Bulbes Taille des végétaux Truc du jour

L’entretien des bulbes après la floraison

Cela fait 37 ans que je collabore avec le journal Le Soleil de Québec en tant que chroniqueur horticole pigiste, fournissant un article par semaine. Nous avons pensé que vous aimeriez découvrir quelques-uns de ces billets d’autrefois. Comme les techniques et les informations disponibles sur l’horticulture ont changé depuis le temps, l’article a été annoté. C’est une bonne opportunité de voir comment le domaine a évolué dans les dernières décennies et aussi de déboulonner certains mythes horticoles tenaces.

Après avoir égayé nos plates-bandes pendant plusieurs mois, les bulbes à floraison printanière (tulipes, narcisses, jacinthes, crocus, etc.) sont maintenant sur leur déclin. Il ne leur reste plus de fleurs, seulement des feuilles… et même ces dernières commencent à avoir l’air un peu fatiguées.

Que doit-on faire pour qu’ils nous redonnent un spectacle aussi frappant au printemps prochain?

Tulipes orange.
Quand les fleurs des bulbes finissent pas faner, il faut encore laisser le feuillage faire son travail de «chargeur de pile»! Photo: pixnio,com

La pire erreur que l’on pourrait faire à ce moment-ci serait de supprimer leur feuillage sous prétexte qu’il «n’est plus beau». C’est peut-être vrai, mais il faut penser que la plante absorbe toute son énergie par son feuillage. Si on coupe les feuilles, le bulbe, bien caché sous le sol, ne pourra pas refaire de réserves pour l’année prochaine… et sans réserves, pas de fleurs ! Il faut donc conserver le feuillage jusqu’à ce qu’il se fane de lui-même, soit normalement en juillet.

On peut cependant supprimer la capsule de graines qui se forme au bout de la tige florale. Si on la laisse se développer, la plante y mettra trop d’énergie et le bulbe sera faible. En la supprimant, toute l’énergie solaire ira dans le bulbe, d’où une floraison améliorée l’année prochaine. Pour supprimer la capsule, on la pince à sa base: on peut laisser le reste de la tige florale, car, étant de couleur verte, elle fait de la photosynthèse, et aide donc à capter plus d’énergie solaire.

Suppression d'une capsule de graines de tulippe.
On peut cependant supprimer la capsule de graines qui se forme au bout de la tige florale. Ill.: jardinierparesseux.com

(NDRL: Si j’avais eu à écrire cet article en 2022, j’aurais seulement insisté sur la suppression des capsules dans le cas des tulipes. Cette action semble avoir peu ou pas d’importance pour les autres espèces.)

Pour que le bulbe de l’année prochaine soit le plus gros possible — et donc le plus florifère —, faites pénétrer dès maintenant, dans le sol au pied des bulbes, un engrais complet, organique, riche en phosphore et potasse (respectivement le deuxième et le troisième des trois chiffres inscrits sur l’étiquette, le premier étant l’azote). (NDRL: Nous savons aujourd’hui que la proportion des minéraux dans un engrais [leur taux de NPK] a en fait relativement peu d’importance tant que les minéraux sont présents. Il n’aurait pas été utile d’insister spécialement sur le phosphore et le potassium. La suggestion d’appliquer un engrais biologique complet aurait été amplement suffisante.)

Feuillage jaunissant de narcisse dans un jardin.
Après avoir égayé nos plates-bandes pendant plusieurs mois, les bulbes à floraison printanière (ici, des feuilles de narcisse) commencent à avoir l’air un peu fatigués. Mais il faut les laisser jaunir complètement avant de les supprimer. Photo: colorblends.com

Feuillage disgracieux?

De façon générale, le feuillage des bulbes de printemps n’a aucun attrait une fois les fleurs fanées. Si vous trouvez qu’il dépare votre jardin, vous avez trois choix: le camoufler, le déplacer ou le supprimer.

On peut facilement camoufler le feuillage jaunissant des bulbes en plantant des plantes plus visibles aux alentours. Ill. jardinierparesseux.com

On peut facilement camoufler le feuillage en plantant des plantes plus visibles aux alentours: des annuelles, des vivaces, etc. Si on utilise des plantes hautes, on peut cacher le feuillage des bulbes complètement. Le feuillage demeure visible si on emploie des plantes basses… mais si elles sont très florifères, on ne remarque plus ou presque plus le feuillage des bulbes: nos yeux seront attirés par la couleur des fleurs avoisinantes. Dans ce cas, les bulbes refleuriront l’année prochaine au même endroit.

Bulbe de tulipe déterré. Le feuillage est encore vert.
Vous pouvez déterrer et replanter les bulbes pendant qu’ils sont encore en croissance. Photo: Hollyhock Life

Le second choix est le déplacement des bulbes: il s’agit de déterrer délicatement les bulbes, gardant un maximum de racines et de feuilles, et de les replanter ailleurs, dans un endroit moins visible (dans le potager, par exemple). Arrosez bien au moment du repiquage pour faciliter la reprise. Lorsque le feuillage se fanera en juillet, déterrez les bulbes, les laissant quelques jours au soleil pour qu’ils se dessèchent. Ensuite, remisez-les au sous-sol jusqu’à l’automne, puis replantez-les dans la plate-bande ou ailleurs.

(NDRL: L’idée qu’il faut déterrer et replanter les bulbes de tulipe tous les ans est un mythe bien ancré… auquel j’ai longtemps cru! Lisez Pourquoi plantons-nous les bulbes à floraison printanière à l’automne? pour comprendre pourquoi cela n’est pas nécessaire. Donc, il aurait suffi de replanter les bulbes avec leurs feuilles dans un emplacement où ils peuvent rester en permanence et le tour aurait été joué. Nul besoin de sécher, remiser et replanter.)

La troisième option, c’est tout simplement de supprimer le feuillage maintenant. De cette façon, le bulbe mourra ou sera si faible l’année prochaine qu’il ne donnera pas de floraison. C’est un peu comme si on traitait le bulbe comme une fleur annuelle…

Si la floraison diminue?

Avec le temps, il se peut que la floraison des bulbes (notamment celle des tulipes et des jacinthes) diminue. Cet affaiblissement est provoqué par la compétition entre les bulbes qui se multiplient d’année en année. Dans ce cas, déterrez les bulbes au moment où les feuilles se fanent, et divisez-les, gardant seulement les bulbes les plus gros pour la plate-bande. Vous pouvez soit composter les petits bulbes ou encore, les replanter dans un endroit peu visible. Ils ne fleuriront pas l’année prochaine, mais le feront peut-être dans deux ou trois ans.

Et voilà: si peu d’efforts pour égayer vos plates-bandes printanières pendant que les jardins de vos voisins sont encore vides! Ce n’est pas surprenant que les bulbes à floraison printanière soient si populaires dans les jardins québécois!

23 comments on “L’entretien des bulbes après la floraison

  1. J’ai lu l’article sur vous et votre blogue dans La Presse du 1er juillet « Longue vie au blogue du Jardinier paresseux » Si je savais pour votre état de santé en général, je n’avais pas pris conscience que c’était si (comment dire ?) proche…

    En partageant ce lien à La Presse sur ma page FB et, en accompagnement de mon post, j’ai écrit ce qui suit :

    ‘J’ai vu cet article passer sur mon fil immédiatement avoir dit à une amie dans le flux de discussion sous un de mes post FP que Larry Hodgson faisait partie de mes trésors nationaux perso. On ne pourrait rêver plus beau timing.

    ‘Récemment aussi, depuis quelques semaines (car il a déjà ‘annoncé’ son état de santé sur son blogue dont je reçois quotidiennement notifications), je me disais aussi qu’il faudra lui faire des funérailles nationales. Il les mérite au moins autant que René Angélil et même Guy Lafleur.

    ‘Hodgson a révolutionné le rapport au jardinage en partageant à la fois ses connaissances scientifiques sur les plantes (et en déconstruisant élégamment certains mythes horticoles) en plus de sa si vaste expérience.

    ‘J’ai commencé à l’apprécier du temps où il était rédacteur en chef à la revue Fleurs Plantes et Jardins et à l’époque j’avais acheté tous ses livres publiés.

    ‘Quelle générosité dans l’information et quelle tête bien faite il a ! Et drôle en plus ! Et qui plus est, c’est un anglophone qui a su créer des ponts sans prétention avec son vaste ‘fan club’ francophone.’

    *

    Voilà.

    J’ajoute que je trouve que c’est très bien de la part du Soleil de permettre la republication de vos articles sur ce blogue. C’est tout à leur honneur. Et, comme le dit bien l’article de Catherine Handfield dans La Presse, je me réjouis grandement que ce blogue perdure. Votre vie et vos écrits sont tellement vivants que c’est justice que ça se poursuive après vous, avec vous.

    Quant à vous, cher Larry Hodgson, je vous redis mon admiration, mon affection et vous garde bien au chaud dans mes prières.

    Très cordialement,

    Michèle

  2. Merci infiniment! Prompt retablissement ❤️

  3. Christiane Laliberté

    J’aimerais savoir ce que l’on fait (conservation) avec nos bulbes de canas à la fin de l’été pour pouvoir les récupérer l’été suivant?
    Merci!

  4. Luc Paquette

    Merci

  5. Caroline Jarry

    J’aimerais aussi savoir que faire avec mes bulbes de cannas. J’ai hérité de 5 pots de beaux cannas l’été dernier et pendant l’hiver je les ai mis en dormance (du moins c’est ce que je croyais) dans le garage, sans les déterrer. Mais comme le garage est chauffé, ils ont continué à pousser un peu (sans fleurir). Au printemps je les ai remontés puis les ai remis dehors, mais ils sont faibles et en mauvais état. J’espère qu’ils vont prendre du mieux pendant l’été, mais que faire après l’été? J’espérais (paresseusement) qu’il suffirait de mettre les pots au garage mais visiblement ça ne suffit pas. Survivront-ils?

  6. Pour votre information, M. Hodgson a annoncé récemment qu’il ne pouvait plus répondre aux questions des lecteurs de son blogue en raison de son état de santé très précaire. Peut-être trouverez-vous réponse à votre questionnement dans un autre billet, ou encore dans l’un de ces (nombreux) ouvrages?
    Cordialement,
    Chantal

  7. Je les déterres, je les fais sécher, je les entrepose au sous sol et les replante au printemps suivant.

  8. (en réponse à Christiane Laliberté_)

  9. 4 juillet 2022
    Pour votre information, M. Hodgson a annoncé récemment qu’il ne pouvait plus répondre aux questions des lecteurs de son blogue en raison de son état de santé très précaire. Peut-être trouverez-vous réponse à votre questionnement dans un autre billet, ou encore dans l’un de ces (nombreux) ouvrages?
    Cordialement,
    Chantal

  10. (En réponse à Cristianne et Caroline!)

  11. Pour que les personnes à qui vous répondez puissent voir votre réponse, vous devez cliquer sur « répondre » sous leur nom. Sinon, elles le verront seulement si elles reviennent consulter l’article.

  12. J’attache le feuillage des narcisses dont la floraison est terminée en faisant des toupets jusqu’à quil sèche…..Cela donne un air sympa et marrant aux bordures….Pour ma part, je laisse tous les bulbes en terre, j’habite en France dans la Drôme. Ils finissent, il me semble, par se naturaliser….

  13. Au printemps? Je pense que vous vouliez dire a l’automne?

  14. René Tremblay

    Bonjour Caroline, j’ai aussi des pots avec des canas et à chaque automne, je remise mes pots dans une chambre froide tout l’hiver. Au printemps, je sors mes pots au soleil et mes canas repoussent. A chaque année ça fonctionne très bien et ils repoussent dans toute leur splendeur. Il faut faire très attention cependant à ce que la terre soit bien sèche avant de les remiser dans la chambre froide, sinon, les bulbes pourraient pourrir je pense. Bonne chance !!

  15. Caroline Jarry

    Merci à tous pour vos réponses. Le mot magique, je crois, c’est chambre froide. Je n’en ai pas, alors il faudra déterrer et faire secher les bulbes de cannas pendant l’hiver… Merci.

  16. Marc un jardinier paresseux

    https://jardinierparesseux.com/2019/10/11/proteger-les-cannas-du-froid/
    Pour moi ça a fonctionné tout l’hiver en terre dans mon garage chauffé à 7 degré. Par contre, j’ai planté mes bulbes à l’intérieur en avril et je ne les ai sorti qu’à la mi-juin. Pas le fleur à ce jour mais il sont solides et poussent très bien.

  17. Je seconde tellement ce message. Nous sommes plusieurs à être de tout coeur avec vous. Vous faites et ferez toujours partie de nos vies à travers nos jardins. Nous vous aimons beaucoup. Merci pour toute votre dévotion et votre partage!!!

  18. Merci pour tout M. Hodgson!

  19. Marjolaine

    Parfaitement bien dit

  20. Anny Lainesse

    J’adore avec les notes de 2022!

  21. Pour ma part je les ai mis dans une pièce sombre et un peu plus fraîche. Au moment de les sortir, ils ont eu un trop gros choc alors ils ont flétri: je les simplement coupés et ils repoussent maintenant parfaitement bien

  22. Caroline Jarry

    Merci pour les références et les commentaires sur les cannas! Très utile!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :