Graminées ornementales Truc du jour Vivaces

La plante vivace de l’année 2022

Barbon à balais

Schizachyrium scoparium et ses cultivars

Le barbon à balais est une graminée cespiteuse à feuilles caduques, à la fois robuste et fiable. Originaire d’une vaste aire en Amérique du Nord, soit presque partout à l’est des Rocheuses, sauf dans les régions les plus froides, c’était l’une des graminées dominantes des vastes prairies à herbes hautes, un habitat presque complètement disparu de nos jours. 

Dans les sols bien drainés de fertilité moyenne à faible, les tiges de cette graminée resteront bien dressées. Cependant, il peut facilement s’effondrer si le sol est trop riche ou humide. 

En plus de l’espèce, on trouve des cultivars qui donnent des plantes plus courtes, des tiges plus robustes et des coloris de feuillage améliorés. 

Barbon à balais ‘Standing Ovation’
Barbon à balais ‘Standing Ovation’ (Schizachyrium scoparium ‘Standing Ovation’) au début de l’automne. Photo: Tony Post

De l’été à l’automne, les feuilles et les tiges minces du barbon à balais deviennent un kaléidoscope de couleurs en constante évolution: des tons gris-vert, bleu, rose, violet, cuivre, acajou, rouge et orange. Les têtes de graines blanc argenté scintillent au soleil à l’automne et les feuilles, maintenant brun cuivré, persistent tout l’hiver.

Cette graminée se marie bien avec de nombreuses vivaces. C’est notamment le cas des asters, des sédums, des échinacées et de plusieurs autres graminées ornementales.

Le barbon à balais joue aussi un rôle important dans la sauvegarde des insectes pollinisateurs. Non pas que ces derniers pollinisent ses fleurs (comme la vaste majorité des graminées, le barbon est pollinisé par le vent), mais le barbon à balais est un hôte larvaire pour une variété de papillons. Parmi ceux-ci figurent l’hespérie croisée (Polites origenes), l’hespérie du Dakota (Hesperia dacotae) et l’hespérie Ottoe (Hesperia ottoe).


Scoparium, l’épithète botanique du barbon à balais, signifie «en balai», ce qui décrit bien sa forme générale.


Son port en forme de fontaine de feuilles élancées complète bien ceux des vivaces indigènes et non-indigènes. S’adaptant facilement tant aux plantations de masse qu’aux prairies, il est tout aussi attrayant dans la platebande traditionnelle et le jardin de gravier que sur le toit vert. Vous lui trouverez plusieurs excellents partenaires parmi les récents gagnants du concours Vivace de l’année. Cela comprend le calament népéta (Calamintha nepeta nepeta), l’asclépiade tubéreuse (Asclepias tuberosa), la bétoine ‘Hummel’ (Stachys ‘Hummelo’) et l’allium ‘Millenium’ (Allium ‘Millenium’).

L’autre barbon

Barbon de Gérard
Barbon de Gérard (Andropogon gerardii). Photo: T.Voekler, Wikimedia Commons

Il y a un autre barbon parmi les graminées ornementales couramment cultivées: le barbon de Gérard (Andropogon gerardii). Bien que les deux espèces ne soient plus considérées comme appartenant au même genre, le barbon de Gérard est également une graminée des hautes prairies et s’emploie comme graminée ornementale. Et lui aussi offre plusieurs cultivars aux jardiniers. Il a tendance à être plus haut que le barbon à balais, mais il pousse à peu près dans les mêmes conditions.

Entretien

Rusticité: zones de rusticité 4 à 9.
Éclairage: plein soleil.
Dimensions: 60–120 cm de haut, 45–60 cm de large; la taille des cultivars varie
Aire de répartition: est de l’Amérique du Nord, de l’Alberta au Québec jusqu’à l’Arizona et la Floride.
Sol: sols secs à moyens, bien drainés. Adaptable à une grande gamme de conditions telles que les sols argileux et les sols pauvres. N’aime pas les conditions de grande humidité.
Arrosage: Arrosez abondamment, en maintenant le sol relativement humide, le temps que la plante s’installe. Une fois qu’elle est établie, par contre, il vaut mieux la laisser s’assécher un peu entre les arrosages. De plus, le barbon à balais a une bonne résistance à la sécheresse une fois établi. Notez également qu’il hiverne mieux lorsque vous le gardez plutôt sec.
Fertilisation: Cette plante n’est pas très gourmande. Fertilisez à un taux faible à modéré. Un excès d’azote peut entraîner des tiges faibles qui s’écrasent.
Taille: Graminée vivace nécessitant peu d’entretien. Normalement, on la rabat entre la fin de l’hiver et le début du printemps. 
Ravageurs: Peu de problèmes de ravageurs, mais surveillez les pucerons et les tétranyques. Un arrosage excessif et une trop grande quantité d’azote peuvent augmenter la probabilité d’agents pathogènes dans les racines et les feuilles. 

Comportement au jardin

C’est une graminée cespiteuse formant une touffe dense, mais sans rejets ni rhizomes traçants. Il peut toutefois se ressemer un peu abondamment et nécessiter alors un certain contrôle.

Multiplication

L’espèce et quelques cultivars sont fidèles au type et peuvent être cultivés à partir de semences. Au jardin domestique, toutefois, la plupart des gens le multiplient plutôt par division, au printemps ou à l’automne. On peut aussi faire des boutures de tiges. Commercialement, on produit les cultivars par culture in vitro. Notez que la plupart des cultivars sont multipliés par voie végétative et sont protégés par un brevet.

Cultivars

Cette graminée, qu’on connaissait peu il y a seulement 10 ans, offre déjà plusieurs cultivars. La plupart ont une coloration estivale ou automnale améliorée ou une croissance plus dense, plus compacte et plus solidement dressée. Tous sont rustiques dans les zones 4 à 9. En voici quelques exemples:

Barbon à balais ‘Blue Heaven’ aux feuilles bleues.
Barbon à balais ‘Blue Heaven’. Photo: Hoffmann Nursery

Schizachyrium scoparium ‘Blue Heaven’: Variété haute, mais aux tiges robustes. Feuillage bleu acier aux reflets violets en été; mélange de violet, bleu, rouge, rose, bordeaux et orange à l’automne. Panicules pourpres qui brillent au soleil; se transformant en têtes de graines bronzées duveteuses l’automne et l’hiver. 60—120 cm × 45–60 cm.

Barbon à balais ‘Carousel’.
Barbon à balais ‘Carousel’. Photo: Pépinière Stonehouse

Schizachyrium scoparium ‘Carousel’: Base large en forme de panier donnant un effet de monticule. Feuilles bleu-vert avec des reflets rosés au milieu de l’été; elles prennent une gamme de couleurs d’automne par la suite: cuivre, rose et acajou. Demeure solidement dressé, même sous la neige. 80 cm × 45 cm.

Barbon à balais ‘Chameleon’ aux feuilles panachées.
Barbon à balais ‘Chameleon’ à différentes saisons. Photo: Concept Plants BV®

Schizachyrium scoparium ‘Chameleon’: Petite feuille panachée qui attire l’œil. Elle est bleu-vert et blanche au début de l’été; rouge violacé et rose à l’automne. Très compact: 60–120 cm × 45–60 cm.

Barbon à balais ‘Jazz’, une variété naine.
Barbon à balais ‘Jazz’. Photo: Richard Hawke

Schizachyrium scoparium ‘Jazz’: Variété très compacte qui ne s’effondre pas dans des conditions moins qu’idéales. Feuilles bleu acier rougissant pour devenir bronze rougeâtre à l’automne. 60 cm × 45 cm.

Barbon à balais ‘Prairie Blues’
Barbon à balais ‘Prairie Blues’. Photo: Hoffmann Nursery

Schizachyrium scoparium ‘Prairie Blues’: Sélection fidèle au type par semence et qui est donc surtout produite par graines. Grande variété au port robuste. Feuillage estival bleu-gris devenant rougeâtre à l’automne. Têtes de graines blanches duveteuses. 90—150 cm × 45–60 cm.

Schizachyrium scoparium ‘Standing Ovation’ (Photos au début de l’article): Le grand barbon à balais classique. Feuilles et tiges très solides qui ne sont pas portées à s’écraser, même sous un vent violent et une pluie battante. Feuilles estivales bleu-vert prenant des notes de vert, rose et violet avec le temps. Coloration automnale rougeâtre à orangée. 90–120 cm × 50–70 cm.

Barbon à balais ‘The Blues’
Barbon à balais ‘The Blues’: on le voit ici au moment de sa transition vers les coloris d’automne. Photo: Xera Plants

Schizachyrium scoparium ‘The Blues’: Le cultivar le plus largement disponible. Feuillage bleu avec des tiges rougeâtres. Prend des nuances de bleu, violet et orange à l’approche de l’automne. Les tiges peuvent être faibles et s’écraser au sol si le sol est humide, si la plante est à la mi-ombre ou en cas de surfertilisation. 80–90 cm × 60–70 cm.

Article traduit et adapté du site Web de la Perennial Plant Association par Larry Hodgson avec l’ajout de textes supplémentaires.

La Perennial Plant Association est une association internationale regroupant les producteurs, détaillants, paysagistes, entrepreneurs, éducateurs et autres professionnels impliqués dans l’industrie des plantes pérennes herbacées.

2 comments on “La plante vivace de l’année 2022

  1. Colette Lajoie

    Félicitations à vous M. Hodgson pour l’hommage bien mérité de la Fédération des horticulteurs.
    Bonne journée !

  2. Bonjour Larry ,
    Merci pour les articles toujours intéressants.
    Est-ce que ces graminées feraient de bons choix (donc résistant au sel de déglaçage) pour le terrain au bord de la rue en ville, qu’il est difficile de garder toujours beau et vert?
    Merci et bon courage pour votre santé,

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :