Cactus et succulentes Plantes d'intérieur Truc du jour

Guide complet de l’entretien des succulentes

Pour débutants et professionnels

Serre de plantes succulentes.
Serre contenant une collection de plantes succulentes. Heureusement, il est facile d’apprendre l’entretien des succulentes. Photo: Acabashi, Creative Commons CC-BY-SA 4.0, Wikimedia Commons

Peut-être que vous voulez juste garder quelques plantes succulentes comme passe-temps… ou peut-être que votre objectif est de les cultiver commercialement. Peu importe votre intention, vous voudrez en savoir plus sur l’entretien des succulentes.

Pour vous aider, nous avons rassemblé ici un guide complet sur comment réussir l’entretien des succulentes. Ce guide vous permettra de comprendre quelles plantes on peut appeler «succulentes». Vous verrez également les différents types de plantes succulentes que l’on trouve couramment dans les pépinières commerciales. Et enfin, nous aborderons les différents aspects de soins à leur donner.

Types de plantes succulentes

Des milliers d’espèces végétales peuvent être classées comme succulentes. Il est donc impossible de toutes les énumérer ici. Ce que nous pouvons faire, cependant, c’est de les classer dans quelques grandes catégories générales. De plus, nous pouvons examiner certaines des plantes succulentes courantes que vous trouverez probablement dans les jardineries de votre secteur ou que vous multiplierez au fur et à mesure que vous les cultivez.

Tiges épaisses, feuilles épaisses

Exemples de tiges et de feuilles épaisses.
Les plantes succulentes stockent l’eau dans leurs tiges, dans leurs feuilles ou aux deux endroits, et ce, sous forme de sève. C’est de là qu’ils tirent le nom succulent! Photo: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons et www.ebay.com

Le nom «succulent» signifie «rempli de sève» (de «succus», qui signifie «sève» en latin). Autrefois, on disait «plantes grasses», mais ces végétaux contiennent de la sève, pas de la graisse. Les succulentes ont des tiges potelées ou des feuilles épaisses qui conservent l’humidité sous forme de sève. Avec ces réserves d’eau sucrée, elles peuvent traverser la sécheresse en demeurant indemnes. Certaines ont des tiges épaisses, d’autres des feuilles épaisses, d’autres sont épaisses de partout! Mais attendez-vous à ce que toutes les succulentes soient au moins un peu grassouillettes!

Types généraux de succulentes

Vous pouvez classer les plantes succulentes en deux grands groupes en fonction de l’endroit où elles croissent dans la nature.

  1. Succulentes terrestres: Ces plantes poussent sur différents types de sol. Ce sont les plus courantes.
  2. Épiphytes: Ce sont des plantes qui poussent sur les arbres. Elles s’adaptent à la culture dans nos maisons en utilisant très peu de terre, recherchant surtout un ancrage. De plus, elles n’ont besoin que de très peu d’eau, probablement moins que les autres succulentes, puisque les arbres auxquels elles se fixent n’offrent habituellement aucune réserve d’humidité.

Succulentes communes

Il existe des milliers de succulentes dans divers genres, mais quelques-unes sont spécialement populaires auprès des jardiniers d’intérieur. Leur popularité leur vient de leur apparence unique, leur excellente disponibilité et leur facilité d’entretien.

  • Voici quelques genres bien connus:
  • Aéonium
  • Echevéria
  • Kalanchoé
  • Graptopétalum
  • Haworthia
  • Crassula, jade ou plante jade

Vous pouvez également lire: tout ce que vous devez savoir sur le sédum bâtard.

La floraison des succulentes

Mammillaria zeilmanniana en fleur.
Nous cultivons la plupart des succulentes pour leur aspect général, notamment les tiges et feuillages et divers recouvrements (poils, épines, cires, etc.). Nous n’en cultivons que quelques-unes pour leurs fleurs. Par contre, celle-ci, Mammillaria zeilmanniana, est attrayante tant par son aspect général que par sa floraison. Photo: sever180, depositphotos.coms

Les gens cultivent rarement des plantes succulentes pour leurs fleurs, la structure de la plante étant généralement en elle-même son principal attrait. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’aucune succulente n’ait de fleurs étonnantes qui se démarquent vraiment. Pour le savoir, consultez certains de nos profils sur les succulentes individuelles.

Lorsqu’une succulente fleurit, cela a une incidence importante sur la façon dont vous devez en prendre soin. En effet, la saison de floraison demande beaucoup de ressources de sa part. Vous devrez l’arroser davantage et parfois ajouter de l’engrais, entre autres interventions à cette saison.

La floraison, dans certains cas, signifie que la vie de la succulente touche à sa fin, car plusieurs sont monocarpiques. Ainsi, lorsque vous verrez fleurir une plante de ce type, vous saurez qu’elle approche de la mort et pourrez prendre les dispositions nécessaires pour la multiplier. Si vous le faites, vous aurez des remplacements prêts au moment opportun.

La toxicité des plantes succulentes

Euphorbe au latex toxique.
La plante crayon (Euphorbia tirucali) a une sève blanc toxique. Photo: Unusualseeds.com

La plupart des jardiniers conservent bon nombre de leurs succulentes à l’intérieur et c’est aussi probablement votre cas, du moins, une bonne partie de l’année. Avoir une succulente dans votre maison signifie qu’elle est à proximité des enfants et des animaux domestiques qui pourraient la toucher ou l’ingérer. Certaines plantes succulentes sont toxiques pour les humains et les animaux domestiques, tandis que d’autres ne le sont pas.

Le niveau de toxicité varie d’une plante à l’autre. Certains genres de plantes succulentes contiennent à la fois des plantes toxiques et des plantes non toxiques, tandis que d’autres sont presque entièrement composées de plantes toxiques. Le genre Euphorbia est l’un des genres populaires où presque toutes les espèces sont toxiques. 

Vous trouverez une liste des variétés toxiques ici: 200 plantes d’intérieur toxiques.

Thermometer froid.

Résistance au froid

L’habitat naturel des plantes succulentes se trouve dans les zones arides et semi-arides du monde, y compris les déserts. Cela signifie qu’elles sont adaptées aux conditions désertiques. Elles ont besoin de peu d’eau et la plupart d’entre elles prospèrent sous la lumière directe du soleil. La question de la résistance au froid peut cependant semer un peu de confusion.

Les températures dans un désert peuvent devenir très froides les nuits, descendant même sous zéro. Même ainsi, elles ne restent froides que quelques heures, puis la chaleur revient. Ainsi, alors que la plupart des plantes succulentes peuvent résister à des températures inférieures au point de congélation pendant une courte période, elles ne peuvent pas survivre sans protection pendant plus de quelques jours quand l’hiver est glacial. Il est important de noter, cependant, que quelques plantes succulentes apprécient un long hiver et fleurissent même à cette saison. Elles sont adaptées à cette condition… mais ce sont des exceptions.

Certains crassulas, comme le dollar d’argent (Crassula arborescens), entrent dans la catégorie des plantes qui poussent et fleurissent pendant qu’il fait frais en hiver, bien qu’elles ne tolèrent pas le froid extrême. De nombreux joubarbes ou poules et poussins (Sempervivum spp.), en revanche, peuvent non seulement survivre à des hivers glaciaux, mais prospérer à des températures plus basses. Ainsi, on peut les cultiver en plein air toute l’année même au Québec. C’est aussi le cas pour certains (mais pas tous) des sédums et pour quelques très rares cactées. La plupart doivent toutefois passer l’hiver à l’abri des grands froids.

Où cultiver des plantes succulentes; à l’intérieur ou à l’extérieur?

Une énorme euphorbe trigone en plein air.
L’euphorbe trigone (Euphorbia trigona) est un exemple de succulente qui peut devenir trop grosse pour la maison! Frank Vincentz, Wikimedia Commons

Vous pouvez faire pousser des plantes succulentes à l’intérieur ou à l’extérieur, en fonction de leurs besoins… et de quelques autres facteurs, notamment la taille qu’elles peuvent atteindre! L’euphorbe trigone (Euphorbia trigona), par exemple, peut atteindre plus de 4 m de haut et devenir trop gros pour vivre dans une maison. Sa sève et ses épines toxiques le rendent également impropre à la culture à proximité des enfants et des animaux domestiques.

Plante poisson rouge en fleurs.
Plante poisson rouge (Nematanthus sp.), ainsi appelé pour ses fleurs qui évoquent un poisson orange. Photo: NewAfrica, depositphotos.com

Vous pouvez cultiver des succulentes plus petites et plus conviviales dans la maison. Certaines sont même assez petites pour se conserver comme plantes de bureau. Il en existe encore d’autres dont la morphologie suggère une utilisation en suspension pour faire ressortir leur beauté. La plante poisson rouge (Nematanthus spp.) est une de ces dernières. 

Vous trouverez aussi des emplacements qui cadrent parfaitement avec les succulentes grimpantes ou retombantes. 

Il est donc important de comprendre que, si vous souhaitez faire pousser une succulente à l’extérieur, il y a plusieurs facteurs dont vous devez tenir compte.

Le premier est de savoir si vous cultiverez la succulente dans un pot ou directement dans la terre.

Si vous la cultivez directement dans le sol, vous devez savoir si le sol se draine bien, car aucune succulente ne peut survivre à un sol gorgé d’eau. Planter la plante en pleine terre signifie qu’elle est définitivement fixée dans sa position. Ainsi, elle devrait être suffisamment bien adaptée pour survivre aux conditions météorologiques de la région tout au long de l’année. La cultiver en pot permet de déplacer la plante dans un environnement plus convivial si les conditions climatiques l’exigent.

Exemples de succulentes en pots ornementaux.

Les plantes succulentes ne sont pas difficiles à cultiver, mais ont un régime de soins comme les autres plantes qu’il faut suivre pour obtenir de meilleurs résultats. Aussi, il y a quelques nuances d’entretien qui varient d’une plante à l’autre et nous les examinerons ici.

Lumière et emplacement

La lumière est un facteur critique pour la croissance réussie de toute plante. Toutes les plantes succulentes ont besoin de lumière à différents niveaux pour prospérer. Aucune ne poussera bien dans l’obscurité. Le garder dans l’obscurité est un moyen efficace de la tuer!

1. Lumière directe du soleil

Echeveria rose en plein soleil.
De nombreuses plantes succulentes ont besoin directement de la lumière du soleil. Photo: @kazu228728, Instagram, succulentcity.com

Certaines plantes succulentes préfèrent la lumière directe du soleil et ne pousseront ni ne fleuriront sans elle. D’autres n’en ont pas absolument besoin, mais leur feuillage développe une certaine teinte lorsqu’il est exposé à un ensoleillement intense. Le changement de couleur est généralement un signe que la plante est un peu stressée, mais comme son feuillage est souvent l’attraction principale des plantes succulentes et que la couleur supplémentaire les rend encore plus attrayantes, peu de propriétaires de plantes s’en plaignent. D’autant plus que de les exposer à un éclairage un peu exagéré ne leur cause vraiment pas de mal à long terme… alors pourquoi s’en priver?

Les plantes succulentes qui prospèrent sous la lumière directe du soleil nécessitent plusieurs heures sous le soleil pour obtenir les meilleurs résultats. Cela peut aller de 4 à 12 heures. En raison des saisons variables dans différentes parties du monde, il peut vous être impossible d’obtenir ce nombre d’heures d’ensoleillement tout au long de l’année. Dans de tels cas, vous pouvez utiliser des lampes de culture pour compléter la lumière du soleil.

Vous pouvez garder les plantes succulentes à l’extérieur en été pour leur permettre de profiter au maximum de la lumière du soleil. Si vous voulez que la vôtre soit une plante d’intérieur, lorsque vous la rentrez, placez-la à côté d’une fenêtre sud ou est. Ces fenêtres permettront à la lumière du soleil d’aboutir directement sur la plante. Assurez-vous que les plantes succulentes sont à au plus 30 cm de la fenêtre.

De plus, vous devez vous assurer de peindre la pièce dans laquelle vous conservez les plantes en blanc ou une couleur pâle pour améliorer la réflexion. La réflexion augmente l’intensité de la lumière.

Un article connexe: Promenade hebdomadaire pour plantes succulentes.

2. Lumière solaire indirecte

Cactus près d’une fenêtre avec des rideaux transparents.
Vous pouvez tirer un voilage pour protéger vos succulentes du soleil lors des jours les plus chauds. Photo: NewAfrica, depositphotos.com

Certaines succulentes ont un feuillage si délicat qu’elles ne peuvent pas supporter la lumière directe du soleil. L’exposition directe aux rayons UV peut carrément brûler les feuilles et tuerait la succulente si vous ne les modérez pas. Ainsi, ces plantes doivent être protégées des rayons directs du soleil.

À cette fin, construisez un abri au-dessus d’elles si vous les gardez à l’extérieur et éloignez-les des fenêtres qui permettent la lumière directe du soleil de les atteindre si vous les utilisez comme plantes d’intérieur. Parfois, tout ce que vous avez à faire est de tirer un voilage entre la succulente et la lumière directe du soleil à midi, quand le soleil est à son plus intense. Ainsi, vous donnerez suffisamment de lumière à la succulente tout en la protégeant des rayons UV.

Aussi, il devrait être possible pour vous de déplacer votre succulente vers un endroit où les conditions d’éclairage sont plus favorables. Cela est particulièrement nécessaire si votre emplacement connaît des hivers glaciaux avec des journées courtes qui bloquent la lumière pendant de longues périodes. Ne choisissez pas des succulentes qui ne peuvent pas se déplacer à l’intérieur dans de tels endroits; vous finirez par les perdre malgré vos efforts.

Arrosage

Femme arrosant un crassula.
Un arrosage attentif est important. Trop arroser peut entraîner la pourriture des racines. Photo: Vika200581.mail.ru, depositphotos.com

L’arrosage est l’une des considérations d’entretien les plus importantes pour les plantes succulentes. En effet, la pourriture des racines, la maladie la plus courante et la plus mortelle chez les plantes succulentes, provient d’un arrosage excessif. L’habitat naturel de ces plantes succulentes est invariablement des terres arides et semi-arides et elles sont adaptées aux conditions rencontrées dans ces endroits.

Selon les conditions météorologiques, les besoins en eau d’une plante varient d’une saison à l’autre. Les processus physiologiques en cours dans la plante déterminent également la quantité d’eau nécessaire. Par exemple, une succulente aura besoin de plus d’eau par temps chaud en été, car la chaleur provoque l’évaporation de l’eau.

La plante a également besoin de plus d’arrosage pendant sa saison de croissance et de floraison. Par contre, une succulente dormante en hiver n’a guère besoin d’être arrosée. Il n’y aura pas d’évaporation digne de mention et la plante n’utilisera pas d’eau pour les processus physiologiques.

Évitez la pourriture des racines en n’arrosant pas la succulente jusqu’à ce qu’elle ait épuisé l’humidité de l’arrosage précédent. Comment savez-vous que la succulente est prête pour le prochain arrosage? Simple! Faites un test d’humidité! Insérez votre doigt dans le substrat par le haut. Jugez maintenant si le terreau est humide ou sec. N’arrosez pas la plante s’il y a encore de l’humidité dans les 7,5 cm supérieurs de terreau. Mais arrosez si le sol est sec. (Je vous l’avais dit que c’était simple!)

Vous pouvez verser l’eau directement sur le terreau si la structure de la plante le permet. Si la succulente est grimpante et cache complètement la terre de ses tiges et feuilles, vous trouverez peut-être cela plus pratique de plonger le pot dans un bain d’eau. Cela permettra au terreau de s’imprégner de l’eau par les trous au fond du pot.

Il vaut toujours mieux éviter de mouiller les feuilles lorsque vous arrosez une succulente.

Pots et rempotage

Rempotage: cactus sans pot, pinces utilisées pour le tenir, cuillère, terreau.
Les succulentes épineuses comme ce cactus nécessitent une manipulation prudente! Photo: AnSyvan, depositphotos.com

Vous cultiverez probablement votre succulente en pot. Les pots améliorent l’apparence de la plante et vous permettent de la déplacer au besoin. La taille appropriée du pot d’une plante dépend de la taille de la plante et d’autres facteurs, tels que le système racinaire.

Vous aurez peut-être à changer le pot de votre plante de temps en temps. La fréquence à laquelle vous devez rempoter une succulente dépend de sa vitesse de croissance. Certaines plantes à croissance lente n’ont presque jamais besoin d’être rempotées, tandis que d’autres peuvent en avoir besoin tous les deux ans.

En rempotant, agrandissez le pot d’au moins 10% afin de laisser de la place à la croissance des racines. Un pot pour succulentes doit avoir suffisamment de trous de drainage pour permettre à l’excès d’eau de bien se drainer lorsque vous arrosez. Cela aide également si le pot a des parois perméables qui permettent à l’air de passer à travers les parois latérales et de pénétrer dans le terreau. Avec tous ces facteurs à l’esprit, un pot en terre cuite non émaillée est sans doute le meilleur choix pour la culture des plantes succulentes.

Cela dit, vous pouvez fabriquer des pots de succulentes à partir de pratiquement n’importe quel matériau: roche, métal, bois, porcelaine, etc. Choisissez-en un qui facilite la croissance de votre succulente et rehausse sa beauté, tout simplement.

Sol

Terreau de culture pour cactus et succulentes.
Vous pouvez utiliser un mélange commercial conçu pour les succulentes et les cactées. Photo: cactusenligne.ca

Vous pouvez résumer le bon produit de rempotage pour une succulente en un mot: bien drainé. C’est un élément de base des soins pour les succulentes. La perméabilité du sol est un catalyseur essentiel pour l’arrosage. Il peut avoir une légère variation dans la perméabilité idéale du sol d’une succulente à l’autre. Cependant, le sol doit toujours contenir un mélange d’environ 50% de terre limoneuse et 50% de terre sableuse.

Vous pouvez acheter un substrat préparé commercialement (terreau d’empotage) conçu pour les plantes succulentes, probablement constitué de terre limoneuse, de pierre ponce ou de coquilles de noix de coco moulues. Un substrat de cette nature ne se gorge pas d’eau. Le substrat dans lequel vous plantez votre succulente doit également contenir suffisamment de nutriments pour la maintenir en bon état.

Finalement, c’est à vous de trouver le mélange de terreau dans lequel votre succulente pousse le mieux et il faut parfois expérimenter un peu. La plupart des plantes succulentes sont à l’aise avec du terreau d’empotage bien ordinaire, mais quelques-unes préfèrent un peu plus d’humus.

Engrais

Engrais pour cactus et succulentes.
À peu près n’importe quel engrais dilué tout usage ou pour succulentes conviendra. Photo: succulentcity.com

Certaines plantes succulentes ont besoin d’une fertilisation supplémentaire pendant les périodes physiologiquement intensives. Ces périodes comprennent la période de floraison et la saison de croissance. La plupart n’auront besoin d’engrais qu’après une saison ou deux dans le même substrat. Ce n’est qu’alors que la fertilité du substrat sera épuisée.

Les experts recommandent souvent l’engrais liquide, dilué à moitié, car l’engrais concentré peut s’accumuler à des niveaux nocifs sous forme de sels chimiques dans le sol. De plus, vous ne devez jamais ajouter d’engrais au sol pendant la saison de dormance de la plante. La plante ne peut pas utiliser d’engrais à cette saison, et les sels chimiques s’accumuleront alors et peuvent facilement endommager le système racinaire de la succulente. 

Multiplication des plantes succulentes

Il existe plusieurs façons de propager des plantes succulentes, notamment;

  • Semences
  • Boutures de tige
  • Boutures de feuilles
  • Marcottage aérien
  • Division des touffes

Il y a certaines succulentes sur lesquelles vous pouvez appliquer toutes ces méthodes, alors que chez d’autres, seules certaines sont possibles. Parmi ces méthodes, sachez que la multiplication par semences, par boutures de tige et par division sont les plus courantes.

1. Propagation par semences

Semis de cactus saguaro.
Ces minuscules semis sont des bébés cactus saguaro capables d’atteindre plus de 12 mètres de haut à maturité! Photo: Peter Bauer, Flickr

Pour réussir dans cette entreprise, assurez-vous d’avoir des semences de qualité en vous les procurant auprès de fournisseurs réputés. Semez les graines à faible profondeur dans un terreau humide et bien drainé. Préférez un pot peu profond. Gardez le plateau dans un endroit bien éclairé, mais à l’abri de la lumière directe du soleil. Le terreau doit demeurer humide. Le temps nécessaire à la germination de vos graines varie d’une espèce à l’autre.

2. Propagation par boutures de tiges

Bouture d’echevéria que l’on insère dans un pot de terreau.
Bouture d’echevéria que l’on insère dans un pot de terreau. Ill.: needlesandleaves.net & hiclipart.com, montage: jardinierparesseux.com

Matériaux nécessaires:

  1. Couteau bien aiguisé ou un autre outil de coupe
  2. Alcool à brûler ou alcool à friction
  3. Pot avec des trous de drainage
  4. Un terreau pour succulentes, acheté, ou que vous avez préparé vous-même
  5. Hormone d’enracinement

Étapes

  1. Stérilisez l’outil de coupe avec de l’alcool à brûler ou de l’alcool à friction pour éviter d’infecter de maladies la plante mère et la bouture.
  2. Choisissez une plante mère appropriée. Elle devrait être d’apparence saine. Coupez une tige de la partie qui paraît la plus mature et en bonne santé.
  3. Enlevez les feuilles sur la partie inférieure de la bouture pour libérer un peu de tige nue. Parfois, cela laisse la bouture sans feuilles… mais ce n’est pas grave!
  4. Laissez la bouture former un cal pendant environ trois jours. Gardez-la à l’ombre à ce moment.
  5. Appliquez une hormone d’enracinement sur la partie de la bouture qui sera insérée dans le terreau.
  6. Versez le substrat déjà préparé dans le pot.
  7. Insérez la bouture dans le substrat. Gardez-le sous un éclairage sans rayons du soleil direct, au début. Le terreau doit demeurer humide.
  8. La bouture s’enracine généralement dans 1 à 2 mois, selon l’environnement et l’espèce.
  9. Après l’enracinement de la bouture, mettez en pratique l’entretien normal pour cette espèce.

3. Division des touffes

Une plante mère en pot, une plante fille en pot et une plante fille hors pot, montrant ses racines nues.
Vous pouvez facilement séparer les divisions de la plante mère et les rempoter individuellement. Elles ont déjà des racines et sont donc prêtes à empoter! Photo: 1odinmig.gmail.com, depositphotos.com

Certaines succulentes, notamment les variétés monocarpiques, produisent des divisions pour assurer la survie de l’espèce. Des divisions (petits plants) se forment à partir du système racinaire et apparaissent au-dessus du terreau. Il s’agit de la méthode de multiplication la plus simple, car la division a déjà des racines. Il vous suffit alors de détacher la division de la plante principale à l’aide d’un outil tranchant et propre et de la planter dans son propre petit pot.

Taille

Echevéria portant beaucoup de rejets sur des stolons.
Cet echevéria (Echeveria prolifica) aurait certainement besoin d’un peu de taille! Photo: @concrete_gardens, succulentcity.com

La taille peut aider à garder votre succulente saine et belle. La fréquence et l’intensité de la taille de votre succulente dépendent de la plante. Certaines, comme les énormes euphorbes, peuvent repousser même après une taille sévère qui a supprimé plus de 50% de ses ramifications.

Pour garder les plantes succulentes plus petites en bonne santé, tels que les crassulas, il suffit d’enlever les feuilles et les branches mourantes ou mortes. Rarement devriez-vous peut-être retirer une ou deux branches saines pour permettre une meilleure circulation de l’air.

Lutte contre les ravageurs et les maladies

Un élément d’entretien à donner aux succulentes consiste à contrôler leurs ennemis. Les cochenilles farineuses, les cochenilles à carapace, les pucerons et les limaces sont des ravageurs communs des succulentes, mais ils n’attaquent pas tous les mêmes plantes. La meilleure approche consiste à protéger les succulentes de l’infestation initiale, mais il existe heureusement des moyens de les traiter si elles sont infestées.

La prévention

  1. Gardez les plantes en bonne santé: Des succulentes fortes et saines peuvent repousser naturellement les parasites.
  2. Taillez la plante: Les feuilles mortes sont l’une des cachettes préférées des insectes — elles s’y logent et s’y reproduisent, surtout lorsqu’il y a de l’humidité.
  3. Gardez la plante au sec: Lorsque vous arrosez votre plante, dirigez toujours l’eau vers le substrat.
  4. Envisagez l’utilisation de pesticides sans danger pour la maisonnée: Il est toujours un peu embêtant d’appliquer des pesticides toxiques dans un milieu familial ou même de travail. C’est pourquoi il est rassurant de savoir qu’il existe des pesticides doux qui fonctionnent sans empoisonner la plante et son environnement, notamment parmi les pesticides biologiques. 

Le traitement

Femme pulvérisant un echevéria.
Normalement, vaporiser une plante succulente est déconseillée, mais lorsqu’elle est attaquée par un insecte ou une maladie, c’est une règle que vous devrez peut-être enfreindre! Photo: NewAfrica, depositphotos.com

Une façon de traiter une plante atteinte consiste à vaporiser du savon sur les parties touchées. Vous pouvez utiliser du savon pur mélangé avec de l’eau à un taux de 15 ml par litre… ou achetez simplement du savon insecticide (qui est, en fait, un savon pur!) et suivre le mode d’emploi. Faites attention avec les savons à vaisselle, même biologiques, car ils contiennent souvent des composés toxiques pour les plantes. Le savon irrite les insectes et aide à les déloger de la plante. Vous pouvez également utiliser des pesticides à base de plantes suivants.

  1. Huile de neem: Contrairement aux autres pesticides répertoriés, l’huile de neem est un pesticide systémique. L’huile de neem, un produit biologique, est fabriquée à partir du margousier (Azadirachta indica), un arbre tropical.
  2. Vaporisation au piment fort: Le piment fort est assez irritant lorsqu’il entre en contact avec la peau et les yeux… et il a les mêmes effets sur les insectes qui infestent vos succulentes! On le combine habituellement avec un savon insecticide pour une meilleure efficacité.
  3. Vaporisation à l’ail: Une vaporisation à l’ail concentré peut avoir les mêmes effets sur les insectes qu’une pulvérisation au piment fort. En voici une recette: Insecticide à l’ail maison.

Problèmes courants de plantes succulentes et solutions possibles

  1. Feuilles jaunes: pourraient indiquer un manque de nutriments importants dans le terreau ou un manque de lumière du soleil.
  2. Feuilles ratatinées: causées généralement par une infestation de ravageurs ou une exposition directe au soleil.
  3. Taches brunes/blanches: elles indiquent que la plante est trop exposée au soleil. L’exposition à trop de froid peut également provoquer ces taches.
  4. Tige mollasse sentant la pomme de terre pourrie: Les tiges deviennent brunes et détrempées à la base lorsqu’une pourriture des racines s’est propagée jusqu’à la tige. Il est généralement impossible de sauver une succulente lorsque cela se produit.
  5. Flétrissement: Le flétrissement a de nombreuses causes possibles, notamment le manque d’eau, les parasites, les maladies et l’exposition directe au soleil. Découvrez le problème exact et corrigez-le.
  6. Plantes étiolées: Les plantes aux longues tiges minces et aux feuilles pâles (étiolement ou «montée en orgueil») résultent généralement d’un manque de soleil. La plante est susceptible de devenir anormalement grande et mince, car elle essaie d’atteindre la lumière.

Conclusion

Les plantes succulentes sont relativement faciles à entretenir. Bien que chacune soit différente, certaines pratiques de soins sont presque universelles et nous les avons énumérées. Retenez principalement qu’un éclairage adéquat combiné à un terreau de bonne porosité demeurent les facteurs de réussite les plus importants. Alors, fournissez à vos succulentes la quantité de lumière appropriée et arrosez-les adéquatement et vous devriez avoir beaucoup de succès avec toutes les variétés!

17 comments on “Guide complet de l’entretien des succulentes

  1. S.LaFerrière

    Merci aux collaborateurs et collaboratrices de M. Hodgson de poursuivre son travail. Très exhaustif l article approprié à la saison, alors qu’on «s’encabane» de nouveau pour quelques mois… 😉 Belle suite d’automne à tous.

  2. Merci pour ce dossier hyper complet.

  3. C’est et ce sera toujours un plaisir de continuer d’apprendre une foule de trucs grâce à ce blogue chaque matin. Merci de poursuivre ce travail.

  4. Caroline Jarry

    Très intéressant, complet et concis. Merci beaucoup.

  5. Message pour Mathieu: Nos pensées sont avec toi Mathieu pour le décès de ton père. Il laisse une empreinte phénoménale. Ses chaussures que tu choisis de chausser sont grandes mais tu as le courage et le talent pour le faire. Merci de poursuivre son oeuvre. Pierre Giard et Gisèle Gadbois

  6. JULIEN C.

    Merci pour cet article très complet 🙂
    J’avais 2 arbres de jade de 10 ans d’âge… 1m de haut et 1m de large ! et un réel bonheur de les voir en fleurs en plein hiver 😀 Mais j’ai déménagé dans une petite ferme avec peu de fenêtres, alors je les ai donnés à ma mère… qui les a laissés pourrir sous la pluie automnale 🙁 sniff sniff

  7. Ginette A.

    Merci Mathieu de prendre la relève de votre père! Mes pensées sont avec vous. Je pense à lui et à sa générosité de nous parler si bien des plantes et de son amour des plantes aussi!

  8. Merci pour cette article. C’est votre père qui m’a donné la passion des plantes. J’ai suivi celui ci depuis le début et écouté beaucoup de ses conférences. Mes pensées sont avec vous.

  9. Wow un beau dossier complet sur l’entretien des succulentes! Merci beaucoup!
    Merci de perpétuer le site du Jardinier Paresseux!

  10. avec vos conseils, je vais tenter de sauver mon aloes! Merci

  11. Merci à Mathieu et Richard de poursuivre ce blog si instructif et utile pour les amoureux de jardinage , ainsi Larry restera encore longtemps avec nous . Merci et merci

  12. Daniel Fantino

    Mathieu, Je vous envoie un courriel sous
    l´adresse de Larry. Espérant sa lecture en temps opportun. Merci. On vous aime déjà !

  13. Un grand merci pour ces conseilles précieux j’envoie le lien à ma petite fille qui adore les succulentes, merci beaucoup de continuer ce blog merveilleux, bon WE de Belgique

  14. Merci à Mathieu de continuer ce blog qui apporte une bouffée d’oxygène vert chaque jour dans mon ordinateur, votre père doit être content. Et merci pour toutes ces infos sur les belles succulentes.

  15. Lise Blais

    Un gros merci pour la continuation du blog de votre père que nous aimions tous et toutes énormément; nos coeurs sont avec vous et votre mère; j’espère qu’il rigole bien du haut de son nuage !

  16. Merci et mes condoléances pour le décès de votre père. C’est perdre un ami ….pour mes plantes et pour nous. Elisa

  17. Ping : Pachyphytum Compactum, le petit joyau - Jardinier paresseux

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :