Année du Bulbes Truc du jour

2022: Année du glaïeul

Découvrez pourquoi ces bulbes à floraison estivale classiques font un si grand retour.

Par Larry Hodgson avec l’aide du National Garden Bureau

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une annuelle, un bulbe, un légume, un arbuste, une vivace et une plante d’intérieur à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou d’en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Regardons alors le bulbe gagnant pour 2022, le glaïeul!

2022: l’année du glaïeul

Bouquet de fleurs coupées du mélange de glaïeuls ‘Sunset Mix’.
Un bouquet classique de fleurs de glaïeul du mélange ‘Sunset Mix’. Photo: Longfield Gardens, National Garden Bureau

Présentation et historique

Les glaïeuls sont cultivés dans les jardins du monde entier. Des générations de jardiniers ont glissé ces bulbes à floraison estivale dans leurs parterres au printemps pour le plaisir des magnifiques épis floraux qui apparaissent quelques mois plus tard. Et qui n’a pas vu des seaux débordants de bouquets de glaïeuls à longues tiges dans les marchés de la fin de l’été? En effet, on peut trouver ces fleurs, les fleurs coupées par excellence, dans presque toutes les foires agricoles et les marchés fermiers.

Les glaïeuls sont bien plus exotiques que vous ne le pensez. Oui, nos grands-mères et arrière-grands-mères en cultivaient. Mais la plupart sont originaires d’Afrique, principalement d’Afrique australe où poussent les trois quarts des espèces. Quelques-unes, cependant, se trouvent aussi loin que l’Eurasie, en particulier dans les pays arides du pourtour méditerranéen. Il y a même quelques espèces indigènes et spontanées dans le Midi de la France.

Les hybrideurs de végétaux ont commencé à travailler avec le glaïeul vers la fin des années 1800, lorsqu’il est devenu populaire comme fleur coupée. Et ils ont eu beaucoup de succès. Les glaïeuls d’aujourd’hui sont beaucoup plus spectaculaires que ceux qui poussent à l’état sauvage. D’ailleurs, les variations de couleurs sont tout simplement incroyables. Vous pouvez trouver presque n’importe quelle couleur dans les fleurs de glaïeuls, y compris le vert. La seule exception est le bleu: il n’y a pas de glaïeul qui soit vraiment bleu.

Avec tout ce choix et des fleurs aussi durables et colorées, il n’est pas étonnant que les designers floraux, les horticulteurs et les jardiniers amateurs trouvent constamment de nouvelles façons créatives de mettre les glaïeuls en vedette!

Les glaïeuls doivent leurs noms commun (glaïeul) et botanique (Gladiolus) au mot latin gladiolus, qui signifie petit glaive (épée). C’est une description précise de la forme raide de la plante avec ses feuilles étroites en forme de lame. 

Les catégories principales de glaïeuls

Avec presque 300 espèces de glaïeuls et quelque 12 000 cultivars, il est pratique de pouvoir mettre un peu d’ordre dans leur présentation. Ainsi, les spécialistes ont développé plusieurs catégories de glaïeuls afin de pouvoir les classifier. Les plantes des différentes catégories varient en hauteur ainsi que dans la forme et la taille de la fleur. En voici quelques-unes:

Glaïeuls à grandes fleurs ou grandiflores

Glaïeul ‘Fun Time’ aux épis de fleurs rouges et jaunes.
‘Fun Time’, avec ses grandes fleurs ébouriffées, est un glaïeul à grandes fleurs. Photo: Jung Seed, National Garden Bureau

Les glaïeuls qui poussaient dans les jardins de nos grands-mères et arrière-grands-mères étaient probablement des glaïeuls à grandes fleurs. Ils ont la forme classique d’une fleur d’orchidée et sont disponibles dans une gamme incroyable de couleurs, y compris le rose, le violet, le rouge, le jaune, le vert, le blanc et l’orange; ainsi que de nombreux bicolores. Les fleurs mesurent de 12 à 15 cm de diamètre. Les glaïeuls à grandes fleurs atteignent 90 à 120 cm de haut et portent 12 à 20 fleurs par épi. Ils sont adaptés aux zones de rusticité* modérées à douces, soit aux zones 8 à 10, donc une bonne partie de l’Europe centrale, mais leur rusticité est trop faible pour la plupart des jardiniers canadiens (la plupart jardinent dans les zones 3 à 6).

*Lisez le billet Comprendre les zones de rusticité pour une meilleure compréhension des zones de rusticité. 

Glaïeuls à petites fleurs

Glaïeuls à petites fleurs
Les glaïeuls à petites fleurs, comme le ‘Royal Glamini Blend’, deviennent plus populaires, car ils n’ont généralement pas besoin de tuteur et fleurissent plus tôt. Photo: Breck’s, National Garden Bureau

Ces glaïeuls plus petits produisent des tiges de 60 à 90 cm et présentent des fleurs ouvertes de 5 à 8 cm de diamètre. Étant plus petits et moins lourds, ils peuvent généralement se passer de tuteurage. Ainsi, les glaïeuls à petites fleurs sont un choix intéressant pour les parterres, les jardinières et les jardins de fleurs coupées.

Les «glaïeuls papillons» sont parfois classés parmi les glaïeuls à petites fleurs et parfois dans une catégorie à part, les Glaïeuls hybrides Primulinus. Les glaïeuls papillons présentent une gorge tachetée de couleur contrastante.

Les glaïeuls «Glamini» entrent également dans cette catégorie.

Comme pour les glaïeuls à grandes fleurs, les glaïeuls à petites fleurs sont adaptés aux zones de rusticité 8 à 10. Ainsi, leur rusticité suffit en Europe centrale, mais ils ne sont pas très fiables au Canada.

Glaïeuls nains à petites fleurs 

Glaïeul nain à petites fleurs ‘Vulcano’ aux fleurs rose fuchsia.
Les glaïeuls nains à petites fleurs sont considérés comme assez rustiques et sont donc populaires dans les climats plus froids. Ici ‘Vulcano’. Photo: Breck’s, National Garden Bureau

Ces fleurs ressemblent à celles des glaïeuls à grandes fleurs, mais de 1/2 à 2/3 de leur taille. Aussi, il n’y a généralement que 6 à 7 fleurs par tige. La gamme de couleurs est plus limitée, la plupart des variétés ayant des fleurs rouges, blanches, roses ou carmin (plus bicolores). À seulement 45 à 60 cm de hauteur, ces glaïeuls plus petits et moins rigides conviennent bien aux jardinières et sont un excellent ajout à un parterre de fleurs mixte. Leur floraison est hâtive aussi: du début au milieu de l’été.

Ils ont été développés par croisement avec des espèces de glaïeuls rustiques et n’ont généralement aucun problème à survivre à l’hiver dans les zones de rusticité 6 à 10 et même dans la zone 5, à condition qu’ils profitent d’un bon paillis.

Glaïeuls rustiques

Il s’agit d’espèces eurasiennes adaptées aux climats tempérés où l’hiver est froid. Ainsi, leur cycle vital ressemble plus à celui d’une tulipe ou d’un narcisse qu’à celui d’un glaïeul d’origine africaine. On les plante habituellement à l’automne en vue d’une floraison à la fin du printemps. Et on ne les déterre pas à l’automne, mais les laisse en place pendant plusieurs années. 

Les marchands ne saisissent pas toujours cette nuance et offrent souvent les cormes de glaïeuls rustiques au printemps. Par contre, cela fait en sorte que leur première floraison est retardée et a donc lieu au milieu de l’été. Ils reprennent toutefois leur cycle naturel de floraison à la fin du printemps la deuxième année. 

Deux espèces de glaïeuls rustiques surtout méritent une mention:

Glaïeul de Byzance aux fleurs magenta vif.
Glaïeul de Byzance (Gladiolus × byzantinus). Photo: Photo: Breck’s, National Garden Bureau

Le glaïeul de Byzance (Gladiolus  × byzantinus, syn. G. communis byzantinus), un hybride naturel (G. dubius × G. italicus), est le glaïeul rustique le plus souvent offert. C’est une plante de culture facile qui s’est naturalisée dans de nombreux jardins en Europe et en Amérique du Nord, y compris au Canada.

Chaque tige arquée de 60 cm affiche une douzaine de fleurs tubulaires magenta vif. Le temps de floraison normal est à la fin du printemps ou au tout début de l’été. Les cormes résistent au froid dans les zones de rusticité 6 à 10 et valent la peine d’un essai plus au nord si vous pouvez leur assurer une bonne couverture de paillis ou de neige. Ou des deux!

Glaïeul imbriqué aux fleurs rose violacé.
Le glaïeul imbriqué (G. imbricatus) a une charmante allure de fleur sauvage et est très rustique. Photo: T. Kebert, Wikimedia Commons

Encore plus rustique est le glaïeul imbriqué (G. imbricatus). Il est assez semblable au glaïeul de Byzance, mais avec une gamme de couleurs plus large (rose à violet foncé et carmin) et porte deux taches blanches à bordure plus foncée sur les tépales inférieurs. C’est une plante plus rare dans les jardins, mais son aire de répartition, qui s’étend jusqu’en Sibérie occidentale, est prometteuse pour les jardiniers nordiques! Les cormes sont rustiques dans les zones de rusticité 4 à 10.

Glaïeuls hybrides Dalenii (anciennement Glaïeuls hybrides Primulinus)

Fleurs jaune-orange du glaïeul dalenii Boone.
Gladiolus × dalenii  ‘Boone’ a la fleur à capuchon typique des glaïeuls hybrides dalenii. Photo: Julie Blake Edison, Unsplash

Ces glaïeuls ont des tiges minces de 60 à 90 cm avec des fleurs qui sont environ de la moitié de la taille de celle des glaïeuls à grandes fleurs. Le tépale supérieur se replie vers le bas plutôt que de rester dressé, donnant un effet de capuchon. Les glaïeuls hybrides Dalenii sont plus résistants au froid que les glaïeuls à grandes fleurs et survivront à l’hiver dans les zones de rusticité 7 à 10 où ils se naturalisent souvent très bien.

Glaïeul d’Abyssinie ou acidanthère (Gladiolus murielae)

Glaïeul d’Abyssinie à fleur blanche portant une marque noire.
Glaïeul d’Abyssinie (Gladiolus murielae). Photo: Veroja, depositphotos

Vous connaissez peut-être ce grand glaïeul blanc délicieusement parfumé, et d’ailleurs l’un des rares glaïeuls au parfum notable, sous les noms d’Acidanthera murielae ou d’A. callianthus. Cependant, les taxonomistes l’ont transféré au genre Gladiolus il y a des décennies, sous le nom de G. murielae.

C’est l’un des glaïeuls les moins rustiques: zones de rusticité 8-11. Il peut être judicieux de démarrer ce glaïeul à floraison tardive à l’intérieur un mois ou plus à l’avance. Dans les régions aux étés courts, cela assurera que sa floraison puisse se compléter avant l’arrivée des gels.

Quelques variétés de glaïeuls populaires

(Sauf indication contraire, toutes sont des variétés de glaïeuls à grandes fleurs.)

  • ‘Costa’: Fleurs ébouriffées bleu lavande avec des bords d’un violet plus foncé.
  • ‘Fun Time’: Fleurs ébouriffées avec un bord rouge vif autour d’un centre jaune intense.
  • ‘Green Star’: Superbes fleurs vert citron.
  • ‘Lumiere’: Un mélange de couleurs audacieuses: rose vif, mauve et violet.
  • ‘Priscilla’: Fleurs blanc crème au centre jaune pâle et à la marge rose.
  • ‘Vulcano’ (glaïeul nain à petites fleurs): rose fuchsia vif.

Comment cultiver des glaïeuls au jardin

Cormes de glaïeuls.
Cormes de glaïeuls. Photo: Goldika, depositphotos
  • Plantez les cormes de glaïeuls en plein soleil dans un sol bien drainé.
  • Il peut s’agir d’une platebande ou d’un bac sur la terrasse ou le balcon. Souvent, les amateurs d’arrangements floraux préparent un jardin spécial pour les fleurs coupées ou utilisent un coin du potager à cette fin. Alors, le glaïeul y trouve toute sa place. 
  • Avant de planter un glaïeul, préparez le sol en l’ameublissant à une profondeur de 15 à 25 cm. Incorporez-y du compost et un engrais granulaire tout usage, ce qui aidera vos glaïeuls à atteindre tout leur potentiel.
  • En général, les fleurs de glaïeuls commencent à s’épanouir 80 à 90 jours après la plantation (plus de 100 jours pour les variétés tardives). Pour prolonger le temps de floraison, ne plantez pas tous les cormes en même temps. Démarrez certains cormes à l’intérieur en avril ou au début de mai, d’autres en plein air après que tout danger de gel est passé, puis encore d’autres toutes les deux semaines jusqu’à la mi-juillet (environ 90 jours avant le premier gel d’automne).
  • Plantez les grands glaïeuls, les plus populaires, à 15 à 20 cm de profondeur. Cette plantation plus profonde aidera à maintenir les tiges dressées. Plantez les glaïeuls nains à une profondeur de 10 à 15 cm. Espacez les cormes de 10 à 15 cm si vous les laisserez s’épanouir au jardin, à 7 à 10 cm si vous prévoyez les prélever pour l’arrangement floral. (Pour une plus longue durée de vie en vase, on récolte tôt, lorsque seulement les deux fleurs du bas sont complètement épanouies.)
  • Notez que, malgré une plantation plus profonde, un tuteur peut quand même être nécessaire pour les grands glaïeuls.
  • Arrosez régulièrement et en profondeur, surtout en période de sécheresse. Lorsque les plantes sont stressées par la chaleur et la sécheresse, elles deviennent plus sensibles aux ravageurs et aux maladies. 
  • Appliquer 5 à 7,5 cm de paillis après la plantation aidera à retenir l’humidité et à contrôler les mauvaises herbes.

10 conseils pour obtenir des résultats maximaux avec les glaïeuls

Plantation à la main d’un corme de glaïeul.
La plantation des cormes de glaïeuls est assez basique: creusez, déposez, recouvrez, arrosez! Photo: dementevajulia, depositphotos

1. Prévoyez une succession de floraisons.

Commencez à planter les cormes entre le milieu et la fin mai et continuez à planter tous les 10 à 14 jours jusqu’au début juillet. Cela vous assurera un approvisionnement en bouquets du milieu de l’été jusqu’à la fin de l’automne.

2. Soyez prêt à offrir du support.

Des rafales ou une forte averse peuvent faire pencher ou même renverser les grands glaïeuls. Soutenez les tiges alors en les attachant à une canne de bambou ou autre tuteur. Pour supporter une grande plantation, placez des piquets solides aux extrémités du rang et passez des cordes solidement fixées autour pour soutenir les plantes. 

Vous ne tenez pas à vous embêter avec le tuteurage? Limitez-vous aux glaïeuls plus courts de 60 cm de haut.

3. Essayez les glaïeuls en jardinière.

Le glaïeul convient parfaitement à la culture en jardinière, bac et grande urne. Cultivez-les seuls ou associez-les à des cannas, des colocases (oreilles d’éléphant), des caladiums ou des coléus. Si vous cultivez un surplus de glaïeuls en pot, vous pouvez les utiliser pour bonifier la floraison. Partout où la floraison de votre platebande de vivaces semble s’affaiblir, ajoutez-y une potée de glaïeuls juste au moment où ils commencent à s’épanouir, voilà: votre jardin sera de nouveau resplendissant!

4. Dans les climats froids, cultivez les glaïeuls comme des annuelles.

Dans les régions où les glaïeuls ne résistent pas à l’hiver, pourquoi ne pas les considérer comme des annuelles et les laisser geler? Puis, chaque printemps, vous ferez le plein de nouveaux cormes. Les cormes sont peu coûteux et cette option vous permet d’essayer une large gamme de variétés au fil des ans. Évidemment, vous pouvez aussi hiverner les cormes à l’abri du gel. Pour en apprendre plus à ce sujet, lisez Comment conserver les glaïeuls à l’intérieur pendant l’hiver, plus loin.

5. Mélangez.

Les glaïeuls se déclinent en tant de belles couleurs et vous serez peut-être surpris de celles qui attireront votre préférence. Explorez les options en plantant des couleurs assorties. Ne manquez pas les bicolores et les variétés à fleurs à marges ondulées!

6. Un meilleur sol = de meilleures fleurs.

C’est vrai pour la plupart des fleurs de jardin, mais aussi la clé du succès avec les glaïeuls. Un sol riche et bien drainé est idéal. Vous pouvez améliorer un sol pauvre en y mélangeant beaucoup de compost et un peu d’engrais. Évitez de planter dans de l’argile lourde ou dans un sol détrempé.

7. Ne les laissez pas souffrir de soif.

Les glaïeuls sont sensibles aux thrips et aux tétranyques, qui peuvent défigurer les fleurs. Ces parasites peuvent prendre le dessus lorsque les plantes sont stressées par la chaleur et la sécheresse. Gardez les plantes aussi fortes et saines que possible en vous assurant qu’elles reçoivent au moins 2,5 cm d’eau par semaine.

8. Plus c’est gros, mieux c’est!

D’accord, les cormes de haute qualité peuvent coûter plus cher, mais il faut savoir que des cormes plus gros vous donneront habituellement des tiges plus hautes avec plus de fleurs.

Jeune fille tenant un bouquet de fleurs de glaïeuls dans un champ de glaïeuls.
Les glaïeuls font des fleurs coupées spectaculaires! Photo: Jung Seed, National Garden Bureau

9. Sachez quand couper.

Pour beaucoup de gens, «glaïeul» rime avec «bouquet». Si c’est votre cas, sachez que, pour une plus longue durée de vie en vase, le meilleur moment pour récolter vos glaïeuls est lorsque les deux fleurs du bas sont complètement épanouies. Le reste de la floraison se déroulera progressivement dans le vase. Aussi, pour maintenir une belle apparence, supprimez les fleurs fanées à mesure. Enfin, tous les deux jours, recoupez 2,5 cm de la base de la tige et changez l’eau dans le vase.

10. Raccourcir les tiges pour faciliter l’arrangement.

Il peut être difficile d’intégrer la tige de 90 cm de glaïeuls dans un arrangement de table. N’ayez pas peur alors de couper la tige à la taille désirée. Supprimez une partie du haut ou raccourcissez la tige et retirez quelques fleurs du bas.

Nouveaux pays, nouveaux pollinisateurs

Colibri visitant un glaïeul rose.
Colibri à gorge rubis femelle qui se nourrit d’une fleur de glaïeul rose. Photo: okiepony, depositphotos

On pourrait croire que le glaïeul à grandes fleurs classique, d’origine africaine, manquerait de pollinisateurs attitrés dans ses nouveaux pays de culture. Et en effet, dans son aire d’origine, il est fécondé par des abeilles spécifiques, à longue langue, ainsi que par les souimangas, oiseaux à bec long présents seulement en Afrique. Car il faut une trompe ou un bec long pour atteindre le nectar stocké profondément dans sa fleur. Cependant, vous découvrirez que beaucoup d’insectes de votre région ont la langue qu’il faut et qu’ainsi les glaïeuls attirent et nourrissent plusieurs insectes locaux à longue langue tels que les bourdons et les sphinx. Et aussi, en Amérique du Nord, les colibris. 

Pas les abeilles domestiques, cependant! Si vous voulez les nourrir, il faut choisir des fleurs moins profondes.

Qu’est-ce qu’un corme?

Transplantoir contenant 5 cormes de glaïeul.
Les cormes de glaïeul ressemblent beaucoup aux cormes de crocus, mais sont plus gros. Photo: bandd, depositphotos

En plus d’être un mot utilisé au Scrabble, un corme* est un organe de stockage souterrain en forme de bulbe. Il a évolué à partir d’une base de tige enflée. Un vrai bulbe, par contre, est composé d’écailles serrées. (Pensez aux écailles qui composent l’oignon, qui est un vrai bulbe.) Un corme de glaïeul a une tunique extérieure papyracée et ressemble beaucoup à un corme de crocus (Crocus spp.)… ce qui n’est pas étonnant, puisque tous deux appartiennent à la famille des iris, les Iridacées.

*Corme au féminin fait référence à un fruit, celui du sorbier ou cormier (Sorbus spp.). Corme au masculin est un organe souterrain similaire à un bulbe.

Comment conserver les glaïeuls à l’intérieur pendant l’hiver

Dans les climats plus froids, si vous voulez sauver vos glaïeuls* du froid et les conserver, il faut les rentrer à l’intérieur pour l’hiver.

* Oui, les cormes de glaïeuls survivent souvent à l’hiver à l’extérieur, même en climat froid, surtout lorsqu’ils sont plantés dans un endroit protégé, recouvert de paillis ou protégé par de fortes chutes de neige. Vous pouvez en apprendre plus à ce sujet dans l’article Glaïeuls: plus rustiques qu’on ne le pense. Par contre, il ne faudrait pas trop vous fier à cela. Éventuellement, le froid finira par gagner!

Vous verrez partout dans les médias sociaux et dans les livres l’information qu’il faut laisser les glaïeuls en terre jusqu’à ce que le gel ait détruit leur feuillage. Seulement après doit-on les rentrer. Cela est présenté comme si c’était une règle. Mais, disons que c’est plus une suggestion qu’une obligation. 

D’abord, cette plante n’est pas un bégonia tubéreux qui est réduit en Jello par la moindre touche de gel. Habituellement, les feuilles de glaïeul, très résistantes, peuvent subir plusieurs gels avant de montrer le moindre signe de dépérissement. Donc, pas de presse.

Mais derrière cette «règle», il y a un détail intéressant. C’est que plus longtemps les cormes sont dans le sol et que les feuilles font de la photosynthèse, plus ils grossissent. Et des cormes plus gros assurent une meilleure floraison. Il est donc logique de les laisser à l’extérieur aussi longtemps que possible. Peut-être devrait-on plutôt dire de les rentrer «avant que le sol gèle pour l’hiver»? Cependant, si vous avez d’autres choses à planter ou toute autre bonne raison de les rentrer avant cela, n’hésitez pas à le faire.

Pelle déterrant les cormes de glaïeuls.
Déterrez les cormes de glaïeuls à la fin de l’automne et brossez-les pour faire tomber la majeure partie de la terre qui y colle. Photo: Nat_YS, depositphotos

Ainsi, lorsque vous déterrez vos glaïeuls, brossez-les grossièrement pour enlever la terre, puis laissez les cormes dans un endroit sec et bien aéré, mais à l’abri du gel (dans un garage ou une remise, par exemple) pendant 2 ou 3 semaines, jusqu’à ce que le feuillage commence à sécher.

À ce stade, retirez les feuilles. Selon l’état du corme, il est possible que les feuilles se libèrent pratiquement au toucher. Sinon, coupez-les à environ 1,25 à 2,5 cm au-dessus du corme.

Vous remarquerez qu’il y a, en fait, deux cormes. Celui du bas, qui a fleuri l’été précédent et où sont fixés les racines, est maintenant tout desséché. Alors, détachez-le et déposez-le, avec les racines maintenant mortes, dans le compost. Vous voudrez garder le jeune corme du dessus.

Conservez les cormes au frais et au sec à environ 10 °C, peut-être dans une boîte aérée, les entourant de vermiculite, de fibre de coco, de tourbe horticole ou de papier journal déchiqueté. Assurez-vous d’identifier les cormes quant à leur nom de cultivar ou, au moins, leur couleur. Il n’y a rien qui se ressemble autant au moment de la plantation printanière que deux cormes de glaïeuls aux fleurs pourtant totalement différentes!

La multiplication

Si vous aimez les glaïeuls, vous voudrez probablement partager votre passion. Cependant, vous ne pouvez pas prendre des boutures de tiges de glaïeuls (elles ne prennent pas racine). Quant aux graines, même si vous les laissez mûrir sur la plante et les cultivez pendant les 3 à 4 années nécessaires pour arriver à la première floraison, elles ne vous donneront pas satisfaction. C’est que presque tous les glaïeuls sont des hybrides, donc avec génétique mixte. Quand vous semez les graines, elles donnent non pas des plantes identiques à la plante mère, mais un mélange de formes et de couleurs. 

Il reste une possibilité, soit de la multiplier par cormes. Heureusement, cela se fait facilement et donne de nouveaux glaïeuls identiques à l’original !

Corme mère portant 3 nouveaux cormes.
Ce corme mère, caché par les racines, a produit 3 nouveaux cormes qui fleuriront la saison suivante. Photo: Moytikchiy Sad, depositphotos

Lorsque vous déterrerez vos cormes de glaïeuls à la fin de l’automne, vous remarquerez qu’un nouveau corme s’est formé au-dessus de l’ancien. Sauf que souvent, il n’y a pas qu’un corme, mais 2 ou même 3 cormes côte à côte au-dessus du corme mère. Séparer ces cormes supplémentaires est la méthode la plus simple et la plus rapide pour multiplier les glaïeuls, car ils seront déjà d’une taille suffisante pour fleurir l’année suivante.

Cormes de glaïeuls avec beaucoup de bulbilles.
Certains cormes produisent des dizaines de bulbilles, probablement bien trop pour votre petit jardin! Photo: 02stroy.ru

Cependant, vous pouvez produire beaucoup plus de plantes grâce aux bulbilles. Ce sont de minuscules cormes produits à partir du corme mère à l’automne. Il peut y en avoir quelques-unes ou des centaines: cela dépend du cultivar et des conditions de culture.

Les bulbilles sont toutefois à 2 ou 3 ans de fleurir pour la première fois, même plus. Sachez toutefois que les plus grosses bulbilles atteignent une taille suffisante pour fleurir plus rapidement. Alors, logiquement, ce sont elles qu’il faut conserver pour fins de multiplication!

Vous pouvez hiverner les bulbilles à l’intérieur sous les mêmes conditions que les cormes.

Plantez les bulbilles au jardin au printemps, à la manière de semences. Faites-le dans un endroit discret du jardin. Après tout, les petites plantes qui pousseront ressembleront à de l’herbe, tout simplement! Puis rentrez-les à l’abri à l’automne suivant. Et répétez. 

Chaque année, les petits cormes seront plus grands, ressemblant beaucoup à une version miniature des cormes matures. Il faut normalement au moins une 2e année de croissance au jardin avant que vos cormes soient prêts à fleurir, mais il en faut parfois une 3e. Alors, entreposez-les à nouveau pendant l’hiver, plantez-les au printemps, et à l’automne suivant, déterrez-les encore une fois. Peut-être qu’ils seront assez grands pour fleurir l’année suivante!

Où trouver des cormes de glaïeul?

Les jardineries offrent souvent un bon choix de variétés de glaïeuls et plusieurs catalogues, un choix encore plus vaste. Un autre endroit pour trouver des cormes et qui est aussi une excellente source d’information est la Société des glaïeuls du Québec. Je ne sais pas s’il existe une société ou une association similaire en Europe francophone.


Et voilà! Une bonne tournée au sujet du glaïeul, de ses utilisations et de sa culture. Pourquoi ne pas en planter en 2022, L’année du glaïeul?

Cet article a été adapté d’une fiche d’information écrite par Breck’s pour le National Garden Bureau et est fourni à titre de service éducatif par cette association. Sauf mention contraire, les photos sont une gracieuseté du National Garden Bureau 

Article traduit et adapté de l’américain par Larry Hodgson.

14 comments on “2022: Année du glaïeul

  1. Merci pour toute ces informations.
    Pour moi, il y a un petit bémol. Ce sont les perce-oreilles. Alors je les laisse au jardin.

  2. Gisèle

    Il y a plusieurs années, j’ai planté 50 cormes de glaïeuls. Aujourd’hui, ils poussent par centaines car ils sont conservés dans la chambre froide tout l’hiver. Maintenant les gens qui cueillent les légumes dans notre jardin d’un acre se font plaisir et repartent avec de beaux bouquets.

  3. Suzanne

    Chaque jour je vous lis et m’aidez à jardiner. Merci pour pour votre généreux partage d’information. Bonne journée à vous.

  4. Vos glaïeuls n’ont pas l’air de souffrir d’attaques de parasites, dans ma région ils sont souvent victimes des thrips qui creusent comme des galeries dans les feuilles et abiment les fleurs, surtout en période sèche. Les traitements « classiques » ou naturels ne sont pas toujours efficaces.
    Nous avons des glaïeuls qui poussent spontanément, en particulier dans les pelouses (ils commencent juste à fleurir) et ressemblent beaucoup à imbricatus, que nous appelons glaïeul d’Érythrée (peut être à tort) et qui se comportent parfois comme une messicole.

  5. Anonyme

    Oui les perce oreilles adorent les glaieuls, que faire quelqu’un a un truc ? Je suis maintenant dans les Laurentides, et vais réessayer mais effectivement c’est très désagréables …

  6. Tellement complet comme article ! Grand merci. Je ne savais pas pour la résistance des cormes à l’automne et surtout que ça leur donnait la possibilité de grossir même par temps froid et, donc, d’être plus florifères l’année suivante. Ça fait bien du sens. Par contre, une amie m’avait dit qu’on peut les planter au printemps même quand il y a encore possibilité de gel au sol (léger) puisque, prenant de quelques jours à une semaine voire davantage pour tiger et sortir de terre, ils gagnaient ainsi ce temps enfoui et donc bien à l’abri . Cela dit, je préfère quant à moi planter dans un grand plat et les garder dans la maison, pour ensuite les mettre en terre de manière plus confortable.

    J’hiverne les cormes, comme je le fais avec les bulbes (ex. bégonias) et les tubercules (ex. dalhias) en les mettant dans des glacières en styromousse remplie de ‘peat most’, soit assez pour les recouvrir entièrement. Ça fait trois ans que je fais cela et je n’ai rien perdu à ce jour – pas de moisissures, pas de gels, pas de dessèchement même si je les sors assez tard (avril). Les glacières en styromousse (j’ai choisi un modèle aux parois bien droites pour maximiser l’espace de rangement) sont parfaites car on est certain que l’humidité n’entrera pas et que, si jamais la température chutait, l’isolant protège un minimum.

    La grande variété de glaïeuls que vous présentez dans votre article est impressionnante. J’aime beaucoup le conseil des plantations en séquence (pas tous en même temps) pour étirer la période de floraison.

  7. Mon frère esr un grand amateur et producteur de glaïeuls.

  8. Lucie G.

    Merci pour vos chroniques toujours très interessantes ! Les glaiïeuls me rappelle mon enfance. Nous en avions dans le jardin et en faisions des bouquets!
    J’aimerais savoir si vous pouvez identifier une plante si vous me donnez une adresse email où je pourrais vous envoyer une photo!
    merci à l’avance!

    • Il ne m’est plus possible de répondre aux questions individuelles. Vous pouvez toutefois les poser sur le Forum (https://jardinierparesseux.com/forum/) ou encore, utiliser l’outil de recherche sur la page du blogue pour voir si un billet passé pourrait répondre à votre interrogation.
       
      Bon jardinage!
       
      Larry Hodgson

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :