Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

La neige amie du jardinier

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le soleil, le 18 mars 2000.


Vous espériez bien que l’hiver soit terminé, n’est-ce pas? Après une longue trêve dans les températures hivernales et la fonte d’une bonne moitié de la couverture de neige, la plupart des Québécois semblaient convaincus que l’hiver était fini. D’ailleurs, j’avais des perce-neiges pleinement épanouis dans une plate-bande protégée la semaine dernière. Or même les fleurs ont été surprises lorsque la neige fut de retour. Mais, en tant que jardinier, comment faut-il réagir?

D’abord, pas de panique

J’ai déjà entendu une histoire à propos d’une dame qui aurait passé une nuit assise à côté de ses tulipes avec un séchoir à cheveux pour les garder au chaud parce qu’on appréhendait un dernier spasme hivernal. Mais peut-être le sait-elle à présent, c’était une précaution bien inutile.

En effet, la nature des plantes «réveille-tôt» les rend capables de supporter les soubresauts de notre climat. Les bulbes dont le feuillage sort de terre très tôt (narcisses, crocus, tulipes, etc.) vont tout simplement arrêter de pousser, mais temporairement, en attendant patiemment le retour de températures plus chaudes.

Même mes perce-neiges en pleine floraison ne seront pas affectés. J’ai tout à fait confiance qu’ils soient au beau fixe, sous la neige, et que, quand elle fondra, leur floraison continuera.

Photo: Couleur sur Pixnio.

Bonne chose

En fait, le retour des températures plus fraîches et de la neige est une bonne chose pour les plantes. Une fonte totale de la neige début mars aurait pu être désastreuse pour plusieurs d’entre elles, notamment les arbres fruitiers qui, contrairement aux bulbes, peuvent être sérieusement endommagés par le gel une fois leur floraison amorcée. D’ailleurs, les producteurs de sirop d’érable sont très contents de la tournure des événements: un printemps trop hâtif et surtout trop chaud, ce n’est pas bon pour les érables non plus.

Il ne faut pas oublier que, si pour nous la neige est froide, il en est tout autrement pour les plantes. La neige, c’est comme un isolant: elle protège les végétaux des températures très basses de l’air.

En effet, sous un tapis de neige, il est rare que la température descende sous la barre des -5 °C. S’il n’y a plus de neige et que la température atteint, disons -23 °C, là les plantes feront face à des conditions vraiment hivernales. L’idéal, donc, c’est que la neige fonde lentement et ne disparaisse entièrement que vers le milieu d’avril, quand le risque de températures vraiment froides est révolu.

Photo: Stuart.

La meilleure chose à faire, c’est de… ne rien faire.

Quand l’hiver revient subitement, la meilleure chose à faire, c’est de… ne rien faire. Laissez faire la nature: elle sait ce qu’elle fait. N’essayez pas de dégager les plantes de la neige, vous risquez de les endommager. Et, même si je l’ai déjà répété à maintes reprises, je le dis encore: il est carrément néfaste pour le gazon de pelleter la neige qui s’y trouve. Les plus belles pelouses sont celles qui restent le plus longtemps sous la neige!

Photo: F. D. Richards

Sauf les conifères

La seule intervention recommandée concerne les conifères et les arbres dont l’extrémité des branches est prise dans une neige glacée. Quand la neige fond, elle le fait souvent par dessous, ce qui entraîne les branches encore prisonnières de la glace vers le bas et peut les briser.

Mais n’essayez pas de les dégager à coups de pelle: vous feriez plus de dommages que la glace! Marchez tout simplement sur la neige tout autour des branches pour briser la croûte qui s’est formée. Cela les libérera du poids de la neige et leur permettra de reprendre leur position peu à peu quand la neige fondra enfin.

Pour le jardinier, la neige n’est pas une ennemie, mais une amie: tenez-le-vous pour dit!

Étiquettes + La neige comme protection hivernale, Hiver


commentaire sur "La neige amie du jardinier"

  1. Linda dit :

    Merci Mathieu pour les bons côtés de la neige que votre père a écrit car j’avais plutôt hâte que la neige fonde alors que maintenant je vois qu’elle a son importance!

  2. Daniel Fantino dit :

    Une bonne partie de la fonte de la neige retourne dans l´atmosphère par évaporation. Un sol encore gelé ne peut non plus l´absorber. Ce qui explique parfois un sol relativement sec et déshydraté même si 1 m de neige s´y trouvait.

  3. Mathieu Hodgson dit :

    Bon point!

  4. Nicole dit :

    ??

  5. Anonyme dit :

    ??

  6. Anonyme dit :

    Très bons conseils!

  7. Tisha Riddle dit :

    It’s great with practical experiences in the gardening process soccer random

  8. Bon essai. Merci!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :