Catégories

Recherche

Le plus sympathique des «scorpions» est dans votre maison!

Personne n’aime trouver d’insectes dans sa maison. Ça tombe bien, celui que je vous présente aujourd’hui n’en est pas un! J’en ai déjà parlé, j’ai les araignées en horreur, mais les scorpions, je n’ai aucun problème… 8 pattes, c’est non, mais 8 pattes et deux pinces: c’est correct. Je sais, je ne comprends pas non plus…!  Il y a quelques années, quand j’ai emménagé dans ma maison, j’ai rencontré pour la première fois ces mignonnes bestioles et j’ai découvert qu’elles n’éveillaient aucune crainte en moi. J’étais très intriguée et j’ai fait mes recherches… Ce n’est pas un scorpion Malgré la ressemblance, il ne s’agit pas d’un scorpion miniature. Ouf! Il ne peut pas nous mordre ou nous piquer, mais il a tout de même un venin dans les pinces. Dangereux pour nous? Non, pas du tout.  Déjà, il faut dire que les pseudoscorpions font entre 2 et 8 millimètres alors ils leur faudrait un marteau piqueur pour percer notre peau.... Lire la suite >

Pourquoi les feuilles des plantes sont-elles vertes?

La raison simple est que les végétaux reflètent la lumière verte. Le spectre visible, la gamme de couleur visible par l’œil humain, va du bleu au rouge, en passant par le vert et le jaune. Quand la lumière d’une certaine couleur rebondit sur un objet jusqu’à notre œil, c’est cette couleur que nous voyons. Lampes DEL mauves Certains diront que si les feuilles reflètent les verts, c’est qu’il n’est pas nécessaire pour la photosynthèse. Avez-vous déjà vu des lampes DEL mauves, un mélange de bleu et rouge? L’idée est que les plantes auraient seulement besoin de lumière bleu et rouge, car le vert est réfléchi de toute façon. Ça semble logique! La lumière verte, ça sert à quoi? Dans les faits, 85% de la lumière verte qui atteint les feuilles est absorbée. C’est ce 15% restant qui est reflété et se rend à nos yeux, nous donnant le signale que les feuilles sont de couleur verte. Il est vrai que... Lire la suite >

L’art de guérir les plantes aux bouts brunis

Si vous cultivez plusieurs plantes d’intérieur, vous avez sans doute déjà rencontré le problème suivant : l’extrémité de certaines feuilles (généralement celles du bas) devient sèche et brune. Ce problème progresse tranquillement, la partie brunie devenant de plus en plus grande, puis cesse subitement, laissant le reste de la feuille intacte. Puis la « maladie » passe à une autre feuille. Cependant, le « brunissement des bouts » n’est pas une maladie, mais un problème de culture… et il faut presque être un Sherlock Holmes pour en découvrir l’origine. On peut corriger un bout bruni… par la chirurgie plastique. À l’aide de ciseaux tranchants, recoupez l’extrémité de la tige en pointe, comme sur la feuille d’origine. Ce traitement, efficace dans l’immédiat, n’est que temporaire. La partie coupée de la feuille se desséchera à son tour et il faudra repasser avec les ciseaux. De plus, la « maladie » s’installera sur d’autres feuilles. Pour ces raisons, il faut chercher la véritable... Lire la suite >

La goutte de neige qui fit déborder le pot de grès

La semaine dernière, je suis revenue chez moi, à Montréal, après quelques semaines d’absence. Même si j’aime voyager, il est toujours réconfortant de se retrouver à la maison, dans ses affaires! En plus, à mon grand bonheur, la ville était recouverte d’une bonne couche de neige. C’est l’hiver mes mignons! Ça sent le ski de fond et la pêche blanche! L’état de mon jardin J’ai mis mes bottes (qui sont, pour vrai, doublées de mouton!) et je suis sorti voir l’état de mon jardin, qui n’est, en fait, qu’une terrasse au deuxième d’un petit immeuble : le chou kale avait gelé (pas grave c’est beau quand même!); le persil était encore vivant sous une couche de neige; et des tiges sèches pointaient par-ci par-là, signe d’un potager urbain bien rempli.  Je n’avais pas tout à fait fini mon ménage d’automne. Bien sûr, lorsque possible, je laisse les plantes mourir dans leurs pots, où elles restent tout l’hiver, question d’offrir un sanctuaire... Lire la suite >

Les marmottes aussi font du jardinage!

J’éprouve une certaine réticence à faire l’éloge de la marmotte. Après tout, elle est la plupart du temps le pire cauchemar de certains jardiniers qui sont aux prises avec ses ravages… et sa gourmandise. Toutefois, je suis tombée récemment sur une étude scientifique qui faisait l’éloge d’un proche cousin de la marmotte, allant même jusqu’à la consacrer premier exemple d’un mammifère non humain à pratiquer l’agriculture! En effet, il y a en Floride, un petit rongeur dénommé le gaufre à poches du Sud-Est (Geomys pinetis) qui peut creuser un vaste réseau de tunnels, aussi grand qu’un terrain de football. À titre comparatif, notre chère marmotte commune creuse rarement un tunnel de plus de 7 mètres de longueur. Les scientifiques se sont donc demandé pour quoi un si vaste réseau de tunnels? Pour manger des pissenlits par la racine! Eh oui, le gaufre se nourrit en partie des racines qui envahissent ses tunnels. Mais il a la brillante habitude de ne... Lire la suite >

Tout emmitouflé

À l’heure actuelle, vos tâches extérieures devraient être pratiquement terminées : tuyaux d’arrosage rangés, pots empilés pour le printemps ou le recyclage, outils suspendus, etc. L’Alaska Cooperative Extension Service (www.uaf.edu) propose sur son site une liste pour vous aider à vous organiser. Vous y trouverez également de nombreux autres articles intéressants, dans la section Publications. Vous pouvez les télécharger, les perforer à trois trous ou les mettre dans des protecteurs de page et créer un carnet d’idées pour cet hiver. Entreposer les bulbes pour l’hiver Le sol est enfin en train de geler, alors les bulbes qui vous restent peuvent être mis en pot pour les pots stockés dans un vide sanitaire ou un garage. Je mets mes pots de forçage sur le sol de ma serre chauffée, où il fait plus frais que sur les étagères. Vous trouverez peut-être des bulbes invendus en vente dans votre région, mais assurez-vous qu’ils ne sont pas desséchés. Leur prix devrait être au... Lire la suite >

Les Victoriennes

Les plantes en pot remontent aux origines mêmes de la civilisation. Les Égyptiens, les Chinois et les Mayas cultivaient tous des plantes en pot, tout comme les Grecs et les Romains. En Amérique du Nord, il est de tradition, depuis l’époque coloniale, de prélever à l’automne des plantes tendres préférées pour les cultiver à l’intérieur pendant l’hiver. Plantes en pots en premier Ça ne signifie pas que l’humain cultive les plantes d’intérieur telles que nous les connaissons aujourd’hui depuis qu’il s’est installé à l’abri de la pluie. En fait, la culture des plantes en pots était au départ une idée pratique. La culture en pot facilitait le transport des plantes pour les peuples au mode de vie nomade. C’était un moyen de maintenir en vie les plantes qui ne pouvaient pas survivre dans des conditions extérieures difficiles. En fait, certaines plantes poussent en pot depuis si longtemps que personne ne sait vraiment d’où elles viennent. L’aloès médicinal en est un... Lire la suite >

Laisser les feuilles au sol, mais qu’en est-il des cocottes?

Tout comme les feuilles d’automne, n’y touchez pas, ce sont de précieuses réserves très importantes de nourriture pour un mignon compagnon au jardin: l’écureuil roux. Heureusement pour vous, les deux sont très semblables, autant dans les habitudes de vie que dans leur régime. Pour l’article du jour, je me contenterai donc de parler des deux rongeurs sous l’appellation d’écureuils roux.  Ce petit mammifère au mignon minois vit généralement dans les forêts de conifères, où il se nourrit de champignons, de noix de pins, de noyers, ou d’autres arbres. On le voit parfois en ville, en banlieue ou en campagne errer sur nos terrains. Il n’est pas dommageable à notre jardin, et le regarder est un vrai plaisir puisqu’il est peu farouche, actif le jour, et fait des cabrioles dignes du meilleur trapéziste. Collection de cocotte, graines, et chanterelle séchée Si l’espèce d’Europe peut trouver à manger toute l’année ou presque, son cousin du Canada doit faire face à une menace... Lire la suite >

2023 : L’année de l’amaryllis

L’amaryllis avec laquelle vous décorez votre maison pendant les vacances d’hiver est un Hippeastrum. Membre de la famille des Amaryllidaceae, les bulbes d’Hippeastrum sont originaires d’Amérique centrale et du Sud et comprennent 90 espèces et plus de 600 cultivars ; ces plantes sont communément appelées Amaryllis. En revanche, l’Amaryllis est un bulbe originaire d’Afrique du Sud qui ne compte qu’une seule espèce, l’Amaryllis belladona, également connue sous le nom de “Naked Ladies” en raison de ses fleurs roses sur des tiges sans feuilles. Pour notre programme “Année de l’Amaryllis”, nous nous concentrerons sur les plantes Hippeastrum communément appelées Amaryllis. Bulbes d’hiver Les amaryllis (Hippeastrum) proposées à la fin de l’automne et pendant l’hiver sont utilisées comme bulbes forcés pour décorer et embellir l’intérieur des maisons pendant l’hiver. Ces bulbes faciles à cultiver sont aujourd’hui propagés dans de nombreuses régions du monde. Les jardineries, les sites Web et les catalogues de jardinage indiquent souvent où leurs bulbes ont été cultivés, que... Lire la suite >

Les jardiniers doivent souhaiter beaucoup de neige…et bientôt!

À la mi-janvier, par un froid tel que même respirer fait mal, on a peine à croire que la vie végétale puisse survivre à un climat aussi sévère que le nôtre. Pourtant, la preuve est là, de nombreuses plantes y arrivent très bien. Voici de quelle façon. Des réactions différentes Chaque plante a une façon bien à elle de résister au froid. Certaines, par exemple, réagissent… en mourant ! C’est le cas des plantes dites annuelles : le plant adulte meurt, mais non pas sans avoir produit des semences qui, elles, résistent souvent très bien au froid. Lorsque le soleil chaud revient au printemps, les graines, jusqu’alors dans un sommeil très profond, germent et produisent rapidement une plante adulte qui, à son tour, produira des graines, et le cycle se poursuivra. Une autre façon pour les plantes de résister au froid consiste à laisser leurs parties aériennes mourir, mais pas leur couronne (point de croissance) ni leurs racines. Sous la... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!