Bulbes Truc du jour

Bulbes dans la pelouse 

Les spécialistes n’ont pas toujours la bonne méthode 

Ce n’est pas d’hier que je plante des bulbes dans la pelouse. J’ai commencé quand j’avais à peine 10 ou 11 ans. Si j’ai vite découvert que les petits bulbes printaniers (crocus, perce-neige, chionodoxa, petit narcisse, éranthis, anémone de Grèce, scille, etc.) et la pelouse font très bon ménage, il m’a fallu des décennies pour trouver un moyen de les y implanter sans trop de peine. Car une bonne partie de ce qui est écrit dans les livres à ce propos est un non-sens… en commençant par la méthode maintes fois suggérée pour les «disposer de façon naturelle». 

En effet, plusieurs spécialistes suggèrent que la meilleure méthode pour obtenir un effet naturel avec les bulbes est de les lancer en l’air et de les planter là où ils tombent. Ainsi seront-ils concentrés par endroits et espacés ailleurs, comme dans la nature. 

Une lancée peu fructueuse 

J’ai fait cela une seule et unique fois. J’ai joyeusement lancé 150 bulbes en l’air… mais lors de la plantation, je n’en ai plus trouvé que 130. Même en cherchant désespérément, c’est à peine si j’ai pu trouver 10 des 20 bulbes perdus. Le problème, bien sûr, c’est que les bulbes pour la naturalisation dans la pelouse sont si petits qu’ils se perdent facilement au travers des graminées de la pelouse. De plus, étant ronds, ils roulent sur des distances surprenantes. Sans doute qu’une partie des bulbes perdus cette fois-là ont nourri les écureuils, mais j’en ai aussi trouvé d’autres au printemps suivant… lorsqu’ils se sont mis à fleurir, couchés sur le côté, à moitié exposés aux éléments, les racines dirigées vers le sol, dans un effort désespéré de survie! 

J’ai donc relégué cette technique aux oubliettes. 

Désormais, je fais de la «naturalisation planifiée». Je décide d’une forme naturelle, je creuse un trou… et alors seulement les bulbes sortent-ils du sac! 

300 bulbes, 300 trous? Quel effort! 

Hand holding bulbs above hole
Voulez-vous vraiment faire des centaines de trous dans votre pelouse? Photo: https://www.rhs.org.uk/

Un autre problème, c’est que les méthodes décrites dans les livres pour planter les bulbes dans une pelouse exigent trop d’efforts.  

Les spécialistes suggèrent généralement de creuser un trou pour chaque bulbe, mais pouvez-vous imaginer le travail quand il y en a plusieurs centaines à planter? Pour créer un effet intéressant avec les bulbes naturalisés, ce n’est pas une dizaine de bulbes qu’il faut planter, mais des centaines. Faire autant de trous dans la pelouse avec un plantoir à bulbes (l’outil qui prélève des carottes de terre)? Aussi bien la réduire en charpie! 

Les outils généralement recommandés


Le plantoir 

Dibbler
Le plantoir perce des trous dans le sol pour planter des bulbes… en théorie. Photo: UKgeofan, Wikimedia Commons.

Évidemment, il y a le plantoir. Cet outil très ancien, connu depuis au moins l’époque romaine, est en forme de cône. À manche court ou long, on l’utilise pour percer un trou dans le sol. Il en existe différentes tailles, donc il faut un modèle assez gros pour le plus large de vos bulbes. 

On n’a alors, d’après les livres, qu’à enfoncer la pointe du plantoir dans le sol à la profondeur désirée, puis à y laisser tomber un bulbe. On finit par tasser le sol pour recouvrir le bulbe et le tour est joué. 

Ah oui? Avez-vous vraiment essayé de faire ça? 

Trous dans un sol glaiseux fait par un plantoir.
Dans un sol glaiseux, le plantoir comprime le sol…. ce que n’aide pas les bulbes, qui nécessitent un sol meuble. Photo: walmart.ca

Si votre sol est sablonneux, les parois du trou s’écroulent et remplissent le trou avant que vous ayez le temps de planter le bulbe, vous obligeant à agrandir le trou. Si votre sol est argileux, l’outil comprime le sol et nuit à l’enracinement futur du bulbe. Que voulez-vous? Les bulbes n’aiment pas les sols comprimés! Peut-être que si le sol est loameux, cela pourrait fonctionner…

Sauf que… où est la terre nécessaire pour remplir le trou et couvrir le bulbe à la fin? Il n’y en a plus; vous l’avez comprimée et elle fait désormais partie des parois. Il faut donc combler chaque trou avec de la terre rapportée. Ça, on ne vous le dit pas, par contre.

Et maintenant, votre pelouse est percée de nombreux petits trous bruns. L’effet n’est pas fameux… et imaginez tout l’effort nécessaire pour persiller votre pelouse de bulbes de cette façon!

Le plantoir à bulbes

Une main tient un plantoir à bulbe
Le plantoir à bulbe: toujours trop d’efforts pour un jardinier paresseux! Photo: https://www.gardenersworld.com/

Quant à la méthode où l’on perce le trou avec un plantoir à bulbes*, enlevant une carotte de terre chaque fois, la méthode la plus souvent recommandée, ce n’est guère mieux. Trois cents trous à creuser demeurent toujours trois cents trous de trop, peu importe l’outil utilisé. Et de plus, se tortiller le poignet à gauche et à droite afin d’enfoncer l’outil devient vite épuisant, même physiquement pénible.

*J’ai déjà traité des désavantages du plantoir à bulbes, un outil bien inutile. Je ne me sers jamais du mien! 

Grass lifted with bulbs laid on bare soil
Il suffit de découper une section de gazon sur trois «côtés» et d’y insérer ses bulbes!

Méthode du jardinier paresseux 

Devant l’échec des méthodes de naturalisation traditionnelles, j’ai dû développer une technique à moi que je n’ai encore vue dans aucun livre (attendez, cependant, que j’écrive moi-même un livre sur les bulbes, car j’ai bien l’intention de m’y mettre un jour*!) 

*Ce livre, Les bulbes rustiques, de 760 pages, a été publié en 2004. 

Rien de plus facile. Il suffit de découper une section de gazon sur trois «côtés», à l’aide d’une pelle, comme si on voulait enlever une partie de la pelouse pour la replanter ailleurs, puis de replier la section vers l’arrière. Voilà un trou assez grand pour une trentaine de bulbes. Ameublissez légèrement le sol au fond du trou avec la pelle, ajoutez une poignée d’engrais à bulbes si vous le souhaitez (personnellement, je le fais rarement), puis placez les bulbes dans le trou avec la partie pointue vers le haut. Si vous n’avez pas le temps, lancez tout simplement les bulbes dans le trou. Ils sont parfaitement capables de fleurir plantés sur le côté ou même à l’envers. 

Pour terminer, vous n’avez qu’à replacer le rectangle de pelouse à sa place originale et à le tasser un peu avec vos pieds. Je ne prends même pas la peine d’arroser, sachant que, sous la fraîcheur habituelle des automnes québécois, le sol est toujours humide de toute façon. 

Faites la même chose ailleurs dans le gazon, en plaçant parfois deux «talles» proches l’une de l’autre, parfois plus éloignées. Laissez une partie de la pelouse sans bulbes… ça aide à mettre le reste en valeur. 

Avec cette méthode, vous pouvez planter des milliers de bulbes en à peine une heure… il vous reste tout simplement à trouver le budget pour le faire. 

Maintenant, reposez-vous jusqu’au printemps… en rêvant à votre future belle pelouse fleurie!  

Article tiré de la revue Fleurs, Plantes & Jardins, Volume 9, numéro 5, septembre 1998
avec quelques mises à jour.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2?500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

28 comments on “Bulbes dans la pelouse 

  1. C’est génial! Vive le jardinier paresseux! Et j’imagine que les écureuils n’y touchent pas ainsi? On peut faire la même chose avec les bulbes de tulipes ou ce n’est pas assez profond? Merci!

  2. Ce qui est magique et très naturel c’est que les écureuils les déplaceront et les éparpilleront, ce qui est hien parfait!

    • J’ai écrit avant de lire votre commentaire madame Claire. Ici les ecureuils y touchent mais agencent parfaitement le tout.

  3. Martin Hodgson

    Belle technique et plaisir pour les yeux aux printemps! Merci!

  4. C’est très joli.. par contre, il m’est arrivé de devoir retirer de la pelouse pour aménager une plate-bande. Ouf! J’ai trouvé cela très difficile de tirer sur la partie à enlever.
    Est ce que c’est parce que j’aurais trop enlevé en épaisseur?
    Est-ce que les crocus fleurissent à l’ombre?

    • Jacinthe Lepage

      Bonjour ! J’aimerais vous offrir mon point de vue sur le crocus. Bien qu’il supporte l’ombre, il est mieux assis au soleil et légèrement à l’ombre. Cependant, quelques autres variétés de bulbes printaniers font de bels colorations au sol et plate-bandes telles que la corydale bulbeuse, la cyclamen. D’entres tous, je préfère le crocus, si mignon. Merci!

      • Je suis d’accord, si mignons! J’aime aussi leur feuillage qui semble être discret et joli.

  5. Michèle ADAM

    J’ai aussi cassé dès la 1ère utilisation le plantoir à bulbes offert par une de mes filles. La pelouse ? elle devient un champs d’expérimentation avec la campagne « pas de tonte  » organisée depuis 2 ans par un des magazines de chez moi. Le résultat ? des herbes de 1,50 m ! et quelques fleurs sauvages, mais pas de place pour les bulbes. Je les plante dans le reste de mon jardin, avec une simple palette. ça fonctionne très bien depuis plus de 5 ans … le printemps et l’été sont bien fleuris, malgré les nombreuses sécheresses, vagues de chaleur ou, comme en 2021, des pluies comme le Belgique n’en avait jamais connu depuis … quand ?

  6. Très bonne suggestion!
    Merci !

  7. Merci pour vos bonnes idées, l’acharnement en horticulture ne me plaît pas !
    Vos conseils sont très bénéfiques.
    Merci encore ???

    • J’aimerais planter des bulbes de chaque côtés de mon stationnement mais j’hésite. J’ai 2 inquiétudes: est-ce qu’après la fleuraison le feuillage devient jaune/brun et apparaît à travers le gazon ? Lesquels seront les moins affectés par les traitements du gazon ?
      Merci beaucoup pour les conseils

  8. Denise morin

    J’aime tellement vos capsules d’infos!
    Merci énormément!

  9. Merveilleux article qui tombe à point pour moi ! Grand merci ! ??

  10. Merci, méthode géniale!

  11. Je vous cite : « Avec cette méthode, vous pouvez planter des milliers de bulbes en à peine une heure… il vous reste tout simplement à trouver le budget pour le faire.  » – Peut-on avoir meilleur résumé ? Merveilleux article du Jardinier intelligent, dit ‘paresseux’ – des conseils pure laine (au sens de réduire la peine pour obtenir le résultat quand même maximal) et avec le bel humour qui vous caractérise, M. Hodgson.

    Un article qui tombe à point pour moi – et j’aurais bien aimé l’avoir il y a deux ans quand j’ai replanté (déplacé d’une plate-bande à la pelouse) une centaine de Gloire des neige avec un résultat passablement désastreux, même considérant l’accident qui leur est arrivé (rouler sur la zone avec un ‘trailer’ chargé… oups).

    Bref, il y a plusieurs bons conseils dans cet article de ? ne serait-ce que pour le rappel que ce n’est pas parce que c’est pénible que c’est plus beau et plus efficace. 😀

    • P.S. Errata (la faute au logiciel wordpress) car je ne sais pourquoi le système a mis « cet article de » avec un « ? » Je voulais écrire « cet article de L. Hodgson ».

  12. Qu’arrive-t-il lors de la tonte de la pelouse?

  13. C’est effectivement très beau. Mais… qu’arrive-t-il aux fleurs lors de la tonte de la pelouse?

    • Geneviève Houle

      Voici ce qu’a déjà écrit M. Hodgson à ce sujet : « Mais que dire de la tonte? Quand vient la saison de tondre la pelouse, tondez-la, tout simplement. La plupart des bulbes seront déjà en dormance et leurs feuilles auront disparu. Pour quelques retardataires, les feuilles n’auront pas entièrement disparu quand le gazon a besoin de sa première tonte. Alors, tondez, tout simplement. Cela ne les dérange pas, car seulement la pointe de la feuille sera fauchée… et la feuille était à la veille de disparaître de toute façon. (…) On peut théoriquement naturaliser tout bulbe rustique à floraison printanière ou automnale dans une pelouse, mais il est embêtant d’y inclure des bulbes à floraison trop tardive, comme les muscaris (Muscari spp.) ou la plupart des narcisses (Narcissus spp.), car ils sont en pleine floraison au moment où le gazon a besoin d’une première tonte. »

      • J’obtiens d’excellents résultats dans la pelouse avec les anémones grecques ainsi que les scilles de Sibérie. Ces plantes fleurissent tôt dans la saison. Quand vient le temps de tondre la pelouse, leur feuillage est déjà presque disparu. De plus, c’est magnifique!

    • En fait, les crocus ont fini de fleurir depuis belle lurette, et leurs feuilles commencent à jaunir, quand vient le temps de tondre pour la première fois au printemps. Les miens commencent à sortir quand il y a encore des tas de neige à certains endroits.

  14. Merci très intéressant. J’en ai sur la pelouse et j’adore.

  15. Manon (de Lanaudière)

    Bonjour!
    Je me posais la même question que Anonyme! La tonte? Pour ma part, j’essaierai de les faire pousser là où la tondeuse n’ira jamais et ils seront plantés plein soleil avec la dernière méthode du jardinier paresseux! Géniale! ! Merci pour ces conseils judicieux!

  16. L'helgoualch

    Super idée de soulever la pelouse !! Merci du tuyau et pour votre travail pour écrire tous vos articles
    David Bretagne France

  17. Waow c’est génial comme idée ! Ou trouves t-on ces petits bulbes en grande quantité ?

  18. Très intéressant, j’aimerais beaucoup faire cela chez-moi mais comme il y a beaucoup de chevreuils, je me demande s’ils n’en feront pas un festin?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :