Insectes nuisibles Truc du jour

Comment contrôler les vers-gris

Le ver-gris: que de dégâts pour un si petit insecte!

Par Larry Hodgson

Quelle horreur! Vous faites votre tournée matinale du potager, en parfait état la veille, pour trouver des plants fauchés, coupés à la base. Qu’est-ce qui a pu causer ce dégât?

Il s’agit d’un insecte appelé ver-gris ou ver-gris faucheur. C’est la larve d’un papillon de nuit terne et peu remarquable, la noctuelle.

Même si on l’appelle «ver», c’est en fait une chenille. Il n’est pas nécessairement gris non plus. Selon l’espèce, il peut être gris, brun, vert, jaune ou noir, même blanc dans le cas des vers fraîchement éclos. Habituellement, on le trouve le jour couché sous le pied d’une plante fraîchement fauchée, bien enfoui dans le sol. Au repos, il s’enroule en C. 

Ver-gris sur une tige fauchée
Certains vers-gris grimpent dans la plante, d’autres restent au sol ou sous le sol. Photo: Clemson University, USDA Cooperative Extension Slide Series, Bugwood.org 

Les jeunes vers-gris se contentent de percer des trous dans les feuilles des plantes ou d’en grignoter les marges. Par contre, quand ils grossissent un peu, ils commencent à gruger les tiges des jeunes plants, les coupant au sol. Cette habitude se reflète dans le nom anglais de cet insecte: cutworm (ver qui coupe).

Des dégâts nocturnes

L’insecte fait toujours ses dégâts pendant la nuit. Le jour, il se réfugie dans le sol, à l’abri des prédateurs comme les oiseaux, les crapauds et les couleuvres. Il ne descend jamais très profondément. On le trouve toujours près de la surface.

Son cycle de vie est variable, selon l’espèce. Certains vers-gris hivernent dans le sol sous forme d’œuf, de chrysalide ou de larve. D’autres, par contre, ne survivent pas aux hivers froids des régions nordiques. À la place, le papillon de ces espèces revient du Sud en volant quand la température se réchauffe. Il pond ses œufs dès son arrivée. Il peut y avoir plus d’une génération par année.

Noctuelle: le papillon adulte.
L’adulte est habituellement un papillon de nuit assez ordinaire qui passe inaperçu. Ici le papillon du ver-gris panaché (Peridroma saucia). Photo: Fvlamoen, Wikimedia Commons

Certains vers-gris sont très spécifiques quant à leur hôte, ne touchant qu’aux haricots par exemple. Par contre, la plupart sont «polyphages»: ils s’attaquent à presque toute plante. D’ailleurs, pas seulement aux légumes. Ils s’en prennent aussi aux annuelles, aux vivaces et aux fines herbes, même aux jeunes arbres.

Notez que plusieurs espèces sont associées aux pelouses. Pour cette raison, il y a souvent une abondance de vers-gris l’année où l’on convertit une pelouse en terre arable en la labourant. (L’installation d’un potager surélevé posé sur une barrière de papier journal ou de carton, par contre, prévient ce problème). Autre problème: les vers commencent à se développer dans une pelouse pour migrer vers un jardin à proximité. Laisser une lisière de terre libre de pelouse tout autour du jardin peut donc sérieusement réduire les risques d’infestation.

 Contrôler une infestation en cours

Main qui tient un ver gris.
Très honnêtement, une simple récolte manuelle réussit dans beaucoup de cas. Photo: Eric T. Natwick. ucanr.edu

Le contrôle le plus facile est la récolte manuelle. Habituellement, le coupable passe sa journée dans le sol près d’une plante fauchée la veille. Il suffit alors de fouiller dans le sol à sa recherche. Utilisez à cette fin un transplantoir ou une petite gratte. Certaines espèces tirent le plant qu’elles ont coupé dans le sol pour continuer à le gruger pendant la journée. Cependant, en le faisant elles laissent une partie exposée. Si oui, vous saurez exactement où votre ennemi se trouve! 

Une autre possibilité est de sortir la nuit avec une lampe de poche. Alors, l’inspection des plantes dévoile le coupable, car le ver travaille à la surface du sol ou à la base de la tige. Ainsi, vous trouverez le ver-gris en flagrant délit. 

Quand vous le trouverez, déposez-le dans un bol d’eau savonneuse ou écrasez-le, tout simplement. Ou donnez-le aux poules.

En parlant de poules…

Vous pouvez aussi lâcher des poules (ou des canards) dans le jardin. Ils chercheront les vers-gris et les mangeront. Malheureusement, elles peuvent endommager les jeunes plants en le faisant. Parfois, il est préférable de garder les poules hors du jardin jusqu’à ce que les plantes soient solidement enracinées et poussent robustement.

Comment prévenir les vers-gris

Dans un potager ou jardin souvent infesté, peut-être parce qu’il est voisin d’une pelouse, il peut être nécessaire de protéger les plantes avec une barrière. 

Vous pouvez, par exemple, couvrir tout le jardin en début de saison d’une toile flottante (tissu translucide offert en jardinerie qui laisse pénétrer le soleil, la pluie et l’air, mais pas les insectes), ce qui empêchera les espèces qui arrivent du Sud d’y pondre. Par contre, cette méthode ne sera pas efficace contre les espèces ayant hiverné dans le sol.

Deux barrières: tube de rouleau de papier toilette et verre de plastique dont le fond a été supprimé.
Les verres sans fond et autres tubes font d’excellentes barrières contre les vers-gris. Photo: Midwest Gardener

Ou protégez vos plants un par un. À cette fin, découpez tout simplement le fond de quelques boîtes de conserve, pots de plastique ou verres de plastique, de styromousse ou de carton de façon à faire un cylindre. On peut même utiliser le tube d’un rouleau de papier de toilette! Placez ces barrières autour des jeunes plants, enfonçant la partie inférieure de la barrière à 3 cm dans le sol. La barrière doit dépasser le sol d’au moins 5 à 6 cm. Avec une telle barrière autour des tiges, le ver-gris faucheur, qui commence toujours à faucher à — ou près de — la surface du sol, ne pourra plus faire son œuvre.

Une autre possibilité est de traiter le sol avec des nématodes bénéfiques, offerts en jardinerie. 

Peu importe ce que vous choisissez de faire pour contrôler les vers-gris, l’important est de commencer à réagir promptement afin de limiter les dégâts.


Adapté d’un billet originalement publié le 5 juin 2021
dans le journal Le Soleil.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

26 comments on “Comment contrôler les vers-gris

  1. Michel

    Bonjour,
    J’en ai un bon paquet, MAIS heureusement j’ai aussi une invasion de parents – Étourneaux – qui doivent nourrir leurs jeunes. Parfois 20 couples et les gros jeunes. Et ca fouille le sol à qui le mieux.

    L’autre jour j’ai pris mes petites jumelles d’Ornithologue pour voir ce qui les faisait tant travailler.

    MERCI Larry, grâce à ta photo je le sais. Et MERCI aux Étourneaux qui me sauvent la mise.

  2. Denise B. , Québec, QC

    J’ai déjà eu ce problème mais depuis quelques années, je conserve mes pots de yogourt dont j’enlève le fond comme mentionné. J’en ai à peu près partout soit autour des plants de tomates, poivrons, piments, aubergines. Ça fait une drôle de décoration mais faut ce qu’il faut. Jusqu’à quel moment je dois les garder en sol? Normalement, je les enlève lorsque je ferme mes jardins.

  3. Denise B. , Québec, QC

    Qu’est ce que c’est? Lorsque je plante ou bêche ma terre, je trouve un petit insecte, je crois, comme une très petite chenille ou un ver à carapace de couleur ambré-cuivré luisant d’environ 1.5-2cm. Est-il nuisible?

  4. J’ai eu souvent des choux ou des salades fauchés par ce prédateur. Depuis que je paille et couvre systématiquement le sol en hiver, ces vilaines bestioles semblent en diminution. Je ne sais s’il y a une relation de cause à effet.
    Dans ma région on appelle ces vers gris des turcs, mais j’ignore pour quelle raison..

  5. Je connais très bien les vers-gris et pour prévenir la coupe de mes fleurs, j’insère 3 cure-dents autour de la base de chacune. C’est laborieux mais c’est discret et ça fonctionne très bien

  6. Anonyme

    Ah! Voilà! Je tente de partir un plant de cerise de terre chez mes parents. Il est fauché chaque fois (par chance, j’ai plusieurs semis encore en pot). Je me suis fait fauché le dernier même entouré d’un pot auquel j’ai retiré le fond. Je vais attendre une semaine pour réessayer avec un contour plus petit. Je pensais que c’était un écureuil ou un oiseau. Merci!??Je vous lis tous les matins ??

  7. Nicole

    Savez-vous quel animal coupe la tige des phox et des campanules à mi-hauteur? J’ai aperçu une marmotte sur le terrain… serait-ce la coupable? Je vous lis avec intérêt tous les matins et ne me fie plus qu’à vos précieux conseils. ?

  8. J’utilise la méthode indiqué depuis plusieurs années et c’est très efficace, j’utilise des gobelets en plastique comme sur la photo, je fais deux collets par goblet que je réutilise chaque année. Pour les haricots , les courgettes et les concombres, je fais des pots confectionnés avec du papier journal, je remplis le pot à 5 cm du bord, une fois germé, le les place tel quel en terre, le papier résiste le mois juin sans problème. Alternativement, je mets du cendre de mon foyer autour du plan, c’est efficace mais il faut en remettre après la pluie.
    Merci pour vos bons articles

  9. Sandra

    Merci pour vos précieux conseils ! Bonne journée !

  10. Bonjour, c’est assez décevant de lire que vous conseillez encore une fois de les tuer alors que les papillons de nuit sont en voie de disparition et qu’ils sont très utiles pour la pollinisation

    • La plupart des espèces nuisibles sont des pallions introduits par l’humain et n’ont pas leur place dans notre environnement. Et ces papillons ne pollinisent pas et ne sont pas menacés. Vous avez un autre type de papillon en tête.

  11. les insectes ne sont pas nuisibles ils servent tous à quelque chose !
    «Nous avons constaté que les papillons de nuit visitent de nombreuses espèces de plantes différentes avec quelques types de fleurs différents. Si les pollinisateurs diurnes ne visitent pas souvent une espèce de plante particulière mais que les espèces de papillons le font, et que cela entraîne la pollinisation, cela augmente les chances que cette plante survivre pour une autre génération.  »
    https://ihow.pro/fr/p/les-papillons-de-nuit-sont-les-pollinisateurs-secrets-de-mere-nature/l1ZlKoO0OYVAFtMyem1HgN6bFltDSxudKwC56c5A4A0
    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/pollinisation-les-papillons-de-nuit-seraient-tout-aussi-utiles-que-les-abeilles-pour

    • Dans un milieu artificiel comme un potager, à quoi sert les noctuelles, sinon (et c’est vrai) nourrir les oiseaux. Vous confondez toujours les noctuelles, qui ne pollinisent pas, avec les papillons de nuit pollinisateurs décrits dans cet article. Il y a milliers d’espèces de papillons et toutes ne sont pas des pollinisatrices.

  12. Bonjour, Non je ne confond pas, les noctuelles ne sont pas que des chenilles ce sont aussi ensuite des papillons (800 espèces de papillons nocturnes rien que pour les noctuelles), qui vivent longtemps d’avril à Octobre en gros et sont de grands migrateurs sur de longues distances.
    Comment peut on imaginer que ces papillons ne se nourrissent pas en butinant les fleurs durant toute cette période de migration très longue.
    Quand on jardine son « petit » potager il faut apprendre à partager, à semer et planter + si besoin, à protéger ses légumes, à diversifier ses cultures, à arrêter de vouloir un potager impeccable etc etc, mais surement pas à les tuer, encore moins aujourd’hui où tout ces insectes sont en voie de disparition.
    On ne peut plus se permettre de tuer les chenilles parce qu’elles mangent quelques feuilles où tiges, il faut arrêter de se lamenter parce qu’une fleur a eu sa tige coupée c’est la vie ça aussi !
    Et effectivement SI il y a des prédateurs comme les oiseaux l’équilibre se fera tout seul, ce n’est donc pas en les exterminant que les oiseaux pourront se nourrir, nourrir leurs petits à cette période, et que le jardin sera un endroit équilibré pour la faune et la flore, ni en y mettant du plastique qui va se retrouver en petites particules dans la nature… Et c’est bien moins de travail de privilégier cet équilibre même si il ne se fera pas instantanément, que de faire la chasse aux chenilles.
    Les ravages de l’agriculture intensive sont déjà bien trop importants et destructeurs, les particuliers eux au moins pourraient être respectueux du vivant y compris des chenilles qui vont donner des papillons qu’ils soient beaux où pas.
    Ce sera mon dernier message. Bonne journée

  13. Céline

    Ola! Nat , on respire par le nez.

  14. Sylvianne Lavoie

    Merci Céline, j’allais lui dire la même chose. Pas tous les insectes sont utiles… Il faut savoir les identifier. Voudra t’elle d’une invasion de fourmis charpentière dans sa maison pour les nourrir

  15. elles aussi ont des prédateurs …

  16. Sous prétexte que vous vous ne les trouvez pas utiles vous les tuez ? Pourquoi existent t’elles dans ce cas ?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :