Plantes d'intérieur

Les survivants : la sansevière

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été initialement publié dans Canadian Garden News en décembre 1987.

sansevière dans un pot en argile sur un support
La sansevière (Dracaena trifasciata) est communément appelée plante serpent ou langue de belle-mère. Photo: Karl Thomas Moore.

Communément appelée plante serpent ou langue de belle-mère, pour ses longues feuilles pointues, la sansevière (Dracaena trifasciata) est une ancienne plante qui connaît depuis peu un certain regain de popularité. C’est une bonne nouvelle, car on ne peut imaginer une plante plus tolérante. Elle peut survivre pendant des années, même si elle ne peut pas prospérer, négligée dans un coin avec un arrosage occasionnel. À une époque, il semblait que chaque cabinet dentaire et salon de coiffure en possédait un dont le principal objectif était de servir de cendrier décoratif. Certaines personnes possèdent des sansevières héritées de leur grand-mère et qui n’ont jamais été rempotées en une vingtaine d’années. Tout cela montre que cette plante peut supporter tous les mauvais traitements que vous lui infligez.

sansevières au soleil
Bien que résistant à l’ombre, les sansevières préfèrent plusieurs heures de soleil direct par jour. Photo: Nadiye Odaba??

Ne me maltraite pas!

Vous n’êtes pas obligés de la maltraiter, bien sûr. En fait, elle peut être l’une des plus belles plantes d’intérieur si on lui donne les soins dont elle a vraiment besoin. Elle produira même de magnifiques gerbes de fleurs merveilleusement parfumées, une fois arrivée à maturité… dans les bonnes conditions. De quoi a-t-elle besoin pour être aussi performante ? Tout d’abord, d’une lumière vive, avec, si possible, plusieurs heures de soleil direct par jour. Les plantes cultivées à l’ombre cessent souvent de pousser et restent dans un état de quasi-dormance pendant des années.

Si le vôtre a été cultivé dans un coin sombre, laissez-le s’adapter lentement à une lumière de plus en plus forte afin que les feuilles ne soient pas endommagées par le changement. Les sansevières préfèrent les températures chaudes (elles sont connues pour survivre au gel à l’occasion, mais le feuillage peut être gravement endommagé), les arrosages modérés (uniquement lorsque le sol commence à se dessécher) et les apports réguliers, mais réduits d’engrais pour plantes. Veillez à ne jamais endommager le feuillage de quelque manière que ce soit.

Elles poussent bien dans n’importe quel terreau, mais il est plus facile de les cultiver dans un mélange plutôt lourd, ne serait-ce que pour éviter que ces plantes lourdes ne se renversent. Elles font partie des rares plantes d’intérieur qui poussent vraiment bien dans des pots en argile, car elles n’ont pas peur de sécher et, une fois encore, les pots en argile ajoutent un poids supplémentaire qui les aide à rester droites.

Boutures de 2 pouces de sansevières dans un pot en verre
Boutures de sansevière. Photo: Baperookamo.

Rempotage des sansevières

Toutes les quelques décennies (enfin, peut-être un peu plus souvent !), la plante aura besoin d’être rempotée. Elle peut même annoncer ce besoin en poussant sur son pot jusqu’à ce qu’il se fissure. Le rempotage est également le moment idéal pour la division. En enlevant la terre, vous verrez rapidement que le pot contient de nombreuses plantes individuelles (même les rhizomes qui n’ont que des bourgeons aux extrémités peuvent être rempotés séparément ou plantés en touffe). Comme les sansevières poussent très lentement, cette dernière tactique donnera des résultats plus intéressants.

Même des sections de feuilles de 5 cm de long s’enracineront. Comme chaque feuille peut mesurer 1 m de haut (1 m divisé 5 cm donnent 20 boutures, d’après mes calculs), il n’est pas nécessaire d’en sacrifier beaucoup pour obtenir un grand nombre de nouvelles plantes. Lorsque vous coupez la feuille en sections, faites une petite entaille sur la partie inférieure, car il est important de les planter avec la face inférieure vers le bas. Mettez les sections en pot en laissant un pouce de feuille au-dessus du sol. Les nouvelles plantes peuvent mettre plusieurs mois à apparaître.

sansevière panachée or
Dracaena trifasciata var. laurentii. Photo: Mokkie.

Autres espèces

Il existe de nombreuses espèces de sansevières, mais Dracaena trifasciata et ses variétés sont les plus connues. Cette espèce a des feuilles vert foncé tachetées de vert plus pâle. Presque aussi commune est Dracaena trifasciata var. laurentii, qui a de larges bandes jaunes le long des deux côtés de la feuille. Les plantes panachées telles que Laurentii doivent être reproduites par division, car les boutures de feuilles produiront des plantes entièrement vertes.

Sansevière à rayures blanches
«?Bantel’s Sensation?»

Récemment, de nombreux nouveaux cultivars sont apparus, dont ‘Bantel’s Sensation’, qui présente de nombreuses bandes blanches dans le sens de la longueur de la feuille. Il existe également des variétés naines dont l’aspect est très différent de celles mentionnées jusqu’à présent. Elles produisent des feuilles courtes et larges (jusqu’à 18cm) en rosette et sont souvent appelées sansevières en nid d’oiseau.

Sansevière naine panachée d'or
Dracaena trifasciata ‘Golden Hahnii’. Photo: Mokkie.

La plus connue est ‘Hahnii’, qui a le même motif vert tacheté que l’espèce et ses variétés panachées ‘Golden Hahnii’ et ‘Silver Hahnii’, avec respectivement des rayures dorées et des rayures blanches. Les sansevières de type rosette ne sont pas tout à fait des survivantes comme leurs cousines de taille normale et risquent d’être malmenées dans les endroits ombragés. Il est important d’éviter de laisser l’eau s’accumuler au centre de la rosette, car cela peut provoquer une pourriture. Il existe de nombreuses autres variétés de Dracaena trifasciata, mais elles sont plus difficiles à trouver. En fait, de nombreuses variétés sont des pièces de collection et peuvent coûter plusieurs centaines de dollars par plante.

Sansevière à feuilles épaisses

Outre le groupe D. trifasciata, il existe de nombreuses autres sansevières, dont D. angolensis, mon préféré, qui produit un éventail de feuilles parfaitement cylindriques atteignant jusqu’à un mètre de long. C’est un véritable sujet de conversation, qui devient presque une sculpture d’intérieur. Je cultive une autre curiosité. D. singularis, qui, dans sa jeunesse, produit une rosette basse de feuilles très épaisses, mais, à maturité, les perd toutes pour produire une feuille géante et un pédoncule floral tout aussi impressionnant.

Une plante résistante, oui, mais aussi magnifique ! Les sansevières sont peut-être ce qu’il vous faut pour décorer votre maison.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

22 comments on “Les survivants : la sansevière

  1. Rachel Lamontagne

    Malgré qu’elles soient peu exigeantes en eau, elles poussent très bien dans le paillis de cèdre.

  2. ? juste du pailles de cèdre ou terreau lourd au fond + pailles de cèdre sur le dessus? Pailles sans teinture de couleur j’imagine.

  3. ????

  4. Ma grand-mère avait une « langue de belle-mère » quand j’étais jeune et je trouvais que ce nom n’était pas gentil, alors je n’aimais pas la plante. Aujourd’hui, vous m’avez appris à la regarder d’une autre façon et j’ai maintenant le goût de m’en procurer une! Merci « Larry » (Mathieu :-))

  5. Oui, s’en est très impressionnant et elle boit beaucoup par rapport dans le terreau !

  6. Je parle de la culture en cèdre, bien sûr. Voir sur fb « Culture des plantes d’intérieur en paillis de cèdre. Dominic Plants » pour ceux que ça intéresse.

  7. Jean-Christophe

    Que faire lorsque les feuilles se renversent et comment l’éviter?

  8. Oui comment ou quoi faire? Certaines des grandes feuilles deviennent un peu plus molles et donnent l’impression que la plante ouvre. Je voudrais éviter de mettre une corde autour de la plante, comme on voyait dans mon enfance ?? J’aime bien ces plantes.

  9. Daniel Fantino

    Aussi exigeante qu´une plante en plastique. Enfin presque. Quelques feuilles cassées barbotent dans l´eau depuis…avant la pandémie. Racines et coeurs ont poussés. Faudrait qu´un jour je les mettent en terre. On peut oublier de les arroser, jamais changer la terre. À ce jour, seul le gel en a tuées. Un vrai char d´assaut végétal. Il serait intéressant de voir un séjour en apesanteur dans la Station Spatiale Internationale !!

  10. Article très intéressant et merci de continuer le lègue de votre père!!

  11. Gabrielle LaRue

    Je compte parmi les octogénaire et j’ai eu des plants de Sanseveria toute ma vie (tout comme ma sœur d’ailleurs) toujours l’un descendant de l’autre. Nos plants sont des descendants du Sanseveria de ma mère. J’ai vu ces plantes durant toute ma vie chez nous. Et notre plus grande réussite, c’est de les faire fleurir. Elles sentent tellement bon ces fleurs, qu’elles parfument la maison. Je me souviens, de retour chez-moi, d’ouvrir la porte et sitôt entrée, m’exclamer: Oh! le Sanseveria est en fleurs!!!
    Ça dit tout n’est-ce pas?
    Gabrielle

  12. Juliette-Claire

    Désolée mais cette plante n’arrive pas à susciter le moindre intérêt chez moi. J’en ai trop vu des poussiéreuses, attachées avec une corde, étiolées par manque de lumière, etc. C’est comme le pâté chinois, plus capable d’en voir et encore moins d’en manger. Le blues de l’hiver peut-être?
    Par contre, comme Larry dans le temps, je me laisserais sans doute tenter par D. angolensis avec ses feuilles cylindriques!
    Super article très complet!

  13. johanne vidal

    J’ai un Dracaena trifasciata depuis plus de 10 ans et il n’a jamais fleuri. Il est près d’une fenêtre donnant au sud et passe ses étés à l’extérieur à la mi-ombre. Il ne mesure que 50cm de haut; je m’attendait à plus. Fleurira-t-il un jour? merci

  14. Ma mère a aussi réussi à la faire fleurir et vous avez raison, le parfum est vraiment remarquable !

  15. En 1973 j’ai eu ma première langue de belle-mère (sensevière). Depuis j’ai donner au moins une trentaine de repousses à des amis et parents. j’en ai encore trois qui viennent de la même « mère ». C’est dire la résistance de cette plante merveilleuse.

  16. Nicole Lavoie

    Qu’est que c’est que ces points d’interrogation inutiles et dérangeants ?

  17. JULIEN C.

    J’en avais une cylindrique, la feuille grandit jusqu’à toucher un obstacle puis une nouvelle feuille démarre, du coup elle prend toute la place disponible…

  18. Comment faire pour les faire fleurir6 Avez-vous des trucs/conseils pour cela? Merci de me répondre si vous en avez le secret!

  19. J’avais la mienne depuis 20 ans quand elle a fleuri pour la première fois, je ne savais même pas qu’elle pouvait donner des fleurs. Je la sors en plein soleil l’été et elle adore ça, c’est de cette façon que je la fais fleurir.

  20. Pour quelle raison, ma plante qui a plusieurs années, était magnifique et fleurissait occasionnellement, se met à avoir les feuilles qui s’enroulent serrées sur elles-mêmes, leur donnant l’aspect de bâtons ?
    Merci !

  21. Sous les tropiques, c’est une véritable plante invasive si elle est un tant soit peu arrosée, ses racines traçantes la disséminent partout dans le jardin, il vaut mieux la garder en pot.
    M. Ange

  22. Généralement ce sont des émojis (petits dessins de coeur, de fleur, etc.) que malheureusement ce site n’accepte pas et qu’il remplace par de bêtes « ? » qui donnent l’impression inverse, zut.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :