Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Suggestions potagères pour réflexions hivernales – 2

Les Jardins du bassin Louise ont été installés sur un îlot de chaleur. Nous avons construit des bacs de bois directement sur une dalle de béton qui, croyez-moi, dégage beaucoup de chaleur lors des journées chaudes de l’été. Aussi, nous profitons d’un ensoleillement complet, ce qui contribue également à réchauffer le lieu rapidement. Les plantes potagères profitent grandement de ces conditions particulières. Toutefois, je ne vous cacherai pas qu’il est parfois difficile de travailler lors de certains après-midis très chauds de l’été. Chapeau, crème solaire et eau sont de mise! Ceci étant dit, l’un des avantages de cette grande exposition est que la neige se retire rapidement des lieux. On redécouvre nos bacs hâtivement et nous avons immédiatement hâte de les cultiver à nouveau.

Les Jardins du bassin Louise en hiver
Les Jardins du bassin Louise en hiver
Crédit : Les Urbainculteurs

Si vous jardinez un peu, vous savez déjà que ce ne sont pas toutes les plantes potagères qui souhaitent être semées ou mises en terre dès que la neige se retire. Certaines ont horreur du froid (elles peuvent même en mourir!), certaines vont le tolérer mais n’en profiteront pas, tandis que d’autres préfèrent carrément pousser dans des conditions de fraîcheur. Ma suggestion d’aujourd’hui est idéale pour le début de saison. Elle est parfaite pour combler notre besoin de jardinage printanier en plus de fournir une récolte tôt en saison. Je vous présente aujourd’hui la rabiole!

Un légume-racine à essayer

La rabiole est en fait un petit navet ferme de la famille des brassicacées. On le récolte lorsqu’il a un diamètre entre 5 et 7 cm. Sa chair est blanche et je dirais même qu’elle a une texture crémeuse. Ce que j’aime de la rabiole, c’est qu’elle est souvent associée à un radis blanc, mais en fait son goût est tout autre. Les gens restent souvent surpris lorsqu’ils croquent dans une rabiole fraîchement cueillie pour la première fois. Celle-ci n’a pas le côté piquant qui parfois déplaît, elle est plutôt sucrée. Aussi, contrairement à son cousin le rutabaga, la rabiole n’a pas encore développé l’amertume qui est souvent associée à ce légume. En résumé, elle est délicieuse. Alors, pourquoi s’en passer?

Des rabioles fraîchement récoltées
Des rabioles fraîchement récoltées
Crédit : Les Urbainculteurs

La rabiole a définitivement été un gros coup de cœur à la ferme urbaine. Elle se récolte et se met en bottes super facilement. Un petit coup d’eau et hop, elle est prête. En 2022, nous avons cultivé quatre générations. Pour 2023, j’ai presque doublé la production en y intégrant deux variétés différentes. Vous voyez à quel point nous sommes emballés par ce joli légume?

Comme mentionné en début d’article, la rabiole fait partie des légumes qui préfèrent pousser par temps frais. Pour ces raisons, je vous suggère de la cultiver au printemps, puis à la fin de l’été pour une récolte automnale. Tout dépendant de votre situation géographique, cela peut évidemment changer. À Québec, nous la semons aux deux semaines de fin avril à fin mai, puis aux deux semaines de mi-juillet à début août. Ça en fait des bottes de rabioles!

Navets blancs à collet mauve
Navets blancs à collet mauve
Crédit : Les Jardins de l’Écoumène

Parfait pour les petits espaces

Si votre superficie de culture est restreinte, un légume comme la rabiole est une bonne façon de maximiser votre espace de production. Vous pourrez, par exemple, la cultiver tôt en saison à l’endroit où se trouveront vos tomates ou vos aubergines (des plantes que l’on doit transplanter après tout risque de gel). Inversement, en fin de saison, elle pourra combler l’espace d’un légume qui a été récolté. Si vous jardinez sur un balcon, elle pourra être semée dans des jardinières ou pots peu profonds, puisque son enracinement est superficiel.

Nous la semons directement au potager, espacées de 5 cm sur le rang et espaçant chaque rang de 20 cm. Les semences sont assez petites. Malgré une grande attention de votre part, il est possible que vous ayez à éclaircir vos rabioles lorsqu’elles émergeront du sol. Retirez délicatement quelques plants afin d’obtenir la densité souhaitée sur le rang. Si vous voulez avoir des rabioles un peu plus grosses, vous pouvez diminuer votre densité de semis. Mais attention, une rabiole récoltée tardivement deviendra fibreuse!

Attention aux insectes

La rabiole est un légume peu exigeant en entretien et en fertilisation. Par contre, elle a deux ennemis de culture redoutables : l’altise et la mouche du chou. Pour cette raison, couvrez systématiquement votre semis d’un filet anti-insectes et ouvrez-le seulement lorsque nécessaire. Assurez-vous qu’il soit bien fixé et que les possibilités d’ouverture soient nulles (ou presque!). Si vous en avez la possibilité, il est préférable de faire chaque semis à un endroit différent afin de vous donner une petite longueur d’avance sur ces ennemis de culture.

Des filets anti-insectes à la ferme urbaine
Des filets anti-insectes à la ferme urbaine
Crédit : Les Urbainculteurs

En cuisine

À mon avis, la rabiole est à son meilleur lorsqu’elle vient tout juste d’être récoltée, même pas besoin de la peler. La plupart du temps je la mange fraîche, ou avec un peu de fleur de sel. Elle est très appréciée, grillée dans la poêle en quartiers avec un corps gras, puis sel et poivre. Cuisinée de cette façon, son goût sucré est vraiment mis en valeur, un délice! Vous pouvez également intégrer la rabiole dans une purée ou dans un potage. Ne jetez pas son feuillage, il peut être mangé dans une salade ou grillé dans la poêle.

Les variétés les plus communes sont blanches ou à collet mauve. J’ai déjà vu des rabioles rouges à chair blanche en feuilletant des catalogues de semences, mais malheureusement je ne les ai encore jamais cultivées. Peut-être en aurez-vous la chance?

On se retrouve dans un mois pour ma dernière suggestion hivernale.

Étiquettes + Navet, rabiole


commentaire sur "Suggestions potagères pour réflexions hivernales – 2"

  1. Anonyme dit :

    Pouvez vous nous dire, si la rabiole fait dans le compagnonnage
    J ai déjà un problème avec l altise et mon ail, j hésite pour la rabiole

  2. Joëlle Coté dit :

    Merci, il prendra place ds mon potager. Quand vous dites qu’il peut être semer directement au potager en dbt de saison, en Outaouais-Laurentides au Québec, donc début mai????

  3. S.LaFerriere dit :

    Bonjour! Après quelques clics, j’ai fini par voir que vous êtes dans la ville de Québec. C’est bien en zone 3 pour la rusticité des plantations ? Est-ce que vos techniques sont transposables dans d’autres zones ? Merci !

  4. Anonyme dit :

    Si vous voulez aider ce blog, cliquer sur une annonce à chaque visite

  5. Louise.m dit :

    Merci Marie-Andrée je vais sûrement essayé ce rabiole, bien hâte de votre prochaine suggestion

  6. Sylvie dit :

    J’en cultive depuis plusieurs années, j’adore ??

  7. Luc Simard dit :

    Bonjour,
    J’aimerais savoir où vous prenez vos arceaux pour tendre les filets.
    Mefci

  8. Justine dit :

    Merci pour cet excellent article, je réfléchissais justement aux premiers légumes à mettre en terre dès que la neige va fondre.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :