Oiseaux Truc du jour

Cinq fleurs incontournables pour attirer les colibris

Par Julie Boudreau

Ce printemps, j’ai vu un colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) butiner les fleurs d’un camerisier dans mon jardin. Sa visite m’a surprise, car je n’avais jamais pensé qu’il pouvait s’intéresser aux fleurs printanières. On le voit plus souvent en juillet ou en août quand les fleurs des plantes vivaces sont à leur apogée. Cela m’a amenée à me poser des questions sur les préférences florales des colibris. Voici le résultat de ma petite recherche.

Le colibri à gorge rubis. Photo: Skyler Ewing sur Pexels

D’abord, pour nos lecteurs canadiens, on apprend sur eBird que le colibri à gorge rubis est le seul à nicher dans l’Est du Canada, ce qui rend son identification facile. Malheureusement, les colibris sont pratiquement inexistants en Europe, même si quelques signalements sont rapportés occasionnellement.

Avant de révéler l’identité de nos cinq favorites, mettons cartes sur table quant aux mythes et réalités qui entourent les plantes visitées par les colibris.

Plus c’est naturel, meilleur c’est!

On tentera autant que possible d’offrir aux colibris des fleurs les plus indigènes possible. En effet, à travers tout le processus d’hybridation des fleurs pour les rendre plus grosses et plus colorées, on néglige souvent le principal critère attractif des colibris: le nectar. Les hybrides en sont parfois dépourvus. Le nectar se doit d’être le plus sucré possible et de se trouver en grande quantité. Plus une fleur est généreuse, plus les colibris la visiteront souvent. Certains colibris vont même devenir de féroces défenseurs de leur territoire devant des plantes particulièrement nectarifères.

Oui, les fleurs tubulaires

Au fond des fleurs de forme tubulaire se trouve le délicieux nectar tant recherché par les colibris. Photo: Skyler Ewing sur Pexels.

Il existe un phénomène appelé le syndrome ornithophile qui établit la corrélation entre l’évolution de la forme des fleurs et celle du bec des oiseaux. Dans le cas des colibris, ils se sont spécialisés dans la collecte de nectar et les fleurs, elles, se sont assurées qu’en puisant le nectar, le colibri assure la pollinisation. Il est donc vrai que les fleurs tubulaires sont plus intéressantes. Aussi, les colibris sont très limités dans leur capacité de se percher et sont donc devenus des experts du butinage en plein vol.

Oui, pour les fleurs en groupement, mais pas nécessairement les rouges

Les recherches ont aussi démontré que les colibris préfèrent les fleurs qui se développent en inflorescences, par opposition aux fleurs solitaires. Normal. Cela facilite grandement leur alimentation en limitant les déplacements.

Toutefois, il n’est pas démontré que les colibris ont une préférence pour les fleurs de couleur vive, de préférence roses ou rouges. On voit des colibris visiter des fleurs jaune pâle (comme les fleurs de mon camerisier), bleues ou orange.

On a aussi découvert que plus une fleur est jeune, plus elle est riche en nectar. Les colibris auront donc une préférence pour les fleurs qui viennent d’ouvrir et ils bouderont les fleurs sur le point de se faner. C’est ce qui explique que l’on observe souvent les colibris en matinée.

Et maintenant, les fleurs que les colibris préfèrent:

La lobélie du cardinal

Lobélie du cardinal. Photo: Chris F sur pexels.

Ce n’est pas une plante vivace très cultivée dans les jardins, mais pour ce qui est d’attirer les colibris, c’est la grande championne. Issue d’une plante indigène répartie entre la Colombie et le Sud-est canadien, la lobélie du cardinal (Lobelia cardinalis) est une plante dressée aux fleurs d’un rouge intense. Aimant les milieux humides dans son habitat naturel, c’est donc une plante qui affectionne les sols bien frais au jardin. Le soleil ardent et les sécheresses prolongées auront raison d’elle.

La monarde

La monarde. Photo: Veronika Andrews sur pixabay.

Les monardes (Monarda didyma) sous toutes leurs formes feront le grand bonheur de nos petits oiseaux-mouches. Les amateurs de plantes indigènes pourront s’attarder à la monarde fistuleuse (Monarda fistulosa). Les inflorescences globulaires sont parfaites et on peut même deviner leur teneur en sève sucrée, car ces fleurs sont comestibles et ont un bon goût de miel. Pour réussir la culture des monardes, on choisira un emplacement au plein soleil et on appliquera un paillis à la base des plants pour garder le sol frais. Zones de rusticité 3 à 9.

La sauge

La sauge guarani et son visiteur. Photo: Skyler Ewin sur pexels.

La famille des sauges est très vaste. D’un côté, on a la sauge officinale (Salvia officinalis) qui est la plante cultivée comme herbe aromatique (et elle fleurit à l’occasion). De l’autre, on trouve les sauges annuelles comme la sauge splendide (Salvia splendens) ou la sauge farineuse (Salvia farinacea). Enfin, certaines sauges sont des plantes vivaces (Salvia nemorosa, zones de rusticité 3 à 8). Du lot, on recherchera celles qui portent des fleurs tubulaires d’environ 2 cm de longueur. Ce sont elles qui seront les plus visitées.

L’ancolie

Ancolies. Photo: Glenn Marsch sur flickr.

Les magnifiques fleurs de l’ancolie (Aquilegia sp.), avec leur assemblage complexe de pétales et leurs longs éperons sont aussi très aimées des colibris. Ils préféreront les variétés plus hautes et surtout les formes indigènes, comme l’ancolie du Canada (Aquilegia canadensis). Les ancolies aiment les emplacements mi-ombragés dans un sol riche et bien drainé. Cela dit, dans leur milieu naturel, on les voit souvent pousser directement dans les crevasses rocheuses et les éboulis. Zones de rusticité 3 à 8.

Le jasmin trompette

Jasmin trompette. Photo: David Lofink sur flickr.

Notre dernière candidate au titre de plante la plus appréciée des colibris est une plante grimpante, le jasmin trompette (Campsis radicans). Parfois boudée au Canada, en raison de sa faible rusticité, elle est absolument splendide et vigoureuse là où le climat est plus doux. Elle peut même avoir un penchant envahissant quand les conditions sont trop propices. Cela dit, la floraison est spectaculaire. Zones de rusticité 5b à 9.

Personnellement, j’ajouterais à la liste les petites fleurs des calibrachoas, en jardinières suspendues, car ce sont elles qui attirent les colibris dans mon jardin. Les chèvrefeuilles et les penstémons ne sont pas très loin non plus dans la grande liste des favorites.

D’ailleurs, Larry a déjà fait l’exercice de recenser plus de 100 fleurs qui attirent les colibris. Une lecture qui vous permettra d’enrichir votre collection et d’augmenter la fréquence des visites tout au long de l’année.

À propos Julie Boudreau

Julie Boudreau est horticultrice, diplômée de l’ITA de Saint-Hyacinthe. Elle œuvre dans le domaine l’horticulture depuis plus de 25 ans. Elle a publié une dizaine de livres et participé à de nombreuses émissions de télévision et de radio. Elle est enseignante au Centre de formation horticole de Laval. Passionnée de son métier, Julie Boudreau se consacre à promouvoir le jardinage, le design de jardin, la botanique et l'écologie, sous toutes ses formes. Un peu grano, écolo depuis toujours, gourmande et essayeuse, Julie est une épicurieuse avec un fort penchant pour tout ce qui se prononce en latin.

28 comments on “Cinq fleurs incontournables pour attirer les colibris

  1. S.LaFerrière

    Merci pour cet article très instructif, et pour les magnifiques photos!

  2. Je suis surpris de ne pas retrouver les delphiniums dans cet article. C’est une grande favorite des colibris ici. J’ai également la vigne « cardinal climber » à l’essai cet année.

  3. Létourneau

    Merci pour ces infos! J’ajouterai quelques espèces à mon jardin l’été prochain.

  4. Cécile Lévesque

    Bravo pour cette article

  5. mariejo123

    Très intéressant, merci beaucoup!

  6. Merci pour cet article et la référence à celui de M. Hodgson. Chez moi, les colibris font des allers-retours entre l’immense talle de crocosmias (mentionnée dans la liste des 100 du J.P.) et celle des monardes. Je vais donner à celles-ci un peu plus de soleil, car l’hydrangée paniculée est devenue un fort grand arbre sous lequel elles se trouvent désormais…

  7. Francesca

    Toujours passionnant le monde des colibris et ce qui les intéressent !
    Francesca 🌺

  8. Merci.

  9. Merci. Justement, j’ai de la monarde pour la premiere fois , des rouges, certaines plus claires que d’autres et des mauves. Quelle odeur agréable quand on se promène au jardin! Des fois, j’ai envie de dire « mon jardin « , mais je sais que j’ai beau le travailler, le dorloter il en fait souvent juste à sa tête. On sait très bien c’est qui le « boss ». Salutations Monsieur Hodgson.😊😘

  10. Monique Laflamme

    J’ai planté quelques racines d’ asclépiades ,dans mon jardin de plantes indigènes, j’ai maintenant une trentaine de plans. Je n’ai pas vu de monarques mais mes colibris s’y abreuvent

  11. (Salvia faricacea). probablement une erreur de frappe ! : ((Salvia farinacea).😃

    « Malheureusement, les colibris sont pratiquement inexistants en Europe »

    En effet nous n’avons pas la chance de pouvoir observer et admirer ces petits bijoux ailés.
    Par contre, nous avons les papillons Sphinx, en particulier le Moro (Macroglossum stellatarum) qui récoltent le nectar des fleurs, à défaut de bec, avec leur longue langue qui s ‘enroule et se déroule de façon spectaculaire. Son vol stationnaire lui a également valu le nom de sphinx colibri.
    Mais les traitements phytosanitaires sont fatals à de nombreux animaux. L’observation de ces curieux papillons que je pouvais faire presque quotidiennement dans mon enfance et qui m’enchantait toujours est devenue excessivement rare.

  12. Emilie Lafortune

    Moi, j’ai des visiteurs ailés dans mon lilas!!

  13. Manon (de Lanaudière)

    Bonjour!
    J’ai surpris quelques colibris aller dans les fleurs mauves de mes hostas! Et moi qui pensait que ces fleurs ne les intéressaient pas! 😉

  14. Ah Ben ! Je croyais que les fushias étaient leurs favorits.

  15. J’ai des habitués chez moi à Sainte-Agathe-des-Monts. Ils sont arrivés fin avril cette année. J’ajouterai certaines de vos propositions à mon jardin. Merci!

  16. une lectrice, une passionnée comme Larry Hudson Danielle

  17. J’habite au Québec. Nous avons la chance d’observer les deux. J’ai eu le bonheur de voir une rencontre amusante entre un sphinx colibri et le vrai colibri. Le sphinx colibri butinait dans mes phlox. Son curieux vol un peu erratique et beaucoup moins précis quue celui du colibri a sans doute attiré l’attention de ce dernier. Il est arrivé dare-dare au-dessus de l’intrus qui osait butiner dans ses phlox. En vol stationnaire, il l’observait. Le sphinx colibri a poursuivi ses activités sans se préoccuper du propriétaire des phlox! Il faut dire que les colibris sont agressifs pour une si petite bestiole. Il a foncé vers moi à plusieurs reprises quand j’avais sarclé son plant de monarde, comme pour m’intimider!

  18. J’ai un weigela bloom Pink chez moi à Québec et en début juillet il affiche des milliers de fleurs coniques dont raffolent les colibris.

  19. très belle façon d’envisager le jardin ;-))

  20. @ PGAGNOGAMES « Il faut dire que les colibris sont agressifs pour une si petite bestiole ». Il paraît, selon la légende qu’il participe même aux services de secours contre l’incendie.😊

  21. Julie Boudreau

    Merci pour la coquille. C’est corrigé! En effet les Sphinx sont aussi fort impressionnants!

  22. http://www.projetcolibris.org/arrivees.html

    Voici un lien qui me guide depuis des années pour placer les abreuvoirs au bon moment pour ces magnifiques oiseaux qui ont fait un très long voyage.

    Nous avons plusieurs variétés de fleurs pour eux.
    Ils sont territoriaux c’est une question de survie.
    Alors, espacer leurs plantes favorites, en ayant un obstacle visuel entre.
    L’an dernier, nous avons retrouvé une femelle au sol, aile fracturée et qui a du être euthanasiée…
    Je croyais que c’était un accident de vol mais j’ai appris que c’est une façon de protéger leur « garde-manger ».

    Merci
    On aime vous lire!
    Passion

  23. Il y a plusieurs années, je demeurais dans les Basses Laurentides où j’avais une pléthore d’impatientes du Cap. Les colibris en raffolaient !

  24. Gaétanne Noël

    Vous pouvez me dire quels grainetiers sont excellents pour les vivaces. Je demeure en zone 3 . J’aimerais en semer le plus possible pour amoindrir le coût puisque j’ai une grande surface à couvrir.

  25. Louise L.

    Moi aussi! J’en déduis que les colibris de Lanaudière ont des goûts particuliers. 😊

  26. Manon Beaulieu

    Bonjour. J’ai beaucoup de belles monardes et elles sont superbes. Je les adore. Une vingtaine de colibris s’y abreuvent allègrement.Toutefois je ne comprend pas clairement ce que M. Hodgson veut dire par « supprimer les fleurs fanées ». Je ne veut pas me tromper. Quand les pétales des monardes tombent, que faut-il faire exactement? Doit-on enlever les pétales tombants ou doit-on couper la fleur? Que veut-il dire par supprimer les fleurs fanées? Une fois les pétales tombés, le coeur de la Monarde va-t-il refaire des pétales? Merci beaucoup.

    • Pour supprimer les fleurs fanées, il s’agit de couper cette partie de la fleur, on lui coupe la tête 😉 Cela « boost » le plant à faire d’autres fleurs.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :