Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Conseils et astuces pour des semis de qualité

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans Gardens Central en mars 2012.

Si vous êtes comme moi, vous cultivez chaque année des dizaines de plantes à partir de graines à l’intérieur – annuelles, légumes, herbes aromatiques et vivaces – mais vous ne pouvez pas vous empêcher d’être légèrement déçu par les résultats. Au moment de la plantation, les plantes sont généralement grêles et pâles, et ne ressemblent guère aux plantes luxuriantes et saines que l’on trouve dans les pépinières locales. Vous découvrirez que vos semis timides s’améliorent rapidement une fois qu’ils sont plantés, mais… n’y a-t-il pas un moyen de rendre vos bébés plus heureux lorsqu’ils sont à l’intérieur?

Bien sûr que oui! En fait, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire. Mais il faut d’abord comprendre pourquoi les semis que nous cultivons à la maison ne soutiennent pas la comparaison avec ceux qui sont cultivés dans les jardineries. Il y a en fait deux raisons principales: les nôtres reçoivent moins de lumière et subissent des températures plus chaudes.

Plein soleil, nuit fraîche

En matière de lumière, il est difficile d’égaler les conditions d’une serre. Dans une serre, la lumière vient des quatre côtés et d’en haut. Si vous faites pousser vos semis sur un rebord de fenêtre, même si la fenêtre est orientée vers le sud, cela ne représente que cinq ou six heures de plein soleil. Et beaucoup d’entre nous utilisent des fenêtres orientées à l’est ou à l’ouest, avec encore moins de lumière.

Par ailleurs, les serristes font démarrer leurs semences dans des zones spéciales à climat contrôlé qui sont exceptionnellement chaudes et où les températures diurnes et nocturnes sont égales. Après la germination, ils déplacent les plantules dans des zones plus fraîches, principalement pour économiser de l’énergie.

Au printemps, une serre froide ne nécessite que peu ou pas de chauffage. Mais en fait, la majorité des semis se portent mieux avec des températures diurnes modérées et des températures nocturnes nettement plus fraîches. Combinez le plein soleil, des journées modérées et des nuits fraîches et vous obtiendrez des plantes courtes, denses et très vertes.

Comparez ces conditions à celles des jeunes plants cultivés à la maison. Ils sont généralement placés sur ou près d’un rebord de fenêtre ou sous des lampes de culture. Aucun de ces endroits n’est aussi lumineux qu’une serre. De plus, nous avons tendance à chauffer nos maisons à des températures confortables pour nous – rarement plus fraîches que 18°C, même la nuit. Or, la plupart des semis préfèrent une température inférieure à 10-12°C la nuit, voire moins pour les plantes vivaces.

Alors, que faire pour donner à vos semis les conditions dont ils ont besoin?

Il n’est pas si facile de résoudre les problèmes de lumière. Une véranda orientée vers le sud vous permettrait d’obtenir des intensités lumineuses dignes d’une serre, mais cet ajout peut s’avérer coûteux. Essayez d’ajouter une couche froide (beaucoup moins chère) ou installez une serre temporaire. Il existe de nombreux modèles sur le marché ou vous pouvez en fabriquer vous-même.

Commencez vos semis à l’intérieur de la maison, car presque toutes les graines germent mieux sous une chaleur constante, puis sortez-les lorsqu’ils ont quatre à six vraies feuilles.

Lorsque la neige aura disparu, la plupart des couches froides et des serres temporaires n’auront même plus besoin d’être chauffées. La chaleur accumulée pendant la journée leur permettra de passer la nuit. Vous serez étonnés de voir à quel point vos plantes sont belles!

Si ce n’est pas possible, faites au moins pousser vos semis contre une fenêtre dans la pièce la plus lumineuse dont vous disposez.

La culture sous des lampes

Si vous cultivez sous des lampes, deux choses peuvent être faites pour augmenter la lumière: rapprocher les plantes des tubes et prolonger la période d’éclairage. Des générations de jardiniers ont appris que les semis se portent mieux et restent beaucoup plus compacts lorsqu’ils se trouvent à seulement 2 à 5 cm des tubes fluorescents. (N.D.É. Pour les lampes DEL, vérifiez les instructions du manufacturier pour déterminer la distance des semis aux lumières.)

Le problème, c’est qu’ils ne cessent de grandir et qu’il faut donc ajuster tous les deux ou trois jours. Je garde à portée de main une pile de pots de différentes hauteurs – tournés à l’envers, ils font d’excellents supports pour mes plateaux de semis et je continue à utiliser des pots de support de plus en plus petits au fur et à mesure que les semis grandissent. Vous pouvez également suspendre des lampes de culture à des chaînes afin de pouvoir les déplacer vers le haut. Ne laissez pas vos semis toucher les lampes, car leurs feuilles pourraient se dessécher.

Achetez également une minuterie bon marché et réglez les jours sur 14-18 heures. Cela donnera beaucoup plus de lumière à vos semis. Sachez toutefois que quelques rares semis ont besoin de jours plus courts pour bien pousser.

L’un des rares exemples est le souci africain (Tagetes erecta) qui a besoin de jours courts (moins de 12 heures) pour commencer à fleurir. Cependant, ces semis poussent mieux avec des journées de 14 à 18 heures. La solution? Les cultiver sous un éclairage utilisant un cycle de 14 à 18 heures, puis, environ trois semaines avant de les planter, régler leur minuterie sur des journées de 11 heures. Vous obtiendrez ainsi de belles plantes à la floraison abondante.

Autres conseils utiles pour vos semis

Pour obtenir des semis verts et sains, il faut commencer à fertiliser après que la plante ait quatre vraies feuilles environ. J’aime utiliser de l’engrais à base d’algues, dilué selon l’étiquette, car il ne risque pas de brûler les jeunes plants.

Humidité, soleil et arrosage

Maintenez un taux d’humidité élevé. Un air sec peut entraîner un dessèchement des bords des feuilles. Un humidificateur d’air peut aider, ou installez un bac d’humidité (un bac de gravier sur lequel vous versez de l’eau de temps en temps, de sorte que l’eau s’évapore et humidifie l’air). Vous pouvez également cultiver plusieurs plateaux de semis dans la même pièce, car ils constituent des humidificateurs naturels en eux-mêmes. Cependant, ne laissez pas les dômes en plastique sur les semis plus de quelques jours après la germination. Certes, les jeunes plants apprécieront l’air humide, mais le manque de circulation d’air sous un dôme peut entraîner des maladies telles que la pourriture.

Chaque jour, secouez vos conteneurs de semis pendant 60 secondes. Cela imite l’action du vent à l’extérieur et aide la plante à développer une tige plus épaisse. Vous obtiendrez le même résultat en tournant un ventilateur vers vos plantes.

Si vous faites pousser vos plantes devant une fenêtre, retournez les plateaux tous les quelques jours sinon elles auront tendance à pousser sur le côté! (Ce n’est pas nécessaire si vous les cultivez sous des lumières ou dans une serre.)

N’oubliez pas d’arroser. Les semis sont très délicats et même la moindre touche de sécheresse les affectera. Vous devrez vérifier souvent, quotidiennement, si possible, car les bacs à graines sèchent très rapidement.

L’acclimatation

Enfin, acclimatez toujours vos semis aux conditions extérieures avant de les planter. Je donne aux miens deux ou trois jours d’ombre, deux ou trois jours d’ombre partielle et deux ou trois jours de soleil avant de le faire. Et s’il y a un coup de froid, je les ramène tous à l’intérieur ou dans un cadre froid ou une serre pendant la nuit. Pourquoi risquer de perdre vos plantes alors que vous êtes si près de votre objectif?

Bon semis!

Étiquettes + Semis intérieur


commentaire sur "Conseils et astuces pour des semis de qualité"

  1. Denise B. Québec, Qc dit :

    Cet article tombe à point, les informations sont précises et pertinentes. Bon printemps.

  2. Ne pas écrire autrement qu’en francais s;v;p;

  3. MarioStNic dit :

    Deux trucs à ajouter. Le 1er est de Larry si ma mémoire est bonne. Pour obtenir des plants de tomate forts, on les expose à la brise d’un petit ventilateur. Moi j’utilise un petit modèle très simple mais qui pivote, ce qui permet de couvrir large si vous avez plusieurs plants. Aussi, je tourne mes plants régulièrement pour les renforcir de partout. Je n’ai pas de conseil quant à la durée d’exposition. Une journée, c’est 3 heures d’affilées. Une autre fois, c’est une heure le matin, puis une autre heure en fin d’après-midi. J’essaye de varier, comme dans la nature finalement; j’oserais dire «au gré du vent»… Mon 2e conseil est de moi, sans avoir la prétention que personne d’autre n’y aurait déjà songé. C’est d’utiliser une grosse seringue de 60ml pour arroser les semis tant que les plants sont minuscules/petits. C’est ultra précis (à savoir où vous dirigez le jet mais aussi quant à la quantité si, par exemple, vous fertilisez), rapide, propre, plus ou moins indestructible comme outil (varie beaucoup toutefois selon la qualité), recyclable (pour crémer vos cupcakes!)… Bref, je ne jure que par ça et l’essayer, c’est l’adopter. Ça se trouve aisément en ligne ou, sans doute, dans une pharmacie.

  4. Marcelle dit :

    Merci beaucoup pour ce résumé très bien expliqué. Ma question est à savoir si on applique les mêmes traitements aux semis de poivron concernant les variations de température ? Merci

  5. Johanne Quesnel dit :

    Merci Mathieu! Toujours de bons conseils, les semis c’est tellement facile à perdre!

  6. Brigitte dit :

    Très bons conseils, merci!

  7. Madeleine Cloutier dit :

    Pour renforcer le pied de mes plants de tomates ? qui pousse ? rapidement est-ce que je dois couper au niveau du haut de la tête ?

  8. Madeleine Cloutier dit :

    Pour renforcer le pied de mes plants de tomates ? qui pousse ? rapidement est-ce que je dois couper au niveau du haut de la tête ?

  9. MarioStNic dit :

    Moi, je vous dirais non. C’est ma réponse courte 😉 Sinon, j’ajouterais ceci… Peut-être avez-vous semé trop tôt? Les tomates, ça poussent assez vite; moi-même je me fais prendre et me dit «je les partirai plus tard l’an prochain…» (mais avouons-le, on a tous tellement hâtent de s’embarquer dans nos semis au printemps!). Bref, si c’est le cas, prenez en note votre date pour vous rajuster l’an prochain. Aussi, et ce conseil vient du clan Hodgson, projeter une petite brise sur vos plants à l’aide d’un ventilateur va simuler davantage les conditions extérieures et permettre/forcer votre plant à se renforcer. Moi j’utilise un petit modèle oscillant mais très simple, et je prends soin de tourner mes pots plus ou moins régulièrement (je passe à côté, je tourne le pot un peu ou beaucoup ou… très aléatoirement). Enfin, si mon plant devient trop haut, je l’aide un peu avec un tuteur en bambou et, au moment de transplanter au potager, j’enfouis mon plant à 45 degrés et aussi profondément que je veux (la tige de tomate excelle à produire des racines et cette technique est connue depuis des lustres). Dans le pire des cas, et nonobstant le prix des graines, je crois que vous pouvez encore démarrer de nouveaux semis (je suis à Lévis).

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!