Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Fertilisation foliaire : Jeter son argent par les feuilles?

Il m’arrive souvent d’apercevoir des trucs ou des techniques de jardinage sur le Web ou sur les réseaux sociaux qui me font sourciller. Ce n’est pas que je n’y crois pas, mais parfois j’ai de forts doutes, surtout lorsque ces astuces semblent miraculeuses. Et c’est encore plus vrai quand cette nouvelle méthode implique l’achat d’un quelconque produit. S’il vous plaît, ne mettez pas vos fonds de Coca-cola dans vos plantes!

Idéalement, avant de certifier que quelque chose est «vrai», il doit avoir eu la publication d’une étude scientifique sur le sujet. Par la suite, ces études doivent être reproduites par d’autres et finalement des spécialistes dans ce même domaine doivent vérifier la validité de ces dites études, pour s’assurer que les expériences menées l’ont été dans les règles de l’art. Ça n’en finit plus!

Et quand on se défend en disant: «ça fonctionne pour moi», eh bien, ça, ça ne fonctionne pas pour moi!

Un problème que l’on rencontre régulièrement comme jardinier est que peu d’études sont faites sur l’horticulture résidentielle. Il y a beaucoup d’argent à faire, et probablement plus d’impact, en étudiant l’horticulture et l’agriculture à grande échelle.

Certaines techniques qu’utilisent des jardiniers amateurs ne sont alors jamais étudiées en profondeur. Ou on essaie d’appliquer au jardinage résidentiel des méthodes qui fonctionnent à une échelle industrielle ou commerciale alors qu’elles ne sont pas nécessairement applicables.

Je trouve que la fertilisation foliaire tombe dans cette catégorie.

Fertilisation foliaire

C’est quoi la fertilisation foliaire?

La fertilisation foliaire consiste à appliquer des engrais à base d’eau directement sur le feuillage des végétaux à l’aide d’un vaporisateur manuel ou à pompe. On sait depuis les années 1950 que les nutriments essentiels aux plantes peuvent effectivement être absorbés par les feuilles. On a longtemps cru que les stomates – des pores à la surface des feuilles qui permettent leur respiration – étaient le point d’entrée principal, mais elles sont cireuses et repoussent donc l’eau. Plus tard, on a découvert l’existence de micropores, mesurant 1 nanomètre, dans l’épiderme des feuilles, c’est plus souvent par celles-ci qu’un engrais pourrait pénétrer.

Avantages de la fertilisation foliaire

Pourquoi fertiliser des végétaux par les feuilles quand leurs racines font déjà très bien le travail? Il est vrai que le système racinaire des plantes a évolué pour absorber les nutriments dont elles ont besoin, pas les feuilles. Le principal avantage de la fertilisation foliaire est qu’elle est plus rapide et agit directement à l’endroit désiré, dans ce cas-ci les feuilles et les branches des végétaux. On dit aussi qu’une application foliaire est plus efficace puisqu’une partie des engrais appliquée au sol peut être lessivée. Certains éléments, tel le phosphore, peuvent se fixer au sol sous une forme inaccessible aux plantes.

Photo : Lutz Blohm

C’est quoi le problème d’abord?

En ce moment, je commence à regretter d’avoir décidé d’écrire ce texte, car les mécanismes qui rendent possible l’absorption des nutriments par les feuilles sont très complexes. Et c’est justement ça le problème! On présente la fertilisation foliaire comme une solution simple quand elle est tout, sauf être simple.

Pour commencer, certains éléments, une fois absorbés, voyagent mieux que d’autres dans une plante. Le calcium et le fer, entre autres, ont de larges molécules. Lorsque ces molécules ont pénétré dans la feuille, elles ont tendance à rester sur place sans se rendre où elles seraient nécessaires. Si vous vouliez prévenir la nécrose apicale dans une tomate en ajoutant du calcium, cela aurait peu d’effet, car le calcium resterait coincé dans les feuilles plutôt que de se rendre aux fruits. D’autres molécules voyagent plus facilement après une application foliaire, mais jamais aussi bien que lorsqu’elles sont absorbées par les racines.

En général, la fertilisation fonctionne mieux dans des sols qui présentent une carence. Une étude a démontré une augmentation du rendement dans la production de coton avec un engrais foliaire, mais seulement en cas de déficience en potassium. Le type de sol affecte la pénétration de certains éléments aussi. Un sol alcalin rend plus difficile l’absorption de fer et de manganèse par les racines; une application foliaire serait ainsi de mise. Ou vous pourriez essayer de frotter vos plantes avec une banane. C’est plein de potassium, une banane!

Photo : Andrew Seaman

Méthode et les conditions

Il est très important de surveiller la méthode et les conditions dans lesquelles l’application foliaire est réalisée. Voici ce que suggère Gordon Johnson de l’Université du Delaware : «Pour que les engrais foliaires soient les plus efficaces, ils doivent rester le plus longtemps possible sous forme liquide sur les feuilles ou d’autres tissus végétaux ciblés. Les formes d’azote uréique et ammoniacal, le potassium et le magnésium sont normalement absorbés dans les 12 heures. Tous les autres nutriments peuvent nécessiter plusieurs jours d’humidification et de réhumidification avant d’être absorbés. Il est donc recommandé d’appliquer les engrais foliaires au crépuscule ou en début de soirée, lorsque la rosée est sur les feuilles, avec un volume d’eau élevé et en utilisant des gouttelettes plus petites pour couvrir une plus grande partie de la feuille. Les applications doivent également être effectuées lorsque les températures sont modérées et que le vent est faible.»

Il faut aussi surveiller la concentration d’engrais dans une application foliaire, car, quand l’eau s’évapore, les molécules qui n’ont pas été absorbées resteront sur les feuilles et peuvent causer des brûlures ou laisser des taches sur les feuilles.

(Si vous avez trouvé la lecture de cette dernière section pénible, imaginez comment c’était l’écrire! Il faut que je finisse ce texte, et vite. Mon pauvre cerveau ne saurait en endurer plus.)

Photo : Nick Ares.

Pour les professionnels

En bref, la fertilisation foliaire fonctionne dans certains contextes, à certains moments et après avoir établi, par des tests en laboratoire, qu’il y avait des carences spécifiques à combler. C’est une technique qui devrait être appliquée par des professionnels. Bien que les études dans ce domaine soient prometteuses et importantes pour une industrie agricole mise à mal par les changements climatiques, une économie chancelante et la nécessité de rendre leurs pratiques plus écologiques, il n’y a toujours pas de consensus scientifique sur l’efficacité généralisée de la fertilisation foliaire pour l’application des engrais.

Maintenant que vous savez à quel point c’est compliqué la fertilisation foliaire, avouez que ça ne vous tente plus, hein? À moins que vous ne teniez absolument à gagner un concours de la plus grosse citrouille ou celle de la tomate la plus chère au monde. Aussi bien jeter votre argent par les fenêtres que par les feuilles!

Étiquettes + fertilisation foliaire


commentaire sur "Fertilisation foliaire : Jeter son argent par les feuilles?"

  1. Josée Blsis dit :

    Merci de poursuivre ce blogue, c’est un réel plaisir de vous lire.

  2. Josie dit :

    Tu as su rendre le tout très clair! Merci pour cet article.

  3. Loranger dit :

    Toujours intéressant de lire vos articles. Merci

  4. Johanne Girard dit :

    Bon… Juste vaporiser de l’eau (sans additif) sur les feuilles pour aider à humidifier les plantes, c’est bien ou pas? Ou certaines plantes n’aiment pas?

  5. Marie dit :

    Il y a eu déjà un texte là-dessus et non, ce n’est pas efficace. Il faut rassembler ses plantes ou avoir un humidificateur ou…changer le type de plantes. Il dit aussi que l’on peut conserver ses plantes dans un …sac de plastique pour l’hiver. Peut-être une vitrine où vous pourriez maintenir un bon taux d’humidité, disons à 75-85%? C’est ce que je fais…

  6. Jacinthe dit :

    Merci Mathieu! T’es efforts en valaient la peine! Texte clair et convaincant!

  7. Dominique Benoit dit :

    Mathieu tu as une belle plume et un beau sens de l’humour. Merci ?

  8. Dominique Benoit dit :

    Mathieu tu as une belle plume et un beau sens de l’humour. Merci ?

  9. Excellent texte. Merci pour l’information. Je suis tombée dans le piège avec un vaporisateur pour mes feuilles d’orchidée. Honnêtement, elle ne vont pas mieux ni moins bien que lorsque j’ai commencé à l’utiliser.. Merci de poursuivre ce blogue, c’est fort intéressant.

  10. Anonyme dit :

    Merci d’avoir repris le blogue des votre père, vous avez une façon à vous de dire les choses mais teinté d’une belle dose d’humour comme lui. J’aime bien l’engrais foliaire je mélange deux substances (Dakine et Magnifical) en mini doses à de l’eau qui a reposé 24 heures je « brumise » (car micro gouttelettes versus la vaporisation) le feuillage le soir et mes plantes n’ont jamais été aussi vertes!

  11. Pascal Forest dit :

    J’ai adoré ton texte, c’était très bien expliqué MERCI BEAUCOUP!!
    Tu dis que sa été dure à écris mais je suis sure que tout le monde vont bien apprécié ce que tu as écris.

    Tu devrais parlé de temp en temp d’autre truc qu’on peu voir ou lire comme sa pour démystifié le tout et nous rendre sa simple comme tu l’as si bien écris dans cette article.

  12. Lise Poirier dit :

    Merci beaucoup Mathieu de continuer l’œuvre d’information de ton père. Comme lui, tu ne donnes que des infos bien vérifiées et contrôlées, avec les références qui nous permettent d’aller plus loin, si on le désire. Bravo pour la démarche de vulgarisation scientifique.

  13. Arnould dit :

    Merci beaucoup, très intéressant et surtout aidant!

  14. Carole dit :

    Merci, j’apprends à chaque fois que je vous lis.

  15. Jean Montambeault dit :

    J’ai pas tout lu. Je crois que je suis trop paresseux…

  16. Jocelyne dit :

    Merci d’avoir trouvé le temps et l’énergie pour nous informer de façon précise sur la fertilisation foliaire

  17. Daniele Delorme dit :

    Super clair comme explications ! Merci de nous aider à poursuivre notre jardinage paresseusement Mathieu. Larry nous manque un petit peu moins 😉

  18. Anne dit :

    Merci pour toute la recherche qu’il y a eue à faire pour rédiger cet article !
    On parle d’engrais foliaire mais, si on observe la nature, c’est la qualité du sol qui joue le rôle majeur.
    Mode ? Faire acheter autre chose ?
    Rien de mieux que de connaître les conditions où la plante vit dans son milieu naturel pour nous indiquer comment bien l’entretenir.
    Merci Mathieu ! Top !
    L’apprenti dépassera tjr le maître lorsque ce dernier est un bon maître. Et là, nous en avons la preuve. Bravo!

  19. Evelyne Deschamps dit :

    Bonjour Mathieu, est-ce que quand vous mentionnez fertilisation foliaire, vous parlez d’algues en bouteille ?
    J’en achète chaque année, parce qu’ils mentionnent que ça ne conserve pas longtemps. ??

  20. Louise. dit :

    Merci Mathieu très intéressant

  21. Monique B. dit :

    Bonjour Mathieu,
    Je viens de retrouver, sous ta plume, la chronique horticole du journal Le Soleil: c’est toute une surprise !! Merci de reprendre le flambeau: je m’ennuyais tellement de Mr. Larry…
    Je te souhaite beaucoup de succès dans tous tes projets !

  22. Louise.m dit :

    Fiouuuu moi j’en mettais pas ! Tu viens de me déculpabiliser de ne pas en avoir mis . Mes plantes se portent quand même bien merci Mathieu

  23. Thibaudeau Paul dit :

    J’aime votre sens d’humour ,la pomme n’est pas tomber loin du patriarche!

  24. chanty dit :

    Merci beaucoup! L humour à bien aidé à finir de lire …. très important comme article et fort pertinent. donc les grandes surfaces de production…..utilisent tous cet approche , j’ai une tonnes de questions maintenant ??

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :