Achat de plantes Nouveautés horticoles Plantes d'intérieur Truc du jour

Le géo: peut-être la plante d’intérieur la plus cool de tous les temps!

Géo annoncé dans une page du site Web de la quincaillerie RONA.

Le géo est absolument unique. Mais vraiment! Regardez ces feuilles, si sombres, si brillantes et si rondes! C’est une nouveauté, oui, mais… qui commence déjà à devenir plus largement disponible.

J’ai entendu parler du Geogenanthus ciliatus pour la première fois il y a environ un an dans différents blogues américains. Il est peut-être nouveau sur le marché, mais les fans de plantes d’intérieur lui ont déjà trouvé un surnom. On l’appelle «géo». Beaucoup plus facile à prononcer que géogenanthe cilié, n’est-ce pas? Et c’est un choix logique. Après tout, c’est une plante basse, de rarement plus de 25 cm de haut, donc près du sol. Donc, géo dans le sens de «proche de la terre». Je trouve que le nom lui va comme un gant!

Une fleur de géo à 3 pétales bleu violet avec poils blancs.
Une fleur de géo est plutôt bizarre… mais il est peu probable que vous en voyiez chez vous. Il ne fleurit presque jamais en culture. Photo : Ricardo Elbay, iNaturalist.ca

Le nom Geogenanthus vient des mots grecs «sol» (geo) et «fleur» (anthus), dans le sens de «fleur venant du sol». C’est que les fleurs poussent à partir de la base de la plante, et non du sommet comme chez la plupart des végétaux. Et quant à ciliatus, il signifie «entouré d’une frange de cils». Cela aussi fait référence à la fleur, composée de 3 petits pétales décorés de fins poils blancs.

Non pas que vous verrez cette plante en fleur. Il fleurit rarement en culture. Même à l’état sauvage, on dit qu’il ne fleurit pas souvent. De toute façon, chaque fleur ne dure que moins de 24 heures!

Le géo tel qu’il pousse à l’état sauvage, comme couvre-sol à l’ombre
Le géo tel qu’il pousse à l’état sauvage, comme couvre-sol dans la forêt tropicale humide (la jungle). Photo: Diego F. Cisneros-Heredia, iNaturalist.ca

C’est une plante couvre-sol des forêts tropicales humides sombres du Pérou et de l’Équateur.

misère zébrée aux tiges retombantes et feuilles violettes et vertes rehaussées de  andes argentées.
Le géo ne ressemble pas beaucoup à son cousin, la misère zébrée (Tradescantia zebrina). Photo: Aphisithchampalod, depositphotos

Il appartient à la famille des Commélinacées et est donc un parent de la misère (diverses espèces de Tradescantia, dont la misère zébrée: Tradescantia zebrina, anc. Zebrina pendula). Par contre, avec ses grandes feuilles rondes de 15 cm de diamètre et son port dressé, quoique court, plutôt que les petites feuilles pointues et les tiges rampantes et retombantes habituelles des misères, il ne ressemble pas beaucoup à toute autre misère que j’ai déjà cultivée.

Sauf une!

Éphémère à feuilles gaufrées, avec feuilles striées 2 teintes de vert
L’éphémère à feuilles gaufrées (Geogenanthus poeppigii) est un proche parent avec un port dressé similaire, mais de plus petite taille, avec des feuilles gaufrées bicolores. Photo: Veroja, depositphotos

Pendant des années, toutefois, j’ai cultivé une plante appelée éphémère à feuilles gaufrées (Geogenanthus poeppigii, anc. G. undatus) ou «Seersucker plant» en anglais. C’est un très proche parent, car le genre Geogenanthus ne compte 3 espèces: les deux décrites ici et G. rhizanthus, qui n’est pas cultivé.

L’éphémère à feuilles gaufrées a un port similaire, mais est de plus petite taille. Et les feuilles aussi sont plus petites et aussi moins rondes, car elles se terminent en pointe. Les deux partagent le même dessous violet. Le dessus de cette espèce est vert avec des rayures vert plus foncé et a une apparence plissée; d’où le nom commun d’éphémère à feuilles gaufrées. Mais je ne le vois plus dans le commerce depuis au moins 20 ans.

Le géo, quant à lui, formera en pot une plante de 15 à 60 cm de diamètre. En climat tropical (zones de rusticité 10 à 12), on utilise le géo comme couvre-sol dans les endroits ombragés. Vous pouvez également l’employer comme annuelle pour les emplacements ombragés en plein air, que ce soit en pleine terre ou en pot. Cette plante d’origine tropicale doit toutefois passer l’hiver à l’intérieur, bien à l’abri du froid, dans les régions tempérées.

Le géo se démarque 

Jeune feuille de géo encore verte, avec une nervure médiane rouge.
Les nouvelles feuilles sont vertes au début, avec une nervure médiane rouge, mais tout aussi brillantes que les feuilles adultes! Photo: laidbackgardener.blog

Le géo est frappant à bien des égards. Ses feuilles qui brillent comme des miroirs, leur surface lisse et. . . leur coloration extrêmement sombre. Elles sont d’un violet très foncé, presque noir sur le dessus, avec un dessous pourpre rougeâtre. Les nouvelles feuilles sont moins foncées au début: vert violacé avec une nervure centrale rouge.

Tiges de géo, rouge pourpre avec un fin duvet.
Les courtes tiges rouge pourpré sont couvertes de poils courts. Photo: jardinierparesseux.com

La plante produit de courtes tiges rouge-pourpre couvertes de poils courts. Elles sont droites ou quelque peu inclinées, formées, au moins près du sommet, de bases de feuilles engainées. Il y a généralement une ou deux feuilles par tige. De nouvelles tiges sortent régulièrement du sol à partir de rhizomes souterrains errants, de sorte que la touffe augmente de taille latéralement.

Comment cultiver un géo avec succès

Pensez aux conditions de culture trouvées au sol dans une jungle et vous comprendrez mieux ce dont cette plante a besoin.

Lumière

Il lui faut de la lumière, bien sûr. Toutes les plantes chlorophyllinennes en ont besoin! Mais pas tant que ça. Il pousse à l’ombre profonde à l’état sauvage et le fera dans les jardins si vous le plantez à l’extérieur. Mais la plupart d’entre nous le cultiveront à l’intérieur et ce n’est pas tout à fait la même chose. Il poussera bien à l’ombre partielle à l’intérieur. Mais rappelez-vous qu’il y a beaucoup moins de lumière disponible à l’intérieur qu’à l’extérieur (déjà, la vitre des fenêtres en élimine une part importante). Ainsi, un peu de soleil tamisé ou même quelques heures de soleil direct tôt le matin ne peuvent pas faire de tort.

Une fenêtre est ou nord fonctionnerait bien (dans l’hémisphère Nord), mais éloignez-le du soleil plus intense dans une fenêtre sud ou ouest, ou tirez un voilage entre la plante et le soleil au milieu de la journée pour prévenir des dommages dus à une chaleur excessive.

En plus de croître sous une lumière naturelle, le géo pousse merveilleusement bien sous les lumières fluorescentes et DEL, même assez loin des lampes.

Arrosage

Gardez le terreau du géo uniformément humide. Lorsqu’il commence à être sec au toucher, il est temps d’arroser abondamment avec de l’eau tiède. Selon les conditions, et surtout lorsque la plante commence à remplir son pot, elle peut avoir besoin de plus d’un arrosage par semaine, surtout au printemps et en été. Et rappelez-vous que les conditions changent avec le temps. Il faut donc garder un œil sur l’arrosage. L’hiver, notamment, la croissance peut être presque nulle et alors, la plante utilisera moins d’eau.

Le géo tolérera de se dessécher au point de flétrir, ce qu’il fera de façon spectaculaire (toute la plante s’écrase!), mais récupèrera assez bien après un arrosage attentif. Par contre, ce n’est pas bon pour sa santé. Sécher trop souvent ou trop longtemps peut le tuer.

Température

C’est une plante tropicale d’altitude moyenne. Ainsi, la chaleur est nécessaire à tout moment, mais elle n’a pas besoin de chaleur extrême. Les températures intérieures normales — disons de 18 à 25 °C — conviendront parfaitement. Évitez surtout de l’exposer à des températures inférieures à 10 °C.

Humidité

C’est le point faible de la plante. Il aime l’air humide et prospérera à 80% ou même 90% d’humidité. C’est un peu trop pour les humains! Un taux de 60% convendrait mieux. C’est bien pour les humains, mais à peine assez pour une plante qui aime beaucoup l’humidité comme le géo.

Ainsi, il poussera normalement sans difficulté à l’intérieur au printemps et en été, car l’humidité ambiante dans la plupart des régions est alors à sa plus élevée. À mesure que l’automne s’installe et que l’hiver reprend ses droits, l’air intérieur a tendance à devenir excessivement sec. L’aide d’un humidificateur pourrait bien être nécessaire à cette saison. Ou encore, emballez la plante dans un sac de plastique transparent pendant l’hiver. Lisez Ensachez les plantes d’intérieur fragiles pour l’hiver pour en savoir plus sur cette technique.

Ne perdez pas de temps à pulvériser la plante avec de l’eau dans le but d’augmenter l’humidité de l’air: c’est une perte de temps totale. Lisez pourquoi ici: Mythe horticole à déboulonner: la brumisation des plantes d’intérieur

Conseil pratique: Une façon pour déterminer si un site Web sur la culture des plantes d’intérieur a été créé par quelqu’un qui connaît vraiment les plantes par opposition à un site géré par un influenceur quelconque sans la moindre véritable connaissance des végétaux est de regarder si l’auteur recommande de pulvériser les plantes d’eau pour augmenter leur humidité atmosphérique. Quiconque fait cette recommandation diffuse clairement de la désinformation et, par conséquent, n’est sûrement pas quelqu’un de fiable!

Rempotage

Le géo croît assez rapidement, se divisant assez abondamment à la base et formant une petite colonie. Ainsi, il peut être nécessaire de le rempoter dans un pot plus gros (ou encore de le diviser) chaque année. Vous pouvez utiliser à cette fin n’importe quel terreau ordinaire bien aéré, y compris de la fibre de coco rincée. 

Il est préférable de rempoter au printemps ou au début de l’été, quand la plante est en croissance. Évitez les rempotages l’automne et l’hiver si vous le pouvez, car la plante alors s’apprête à entrer dans un état de semi-dormance si ce n’est pas déjà fait. Ce n’est pas le bon moment pour déranger ses racines!

Engrais

Un bon engrais tout usage de base est tout ce dont vous avez besoin pour cette plante pas si gourmande en minéraux. Ou encore, tout autre engrais que vous avez sous la main. Appliquez à un quart ou à la moitié du taux recommandé (ou moins souvent) du printemps jusqu’au début de l’automne. Et si vous ne fertilisez pas. . . eh bien, elle poussera probablement très bien quand même!

Multiplication

Cette plante est facile à diviser, ce que vous ferez au printemps. Vous découvrirez en le rempotant qu’il a des rhizomes tubéreux que vous pouvez tout simplement séparer et empoter. Vous pouvez également prendre des boutures de tige. Faites-les enraciner dans un terreau humide à l’étouffée (sous un dôme transparent ou à l’intérieur d’un sac en plastique transparent) et sous des températures relativement chaudes.

Entretien

Retirez les feuilles jaunies ou mortes. Donnez à la plante un quart de tour dans le même sens chaque semaine pour assurer une croissance symétrique.

Insectes et maladies

Le géo n’est pas plus sensible aux parasites et aux maladies que les autres plantes d’intérieur. En fait, il y est même plus résistant que plusieurs. Néanmoins, inspectez toujours bien la plante avant de l’acheter et isolez-la pendant au moins un mois une fois qu’elle arrive chez vous. Si vous voyez un ravageur quelconque, identifiez-le et recherchez un traitement approprié.

«Géolocaliser» votre propre géo

Géo dans un cache-pot blanc, feuilles noir luisant.
Le géo a fière allure dans mon bureau bondé! Photo: jardinierparesseux.com

Le géo est une grande nouveauté très tendance. Si nouveau, d’ailleurs, que de nombreuses jardineries n’en ont même jamais entendu parler. Vous pouvez vous attendre à avoir du mal à le trouver et à devoir payer cher pour un spécimen.

Finalement, je l’ai trouvé à ma quincaillerie RONA locale!

Ainsi, lorsque j’ai cherché sur Google «Geogenanthus ciliatus Québec» (Québec, parce que je cherchais une source dans mon pays), je pensais avoir beaucoup de difficulté à m’en en procurer. Quelle ne fut pas ma surprise quand la page de ma quincaillerie locale, RONA, est apparue aussitôt à l’écran. J’étais sans voix! Et elle le vendait à un prix quand même pas si déraisonnable pour une plante si rare et de bonne taille, aussi. Évidemment, je l’ai acheté!


Alors, allez voir si vous pouvez trouver votre propre plante de géo, car je suis sûr que vous aimerez essayer cette plante si originale. 

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

5 comments on “Le géo: peut-être la plante d’intérieur la plus cool de tous les temps!

  1. Article très intéressant. Je ne connaissais pas cette plante : un seul distributeur trouvé en France : Cycadales 39,99 € le pot de 10 cm
    On en trouve beaucoup au Québec, par exemple les « Serres Ste Élie » au prix de 39,99 $. J’ai aussi trouvé Orquideas del Ecuador 18 $ US. En Californie, l’article est plus cher : 44,97 $

  2. Merci pour cet article sur la plante Géo que je ne connaissais pas et que je vais essayer

  3. j’aime bien vos conseils pratiques lol.
    Je fais effectivement ça, dès qu’un site enchaîne deux trois conneries, j’arrête de lire.
    Mais bon, les intermédiaires existent, il y a aussi des sources bienveillantes qui ne sont juste pas au courant de tout… C’est à la fois la puissance et la maladie d’internet !
    Et puis quand j’entends certains conseils donnés dans les jardineries, c’est pas mieux 🙈

  4. Merci pour le lien du vendeur en France 🙂

  5. Bonjour,
    Merci pour cette nouvelle tentation et vos informations pertinentes.
    A bientôt.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :