Au printemps, le pétasite du Japon n’a rien de sa prestance estivale.
Mais prestance ou pas, c’est peut-être un cadeau empoisonné!

Par Larry Hodgson

Question: Est-ce une bonne idée d’introduire dans mon jardin ces plantes qui viennent d’un jardin sauvage de Val-David (dans les Laurentides au nord de Montréal) et qui poussent très vite? Sont-elles d’une espèce nuisible?

Je ne trouve leur identification nulle part. Elles ont 2 sortes de feuilles. C’est très étrange! 

Merci pour votre aide. Je veux réagir à temps si elles sont néfastes!

Diane Beaudry

Réponse: Il n’est pas toujours facile d’identifier une plante en début de saison. Souvent, les photos qu’on trouve dans les livres et sur Internet la montrent en pleine croissance. Donc, rarement au début du printemps. Mais j’ai reconnu votre plante mystère sans difficulté, car j’ai moi-même eu à me battre pour l’éliminer il y a quelques années. C’est le pétasite du Japon (Petasites japonicus giganteus)! Une plante très envahissante. Assez pour avaler votre terrain en 3 ou 4 étés si les conditions lui conviennent… et si vous la laissez faire!

Je vous suggère d’arracher ce parasite (oups! pétasite) sans tarder… à moins que vous ne soyez prête à subir les conséquences. Surtout, ne le laissez pas s’aventurer sur le terrain de vos voisins. Sinon, vous pourriez vous retrouver en cour!

Une plante à deux formes

Hampe florale du pétasite du Japon.
Hampe florale du pétasite du Japon. On dirait une plante entière. Photo; feather0510, depositphotos

Le pétasite du Japon fleurit à nu: les fleurs apparaissent avant les feuilles. Elles sortent tôt au printemps sur de courtes tiges (15 à 30 cm) entourées de bractées vert pâle qui passent pour des feuilles. Chaque tige se coiffe d’un bon nombre de petites inflorescences composées jaune pâle. On dirait une plante entière, non pas une tige florale! 

 Pétasite avec une tige florale qui fane et quelques feuilles, dont une est assez grande.
Ici, les feuilles commencent à prendre du galon. Photo: Diane Beaudry

Dans cette photo, on voit le stade intermédiaire. La floraison est terminée, mais les bractées sont encore présentes et les fleurs sèchent. Les feuilles adultes se développent et cacheront bientôt les épis floraux de vue. D’autres apparaîtront peut-être, pour un total de 3 à 6 feuilles par plante. 

Le pétasite du Japon ne produit presque jamais de semences dans les jardins européens et nord-américains. C’est que, d’un côté, la plante est dioïque. Autrement dit, les fleurs des deux sexes apparaissent sur des plantes séparées. Comme en culture on ne trouve presque jamais des plantes des deux sexes ensemble, aucune semence n’est normalement produite. 

Hampes florales et jeunes feuilles de pétasite du Japon.
Dans cette photo, on voit deux tiges florales de la plante mère et déjà 3 plants secondaires, produits sur de longs rhizomes. Photo: Diane Beaudry

Description

Les feuilles du pétasite du Japon sont gigantesques! Photo: kippenjungle.nl

Les feuilles sont réniformes (en forme de rein). Gigantesques et portées sur de robustes pétioles de jusqu’à 2 m de hauteur (sous de bonnes conditions), elles peuvent mesurer jusqu’à 1,2 m de diamètre. Le nom Petasites vient justement de ses grandes feuilles. Le nom veut dire «comme un chapeau». Car, quand il pleut, on peut arracher une feuille et la porter comme chapeau de pluie. Au Québec, on l’appelle souvent «siège de tracteur» à cause de la forme de la feuille. 

Chaque plante produit aussi plusieurs rhizomes souterrains. Ils donnent naissance à d’autres plantes. Ainsi, en peu de temps, vous avez un vaste tapis de verdure. C’est une plante très envahissante, notamment dans les milieux humides qu’elle affectionne. Mais même dans une platebande bien drainée, le pétasite court assez rapidement: jusqu’à 3 m de long dans une seule saison. À cause de l’ombre dense que créent ses énormes feuilles, il tend à étouffer les végétaux voisins.

Comment cultiver un pétasite du Japon

Le pétasite du Japon préfère les sols humides à détrempés. C’est là où il est à son plus invasif. Il poussera quand même dans un sol d’humidité moyenne, mais envahira un peu moins rapidement.

Pétasite du Japon qui fane au soleil.
Dans un sol moyennement humide, les feuilles fanent pendant les journées chaudes. Photo: ???, Wikimedia Commons

Il y est moins attrayant aussi. C’est qu’il a tendance à faner tous les jours en plein été si le sol n’est pas détrempé. Et cela n’est pas très joli. En bordure d’un ruisseau ou d’un lac, par contre, il sera aux anges. Il peut même pousser dans un étang, avec ses racines légèrement couvertes d’eau.

Le siège de tracteur est presque indifférent à la qualité du sol, même à l’intensité lumineuse. Ainsi, il poussera indifféremment dans le sable ou la glaise et au soleil ou à l’ombre. Au soleil, ou dans un sol sablonneux, toutefois, il faut vraiment un sol détrempé. À l’ombre, il préfère un emplacement sous les arbres à feuilles caduques. Il ne profitera pas dans les endroits qui sont ombragés toute l’année.

Énormes feuilles de pétasite du Japon.
Dommages causés par les limaces. Photo: Rudolphous, Wikimedia Commons

Les feuilles sont aussi sujettes aux limaces, surtout en début de saison. Et la grêle peut réduire les grandes feuilles en charpie. 

Enfin, le pétasite du Japon est rustique dans les zones de rusticité 3 à 9. 

Envahissante, mais comestible!

Fuki cuisiné et servi dans un bol au Japon.
Le Fuki, composé de pétioles de pétsite du Japon, est un mets printanier populaire du Japon. Photo: ????????-????????? ???, Wikimedia Commons

En plus de servir de plante ornementale, le pétasite du Japon est aussi un légume. Au Japon, on mange ses jeunes feuilles et pétioles printaniers sous le nom fuki. Il faut toutefois savoir apprêter les feuilles correctement, car autrement elles sont un peu toxiques.

Variété ornementale

Pétasite du Japon panaché
Petasites japonicus ‘Nishiki-buki’. Photo: Kenraiz, Wikimedia Commons

Il existe aussi un pétasite du Japon à feuillage marbré de jaune au printemps et de vert pâle l’été, soit le pétasite panaché (P. japonicus ‘Nishiki-buki’, syn. P. japonicus ‘Variegatus’). 

On me l’a vendu comme étant «moins envahissant que l’espèce». Mais après 2 ans, il avait déjà gagné 3 m2 de platebande, plus qu’assez pour moi. J’ai essayé de l’arracher, mais il repoussait rapidement. Finalement, j’ai réussi à l’éliminer avec l’occultation: après 18 mois sous une bâche noire, il n’avait plus de rhizomes vivants. 


À vous de décider si vous gardez votre nouveau pétasite ou l’éliminez. Mais dans ce deuxième cas, je vous suggère d’agir sans trop tarder!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

28 comments on “Cadeau empoisonné? 

  1. Line Bonneau

    La municipalité de Sainte-Anne-du-lac considère la pétasite comme une plante exotique envahissante donc a détruire. https://www.sadl.qc.ca/wp-content/uploads/2017/01/Fiche-informative-EIEE_rev.pdf

  2. Anonyme

    Si elle entre en contact avec un ruisseaux c edt l enfer pour celui ci .toute la faune du cours d eau est etouffé et meure toute la biologie et le ruisseaux n a plus d oxige et deviens vert.. ..

  3. Louise Lavoie

    Mes deux voisins d’en face en ont. Ils n’on plus de pelouse juste cette plante envahissante. Le premier duo en a eu c’est le même qui a planté de la consoude… quel génie ?

  4. Richard Beaudry

    Bonjour, Pour ceux qui aimeraient « aprecier » le pétasite sans risque pour leur jardin, il y a de superbe spécimens dans le secteur japonais du magnifique jardin des Quatres Vents à La Malbaie.

  5. Gary Bob

    Zut, en bon jardinier paresseux, je prévoyais justement en mettre dans le gazon sous mes pins pour éviter de devoir râteler les aiguilles à tout les ans, mais je vois qu’ils ne pousseraient pas bien sous des arbres à feuillage persistant… Comme ça aurait été sur le gazon et non une plate-bande, « l’envahissement » aurait sans doute pu être contrôlé.

    Que me reste t-il comme option comme plante à placer sous des pins (il y en a 6, ce n’est tout de même pas une plantation!),

    Merci!

  6. Diane Beaudry

    Merci Monsieur le jardinier pas si paresseux. Je vais de ce pas enlever chirurgicalement toute trace de cette plante assez « monstrueuse » et planter de la ciboulette! Contente que ma question ait généré tant de commentaires parmi vos lecteurs. Merci encore

  7. Denise

    Pourquoi enlever les aiguilles de pin? Elles empêchent l’établissement d’herbes non désirées et il n’y a plus aucun travail à faire sous les pins.

  8. Helene Paquet

    J’en ai mis dans le sous-bois, j’ai un terrain immense, que je n’ai pas aménagé mais qui s’est rapidement rempli d’herbe à puces et de nerprun. Le pétasite a fait la job! Le nerprun recule, et le pétasite partage l’espace avec de la fougère. Par contre à la vitesse où ça pousse et ça se répand, ce doit être une catastrophe en ville ou sur un terrain résidentiel aménagé.

  9. Jo Zeb

    Alors que vous écrivez «Ce doit être une catastrophe en ville», pensez vous vraiment que ce ne sera pas aussi une catastrophe sur votre immense terrain et dans votre sous-bois? Après ce que j’ai lu de la plume de monsieur Hodgson, je serais inquiète.

  10. Martine

    Je n’enlèverais pas les aiguilles de pin qui feraient un beau tapis où rien ne pousse. Paresse totale 🙂

  11. Corinne

    Une egopode géante ! Quelle horreur! ?

  12. Angèle Dubé

    J’ai un grand terrain dont une bonne partie est en pente assez abrupte plutôt ombragée. C’est un bon endroit pour faire pousser des pétasites japonais. Ça fait 4 ans que je les ai plantés. Ils s’étendent mais n’envahissent pas si vite. C’est une amie qui me les a donnés et chez elle, ils sont aussi plantés dans une pente abrupte. J’ai une voisine qui en a chez elle pour la même utilisation. Autant mon amie que ma voisine n’ont pas de problème à les contrôler. Ça donne un bel effet de verdure l’été. J’aime mieux ça que toutes les autres mauvaises herbes qui poussaient à cet endroit auparavant.

  13. Helene Paquet

    Aucun problème de notre côté, j’en ai depuis 5 ans, et c’est plus joli que l’horrible nerprun. Ça ne se répand pas si vite et c’est assez facile à contrôler. Dans mon cas, un excellent choix!

  14. Marc ROBIN

    Les commentaires sont bien sévères pour cette plante que j’ai depuis plus de 30 ans et qui me satisfait complètement.Seul la giganteus me pose problème du fait qu’elle est sur une terre trop sèchante l’été!
    Cependant il faut accepter qu’elle puisse occuper une vingtaine de m2 au bout de plusieurs années.
    Toujours surpris que dés lors qu’une plante se complaît à merveille on lui trouve alors tout un tas de défauts.

  15. j adore cette plante qui prospere a l’ombre, sa presence, au printemps, et surtout ce’petit raffinement qu elle bous apporte au printemps, les boutons floraux juste poeles dans une fine barde de colonnata, les cardes gratinees, ou en dashi, de subtiles saveurs de noisette de fruits secs , avec une pointe d’amertume tres légère,

  16. caroline

    incroyable de laisser ces plantes venir envahir nos terrainset rivières.les plantes a rhizomes sont difficiles à combattre!sa me fait penser à la renouée du Japon!très envahissante elle aussi.nous avons assez de belles plantes ou fleurs pas besoin d’importer de telles choses!

  17. Helene Paquet

    C’est implanté chez nous depuis des décennies. Ce n’est pas une plante importée même si le nom est « japonais ». Et ça ne pousse pas dans les rivières…mais dans les fossés sur le bord des routes.

  18. Stephane Picard

    Est-que l’ont peut utiliser les feuilles comme matiere pour le composte? (melanger a d’autres feuilles et morte?)

  19. Stephane Picard

    Meme pour la petasite japonnaise?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :