Aménagement paysager Histoire des jardins Truc du jour

Et si on faisait un jardin de cottage (devant son bungalow)?

J’ai toujours eu un petit faible pour les jardins de cottage. Pas surprenant. Parlez-moi d’un jardin de plantes libres et j’adhère!

À peine une petite allée pour accéder à la maison! C’est ça, le jardin de cottage. Photo: Rex Devon sur Wikipedia Commons.

D’où vient le jardin de cottage?

La trace historique des jardins de cottage peut remonter au 14e siècle. Cependant, on les associe généralement au milieu du 19e siècle, en Angleterre. À cette époque, on cherchait à se dissocier des jardins formels, à la française.

Comment décrire le charme et l’intérêt des jardins de cottage? Je cède ici la place à l’écrivaine et designer de jardins britannique Vita Sackville-West. Elle résume parfaitement l’essence de ces jardins:

«C’est un endroit où les plantes poussent entremêlées, les arbustes à fleurs se fondent dans les rosiers, les plantes herbacées cohabitent avec les bulbes, les plantes grimpantes s’étalent par-dessus les haies et les graines germent là où elles choisissent de se semer.»

Vita Sackville-West

Le jardin de cottage convient parfaitement aux petits espaces. Ainsi, il constitue un aménagement idéal pour les petites façades en ville ainsi que pour les façades de maisons de banlieue. Le cottage ici mis en vedette est une petite maison de campagne avec un jardin assez grand pour nourrir une famille. D’abord constitué de légumes et de fines herbes, le jardin de cottage a accueilli de plus en plus de plantes ornementales.

La sélection de plantes fleuries et un apparent manque de planification entrent aussi dans la personnalité de ce type de jardins. D’ailleurs, la grande dame des «english mixed border», Gertrude Jekyll, s’inspira des jardins de cottage pour créer les immenses plates-bandes de vivaces mixtes des grands domaines britanniques.

Ce sont donc des jardins parfaits pour les petites façades des maisons de ville. Ils pourraient même remplacer complètement les banales pelouses en devanture des bungalows. Imaginez la scène! Chaque maison exposant sa propre conception du jardin de cottage; des enchaînements de fleurs entremêlées.

Commencer avec une bonne base

Comme dans tout aménagement de jardin réussi, on ne peut pas limiter sa liste de plantes aux annuelles et aux vivaces. Il faut des arbustes, des conifères et des plantes grimpantes pour donner de la structure et apporter de l’intérêt sur quatre saisons.

En raison de sa petite taille, le jardin de cottage est souvent dépourvu d’arbres. Mais rien n’empêcherait d’y insérer un pommetier décoratif (‘Dolgo’, ‘Pink Spires’ et ‘Prairifire’ sont mes coups de cœur personnels, mais il y en a beaucoup d’autres), un amélanchier ou un lilas.

Du côté des arbustes, l’inspiration anglaise des jardins de cottage nous impose les rosiers arbustifs, mais ce n’est pas un coup de cœur personnel en raison des exigences de culture et des nombreux problèmes d’insectes et de maladies. Allons-y plutôt pour des weigelas (Weigela spp.), des spirées ‘Snowmound’ (Spiraea nipponica ‘Snowmound’), des deutzies (Deutzia gracilis) et, si l’espace le permet, un kolkwitzia (Kolkwitzia amabilis).

L’if (Taxus spp.) et le buis (Buxus spp.) sont aussi de belles options tout comme les conifères nains, tels les pins mugo (Pinus mugo) (de nombreuses variétés miniatures existent).

Collé sur la maison, on installera, sur de jolis treillis de bois ou de fer forgé, des glycines (Wisteria spp) ou des rosiers grimpants, dans les jardins plus cléments. L’aristoloche (Aristolochia macrophylla) et les clématites (Clematis spp.) conviendront aux jardins plus nordiques.

Les rosiers sont traditionnellement des plantes incontournables des jardins de cottage. Ici, avec des digitales, des géraniums vivaces et de grandes campanules. Photo: ukgardenphotos sur flickr.

Et enfin, la partie amusante!

C’est dans son total fouillis de plantes vivaces, bisannuelles et annuelles que le jardin de cottage prend véritablement tout son sens. L’idée ici est de laisser-aller! Pas de plan minutieux, pas de désherbage rigoureux. Le parfait contraire du jardin à la Germaine. On entremêle, on plante sans penser et on sème à la volée. On remplit les trous!

Les coquelicots sont des annuelles qui se ressèment facilement. Photo: BioSteak sur Pixabay

Dans notre sélection, il y aura quelques annuelles qui se ressèment librement comme les coquelicots (Papaver rhoeas), les pavots somnifères (Papaver somniferum), les centaurées (Centaurea cyanus), les cosmos (Cosmos bipinnatus et C. sulphureus) ou la bourrache (Borago officinalis). Ici, la sélection variera en fonction de votre jardin. Une plante qui se ressème comme une déchaînée dans un jardin ne le fait pas nécessairement dans l’autre. Il faut expérimenter.

Parmi les plantes vivaces, on doit absolument trouver des liatrides (Liatris spicata ou L. aspera), des pieds-d’alouette (Delphinium grandiflorum), des coquelourdes (Lychnis coronaria), des grandes marguerites (Leucanthemum sp.) et de l’herbe à chat (Nepeta spp.).

Lupins et pieds-d’alouette. Photo: Michaela Murphy sur unsplash.

Si vous dénichez des variétés résistantes aux maladies, les roses trémières (Alcea rosea) et les phlox des jardins (Phlox paniculata) sont aussi requis dans tout jardin de cottage qui se respecte. Les digitales pourpres (Digitalis purpurea) sont aussi des bisannuelles incontournables, mais elles ne conviennent pas à tous les jardins en raison de leur difficulté de culture (pas au mien, en tout cas). Cela dit, la digitale dorée (Digitalis lutea) est une excellente option, quoique plus difficile à dénicher.

Il y aurait tant et tant d’autres plantes fabuleuses à insérer dans un jardin de cottage et je serais bien curieuse de connaître vos coups de cœur personnels. Peut-être pourriez-vous les ajouter dans les commentaires?

Côté entretien? Vous choisissez!

Le jardin de cottage est fabuleux. On peut l’ignorer totalement ou on peut y passer des nuits blanches afin de la peaufiner à la perfection. Mais peu importe le nombre d’heures qu’on y consacre, il demeure charmant et teinté d’une aura romantique.

Bien sûr, on complète le tout avec une petite clôture de bois peinte en blanc et un beau banc de jardin stylisé où l’on pourra prendre le thé. Après tout, il est toujours 4 heures quelque part dans le monde!

À propos Julie Boudreau

Julie Boudreau est horticultrice, diplômée de l’ITA de Saint-Hyacinthe. Elle œuvre dans le domaine l’horticulture depuis plus de 25 ans. Elle a publié une dizaine de livres et participé à de nombreuses émissions de télévision et de radio. Elle est enseignante au Centre de formation horticole de Laval. Passionnée de son métier, Julie Boudreau se consacre à promouvoir le jardinage, le design de jardin, la botanique et l'écologie, sous toutes ses formes. Un peu grano, écolo depuis toujours, gourmande et essayeuse, Julie est une épicurieuse avec un fort penchant pour tout ce qui se prononce en latin.

30 comments on “Et si on faisait un jardin de cottage (devant son bungalow)?

  1. Celine Foucault

    Mon nom est Céline, Mon jardin arrière est de ce style Cottage. Des digitales, les leucanthenum (marguerites dans la ruelle), des monardes, des cosmos, rosiers canadiens, rosier grimpant, 13 clematites!, chèvrefeuille, un magnolia Leonard Messel en son coeur, des alliums, pivoines , émerocalles, cléomes, saule crevette arbustif, coeur saignant, hydranger fraise sur tige,et tout récemment plusieurs plusieurs mufflier et lys. Des knautia macédoines aux feuillages panachés et des salvias, échinacés et achillé.. avec les limaces et j’ai sorti les pieds d’allouettes, jusqu’à ce que je règle davantage ce problème. Oui, je ne fais qu’admirer depuis quelques années. Quel bonheur!

  2. Christophe CABOT

    Merci pour cet article.
    Avec tout ou partie des plantes proposées, cela doit être magnifique.
    Installé depuis peu ds le sud-ouest de la France sur la bassin d’Arcachon, je ne sais si ces variétés résisteront au climat et au sol très sableux. Je ferai des essais.
    Merci encore

  3. Bien vrai que le « cottage garden » est si attrayant. C’est ce que j’ai justement voulu faire dans les dernières années un peu partout sur mon terrain, mais plus particulièrement en avant de la maison. Dans le mien, il y a de tout: clématites, rosiers, échinacés, marguerites, hemerocalles, sauge de Russie, lavande, nepeta, dahlias, zinnias, cosmos, rudbeckies, capucines, centaurées, nigelle, sedum, achillées, amélanchier, echinops, panicault, weigelas, statice, souci, pivoines, tournesol, amaranth, phlox, oreilles d’agneau, matricaire, pavot d’Islande et de Californie, cerisier des sables, cotinus, physocarpe, etc. C’est si beau et ça s’entretient comme un charme. En plus, les abeilles, papillons, colibris et autres oiseaux et insectes pullulent. On en a besoin de plus, de ce type de jardin!!!!

  4. Oui voilà une partie de ´´La beauté du monde ´´. Oui on a besoin de tout ça pour attirer les pollinisateurs. J’ajoute d’autres vivaces: toutes sortes de couvre-sol, de mousses et de petites plantes vasculaires, les graminées de votre choix, les gloires du matin, campanules, iris, plusieurs fougères, du thym, de la ciboulette à l’ail et autres fines herbes. J’ai aussi des arbres en pots que je taille en arbuste (cèdre, pin, pruche, sapin) et d’autres arbres que je taille en bonsaï: caravanier de Sibérie, cèdres, mélèze, hêtre. Quelques grands arbres: érable rouge, chêne, hêtre, cerisier tardif. Et de ´ petits coins de la mer’´: élymes des sables, gesses maritimes, ammopjiles à ligulecourte). Tout ça à été semé et planté en 3 ans. On s’amuse :).

  5. Boisson Marlène

    J’adhère complètement à ce style de jardin que j’essaie de reproduire. Merci pour cet article qui nous prodigue de bons conseils.

  6. Juliette au balcon

    Pour profiter pleinement de ce beau jardin jusque tard en automne, j’y planterais aussi des anémones du Japon roses et des verges d’or pour m’y prélasser le plus longtemps possible.
    Au tableau idyllique de la jolie jardinière assise sur son « beau banc de jardin stylisé » derrière « la petite clôture de bois peinte en blanc » sirotant son thé, il ne manque que la présence indispensable d’un chat se vautrant de bonheur dans la Nepeta.

  7. Marie Blain

    Mon jardin de rêve. Merci pour les précieuses suggestions! J’aime bien aussi y intégrer des plantes indigènes comme les différentes espèces d’asclépiades qui me permettent de voir des monarques chez moi!

  8. Maria Nieuwenhof

    J’ai plusieurs jardin cottage. J’ai réalisé il y a quelques années que la plupart des plantes dont j’ai des coups de ❤️ sont des plantes qui se sèment elle-même alors le jardin cottage s’est développé presque à mon insu!
    Il lui manque des arbustes et rosiers….je travaille là dessus. Bon jardinage😊

  9. J’ai un bout de jardin qui a ce style et je l’adore! J’aimerais vous partager une photo mais ça semble pas possible ici.

  10. Monique B.

    Il ne faut pas oublié les plantes du printemps et automne pour compléter ex: tulipe, iris, magnolia, rodrodendron…
    Et pour l’automne: hydrangée, sédum, aster, buddleia, anémone…
    Je préfère les jardins anglais, ils ont plus de charme que les jardins français ou italien.

  11. Brigitte de Rosemont

    Je me suis vite lassée d’entretenir ma pelouse malingre qui poussait sous les arbres devant ma maison. Il y a quelques années, je l’ai remplacée par des vivaces variées tels des couvre-sols comme la violette, le myosotis et le bugle rampant; sédums, hostas variés, heuchères, liatris, hémérocalles, monardes, échinacées, rudbeckies et campanules. Quelques buis, hydrangée et cornouailler ajoutent du relief à l’ensemble. Les passants s’arrêtent un moment pour regarder les fleurs. Quelques voisins ont abandonné leur pelouse pour imiter mon type d’aménagement. C’est un plaisir de voir fleurir tous ces parterres autour!

  12. Michelle LEBLANC

    Ça m’encourage tellement, c’est exactement ce que je fais depuis que je jardine! La Nature nous réserve de jolies surprises. Merci!

  13. Gabrielle

    Merci pour cet article si bien écrit. Mon grand malheur est qu’il y a un érable argenté GÉANT d’environ 100 ans à 6 troncs juste sur la pelouse de mon voisin à la limite de ma propriété. Impossible de faire pousser quoi que ce soit là pour « encadrer » ce jardin à l’anglaise: il semblera toujours déséquilibré à cause de ce manque d’encadrement d’un seul côté. J’ai bien essayé 2 fois le Géranium à gros rhizomes qui pousse supposément même dans les racines de ce monstre mais, sans succès: la plante meure. Quelqu’un a une suggestion? Les racines s’étirent jusqu’au milieu de mon terrain, ce qui me limite beaucoup.

  14. Francine Bissonnette

    C’est ce que nous avons fait à l’avant de la maison vu que les vers blancs nous causaient du souci avec la pelouse et depuis iris, lavandes, amélanchier, pervenche, ,hostas, graminées, weigela, rosiers, etc font bon ménage!

  15. danielletrudel

    J’ai tranformé le devant de ma maison en jardin dans le but d’éliminer le gazon et de faire fuir les vers blancs. Il n’est pas aussi  »libre » que ceux que vous montrez, mais les oiseaux et les papillons y viennent. Donc, objectifs atteints quoique le travail soit toujours à parfaire. C’est la beauté du jardinage!

  16. À ma connaissance, les Delphinium ne fleurissent pas en même temps que les Lupins…( ??). La photo est bien belle mais pas tres réaliste…J’ai les deux et elles fleurissent à au moins 1 mois de distance. Les lupins sont terminés, et leur feuillage affaissé, quand les delphiniums commencent à peine à produire des bourgeons qui ouvrent des semaines plus tard. Et je suis en zone 5b…

  17. J’adore ce type de jardin. J’aimerais aménager ma bande riveraine pour avoir ce même effet. Nous avons régulièrement la visite de chevreuils je dois donc penser à des plantes qu’ils n’affectionnent pas et qui sont bonnes pour mon lac. Auriez-vous un article à propos des bandes riveraines?
    Merci
    Chantal

  18. Important de dire aux jardiniers de tuants qu’avec le temps, la compétition fait des ravages et certaines fleurs prennent le dessus pendant que les autres disparaissent. Je ne connais pas de jardins de fleurs qui n’ont pas besoin d’entretien.

  19. Votre photo avec Delphinium et Lupins est bien belle, mais pas très réaliste. Je suis en zone 5B et il y a au moins 1 mois qui passe entre la fin de mes lupins, (dont les fleurs sont alors devenues des gousses grises pas très jolies, et les feuilles sont affaissées au sol) et le début des delphiniums. Important aussi de dire aux jardiniers débutants qu’aucun jardin de fleur ne survit comme tel à la compétition entre les espèces, les plus fortes dans les conditions présentes prendront éventuellement toute la place, les moins adaptées disparaissant après quelques années. Le photo principale présentée en en-tête est magnifique, mais définitivement un jardin très entretenu… en tout cas s’il est dans nos regions.

  20. Richard Boivin

    Nous avons congédié le gâzon devant la maison et aménagé il y a une quinzaine d’années ce type de Jardin fou dont j’apprends qu’il a un type et un nom. La floraison s’étend de début avril à octobre. Nous avons planté sur le bord de la rue une bande d’un mètre de couvre-sols divers qui forme un patchwork coloré.
    Un énorme pin étale son ombre sur la moitié du jardin, imposant une variété plus grande d’arbustes, de vivaces et se bisannuelles.
    Ce jardin nous apporte des bonheurs quotidiens tout l’été, demande relativement peu de soins.
    Bon été!!!

  21. Ah! Quel article délicieux que celui-ci! Vous donnez le goût de se laisser aller au romantisme du jardin cottage. Je ne connaissais pas ce type d’aménagement. merci beaucoup!

  22. «Le parfait contraire du jardin à la Germaine.». J’adore! Il y a beaucoup de «Germaine» sur ma rue qui ne se gênent pas pour me «conseiller» de discipliner mes plantes. Quel plaisir réconfortant de lire cet article! Suggestion à ceux qui comme moi aiment les «jardins de cottage»: en ajoutant un ou deux bains sur pied pour les oiseaux, c’est encore plus merveilleux! On fait le bonheur des oiseaux encore davantage et le nôtre aussi. Biodiversité!

  23. Anne Sainte-Marie

    Nous avons aussi remplacé le gazon devant notre cottage par un jardin trois saisons. Nous avons poussé le concept jusqu’à tolérer certaines envahissantes comme les Juliennes et la menthe, et des indigènes comme la Monarde et l’Asclépiade ( qui en plus de nourrir les Monarques, sent si merveilleusement bon). Nous faisons une bonne place aux grands Platycodons, que je n’ai pas encore vus mentionnés, aux quatre-heures et aux Acidentheras.

  24. Bonjour, j’aimerais beaucoup avoir des suggestions de plantes pour faire un tel jardin sous un grand pin qui crée beaucoup d’ombre devant la maison. Merci bcp!

  25. Je n’aime pas tondre la pelouse, finalement mon devant de maison c’est transformé petit en petit en jardin fleuri de fleur sauvage. Pâquerette et autre fleurs a papillon ou abeille.
    C’était super beau quand fleuri. Mais c’était sans compter un voisin qui a fait une plainte a la ville car mon « herbe » était plus haute que 20cms…
    J’ai du tondre les fleurs fanées pour éviter l’amende de la ville. J’ai pour projet de planter des asclépiade pour avoir un champs a monarque… Les voisins seront contents l’année prochaine.

  26. J’en ai fait un moi aussi en façade. Mon gazon ressemé à plusieurs reprises sans trop de succès, l’économie sur les entreprises qui venaient l’entretenir… j’ai mis un carton et une toile noir pendant quelques mois l’été dernier pour ensuite ajouter un géotextile et du paillis. J’ai planté des vivaces, j’ai fait un petit potager, un genevrier et un prunier trône au milieu. J’ai ajouté des pierres. Meilleure idée que j’ai eu, j’ai vendu ma tondeuse !

  27. Helen trachy

    C’est mon jardin préféré, un genre de petit champ qui s’amuse certaines années à n’en faire qu’à sa tête. Mais, c’est ce que j’aime. En debut de saison et parfois l’automne precedent, j’y sème à la volée des semences prises un peu partout. Ensuite, je désherbe un peu ( pour montrer que je travaille très fort). La nature reprend le dessus, toujours. Bon dimanche Monsieur Hodgson.😊👋😘🦋

  28. Bonjour, pourriez-vous m’indiquer le nom des plantes qui poussent à l’ombre, une bonne partie de mon terrain est à l’ombre et à part les hostas et les fougères je n’ai pas eu beaucoup de succès.

  29. J’ai amorcé le même projet cette année, à voir dans 3 ans 😉 Merci ça m’encourage de ne plus me sentir seule

  30. Louise Labrosse

    Chez nous, le jardin en avant est un joli fouilli: rudbeckies, échinacées, monardes rouges et mauves, asclépiades, échinops, clématites, agastache, cosmos, mini-tournesols, quelques verges d’or, un pommier et un fond de topinambours! Les voisins aiment bien.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :