Potager

Éloge de la couche froide

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le magazine Gardens Central, en Novembre 2010.

Il fut un temps où il était difficile de trouver une maison qui n’était pas équipée d’une couche froide, mais dans les années 1970, ils faisaient partie du passé, une relique du jardin victorien. Eh bien, ce qui est vieux redevient neuf et une nouvelle génération de jardiniers découvre les avantages de ce prolongateur de saison fait maison.

Un peu d’histoire

Du milieu des années 1800 aux années 1940, les couches froides étaient une nécessité pour tout jardinier. Après tout, si vous vouliez cultiver des tomates, des poivrons, des pétunias ou d’autres plantes qui ont besoin d’une longue saison de croissance, vous deviez faire vos propres semis. Les catalogues de semences étaient largement disponibles, mais les pépinières locales ne proposaient essentiellement que des fleurs, des arbustes, des arbres et des arbres fruitiers.

Après la Seconde Guerre mondiale, cependant, de nouveaux types de magasins, appelés «?jardineries?», ont rapidement vu le jour dans tout le pays, proposant une gamme de produits de jardinage, notamment des plateaux de plantes annuelles et de légumes.

Soudain, vous n’aviez plus besoin de créer vos propres semis. Vous pouviez simplement les acheter ! Les jardiniers ont rapidement appris à acheter des plantes prédémarrées et ont arraché les cadres froids désormais vides.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui

Lassés de cultiver le choix très limité de légumes et d’annuelles proposé par les jardineries et inquiets des traitements chimiques que peuvent avoir subis les plantes cultivées en serre, les jardiniers redécouvrent les plaisirs et les avantages de démarrer leurs propres plantes à partir de graines.

Mais ils réalisent aussi qu’il y a un nombre limité de plateaux de semis que l’on peut placer devant une fenêtre moyenne orientée au sud. Tout à coup, la couche froide, avec tout cet espace supplémentaire, commence à avoir de l’allure.

Cette couche froide est fait de vieilles fenêtres sur des murs faits de balles de foin.
Ce cadre froid rapide est fait de vieilles fenêtres sur des murs faits de balles de foin. Photo: hardworkinghippy.

Construction d’une couche froide

La couche froide traditionnelle est une structure assez basse, à parois en bois, sans fond, avec un toit en verre.

Il suffit de construire un cadre en bois qui s’adapte à une ancienne fenêtre, en plaçant l’arrière du cadre plus haut que l’avant de façon à ce que le haut soit orienté vers le soleil, laissant entrer plus de lumière pour le chauffer tout en permettant à l’eau de pluie de s’écouler.

Une paire de charnières fixant la fenêtre à l’arrière du cadre facilitera son ouverture. Vous aurez également besoin d’un piquet pour maintenir le cadre ouvert pour l’aération et l’accès. Dans la plupart des cas, vous trouverez tous ces matériaux gratuitement dans une cave, un garage ou un grenier.

Vous n’êtes pas bricoleur ? Jetez un coup d’œil sur Internet : il existe de nombreux plans faciles à suivre pour fabriquer votre propre cadre froid.

Contre la maison

Traditionnellement, le cadre froid est placé contre la maison, face au sud. La maison bloque le vent froid du nord, ce qui contribue à maintenir des températures plus chaudes.

Vous pouvez également placer le cadre dans le jardin, en isolant le côté nord avec un monticule de terre ou d’isolation en polystyrène. Bien entendu, il existe de nombreuses variantes sur le thème de la couche froide. Vous pouvez utiliser des panneaux en plastique ou agrafer un film plastique sur un cadre au lieu d’utiliser une vieille fenêtre. Vous pouvez utiliser du bois résistant à l’eau, des parpaings ou même des balles de foin comme murs.

Et vous pouvez étendre votre couche froide à n’importe quelle longueur en ajoutant des cadres de fenêtre supplémentaires. De nombreux jardiniers trouvent qu’un cadre en PVC recouvert d’une bâche en plastique constitue une excellente glacière bon marché.

couche froide avec des semis
Une fois qu’ils ont poussé, les semis et les boutures se portent mieux avec des nuits fraîches et des jours chauds. C’est là qu’intervient la couche froide. Photo: Deb Nystrom.

Utilisation de votre cadre froid

Traditionnellement, la couche froide n’est pas utilisée pour démarrer les semis ou les boutures. On le fait à l’intérieur, devant une fenêtre chaude. En effet, la plupart des semis poussent mieux (et les boutures s’enracinent mieux) à des températures élevées et constantes (21-24°C), qui sont difficiles à maintenir dans un endroit non chauffé au début du printemps. Cependant, une fois qu’ils ont commencé à pousser, les semis et les boutures se portent mieux avec des nuits fraîches et des journées chaudes. C’est là que la couche froide entre en jeu.

Déplacez vos plantes vers la couche froide dès que les températures restent supérieures à 10°C (50°F) la nuit (pour de nombreux semis, il faut même moins). Des conditions fraîches et ensoleillées produiront des plantes denses, vert foncé et résistantes comme celles que vous achetez en pépinière, et non des plantes pâles et faibles produites sur un rebord de fenêtre.

L’entretien des plantes dans la couche froide est simple. Il suffit de les arroser avant qu’elles ne deviennent stressées par la sécheresse (ce qui peut être plus d’une fois par semaine !) et de les fertiliser chaque semaine.

Par temps ensoleillé, ouvrez la fenêtre pour laisser sortir l’excès de chaleur. Par temps froid, gardez-la fermée. Surveillez vos plantes pour qu’elles ne surchauffent pas les jours ensoleillés. L’ouverture et la fermeture de la fenêtre permettent également d’endurcir les plantes afin qu’elles soient prêtes à être plantées dès qu’il n’y a plus de risque de gel.

couche froide de pvc
À la fin du mois d’août, semez une culture d’automne de laitue, d’épinards et autres dans le cadre. Vous aurez largement le temps de faire une troisième récolte, car le cadre restera au-dessus du point de congélation jusqu’en décembre. Photo: Linda N..

Autres utilisations

Vous pouvez utiliser votre couche froide pour bien plus que la culture de légumes et de plantes annuelles.

Voici quelques suggestions.

Dès la fonte des neiges, semez dans le cadre des légumes précoces comme la laitue, les épinards et les radis. Ils seront prêts à être récoltés avant que vous n’ayez besoin du cadre pour les semis d’intérieur.

En été, utilisez la couche froide pour faire pousser des légumes qui aiment la chaleur comme les melons et les aubergines (zones 4-8). Dans les zones 1 à 3, les tomates et les poivrons peuvent également avoir besoin des conditions de «?serre chaude?» d’un cadre froid pour bien pousser. Veillez à ouvrir la fenêtre lorsque les plantes fleurissent pour que les abeilles puissent les polliniser.

De la verdure jusqu’en décembre

À la fin du mois d’août, semez une culture d’automne de laitue, d’épinards et autres dans le cadre — vous aurez largement le temps de faire une troisième récolte, car le cadre restera au-dessus du point de congélation jusqu’en décembre.

Dans la zone 6 et au-delà, les températures dans votre cadre ne descendront probablement jamais au point de congélation, alors utilisez-le pour faire pousser des choux et des laitues tout au long de l’hiver. Vous pouvez également forcer des pots de bulbes (tulipes, crocus et jonquilles) ou hiverner des plantes semi-rustiques comme le lin de Nouvelle-Zélande (Phormium spp.), l’agapanthe (Agapanthus spp.) ou le palmier nain (Cordyline australis).

La plupart des graines de plantes vivaces ont besoin d’un froid prolongé, mais modéré avant de pouvoir germer, c’est pourquoi il faut les semer dans des plateaux à l’automne, puis les placer dans le cadre froid pour l’hiver. Elles germeront toutes seules au printemps.

Et ce ne sont là que quelques exemples. C’est vraiment étonnant de voir à quel point votre cadre froid sera utile !

Ce cadre froid est rattaché à une maison afin que les plantes à l’intérieur bénéficient du chauffage en hiver.

Ça chauffe !

Une couche chaude est tout simplement une couche froide chauffée. Autrefois, les jardiniers creusaient une fosse dans le sol, la remplissaient de fumier de cheval frais et la recouvraient de 5 cm de sable, puis replaçaient le cadre par-dessus.

Le fumier dégageait de la chaleur, ce qui permettait de passer l’hiver sans gel. De nos jours, vous pouvez placer des câbles chauffants sur le sol, en les recouvrant de 5 cm de sable. Les cadres chauds peuvent être utilisés pour démarrer et faire pousser des semis et des boutures et seront suffisamment chauds pour faire passer l’hiver à presque toutes les plantes. Il s’agit essentiellement de mini-serres.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

13 comments on “Éloge de la couche froide

  1. Vraiment intéressant comme article, merci de nous partager ces informations!

  2. JULIEN C.

    Waaou ! enfin ! j’ai compris la différence entre couche froide, couche chaude et mini-serre ! 😀

  3. Eh bien, ce qui est vieux redevient neuf
    Jacque Brel a dit la même chose dans sa chanson « La dame patronnesse »

    …Car comme disait le duc d’Elbeuf
    « C’est avec du vieux qu’on fait du neuf »…

  4. La jardinière débutante

    Bonjour, merci pour toutes ces informations. Peut-on considérer qu’un abri de piscine est une couche froide ? Cela permettrait d’optimiser les surfaces !
    Merci et belle année à tous puisque de là où je suis (France), nous avons jusqu’au 31/01 pour présenter nos vœux !!!

  5. Très intéressante, cette idée de couche froide (ou chaude) pour prolonger le plaisir du jardinage à travers les différentes saisons qui nous paraissent souvent trop courtes. Merci pour cet article!

    J’en profite pour partager le lien ci-dessous avec vous, pour ceux et celles qui seraient intéressés à entendre (ou ré-entendre) l »entrevue que M. Hodgson avait accordée à une animatrice de Radio-Canada en juin dernier, si je ne me trompe pas. Cette même animatrice nous a fait rejouer cette entrevue il y a quelques jours et elle est disponible en rattrapage ici :
    https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/penelope/episodes/678074/rattrapage-du-mardi-3-janvier-2023.
    Vous n’avez qu’à faire défiler les segments de l’émission jusqu’à 10h39, heure de diffusion de cette entrevue. Une autre belle façon de mieux connaître ce cher M. Hodgson! 🙂

  6. Merci pour l information sur tout très interessant

  7. Huguettr

    Bonjour, lorsqu’on parle de 10 degres, c’est dehors ou dans la couche?

  8. Agathe Petit

    Très intéressant; c’est dommage que je ne sois pas plus jeune!

  9. MICHEL GUILLEMETTE

    L’âge ne devrait pas être un obstacle. Demander de l’aide pour faire la couche et par la suite selon vos capacités. Bonne chance

  10. Joëlle Coté

    Température extérieure pour la question du 10 degré et vous pouvez mettre un thermomètre min-max dans la serre froide pour savoir vos différences de température.

  11. Louise M. de Passillé

    Les articles sont tout aussi pertinents et en plus, on y décèle toute l’affectation d’un fils pour son père. Touchant!

  12. roch beauchemin

    J’utilise les couches froides depuis 2 ans il faut surveiller les températures la nuit pour fermer le couvert…

  13. L’article parle de 10 deg\ c hors de la couche, et c’est conforme à ce que dit la littérature mais, dans mon expérience, en zone 5a, c’est irréaliste. Les temp. nocturnes de 10 ne sont régulières que juin est déjà largement engagé. Vous devriez pouvoir anticiper la dernière date moyenne de gel mortel dans votre région d’une semaine au moins avec une couche froide, sinon, à quoi bon?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :