Conifères Paillis Truc du jour

Peut-on utiliser les copeaux de conifères comme paillis?

On peut utiliser presque tout «déchet» naturel comme paillis. Il s’agit de l’employer en tenant compte de ses qualités.

Par Larry Hodgson

Question: Mon conjoint plane beaucoup de mélèze, ce qui génère une grande quantité de copeaux. 

Peut-on utiliser ces copeaux pour faire du paillis pour nos platebandes de vivaces? Ou pour notre culture personnelle de camerises, framboises et mûres? Et dans l’affirmative: paillis 100% mélèze, ou mélangé à un autre matériau?

Manon Huard

Réponse: On peut utiliser tout bois réduit en copeaux comme paillis, mélèze inclus. Il faut juste calculer que l’essence affectera les résultats. 

Avec le mélèze (et les conifères en général), vous pouvez estimer profiter de plusieurs bénéfices communs aux paillis, comme:

  • Garder le sol plus humide;
  • Empêcher la germination des mauvaises herbes;
  • Stabiliser la température;
  • Réduire l’évaporation;
  • Embellir l’esthétique de l’aménagement;
  • Réduire la compaction du sol;
  • Protéger contre l’érosion;
  • Servir de gite aux animaux bénéfiques.

Par contre, un élément majeur manque à la liste, celui d’améliorer la fertilité du sol. C’est un facteur majeur pour la plupart des paillis, mais pas pour les copeaux de conifères. Ces essences sont faibles en minéraux… ou plutôt, libèrent les minéraux disponibles au compte-goutte.

Donc, ils n’enrichissent pas le sol en minéraux aussi rapidement qu’un «paillis riche» (paillis de paille, de feuilles déchiquetées, de bois raméal fragmenté, etc.) Donc, si vous cherchez un effet équivalent, il serait sage de mélanger aux copeaux un produit plus riche en minéraux comme du compost, du fumier, des rognures de gazon, des feuilles déchiquetées, etc. 

Coloration

Copeaux de bois de source inconnue.
Les paillis de copeaux de conifères deviennent de plus en plus bruns avec le temps. (Ici, un paillis de copeaux d’origine inconnue.) Photo: pxhere.com

Surtout, ne vous inquiétez pas de la coloration presque blanche des copeaux de mélèze fraîchement produits. Elle n’est que temporaire. Assez rapidement, ils prendront une belle couleur marron («couleur terre») comme la majorité des autres paillis.

Deux croyances à mettre de côté

Crainte 1: Le paillis de copeaux acidifiera le sol

Plusieurs sites Web accusent les paillis de conifères d’acidifier le sol. En fait, cependant, les paillis, peu importe leur composition, ne modifient pas sérieusement le pH du sol, même après de longues années d’utilisation. Donc, une acidification potentielle du sol n’est pas un facteur important. D’autant plus que, quand les copeaux de conifères sont enfin décomposés et commencent à intégrer le sol, ils ne sont plus très acides: souvent d’un pH de 6,5 à 6,8, soit un pH généralement considéré comme étant parfait pour un jardin.

Crainte 2: Le paillis de copeaux volera l’azote au sol

Jardin où les copeaux de conifère servent de paillis.
Finalement, l’utilisation de paillis de copeaux de conifère ne provoque pas la faim d’azote. Photo: landscapemulch.com

La deuxième prétention est que les copeaux de conifères vont voler l’azote aux plantes, car il leur faut beaucoup d’azote pour la décomposition. On appelle ce phénomène la «faim d’azote». Mais encore, comme le paillis reste normalement à la surface du sol, ne faisant que l’effleurer, et que de plus, il se décompose sur une très longue période, cela ne modifie pas beaucoup les échanges d’azote. D’ailleurs, même mélangés au sol, les copeaux de conifère ont plus tendance à attirer les microbes (notamment des bactéries) qui assimilent l’azote atmosphérique et donc, ils finissent par enrichir le sol en azote à un certain degré.

Cela ne veut pas dire que l’apport d’un engrais riche en azote, comme la farine de sang, ne pourrait pas être utile aux sols paillés de copeaux de mélèze. Presque tout sol peut profiter de plus d’azote; cet élément manque dans la plupart des terres! Mais le sol sous un paillis de copeaux de conifères ne manquera pas plus d’azote qu’un autre. 

Mettons donc aussi la crainte d’une faim d’azote, du moins dans ce cas, dans l’énorme panier des «mythes horticoles». 

Comment prévoyiez-vous utiliser votre paillis de copeaux?

Rond de terre nue autour du tronc d'un jeune arbre. Aucun paillis appliqué encore.
Un paillis de copeaux de conifères conviendra pour couvrir le sol autour d’un arbre. Photo: sergii.kl.ua, depositphotos

Au fond, décider si un paillis de copeaux de conifères est bénéfique ou non dépend surtout de l’utilisation prévue. Et cela à cause de sa durabilité. 

Car les copeaux de conifère persisteront longtemps. Très longtemps! Souvent une décennie ou plus. C’est à cause des subérines, des tannins et d’autres composés résistants à la décomposition qu’ils contiennent. 

Une longue durée est bien quand on veut les utiliser comme paillis décoratif. Par contre, les copeaux qui se mélangent accidentellement au sol et qui y restent pendant des années compliquent la vie du jardinier. La présence de copeaux mélangés au sol rend les semis difficiles à effectuer, nuit à la pénétration des racines, fait se déformer et fourcher les racines des carottes et des panais, etc. 

Pour cette raison, il vaut mieux utiliser les copeaux de conifères comme paillis ornemental, autour des arbres, arbustes et grosses vivaces, ou encore, dans les sentiers, etc. Autrement dit, dans les emplacements où le paillis sera placé avec l’idée qu’il ne bougera pas avant de nombreuses années. 

Paillis de copeaux de bois utilisé dans un sentier.
On peut utiliser le paillis de copeaux dans un sentier. Photo: Susan Surman, forums.gardenweb

Mais dans un potager ou une platebande où l’on fait beaucoup de semis ou de repiquage, ajoute souvent des amendements et où l’on remue le sol fréquemment, ce n’est pas un si bon produit.

Vos deux cas

Dans votre cas, vous parlez d’une platebande de vivaces. Si vous utilisez des vivaces robustes et de bonne taille (hostas, pivoines, etc.), que vous ne les changez pas de place et ne le divisez pas souvent, oui, ces copeaux pourront vous être utiles. Mais il faudrait peut-être y mélanger un quart de compost, de fumier bien décomposé, de rognures de gazon ou de feuilles déchiquetées pour lui rendre sa richesse et obtenir des résultats encore meilleurs. Ou prenez l’habitude d’appliquer régulièrement un engrais biologique complet à dégagement lent. (Nul besoin de le mélanger au sol: lancez-le sur la surface du paillis et laissez la pluie et les arrosages l’apporter jusqu’à la zone racinaire.) 

Si vous faites souvent des semis, si les vivaces sont de courte vie et que vous les laissez se ressemer ou s’il s’agit en bonne partie de couvre-sols (qui ont de la difficulté à s’établir dans un paillis de conifères lourd), il serait sûrement préférable d’utiliser un paillis plus léger comme des feuilles déchiquetées, de la paille ou des écales de sarrasin. 

Quant à la culture des petits fruits, un paillis de copeaux de mélèze sera intéressant et durable, mais, encore, pensez y ajouter des résidus riches en matière organique ou encore, à fertiliser régulièrement.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

16 comments on “Peut-on utiliser les copeaux de conifères comme paillis?

  1. Dave Boivin

    Toujours agréable de lire quelqu’un qui démystifie les mythes agricoles. Et avec la grande crédibilité que vous avez à mes yeux, je sais que c’est fiable. Car c’est difficile de trouver une information crédible sur internet.

  2. Manon Huard dit : « Mon conjoint plane beaucoup de mélèze. une expression de « chez vous », je suppose que ça veut dire que ce monsieur rabote ou passe à la dégauchisseuse des plots ou des planches de mélèze. L’expression est belle(et ça doit sentir bon !).
    J’ai constaté que nos jardiniers municipaux avaient innové cette année en utilisant de la sciure de bois jaune pour pailler certains massifs de fleurs. Ça fait un bel effet.

  3. P.O.D.

    Manon Huard…j’achèterais volontiers de vos copeaux de mélèzes!!! C’est l’arbre que je préfère avoir dans le terrain…vous êtes chanceuse d’en avoir! Si vous en avez de trop , je suis preneure! Les toits en bardeaux de mélèze ainsi que les maisons en bois de mélèze durent plus de 400 ans ! C’est un bois plein de résine!

  4. Michel

    Planer—-quel mot magnifique, synonyme en mots croisés de raboter.

    Mon voisin a une plantation de gros PINS et les aiguilles font 3 à 5 pouces de long.

    Je les utilise comme paillis sur TOUT, même mes arbres Hydrangers et le Sapin du Colorado.

    Mais chaque année je mets AVANT le paillis du compost de cheval (un autre voisin ) du compost de Mouton et d’Ane (leur Gardien) chaque année je jette quelques poignées de cassures d’écailles d’huitre que j’achète à la Co-Op) comme remplaçant de la Dolomite plus chère. Les éleveurs de poulet donnent ces écailles aux poules pour garantir des coquilles plus dures.

    Bon été de plaisir au Jardin à TOUS et MERCI Larry pour ta super plateforme.

  5. Suzanne

    Chez nous j’ai une énorme épinette bleue qui rejette ses cocottes par petit et grand vent.
    J’en ramasse en quantité que je retourne au recyclage vert.
    Devrais je les ramasser sur le terrain et les placer autour du tronc. Est ce que ce serait bénéfique ?
    M’en servir comme paillis.
    Merci de vos bon conseils toujours grandement appréciés.

  6. Bernadette Bainvel

    Je vous que Michel utilise des aiguilles de pin comme paillis. 3 majestueux cèdres du Liban de plus de 200 ans trônent dans mon jardin. Je peste contre les tonnes d’épines que j’evacue à la déchetterie. Pourrais je les utiliser comme paillis pour le potager et les vivaces, rosiers…
    J’habite en France, dans la région lyonnaise.
    Merci pour tous vos conseils et votre réponse.

    • Aucun problème pour les utiliser comme paillis. Il faut tout simplement penser que, contrairement à plusieurs, paillis, les aiguilles de conifères n’apportent pas beaucoup de minéraux au sol. Il faut donc appliquer du compost, du fumier ou un engrais pour maintenir la richesse du sol.

  7. Je paille mon jardin avec les aiguilles de mon grand pin, c’est parfait : esthétique, durable, et les chats n’aiment pas gratter dedans XD… J’aimerais juste en avoir plus ;-). Personnellement je ne jette absolument aucun déchet de mon jardin, au contraire je collecte ceux des autres !

  8. Étienne Rivest

    Est-ce que des copeaux de bois franc ont les mêmes propriétés? Je plane beaucoup d’érable, de cerisier et de noyer.

  9. Étienne Rivest

    Votre réponse, pour laquelle je vous remercie, suscite une question supplémentaire : les copeaux de bois franc sont-ils aussi lents que les copeaux de résineux à se décomposer, et posent-ils les mêmes problèmes de développement aux jeunes plants? À votre réponse, je crois comprendre que non, et je vous remercie de confirmer.

    En passant, je vous remercie pour ce blog si instructif et agréable qui constitue ma première lecture, mon premier contact avec le monde, chaque matin, une fois que ma conjointe et .moi sommes sortis du lit.

    • Effectivement, le bois franc est plus riche et se décompose plus rapidement. Par contre, les gros morceaux sont quand même assez lents. Merci de vos commentaire!?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :