Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Contes, légendes et plantes des Fêtes

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le soleil, le 18 décembre 2005.

On ne peut pas avoir un Noël sans plantes. Elles font tellement partie des traditions qu’on ne peut pas s’en sortir. Jetons un coup d’œil sur l’histoire des plantes de Noël et les légendes qui les entourent.

Une personne met une décoration dans un sapin de Noël
Le sapin de Noël est une vieille tradition germanique datant en fait de bien avant l’époque du Christ. Photo: Dima Valkov.

Le sapin

Le sapin de Noël est une vieille tradition germanique datant en fait de bien avant l’époque du Christ. Selon les croyances dos tribus nordiques, l’hiver, avec ses jours qui raccourcissent et les arbres qui perdent leurs feuilles, représentait la mort du monde, mais avec les bons rites et les sacrifices, il était possible de renverser la vapeur et de le faire renaître. Ils fêtaient donc le Yul, soit la Fête du renouveau, dès que les journées commençaient à s’allonger, c’est-à-dire vers Noël.

Le sapin était au centre de leurs festivités: comme il conservait ses aiguilles même en cette période de «mort», il représentait l’immortalité. Ainsi ils décorèrent les sapins de rubans et de chandelles pour cette fête. Avec le temps, la fête du Yul et la fête de Noël n’ont plus fait qu’une et la tradition du sapin décoré en est devenue une de Noël, notamment en Alsace. Ce serait des mercenaires allemands qui auraient apporté la tradition en sol nord-américain.

Feuilles et fruits de houx
L’utilisation du houx est une vieille tradition d’origine celtique. Photo: sean dreilinger.

Le houx

Voici une autre vieille tradition européenne, mais plutôt d’origine celtique cette fois-ci. Le houx aussi résistait à l’hiver et, de plus, ses fruits rouges étaient toxiques. Les druides vénéraient particulièrement les plantes toxiques, qui étaient pour eux des végétaux très puissants. Avec l’arrivée du christianisme, cette plante s’est intégrée à la fête de Noël.

La légende veut que jusqu’à l’arrivée de Jésus, les fruits du houx fussent blancs. Or le houx a servi à fabriquer la couronne d’épines do Jésus et le sang do ce dernier aurait coloré les fruits en rouge. Depuis lors, tous les houx ont des fruits rouges on souvenir de la Passion et de l’amour du Christ et on s’en sert pour décorer les maisons. Mais attention! En France, la croyance veut qu’il ne faille jamais entrer des branches de houx dans la maison avant le 23 décembre, sinon un malheur frappera.

Feuilles de gui
Dans la tradition anglo-saxonne, on s’embrasse sous le gui à Noël. En France, c’est au jour de l’An. Photo: coniferconifer

Le gui

Voici une tradition en nette perte de vitesse. Ça fait presque 20 ans que je ne vois plus de gui dans les magasins à Noël… Et sans gui, on ne peut plus suivre la belle vieille tradition qui veut que, quand un homme et une femme se rencontrent sous une branche de gui, ils doivent s’embrasser. On voit bien quelques branches de gui en plastique, mais ça manque de charme.

C’est tout simplement un problème d’approvisionnement. Le gui (Viscum album) est une plante parasite qui vit accrochée dans les arbres en Europe et pousse strictement à l’état sauvage ; sa culture est impossible. Or, les techniques forestières modernes éliminent le gui dès qu’il apparaît et il se fait donc plus rare qu’autrefois. Le gui est toujours récolté commercialement en Europe, mais strictement pour le marché local. Il n’en reste plus suffisamment pour l’exportation!

À l’origine, le gui était considéré comme la plante la plus sacrée par les druides, une plante à respecter à tout prix, sinon c’était le malheur. C’était à tel point vrai que lorsque des ennemis se rencontraient dans une forêt et se rendaient compte qu’ils se bataillaient sous des branches de gui, ils devaient baisser les armes et observer une trêve jusqu’au lendemain. Peu à peu, cette trêve entre ennemis s’est transformée en embrassade entre les sexes. Notez que dans la tradition anglo-saxonne, on s’embrasse sous le gui à Noël. En France, c’est au jour de l’An, d’où le dicton « au gui l’An neuf ».

Poinsettias
Le poinsettia a été à l’origine planté par les Aztèques. Photo: U.S. Department of Agriculture

Le poinsettia

Voici une légende qui nous vient du Mexique, pays d’origine du poinsettia (Euphorbia pulcherrima). Le poinsettia a été à l’origine planté par les Aztèques qui voyaient dans ses « fleurs » rouge sang un symbole de pureté (pour eux, le sang était purificateur). Les prêtres espagnols se sont d’abord battus contre cette «plante maudite» avant de finir par accepter avec regrets la tradition trop enracinée et de lui donner une signification plus catholique.

Ainsi est née la légende suivante: un jeune garçon voulait aller voir le bébé Jésus, mais n’avait aucun cadeau à lui donner. Faute de mieux, il a coupé quelques branches apparemment mortes pour les présenter à Jésus. Mais quand il déposât son bouquet devant le bébé, un miracle se produisit. Les branches se couvrirent de fleurs rouges, soit des fleurs de poinsettia, et le bébé Jésus sourit. Depuis lors, le poinsettia fleurit toujours à Noël.

Cactus de Noël
Le cactus de Noël est d’origine brésilienne. Photo: Peter coxhead.

Le cactus de Noël

La légende suivante vient du Brésil, pays d’origine du cactus de Noël (Schlumbergera truncata). Un jeune garçon qui vivait dans la jungle amazonienne avait prié Dieu de lui donner un petit signe de Noël dans son monde chaud et étouffant. Le jour de Noël, il se lève pour se rendre compte que la jungle s’était remplie de fleurs au cours de la nuit. Les cactus qui poussaient sur les branches des arbres environnants s’étaient tous mis à fleurir en même temps. De plus, avec leur port retombant, ils faisaient penser aux cloches de Noël. Et ainsi encore, une autre légende est née !

Amaryllis avec fleur rouge
En Argentine, les amaryllis (Hippeastmm spp.) fleurissent à l’état sauvage à Noël. Photo: A Yee.

L’amaryllis

En Argentine, où les amaryllis (Hippeastmm spp.) fleurissent à l’état sauvage à Noël, on raconte la légende suivante. Dans son excitation pour annoncer la naissance de Jésus à Bethléem, l’archange aurait échappé sa trompette. En tombant au sol, la trompette s’est transformée en une belle fleur en forme de trompette. Depuis, l’amaryllis fleurit toujours à Noël pour annoncer la naissance du Christ.

Romarin en fleur
Le romarin fut très utilisé dans la fabrication des couronnes et des guirlandes de Noël. Photo: Lynn Greyling.

Le romarin

Jusqu’au XXI siècle, le romarin fut très utilisé dans la fabrication des couronnes et des guirlandes de Noël. C’est une tradition qui renaît, du moins un peu, car depuis trois ou quatre ans, on voit dans les jardineries des plants de romarin taillés en forme de sapin et vendus à Noël. Avec leurs feuilles étroites en forme d’aiguille, ils jouent d’ailleurs bien leur rôle.

Il serait alors peut-être temps de ressusciter la vieille légende suivante. Le romarin, dit la légende, avait à l’origine des fleurs blanches. Puis, avant d’entrer dans l’étable pour donner naissance à Jésus, Marie a déposé sa cape bleue sur le petit arbuste de romarin planté à la porte et la couleur a déteint. Depuis, le romarin fleuri toujours bleu.

D’ailleurs, saviez-vous que «romarin», rosmarinus en latin, veut dire « rose de Marie » (« ros » et « mari ») ?

Joyeux Noël !

Étiquettes + Amaryllis, Noël, sapin, Poinsettia, Cactus de Noël, Gui, fêtes


commentaire sur "Contes, légendes et plantes des Fêtes"

  1. Louise dit :

    J’aime particulièrement les légendes sur le changement de couleur du gui et du romarin! Merci pour le retour de cet article

  2. Marie-Lyne Lavallée dit :

    Intéressant et instructif! Merci de partager à nouveau cet article riches de contes et de légendes. À notre tour de les partager avec nos enfants et petits-enfants.

  3. Pauline dit :

    Je suis contente de savoir pourquoi mon romarin fleuri bleu …?

  4. Pauline dit :

    Oups !! Ce n’est pas un point d’interrogation que j’avais choisi mais un icone de clin d’œil

  5. Claire Duval dit :

    Merci pour les légendes et surtout merci pour le documentaire concernant ce grand homme Larry Hodgson.
    Un hommage mérité…
    Joyeuses Fêtes?

  6. Anonyme dit :

    Ma préférée… le cactus de Noël. Quelle beauté.

  7. ninon29stbib dit :

    Merci quel beau petit texte pour un matin de Décembre :).

  8. Maria Nieuwenhof dit :

    Très belle hommage rendu à Larry Hodgson lundi soir et très touchant. Merci à l’équipe de Matthieu de poursuivre l’oeuvre, c’est toujours la première chose que je fais le matin de lire le blogue avec mon café ?. Joyeuses fêtes à tous et très belle année de continuité au blogue du jardinier paresseux.

  9. J.J. dit :

    Toutes ces légendes sont d’une navrante naïveté.
    Je vous souhaite un joyeux et heureux Solstice !

  10. Denise B. Québec, Qc dit :

    Tous les émojis finissent en ??? lors des parutions-réponses. Faut pas s’en faire.
    Bon Temps des Fêtes.

  11. Lucie dit :

    J’ai rentré mon romarin cette année et j’ai été bien surprise de la voir fleurir, bleu évidemment! Contente d’apprendre cette légende de Noël sur le romarin.

  12. Jacinthe dit :

    Texte très intéressant! Joyeuses Fêtes Mathieu!

  13. louisehenrie dit :

    Merci pour les beaux contes de Noël. Joyeux Noël à tous et un coucou là-haut à notre cher Larry Hodgson. Moi c’est avec mes amaryllis que je fait repousser à chaque année et j’ai le plaisir de les regarder pousser à tous les matins. Hâte de voir leurs magnifiques floraisons.

  14. Marie-reine M.R.T Turcotte dit :

    bonjour
    Bravo pour cette chronique .J’entends M.Larry me la lire avec son accent.
    Joyeuses Fêtes

  15. Anonyme dit :

    Article fort intéressant! Merci!

  16. Maryse dit :

    Merci pour l’article. Très intéressant.
    Pour le texte du cactus de Noël, la photo illustre un cactus de l’Action de grâce. C’est bien mélangeant ces 3 variétés????: de Pâques, de Noël et de l’Action de grâce.

  17. Anonyme dit :

    bonjour, merci pour les renseignements au sujet des fleurs a Noel,

  18. Michelle dit :

    Bonjour, merci pour ce rappel, merci pour la fraîcheur de ces parfums verts – merci pour la magie des légendes et des contes – mon cactus de Noël ressemblait à la photo ci-dessus il y a quelques jours et belle surprise, il y a déjà de nouveaux boutons pour une deuxième floraison – Joyeux Noël à l’équipe de Jardinier paresseux

  19. rejean filiatrault dit :

    Super ! Moi mon oiseau de Noel (rouge) COMME LES BOULES DE MON SAPIN VERT. Est présent. Son nom ?
    Le vert et le rouge dominent a Noel…Fete de la lumière ! Lent début de la nature les jours vont rallonger tranquillement mais surement 🙂 Nos jardins sont en dormance…

  20. Jean Denis Brisson dit :

    Très intéressant article. À propos du cactus de Noël, ma grand-mère paternelle avait reçu un plant lors de son mariage… il y a 105 ans. Et la plante aux fleurs rouges est toujours dans la famille de mon frère et elle fleurit toujours en cette période car il dispose d’un solarium moins chauffé en hiver.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :