Annuelles Fleurs coupées Floraison Truc du jour

Un coup de pouce à la nature

Adapté d’un billet originalement publié le 12 août 1995 dans

Si vous en pincez pour les fleurs, alors pincez!


Dame Nature a voulu que chaque plante ait sa période précise de floraison. Mais saviez-vous que vous pouvez déjouer la nature et faire fleurir nombre d’annuelles et de vivaces en dehors de leur saison normale?

Il s’agit de les duper: en supprimant leur première floraison, parfois même avant qu’elle n’ait lieu, vous les poussez à en faire une deuxième, voire des fois une troisième! Le truc, c’est de savoir quand et comment s’y prendre.

Fleurs coupées
Cueillir des fleurs à leur épanouissement peut parfois stimuler une deuxième floraison. Photo: julie, flickr.com.

Merveilleux cercle vicieux

Argumentez-vous avec votre conjoint parce que l’un veut à tout prix rentrer des fleurs coupées dans la maison pour faire des bouquets et l’autre ne veut pas qu’on touche à ses magnifiques platebandes fleuries? Eh bien, vous pouvez fumer le calumet de paix, car cueillir des fleurs à leur épanouissement peut parfois stimuler la production de fleurs et cette production vous donne davantage de fleurs à cueillir. C’est un cercle vicieux, mais de la bonne sorte!

En fait, quand vous coupez une fleur avant sa fanaison, très souvent cela stimule le développement de bourgeons dormants situés plus bas sur la tige. Il se forme alors deux fleurs là où la nature n’en avait prévu qu’une seule à l’origine! On peut presque dire que, dans le cas des annuelles, plus vous cueillez, plus elles fleurissent!

Ce n’est pas tout à fait le cas avec les vivaces, mais bon nombre d’entre elles, et surtout celles à floraison estivale, feront une deuxième floraison, quoique modeste, si l’on supprime une partie de la première assez tôt dans la saison.

Un contrôle plus songé

La méthode du «bouquet cueilli» réussit très bien, mais est rarement parfaitement efficace: lorsqu’on cueille au hasard, la deuxième floraison, aussi, se fait au hasard.

Pincer les fleurs et boutons
On peut supprimer les fleurs et boutons d’une plante pour retarder sa floraison: il suffit de pincer! Ill.: Creative Commons

On peut, cependant, faire exprès pour provoquer une deuxième floraison, et ce, avant même que la première n’ait lieu. À la plantation des annuelles, par exemple, supprimez toutes les fleurs et boutons d’une plante sur deux: la première série remplira votre platebande de fleurs hâtives, mais finira par se fatiguer, fleurissant de moins en moins avec le temps. La deuxième série, n’ayant pas perdu d’énergie avec sa première floraison, viendra vite à la rescousse de la première série épuisée, produisant même souvent deux fois plus de fleurs!

On peut faire la même chose avec les vivaces: marguerites, pieds-d’alouette, salicaires, etc. Dès qu’une tige florale commence à se former, supprimez-la sur une plante sur deux.

La première fleurira donc à la date normale, mais la deuxième fleurira environ un mois après la première. Dans ce dernier cas, les fleurs seront généralement portées sur des tiges plus basses et seront souvent plus petites, mais aussi plus nombreuses.

La plus généreuse de ces «vivaces à tailler» est sans doute le chrysanthème. Vous pouvez même le pincer mensuellement! Plus vous pincez l’extrémité de ses tiges, plus il produit de fleurs. Arrêtez-vous cependant vers la mi-août, sinon vous risquez de tellement retarder sa floraison automnale qu’elle ne commencera qu’en novembre!

Aster amellus
Tailler certaines vivaces (comme l’aster) en début d’été peut stimuler des tiges plus courtes et robustes. Photo: Hectonichus, commons.wikimedia.org

Des tiges plus robustes

Ou votre taille peut avoir une deuxième raison d’être. Si l’on taille certaines vivaces en début d’été, bien avant leur floraison, cela stimulera une repousse plus florifère… mais aussi, aux tiges plus courtes et plus robustes, moins portées à s’écraser au sol en cas de vent ou d’orage. Pour les plantes comme l’aster (Symphyotrichum, Eurybia, Doellingeria, etc.), le delphinium ou pied d’alouette (Delphinium spp.), le chrysanthème (Chrysanthemum × morifolium et C. zawadskii latilobum ‘Clara Curtis’) et le sédum d’automne (Hylotelephium spp.), cela peut faire la différence entre une «plante-face-dans-la-boue» et une jolie plante bien dressée.

Mais tailler pour renforcer la tige ne fonctionne pas toujours!

Chez la pivoine (Paeonia lactiflora), par exemple, même si vous supprimez les premiers boutons floraux d’une pivoine-face-dans-la-boue (et il y a beaucoup de ces monstruosités encore sur le marché: mais quelle idée de nous vendre encore des pivoines ratées qui ne sont même pas capables de se tenir debout!), cela ne solidifie pas sa tige et quand les boutons secondaires fleurissent à la place de ceux qui ont été supprimés, ils finiront toujours la face dans la boue… à moins de leur offrir un tuteur robuste. Lisez Dites non aux pivoines «face-dans-la-boue» pour en savoir davantage au sujet de ces plantes qu’il faudrait bannir des platebandes des jardiniers paresseux.

Tondeuse à pelouse et fleurs
Tondez vos annuelles et en quelques semaines elles fleuriront à nouveau! Photo: Nenad Stojkovic, flickr.com

Réparez les pots cassés

Si vous n’aviez pas pensé à tailler vos annuelles plus tôt dans la saison, il y a de bonnes chances que maintenant que nous approchons la fin de juillet, elles commencent à faire moins bonne figure. Plus occupées à faire des graines que des fleurs, elles paraissent un peu fatiguées.

Cependant, vous pouvez les «réveiller» bien vite… avec le coupe-bordure électrique! Il suffit de le passer dans la platebande d’annuelles de façon à faucher toutes les capsules de graines en formation.

Dans le cas des plantes basses, comme les alysses et les pétunias couvre-sol, vous pouvez même y aller avec une tondeuse! Réglez-la à sa plus grande hauteur et passez sur les annuelles au sol, fauchant leur extrémité supérieure. En à peine quelques semaines (car les annuelles sont à croissance très rapide), vos plantes seront en fleurs de nouveau, et souvent plus abondamment que la première fois!

Lilas Bloomerang
Certains arbustes nains, comme les lilas Bloomerang, sont portés à refleurir. Photo: Sarah’s Yard, flickr.com

Quelles plantes tailler?

De toute évidence, toutes les plantes ne réagissent pas à ce traitement. Inutile donc de tailler vos pommetiers ou vos lilas communs (Syringa vulgaris) après leur floraison pour en stimuler une deuxième. D’ailleurs, la plupart des arbres et arbustes sont peu portés à refleurir. C’est plutôt quelque chose qu’on voit chez les annuelles (la plupart réagissent à une telle taille) et les vivaces (un nombre assez important d’espèces y sont susceptibles). Mais aussi, de plus en plus, chez les arbustes nains, comme les lilas Bloomerang, la spirée Double Play Doozie et bon nombre de rosiers.

Certaines plantes semblent destinées à rester à floraison unique. Les plantes à bulbes sont, par leur nature, portées à fleurir seulement une fois. Plusieurs d’ailleurs sont si éphémères — elles sortent de terre, fleurissent et commencent à entrer en dormance si rapidement, en moins de 10 semaines — qu’elles n’ont pas assez de temps pour fleurir deux fois. Les vivaces à floraison très hâtive non plus ne semblent pas offrir beaucoup d’espoir de floraison allongée.

Commentaire de Larry Hodgson: C’est ce que je pensais en 1995, mais il ne faut pas abandonner tout espoir. Je n’aurais jamais pensé qu’on puisse créer un pavot d’Orient (Papaver orientale) remontant. Après tout, la plante entre complètement en dormance après sa floraison à la fin du printemps! Jamais je n’aurais pu imaginer qu’on développerait un jour un pavot qui fleurit 2 fois par année. Pourtant, il y a maintenant la série New York (‘Brooklyn’, ‘Central Park’, ‘Harlem’  ‘Manhattan’, etc.), qui fleurit de nouveau à l’automne!


Expérimentez cette technique chez vous et vous découvrirez à quel point elle peut être efficace. Il y aura sûrement des échecs, mais quand vous découvrirez que votre jardin est encore plus fleuri au mois d’août qu’il l’avait été au début de juillet, vous m’en reparlerez!

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

5 comments on “Un coup de pouce à la nature

  1. Viviane Haeberlé

    Voilà un article bien à point! Je me demandais justement ce qu’il allait rester comme fleurs dans mes plates-bandes dans trois semaines! Je crois que je vais aller faire un petit tour dehors avec mon sécateur… Merci Larry!

  2. Merci. On m’a récemment dit que je pouvais couper mes spirés et je n’ose pas. Je pince seulement les fleurs fanées. Est ce que ceci aide

  3. Nicole B.

    Merci de continuer a nous transmettre des articles intéressants malgré la santé fragile de M. Hodgson. On lui souhaite le meilleur ainsi qu’a son garçon qui prend la relève.

  4. Paule Bizier

    Moi, je taille mes spirées à chaque année et ça fleurit. Attention cependant à la période où vous les taillez. Habituellement c’est une fois que la floraison est terminée, avant que la plante prépare ses prochains bourgeons.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :