Insectes bénéfiques Insectes nuisibles Truc du jour

Perce-oreilles: ennemis ici, amis en Europe

Voici la réponse que j’ai donnée à une lectrice au sujet d’une invasion de perce-oreilles en 2001. Et, 20 ans plus tard, les perce-oreilles ne sont toujours pas un problème digne de mention dans mes jardins.

Larry Hodgson

Question: Ma mère est aux prises avec des perce-oreilles. Il y en a des milliers. Ils mangent tous les végétaux annuels ou vivaces. Après un passage d’une nuit, il ne reste plus que les nervures. Même les tagètes y passent! Elle a essayé de la roténone, puis de nombreux pièges: plusieurs s’y prennent, mais ils sont encore nombreux. Toutes les annuelles plantées sont en voie de disparition ainsi que les cucurbitacées. Que doit-on faire? C’est la deuxième année que cela est aussi grave.

Martine Létourneau,
St-Roch-des-Aulnaies

Perce-oreille
Le perce-oreille ou forficule. Photo: Ryan Hodnett, commons.wikimedia.org.

Réponse: Le perce-oreille ou forficule est un insecte relativement nouveau au Québec. Lorsqu’il arrive dans une région jusqu’alors indemne, il prolifère au point de provoquer des dommages épouvantables et tout traitement est inutile, car on a beau les tuer par milliers, les disparus sont vite remplacés par d’autres. D’accord, il y a mille trucs pour les tuer; tous ceux qui en sont victimes en connaissent au moins une dizaine; mais ça ne change strictement rien.

Trucs pour se débarrasser des perces-oreilles?

Vous pouvez les attraper dans une boîte de sardines, les vaporiser de savon insecticide ou les tuer de toute autre façon qu’il vous plaît: plus vous en tuez, plus il y en a qui arrivent de chez vos voisins! C’est tellement décourageant que plusieurs songent à abandonner le jardinage!

Perce-oreille mâle
Perce-oreille mâle. Notez les pinces recourbées. Photo: Pudding4brains, commons.wikimedia.org.

Puis les choses se calment. Personne ne sait pourquoi, mais après deux ou trois étés d’horreur, la population baisse et tout rentre dans l’ordre. D’accord, on voit encore des perce-oreilles, des fois en assez grosses quantités, mais ils ne font plus de dégâts. Ils reprennent plutôt leur rôle de prédateur qu’ils jouent dans leur Europe natale et on peut donc dire que s’ils sont actuellement des ennemis, ils pourraient devenir presque des amis, car ils mangent les limaces et autres intrus.

Je suggère à votre mère d’être patiente: durant les étés d’abondance, qu’elle essaie d’éviter les végétaux que les perce-oreilles aiment, comme la plupart des annuelles et certains légumes, les remplaçant par des végétaux plus résistants. Quand l’infestation se calmera, elle pourra reprendre ses cultures habituelles.

Perce-oreille femelle
Perce-oreille femelle. Ses pinces sont presque droites. Photo: Luis Miguel Bugallo Sánchez, commons.wikimedia.org.

Dans ma propre cour où, il y a dix ans, je pensais ne plus jamais pouvoir cultiver de laitue, de glaïeuls, de rudbeckias ou de dahlias, je peux maintenant cultiver ce qui me plaît. D’accord, je vois encore beaucoup de perce-oreilles, surtout si je déplace un objet laissé par terre puisqu’ils adorent l’obscurité. Cependant, force est de constater qu’il n’y a presque plus de dégâts et je les laisse maintenant tranquilles.

Féroces prédateurs

Abri pour perce-oreilles
Abri pour perce-oreilles.. Photo: tomodori.com

Si nous, Nord-Américains, détestons les perce-oreilles au point de vouloir les éliminer, en Europe, au contraire, on les considère comme des amis. On va même jusqu’à clouer de petites boîtes trouées ou des pots de terre cuite remplis de paille sur les arbres fruitiers pour servir de maisons aux perce-oreilles, car on sait qu’ils sont de féroces prédateurs des pucerons qui dévastent régulièrement les cultures.

Encore d’autres informations: Chasser les perce-oreilles de votre barbecue

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2?500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

15 comments on “Perce-oreilles: ennemis ici, amis en Europe

  1. Quel ‘temps’ préfèrent-ils ? Chaud / Sec ou Chaud / Humide (et, entre humide et pluvieux… ?)

  2. manon galipeau

    Merci je trouve ça super intéressant. Je passe le mot a mes voisines qui ont toutes des potagers. Le fait de savoir qu’ils reprennent leurs rôle de prédateurs est vraiment cool. Par contre j’ai achetée des annuels l’an passé dans une grande surface lorsque j’ai voulu la rempoter ils sont sorties par dizaines ce répandant partout sur la terrasse c’était dégoûtant. Pour ma part je leurs ajoutés un mètres de grosseur quand je les voient imaginez!?

  3. Merci, en effet cette année, et j’en suis à ma troisième année, il y en a beau moins! Je croyais que ça n’était dû qu’au froid du début de l’été mais non!!! Merci, ça m’encourage ?

  4. J’ai horreur de ces bibittes et un truc qui fonctionne bien pour les éliminer c’est de les vaporiser avec un mélange d’eau et de savon à vaisselle. Ils figent et meurent instantanément.

  5. Sylvie Castel

    Bonjour,

    je suis bretonne, la région la plus à l’ouest de la France. Ici, ça fait des années que je n’ai pas vu un perce-oreille, alors que dans mon enfance ils étaient très courants. Trop nombreux chez vous, plus assez ici …
    Bel été à vous ?

  6. D’accord avec Sylvie. En Bretagne ils semblent avoir disparu, sauf dans les artichauds qu’ils ne mangent pas, mais qu’ils salissent en habitant sous les feuilles. Pas très plaisant de découvrir cela à la dégustation.
    Pas de quoi les éliminer pourtant.
    Ne pas oublier avant de faire des carnages d’insectes que nous humains avont déjà éliminé 75% des insectes de la planète.

  7. D’où viens ce 75%?

  8. C’est vrai mais en ouvrant un brugnon acheté dans le Sud une famille entière est sortie du fruit… sans doute un fruit cueilli récemment non passé par le réfrigérateur !

  9. En 22 ans, j’ai vu trois perce-oreilles près de mon bac à compost. L’été est si court au Québec que je laisse vivre tout ce qui «ose» traverser l’hiver. Les végétaux, animaux, insectes, bestioles en tout genre sont les bienvenus, car l’automne et le froid ne sont pas loin. Désolée de n’avoir pas vu un seul crapaud depuis un an, alors qu’ils étaient visibles au quotidien. Fourmis? Presque disparues. Oiseaux plus rares, guêpes et bourdons aussi. Préservons tout ce que nous avons encore de biodiversité. Bon été, Monsieur Hodgson.

  10. Lise Blais

    Et bien cette année, ils ont dévasté un pot suspendu de Pétunia se fait bouffer pas à peu à près…

  11. De toutes les études sur la biodiversité faites à ce jour ?

  12. Du 25% qu’il reste de mes plates-bandes. quand les perce-oreilles dévastent tout chez moi lolll
    Sérieux Quand je vois les villes et les banlieues S’ aggrandir et des groupes de promoteurs immobiliers prendre les plus belles terres , les points d eau , les points de vue panoramique des montagnes ou collines , nos milieux humides pour en faire des nouvelles place de villégiatures. Oui. je suis d’accord avec le 75% ..
    C est triste mais c est la réalité, plusieurs espèces disparaissent en silence sans que le monde le sache. Où sont les abeilles… dans mon jardin ? je ne vois que les autres butineurs et pollinisateurs. Et vous! que voyez-vous ?

    • Lise Blais

      Pas d’abeilles non plus… je suis triste tellement aussi ….

  13. Sylviane Pomerleau

    Mais que fait-on quand les perce oreilles entrent dans la maison?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :