Engrais Légumes Mythes horticoles Terres et terreaux Truc du jour

Planter un œuf de poule sous une tomate: un vieux mythe qui renaît?

Il y a une vieille croyance qui recommande de planter un œuf entier avec vos tomates et autres légumes qui semble renaître de nos jours. Est-ce encore un mythe horticole ou la réalité?

Par Larry Hodgson

Parfois, vous pensez qu’un vieux mythe horticole est si profondément enfoui dans le passé qu’il a été oublié depuis longtemps. Puis, tout à coup, il est de retour et toutes sortes de personnes prétendent tout d’un coup que cela fonctionne. Eh bien, cela semble être le cas avec l’idée de planter un œuf entier dans un trou de plantation comme complément nutritif pour vos plantes. Je n’en avais pas entendu parler depuis des décennies, et pourtant, tout à coup, il semble y avoir une douzaine de sites Web, la plupart répétant mot pour mot le même texte, qui prétendent qu’un œuf entier est exactement ce dont votre plante a besoin.

Le mythe

Voici le mythe en quelques mots:

Avant de planter une tomate (c’est habituellement l’espèce mentionnée, bien que la méthode puisse s’appliquer à d’autres plantes qui aiment les sols riches), creusez un trou de plantation très profond, déposez un œuf entier au fond et recouvrez-le de terre. Certains sites recommandent de le laisser intact; d’autres, de le percer ou de le casser. À vous de choisir!

Ensuite, plantez votre plant de tomate comme d’habitude et il produira des fruits plus nombreux et de meilleure qualité, en plus d’être plus résistant aux maladies. Une variante du mythe dit que vous devez placer plus d’un œuf par plante: 3, 7 ou 9. (Des nombres considérés comme chanceux, il va sans dire.)

Cela semble parfaitement logique de prime abord. Après tout, les œufs contiennent des minéraux de toutes sortes (phosphore, calcium, potassium, sodium, cuivre, fer, magnésium, manganèse, sélénium et zinc, entre autres) et lorsque le jaune et le blanc pourrissent, ils les libèrent. Sûrement que la plante pourrait en profiter. De plus, les coquilles d’œufs sont très riches en calcium, car elles contiennent 98,4% de carbonate de calcium. Tout semble parfaitement raisonnable! Qu’est-ce qui ne va pas?

La senteur

Eh bien, il y a la puanteur qui peut déranger. La vraie raison pour laquelle vous devez planter des œufs si profondément est qu’ils dégagent une odeur horrible lorsqu’ils pourrissent. Ainsi, plus ils sont recouverts de terre, moins vous serez dérangé. Mais ce n’est pas toujours suffisant. 

Des animaux friands

Beaucoup d’animaux adorent les œufs. Même ceux qui puent et pourrissent. Les chiens, les rats, les ratons laveurs, les mouffettes, les écureuils et diverses autres créatures saccagent souvent le jardin à leur recherche. Une autre raison pour laquelle vous devez planter les œufs très profondément.

Peu de minéraux parviennent réellement à la plante

Les racines des plantes récupèrent plus facilement les minéraux quand ils sont près de la surface du sol; leur capacité de les monter des profondeurs n’est pas très bonne. Et un œuf, de toute façon, ne fournit pas beaucoup de minéraux aux plantes. Très, très peu, en fait: environ une pincée. Si vous ajoutez déjà régulièrement du compost et un engrais biologique tout usage à votre sol lors de la plantation, comme le font la plupart des jardiniers, un œuf ne fera vraiment pas une grande différence.

Cela dit, si votre sol est pauvre et que vous ne faites aucun effort pour l’améliorer … eh bien, un œuf pourri, aussi faible soit-il en minéraux, vaut certainement mieux que rien!

Coquilles d'oeufs bruns cassées très grossièrement
Les coquilles d’œufs fournissent très peu de calcium au sol et aux plantes. C’est seulement quand elles sont très finement broyées et ont eu suffisamment de temps pour se décomposer qu’un peu de calcium est libéré. Photo: Lumlukka, Thaïlande, depositphotos

Mais les coquilles d’œuf sont quand même une bonne source de calcium, n’est-ce pas? Ne sont-elles pas censées donner un apport important de calcium aux plantes? Eh bien, les coquilles d’œufs le feraient si seulement elles se décomposaient, mais ce n’est pas le cas, sinon dans un sol très acide. Vous avez peut-être déjà remarqué que les coquilles placées dans le composteur ne se désagrègent pas non plus. Du moins, pas à un degré discernable. 

Les coquilles peuvent mettre des années à se décomposer, voire des décennies. On les trouve facilement dans certaines fouilles archéologiques des siècles plus tard, à peine changées. Les coquilles d’œufs doivent généralement être broyées en fines particules pour devenir un ajout de calcium vraiment intéressant… et même cela peut prendre des années avant d’avoir un effet. Mais les œufs entiers déposés dans un trou ne reçoivent pas ce traitement. Les gros morceaux de coquille d’œuf qu’ils laissent en s’affaissant dureront probablement au moins des décennies.

Besoin de calcium? Pas certain!

De plus, vos plantes ont-elles même besoin de plus de calcium? C’est l’un des minéraux les plus disponibles au monde et il manque rarement dans les sols de jardin. La seule façon de le savoir véritablement est toutefois de faire effectuer une analyse de sol. Sinon, vous pouvez simplement présumer que votre sol en contient, car la plupart des sols contiennent beaucoup de calcium. En particulier ceux auxquels vous avez déjà ajouté du compost et d’autres engrais dans le passé.

Mais les coquilles d’œufs aident à prévenir le cul noir, n’est-ce pas?

Fruit de tomate souffrant de pourriture apicales: une dépression noire à la base.
La pourriture apicale n’est pas causée par un manque de calcium comme tel, mais par une incapacité du calcium à atteindre le fruit. Photo: Mila Usmanova, depositphotos

En fait, la pourriture apicale ou le cul noir, une maladie des tomates et des poivrons, n’obtiendra pas beaucoup d’aide des coquilles d’œufs. Cette maladie de carence est principalement due à un arrosage irrégulier, en dents de scie. Le fruit a besoin d’un apport en calcium lors de sa formation. Si le sol est trop sec, les racines ne peuvent pas absorber le calcium du sol, même quand il est déjà présent. Il en résulte une pourriture apicale. Vous pouvez en savoir plus sur la pourriture apicale ici: Prévenir la pourriture apicale (cul noir) de la tomate. Mais le meilleur moyen de l’éviter reste d’arroser au besoin, sans laisser le feuillage faner visiblement.

Le gaspillage d’un bon œuf

Compte tenu de l’augmentation du coût de la nourriture de nos jours, il semble inutile de donner un bon œuf à une plante qui n’en a pas vraiment besoin. Si vous souhaitez expérimenter la plantation d’un œuf dans votre jardin, puis-je suggérer d’utiliser un œuf fêlé que vous n’osez pas utiliser. Ou des œufs dont la date de péremption est dépassée.

Et à moins que vous n’éleviez vos propres poules, l’utilisation d’un œuf comme engrais coûte plus cher qu’une quantité équivalente d’engrais tout usage (soit environ une pincée).

Alors, préparez-vous: il est fort possible que les influenceurs du jardin de tous types fassent la promotion de l’utilisation d’œufs entiers comme engrais cet été. Le voisinage tout entier risque de sentir la pourriture!

Photo du haut: Carmen Dorin & Sergeeva Leka, depositphotos

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

24 comments on “Planter un œuf de poule sous une tomate: un vieux mythe qui renaît?

  1. Je n’avais jamais entendu parler de ce mythe. J’ai expérimenté en son temps la coquille d’œuf comme contenant pour semis, mais au vu des résultats je n’ai pas récidivé (je n’avais pas à l’époque les conseils avisés de monsieur Hodgson).

    Nous nous partageons l’entretien de nos plantations : je gère les plantes et semis sur le balcon, mon épouse s’occupe des plantes à l’intérieur. Elle se plaignait de l’état souffreteux de ses spathiphyllum et autres végétaux . Je lui ai conseillé de lire « les règles d’or de l’arrosage des plantes d’intérieur » qu’elle applique maintenant et ça va beaucoup mieux !
    Elle m’a prié de vous remercier, Ce dont je m’acquitte avec plaisir..

  2. Denise B. Québec, Qc

    Bon ben, moi qui voulait en faire l’expérience cette saison!! J’avais quand même un doute connaissant le taux de dégradation de la coquille d’œuf et le coût des œufs aussi-je n’ai pas de poules- je vais passer mon tour.
    Et nous avons eu des ratons laveurs ce printemps qui rodaient aux alentours. Par contre, l’idée de la bouteille de plastique est intéressante, je crois, mais il faudrait que j’en trouve… 👩‍🌾

  3. Effectivement, ma première pensée a été à l’odeur ! Mais peu de citadins ont fait l’expérience de l’odeur des oeufs qui pourrissent.

  4. Jean François

    Pour ma part l’œuf je préfère me le mettre dans le bec sans la coquille. Il me sera nettement plus bénéfique que pour !! !! mon pied de tomate !!

  5. Corinne

    Parfaitement d’accord. Je n’avais jamais entendu parler de ce « truc », ni de celui du même genre ( faire pousser un tomate sur une pomme de terre). Alors, une omelette aux pommes de terre, je préfère la manger, ou des tomates et pommes de terre en salade … avec des œufs durs ! Pour le composte, il restera bien assez de déchets sans gaspiller !

  6. Anonyme

    Si on dissout le calcium des coquilles dans le vinaigre, est-ce qu’on est gagnant?

  7. J’ai eu la surprise de ma vie quand mon oncle qui était en train de planter mes tomates et ajoutait un oeuf dans le fond de la fosse,je lui demande pourquoi? Il m’a dit que c’était miraculeux et que j’aurais des tomates extraordinaires. Mais, ô surprise quand j’ai regardé mes plantations le lendemain matin. Les plants tous arrachés et la terre bouleversée, un massacre. Il a fallu recommencer les plantations mais sans les oeufs!

  8. Dominic

    C’est un mythe vraiment très présent dans les forums de jardinage américains, ça et la tête de poisson, et les sempiternelles coquilles d’œufs. Et bien sûr les fameux sels d’Epsom dont la liste des “bienfaits” imaginaires semble s’allonger et devenir un peu plus bizarres et improbables à chaque année (mais pas chez les botanistes par contre!)… engrais miracle, fongicide, insecticide, anti-mildiou.. un vrai tout-en-un!

  9. Lucie Aussant

    entendu dire que la poudre de lait apportait du calcium aussi es ce vrai et si oui quelle quantite merci

    • Il en contient un peu, et offre surtout en retour des mauvaises odeurs! Et fait un engrais très cher. Mais avez-vous besoin de calcium? Il n’y a probablement un jardin sur 20 qui en a besoin!

  10. GEFFROY

    Merci beaucoup cher jardinier. Je lis vos articles chaque jour avec plaisir, grâce à vous j’ai commencé à jardiner pendant le 1er confinement. C’est important d’avoir aussi du plaisir dans la lecture des instructions et conseils ! Je continue en suivant vos préconisations. 😊et donc j’éviterai la pose d’oeufs sous mes tomates 😉

  11. Line Grenier

    Je mets régulièrement des coquilles d’oeufs concassées à la base de mes tous mes plants pour éloigner les limaces. Jusqu’à maintenant cela semble fonctionner. Fait à ne pas négliger aussi, les oiseaux en raffolent et c’est pour cela que j’en remets régulièrement.

  12. « C’est un mythe vraiment très présent dans les forums de jardinage américains »
    On le trouve également sur des sites en France. Pas plus tard qu’hier, sur You tube ouvert par hasard, un monsieur très convainquant expliquait les merveilleux résultats obtenus avec ce charlatanesque procédé.

  13. Renée Papineau

    Depuis longtemps je broie et dépose des coquilles d’oeufs sous mes hostas et l’oseille pour éloigner les limaces avec succès; merci de l’avoir souligné!

  14. Anne C

    Bonjour, moi on m’a dit de mettre du lait et des orties au fond du trou avant de mettre le pied de tomate…. Une amie a essayé et a priori ça fonctionne

    • On entend beaucoup de choses semblables. C’est souvent ce qu’on appelle en psychologie le biais de la confirmation. Votre amie aurait eu de meilleurs résultats avec du compost ou de l’engrais.

  15. Odette Dallaire

    J’avais jamais entendu ce mythe. Par contre, j’utilise les coquilles séchées que j’accumule tout le long de l’année broyées et étendues tout au tour de mes hostas.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :