Orion soit dans l’axe de Jupiter…

Ouais… l’ennui avec ces recettes ultrapointues, c’est que c’est du vent! Vos fleurs ne sont peut-être pas aussi odorantes que celles du voisin, votre goût personnel n’est pas le même non plus, et à la limite, même la puissance de votre four ou l’épaisseur de votre casserole peut influencer la vitesse d’évaporation de votre eau. Alors voici mon conseil: faites-vous confiance.

La cuisine, c’est avec le cœur que ça se fait, pas avec une recette (comme c’est beau!). C’est facile à dire pour moi qui cuisine beaucoup, mais c’est une question de pratique. Essayez, goûtez et vous saurez quand c’est prêt.

Boisson de lilas
Photo : solod_sha

Je vous donne quand même une idée générale de différents procédés:

Sirop: Mettez vos fleurs dans une casserole avec un peu de jus de citron (ou des tranches si vous en avez) et couvrez tout juste d’eau. Mettez environ la même quantité de sucre que d’eau et portez à ébullition. Laissez mijoter jusqu’à ce que le goût vous plaise. Ça prend une vingtaine de minutes. Certains laissent le sirop au frigo quelques jours avant de le filtrer, mais je n’en ai jamais éprouvé le besoin. Filtrez une ou deux fois avec une passoire fine. Délicieux en cocktails ou sur les desserts.

Tisane: Vous savez faire du thé? C’est pareil. Environ 10 minutes d’infusion dans l’eau chaude ou quelques heures dans l’eau froide, et comme c’est assez subtil, je vous recommande de mélanger à votre lilas d’autres fleurs, herbes ou fruits. Certains préfèrent faire sécher les fleurs au soleil avant de les infuser, c’est correct aussi.

Sucre: Si vous êtes amateurs de sucre vanillé, essayez le sucre au lilas. Vous n’avez qu’à mettre vos fleurs dans un contenant de sucre hermétique pendant quelques semaines. Voilà! Un sucre parfumé au printemps!

Sucre de lilas
Photo : RitaE

Vous ne pouvez pas vous empoisonner avec le lilas, alors allez-y et expérimentez! Une crème glacée au lilas? Un crémage à gâteau? Go! Vous m’en donnerez des nouvelles.

Vertus pharmacologiques

L’extrait de feuilles de lilas est utilisé dans certains produits pour la peau, notamment dans les crèmes anti-âge et contre l’acné. C’est à peu près tout ce que j’ai trouvé comme vertus dans les études scientifiques.

Cependant, si on se tourne vers les vertus, disons «non prouvées», on retrouve une panoplie d’effets relaxants et apaisants. Le lilas, c’est doux, ça sent bon et peut-être que son odeur nous met dans le bon état d’esprit pour relaxer?

Dans tous les cas, si vous aimez l’odeur du lilas, je ne vois pas pourquoi vous priver d’en mettre dans votre chambre pour vous aider à dormir ou encore dans votre bain pour détendre vos muscles. Même si ce n’est qu’un placebo, l’important, c’est qu’on se sente bien dans notre corps, alors faites-vous plaisir avec un peu (beaucoup) de lilas!


commentaire sur "Dans le jardin de mère Nature: le lilas"

  1. Désiré Rusovsky dit :

    La deuxième photo est celle d’un buddleia!

    • Audrey Martel dit :

      Vous avez l’oeil! Je n’ai pas trouvé de belle photo libre de droit de lilas avec un insecte dedans et je trouvais que celle ci faisait printemps…! Oups! Je suis démasquée haha

  2. Jacinthe dit :

    Le soleil est revenu pour un petit moment… Je m’en vais de ce pas tester le goût du lilas! Merci!

  3. Juliette au balcon dit :

    Quel article amusant et rempli d’infos utiles qu’on peut mettre à profit pendant cet irremplaçable temps des lilas!
    Audrey, le printemps vous monte à la tête et anime merveilleusement votre plume ! Brava !

    • Pierre Morrissette dit :

      …le printemps lui monte à la tête, à moins que ce ne soit l’axe de Orion avec la planète Mars ?

  4. Carmen dit :

    Quelle bonne idée, merci beaucoup pour cet article ?

  5. Claudia dit :

    Bonjour Audrey,
    J’adore vos articles. Intéressants, drôles et qui encouragent la curiosité et l’exploration. Vous êtes merveilleuse!

  6. Diane dit :

    Chère Audrey, toujours aussi intéressante et amusante à lire! Merci!! 🙂

  7. Monique dit :

    Pourquoi mon lilas coréen pousse penché sur un côté?merci

  8. Sylvie dit :

    Que c’est amusant et instructif de vous lire!!! J’adore! ?

  9. Daniel Fantino dit :

    Merci Audrey. Sauriez vous si on peut faire un truc comparable avec la verve d´or ? Est elle comestible ?

    • Audrey Martel dit :

      Bonjour, le procédé pour faire du sirop est le même pour toutes les fleurs comestibles. Je n’ai jamais essayé avec la verge d’or, mais une recherche rapide m’apprend que ce sont des fleurs comestibles qui auraient un goût de… carotte!

  10. Anonyme dit :

    La première photo ressemble à un buddleia et non à un lilas!

  11. Manon (de Lanaudière) dit :

    Bonjour Audrey, la dynamique, instructive et pas plate du tout 🙂 j’adore ça. J’ai deux lilas dont un qui est assez amoché par la neige (plusieurs branches de mortes – dois-je les couper?) et l’autre qui fait des petits tout autour de lui (dois-je le laisser continuer à proliférer?). Continuer à nous instruire 😉 et merci ?

    • Audrey Martel dit :

      Bonjour, effectivement, les branches mortes ou endommagées ne servent pas à l’arbre alors vous pouvez les couper pour lui donner l’occasion de se concentrer sur sa partie en vie. Coupez les branches jusqu’à voir du bois vert et sain.

      Pour les rejets, c’est à votre discrétion ! Les retirer, les laisser, les déterrer et planter ailleurs: toutes des bonnes options 🙂

      • Manon (de Lanaudière) dit :

        Merci 🙂 Je pense bien de les déterrer et les transplanter ailleurs… ça sentira bon tout autour de la maison. 😉

  12. Ariane dit :

    Merci ! on va essayer ça!. Avez-vous déjà fait du sirop de fleurs de sureau ? C’est délicieux

    • Audrey Martel dit :

      Malheureusement, je les manque à chaque année ! Mon surreau est caché au fond de mon terrain et je rate sa floraison année après année ! Mais c’est dans mes plans !

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!