Arbres Arbustes Plantation Truc du jour

Laissez votre pelle vous guider dans la plantation

Pour connaître la profondeur nécessaire pour un trou de plantation, vous n’avez pas besoin d’un ruban à mesurer. Vous avez déjà l’outil qu’il vous faut: votre pelle!

Par Larry Hodgson

Lorsque vous plantez un arbre, un arbuste ou une grande vivace, préparer un trou de plantation de la bonne profondeur est très important. Et la règle de base est de creuser un trou de plantation aussi profond que la motte est haute. Jamais plus! Et deux à trois fois plus large.

Si le trou est plus profond, la terre recouvrira le collet (la zone de transition entre la tige et les racines). Et cela peut provoquer de la pourriture. Même, dans le cas des grands arbres et des arbres fruitiers, certains spécialistes recommandent que la motte dépasse légèrement le sol, peut-être d’un centimètre. 

Quant à la largeur du trou, il doit être plus large que vous ne le pensez. En effet, manier une grosse motte de racines nécessite un peu d’espace. Et il faut aussi de l’espace pour étendre les racines encerclantes ou emmêlées. Pour ces raisons, le trou de plantation doit nécessairement être passablement plus grand que le diamètre de la motte.

Un outil de mesure sous la main

Pour juger de sa profondeur, voici un conseil séculaire, mais toujours précieux. Utilisez votre pelle ou votre bêche comme ruban à mesurer!

Lame de pelle tenue contre la motte pour mesurer. Pelle utilisée pour creuser à la bonne profondeur.
Placez la pelle contre le pot pour constater la différence de hauteur et utilisez cette mesure pour décider à quelle profondeur creuser le trou de plantation.

Placez simplement la lame de la pelle contre le pot. Est-ce la même hauteur? La moitié de la hauteur? Les trois quarts de la hauteur? Si le pot est plus haut, à quelle hauteur se trouve-t-il vis-à-vis du manche? Etc. Prenez une note mentale de cette mesure. Par la suite, creusez le trou à cette profondeur.

Manche de pelle poser sur le trou de plantation pour confirmer la bonne profondeur.
Utilisez le manche de la pelle pour effectuer un dernier test de profondeur avant de remplir le trou.

Et juste pour être sûr, lorsque vous placez la motte dans le trou, placez le manche de la pelle en travers du trou. Ainsi, vous vous assurez que la motte est à cette hauteur. Si jamais la motte est trop basse, surtout, enlevez-la. Maintenant, ajoutez une couche de terre. Par la suite, tassez cette couche pour la solidifier et replacez la motte. 

Simple!

À moindre échelle

Transplantoir gradué.
Si vous cherchez un peu, vous pouvez trouver un transplantoir portant des mesures courantes. Photo: Berry & Bird

Pour les plantes encore plus petites — annuelles, semis, boutures, etc. — que vous plantez avec un transplantoir (truelle de jardin), vous pouvez utiliser cet outil exactement de la même manière. Tenez-le debout contre le petit pot pour pouvoir noter la bonne profondeur. D’ailleurs, certains transplantoirs sont même gradués, ce qui facilite grandement la mesure.

Mesure de largeur

Quant à la largeur du trou de plantation, elle devrait être, comme mentionné ci-dessus, de deux à trois fois plus large que la motte pour vous donner suffisamment d’espace pour travailler.

Deux pots placés dans le trou de plantation pour vérifier la largeur.
Si vous pouvez installer deux pots dans le trou de plantation, il est assez large.

Personnellement, je trouve qu’on peut deviner cette mesure assez bien à l’œil, surtout qu’une grande précision n’est pas nécessaire dans ce cas! Mais pour en être certain, posez-vous la question suivante: seriez-vous capable de placer deux pots de la taille de pot de votre plante côte à côte dans le trou? Si oui, il est d’au moins deux fois la largeur de la motte et donc d’un diamètre intéressant pour la plantation.

Pour terminer toute plantation, après avoir creusé le trou et centré la plante, comblez simplement le vide de terre, tassez un peu et arrosez abondamment. C’est si simple!

Ill.: depositphotos, clipartmax.com & toppng.com, montage: jardinierparesseux.com

11 comments on “Laissez votre pelle vous guider dans la plantation

  1. Anonyme

    Merci ! Et bonne journée aussi:)

  2. Dominique GIguere

    Bonjour, j’ai planté un hydrangé sur tige l’été dernier et le tiers de l’arbre est mort ( pas de bourgeon et branches sèches et cassantes). Tout le reste est beau et en pleines croissance !!!
    Est-ce une erreur de plantation que j’aurais faites??

  3. Lise Bertrand

    J’adore votre blogue et vos conseils judicieux. A quand le tome 2 de « Jardins d’ombre »?

  4. Vous être une super référence pour moi et ma mère depuis des années. Je lui achètes régulièrement de vos livres en cadeaux et nous ne sommes jamais décu de l’achat. Merci encore pour la passion et l’experience que vous communiquex.

  5. Je ne pense pas, sinon c’est l’arbuste entier qui n’aurait pas repris. Tout dépend cependant de l’orientation; les hydrangea sont plutôt des plantes d’ombre ou mi ombre et le plein soleil ne leur est pas toujours favorable.
    Ils ont aussi besoin de beaucoup d’eau (au départ) mais pas trop.

    Certains ont un très grande longévité, celui que l’on a planté à ma naissance il y a de nombreuses décennies est toujours aussi vivace, ainsi que les boutures que j’avais faites( parfois une centaine de fleurs). J’ai vendu ma maison à une personne dont la grande motivation était de profiter de ces hortensias. Mais j’en profite toujours aussi quand je passe devant mon ancienne maison et qu’ils sont en fleurs.

  6. P.S. mon message est destiné à Dominique Giguere.

  7. Message en réponse à celui de Corinne hier : Que je suis bête ! J’avais oublié que la monarde nous a été léguée par les Amérindiens !

  8. Corinne

    @J.J. 😹 J’en ai acheté une aujourd’hui. Je cherchais un phlox p. Jeana, pas vu un seul phlox. L’an dernier j’avais une très belle véronique, elle est en train de reprendre.

    Cette semaine je me suis laissée guider par ma pelle, mais je crois qu’elle est moins intelligente que celle de Monsieur Hodgson: le rosier est mal centré, et le saule est trop bas😏 Génial tout ce qu’on peut faire avec ce seul outil !

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :