Il y a des plantes comme ça, pour lesquelles on a un petit coup de cœur tout naturel. L’origan doré (Origanum vulgare ‘Aureum’) est l’une d’elles.

À l’origine, l’origan doré est une herbe aromatique, à feuillage jaune, d’environ 25 cm de hauteur, avec de petites fleurs blanc rosé que plusieurs jardiniers suppriment. Il est largement convenu que l’origan doré n’est pas le meilleur origan, côté saveur. Par contre, son feuillage décoratif est très intéressant pour rehausser les arrangements de plantes.

Avec ses amies les fines herbes

Évidemment, l’origan doré est la touche de couleur dans une boîte à fleurs de fines herbes. On peut la marier à la ciboulette, la menthe, le basilic ou le thym. Il en est de même en pleine terre, où elle est parfaite en bordure d’une allée de fines herbes mixtes.

L’origan doré est la touche de couleur dans ces bacs surélevés remplis de fines herbes. Photo: Vejaa sur depositphotos.

Dans les contenants décoratifs

Même si l’origan doré est rustique en zone 4, on peut décider volontairement de la cultiver comme une annuelle. En effet, sa facilité de production en fait une plante facile à diviser au jardin. On peut donc utiliser quelques éclats de notre propre jardin pour les intégrer dans les pots d’annuelles autour de la maison. De plus, en jardinerie, c’est une plante qui est vendue dans le département des fines herbes. Donc, elle est généralement moins dispendieuse que les annuelles en pots individuels. La belle aubaine!

C’est une plante qui fait sensation dans un contenant décoratif. Son feuillage jaune fluorescent s’accorde parfaitement avec toutes les annuelles aux fleurs de couleur vives. Par exemple, on pourrait la marier avec des bégonias tubéreux orange, des calibrachoas rose bonbon ou des sauges sclarées d’un beau bleu royal. Son port buissonnant et légèrement retombant en fait une belle plante à mettre en bordure des contenants. Dans les plus gros bacs, elle joue de contraste avec les grosses feuilles vertes ou rouges des cannas, les multiples couleurs des coléus ou les fins feuillages gracieux des queues-de-renard (Pennisetum sp.). En arrangement monochrome, on la combinera avec des rudbeckies, des bidents et de l’hélichrysum doré.

Dans les plates-bandes mixtes

L’origan doré trouve aussi sa place en bordure des plates-bandes de vivaces mixtes. Imaginez une bordure où l’on alternerait de l’origan doré, du népéta (Nepeta racemosa) et du géranium sanguin (Geranium sanguineum). Puis derrière, on planterait un mélange de véroniques, de liatrides et d’échinacées roses.

En France, le potager pittoresque du château de Miromesnil à Tourville sur Arques.

Son seul défaut: le plein soleil

Du côté de ses qualités ornementales et de son grand intérêt en aménagement paysager, la valeur de l’origan doré n’est pas à remettre en question. C’est une plante totalement ignorée des ravageurs.

Toutefois, il y a un petit revers de la médaille. Comme plusieurs plantes à feuillages dorés, le feuillage de cet origan tend à «brûler au soleil». En effet, dans des conditions de plein soleil, de grosse chaleur et de manque d’eau, le feuillage se mettra à pâlir et à dessécher.

On peut parfois prévenir cette infortune en augmentant les arrosages en période de canicule. On obtient aussi des plants plus sains en la cultivant dans des endroits mi-ombragés ou des endroits qui deviennent ombragés en fin d’après-midi.

Si cultivée à l’ombre totale, la plante prend une teinte vert lime, qui est quand même intéressante pour l’effet de contraste.


En somme, c’est une plante bien intéressante qui apportera une touche de couleur, là où la verdure domine. Dans mon jardin, elle borde une allée de fines herbes vivaces, où elle côtoie l’estragon français, les oignons égyptiens et le persil. C’est la première plante qui capte mon regard quand je visite cette partie du jardin. Et je ne saurais m’en passer!

Julie Boudreau est horticultrice, diplômée de l’ITA de Saint-Hyacinthe. Elle œuvre dans le domaine l’horticulture depuis plus de 25 ans. Elle a publié une dizaine de livres et participé à de nombreuses émissions de télévision et de radio. Elle est enseignante au Centre de formation horticole de Laval. Passionnée de son métier, Julie Boudreau se consacre à promouvoir le jardinage, le design de jardin, la botanique et l'écologie, sous toutes ses formes. Un peu grano, écolo depuis toujours, gourmande et essayeuse, Julie est une épicurieuse avec un fort penchant pour tout ce qui se prononce en latin.

7 comments on “Les 1001 usages de l’origan doré

  1. Jacques Gagnon

    Que fait-on si l’ail est attaqué par la vrille du poireau ? En séchant les petits vers vont-ils partir et est-ce bon quand même à manger ?

  2. Le jardinier paresseux moi je fais un petit jardin aussi est-ce que tu peux m’expliquer qu’est-ce qu’il faut planter en automne hiver s’il te plaît

  3. Est-ce que tu peux me dire qu’est-ce qu’il faut planter en automne hiver

  4. excellent!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :