Insectes nuisibles

Le moucheron est un dérangement bien mineur

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le soleil, le 13 mars 1993.

moucheron
Sciaridé ou mouche des terreaux. Photo: Rudolphous.

Vous êtes assis(e) tranquillement à lire votre journal (ou ce blogue) quand, tout à coup, un minuscule insecte noir se met à voleter à quelques centimètres de votre visage. D’où peut-il venir comme cela en plein hiver ? De vos plantes d’intérieur ou de vos semis de légumes ou d’annuelles, sans doute, car il s’agit là d’un des insectes les plus courants de la culture en pot : le moucheron.

Moucheron, mouche noire, mouche des champignons, mouche à fruit, moustique, voilà seulement quelques-uns des sobriquets qu’on donne à ce petit insecte à peine plus gros qu’une tête d’épingle. Cependant, ce n’est pas une véritable mouche à fruit, car ce qui l’intéresse, ce ne sont pas les fruits en décomposition, mais les terreaux riches en matière organique.

Mais peu importe le nom qu’on lui donne et le genre auquel il appartient (Sciara ou Bradysia), il a toujours la même habitude agaçante : à maturité, il quitte son terreau d’origine à la recherche d’un nouveau lieu de ponte… et ce faisant, dérange tous les habitants de votre demeure. C’est une erreur de taille de sa part, car si on peut lui pardonner les dégâts minimaux qu’il cause aux plantes, on accepte difficilement de voir voleter des insectes partout dans la maison !

larve de moucheron
Larve de mouche noire. Photo: www.omafra.gov.on.ca

Assez inoffensif

Le moucheron adulte, disons-le tout de suite, ne touche pas aux plantes. Ne vivant que quelques jours, son seul but est de rejoindre un moucheron de l’autre sexe, de procréer et ensuite de pondre ses œufs. S’il nous approche, c’est que nous dégageons de la chaleur… et la chaleur est souvent indicatrice de matière organique en décomposition. Il nous oubliera bien vite, car nous n’offrons aucun terrain de ponte intéressant. Ce qui n’est pas le cas du terreau de vos plantes d’intérieur!

La femelle pond entre 75 et 200 oeufs dans du compost ou dans un terreau riche en matière organique. Les oeufs éclosent rapidement pour libérer de petits asticots blancs qui consommeront les matières organiques présents dans le terreau. En petit nombre, ils ne font pas de tort aux plantes, bien au contraire, car ils font partie du processus naturel de décomposition qui libère les éléments organiques du sol, aidant ainsi à nourrir nos plantes.

Lorsque beaucoup d’asticots sont présents, par contre, il est possible qu’ils mangent les jeunes racines et radicelles des plantes, mais il n’y a pas pour autant lieu de s’inquiéter outre mesure. En effet, les plantes produisent beaucoup plus de racines qu’il ne leur en faut pour bien croître : quelques radicelles de moins ne sont donc pas un drame. De plus, en « taillant » les racines, les asticots encouragent leur embranchement, d’où un nombre accru de petites racines courtes utiles comparativement aux longues racines qui, en pot du moins, ne servent à rien.

Transporteurs de maladies?

Un instant, diront les horticulteurs invétérés, les asticots ne transportent-ils pas des maladies? Oui, c’est possible… mais c’est plutôt rare en appartement, car ces maladies sont très spécifiques à certaines plantes. Une souche de phytophora qui s’attaque aux géraniums, par exemple, ne touchera pas aux violettes africaines, et vice-versa. Les producteurs en serre qui cultivent des milliers de plants de la même espèce ont, et avec raison, très peur du moucheron… mais l’amateur qui cultive des plantes de plusieurs sortes a très peu à craindre. Ils demeurent donc plus un dérangement qu’un véritable problème.

moucherons sur un piège collant
Moucherons sur un piège collant. Photo: Akchamczuk, depositphotos.

Des remèdes tout en douceur

II serait un non-sens que de recourir aux pesticides puissants pour éliminer un insecte qui cause aussi peu de dégâts, surtout quand ces produits peuvent être toxiques aux plantes et aux êtres humains, si mal appliqués. Mieux vaut alors choisir des méthodes douces pour les contrôler. La méthode la plus simple, c’est de laisser le terreau sécher davantage entre deux arrosages. En effet, les asticots exigent un sol humide pour survivre. Un sol sec leur est fatal.

Quant aux adultes, il est facile de les attraper. Il s’agit de placer des pièges collants au niveau du terreau. Ce sont, en fait, des feuilles de papier ou de plastique de couleur jaune, recouvertes de colle. De tels pièges sont en vente dans le commerce. Les moucherons ont un faible pour le jaune et, quand ils s’approchent de trop près, y restent vite collés. Quand le piège est plein —ou encore perd son effet gluant — il suffit de le remplacer par un autre.

Les moucherons : un dérangement bien mineur. C’est votre degré de tolérance qui déterminera si vous le laisserez vivre ou si vous le chasserez.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

19 comments on “Le moucheron est un dérangement bien mineur

  1. Et une tite pincée de curcuma…

  2. Merci de nous rassurer à nouveau!

  3. Merci M. Mathieu Hodgson de continuer de nous informer.

  4. Mais il existe bien des mouches à fruits?? Minuscules choses brun rougeâtre qui pullulent surtout l’été mais aussi l’automne autour de ma petite poubelle pour débris compostables et de mes bols de fruits sur le comptoir. On soulève le couvercle et ça nous saute au visage! Vraiment désagréable.

  5. Question sur les semis. Y a-t-il une façon de partir quelques jours quand les semis sont faits, pour ne pas qu’ils manquent d’eau. Les mettre dans un bac avec quelques pouces d’eau peut-il endommager leurs racines ou créer des moisissures nuisibles?

  6. Daniel Fantino

    Dès 1908 le futur généticien Thomas Morgan à fait d´intéressantes découvertes sur la génétique grâce aux mouches à fruits. Ces petites bestioles nous ont permis nos connaissances actuelles. Pas si mal pour un truc qui ne vit que quelques jours.

  7. J’ai un petit jardin intérieur avec une lampe.Il y pousse laitue, chou fines herbes. Tout ça est dans un bac d’eau. Est-ce que ça peut provenir de là ? Et si oui que puis-je faire ? Je ne peux pas vraiment retirer l’eau…

  8. Les feuilles de plastique jaune dont vous parlez, on les nomme comment pour les trouver en magasin, et, dans quels types de magasin exactement? Merci , j’apprécie beaucoup vos informations, c’est un plaisir de vous lire

  9. Fiou, c’est rassurant!

  10. ?????????

  11. Vous trouverez ces feuilles de plastique jaune dans les centres jardins et quelques magasins à grande surface comme Canadian Tire, ici au Canada et Canac, Floralies Jouvence ici au Québec

  12. ???????????????

  13. Oui désagréables peut-être dans la cuisine mais elle ne se nourrissent que de fruits avancés et ne sont pas donc si sales .Elle ne nous communiquent pas de maladies comme les mouches à viande

  14. ????????? 4 ???

  15. 14 ???? DIY ?????????????

  16. Marie-Josee Michaud

    Oui, les deux existent. Celles-ci sont des sciarides, les mouches à fruits sont des drosophiles. Elles se ressemblent, mais ce sont deux espèces différentes ?

  17. Je tiens à remercier le Grand DR SUNNY d’avoir apporté la restauration de mon mariage brisé. Mon nom est Fatima. Personne n’aurait pu me faire croire que le Témoignage se réaliserait. J’étais le plus grand sceptique du monde, mais une source de confiance (un collègue très proche) m’a dit et j’ai essayé que c’était l’une des meilleures choses que j’ai jamais faites. Ma vie amoureuse était en ruine et j’étais sur le point d’en avoir une troisième. Je ne pouvais tout simplement pas faire face à un autre divorce et je voulais faire plus d’efforts pour que notre relation fonctionne, mais mon mari ne semblait pas s’en soucier. Il a de nouveau rompu avec moi. Il était confus et je ne sais plus quoi faire, plutôt qu’ils contactent le DR SUNNY. Il a fait un sortilège d’amour qui m’a ramené mon mari en 48 heures exactement, m’a-t-il assuré. maintenant nous sommes très contents de nous. Le Dr SUNNY lui a fait réaliser à quel point nous nous aimons et avons besoin les uns des autres. Cet homme est RÉEL et pour le mieux. Il peut également vous aider à réparer votre relation brisée. J’ai récupéré mon mari ! C’était comme un miracle. contactez-le maintenant s’il a besoin d’aide. email: drsunnydsolution1@gmail.com Vous pouvez également envoyer un WhatsApp au +2348082943805.

  18. Thérèse Audet

    Bonjour,
    Voici ce que nous avons vécu jusqu’à tout récemment. Heureusement que tout se termine bien!
    Nous avions observé la présence de mouches à fuits (drosophiles) peu après avoir rentré à l’intérieur de la maison nos perlagoniums et d’autres plantes en septembre. Il y en avait très peu au début et nous avons cru que l’achat d’un piège électrique suffirait facilement à régler ce petit problème. Comme nous étions de plus en plus envahis par ces petites mouches qui volaient un peu partout, nous avons utilisé aussi des pièges jaunes dont certains collent plus que d’autres. Le problème persistait toujours et la présence de ces mouches augmentait de plus en plus, alors nous avons essayé le vinaigre de cidre dans des récipients recouverts de pellicule plastique trouée mis à différents endroits dans la maison.
    Finalement, je peux vous affirmer que tous ces moyens ainsi que la balayeuse (suggestion de mon fils) auront eu raison de cette infestation en janvier après plusieurs mois d’une bataille effrénée!!!

  19. À Fatima qui a presque perdu son mari… peut-être qu’un piège collant jaune aurait pu faire l’affaire aussi…

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :