Insectes nuisibles Truc du jour

La maladie de Lyme: encore plus sournoise qu’on le pensait!

Par Paul Hetzler

De nos jours, il n’est pas surprenant d’apprendre que les responsables de la santé ne nous donnent pas toujours les informations les plus récentes sur une maladie relativement nouvelle. La surprise est que la maladie en question n’est pas la COVID-19!

Bien que la maladie de Lyme ne sévisse pas encore là où je vis au Québec, il y a lieu de croire qu’au cours des 20 prochaines années, cette maladie transmise par les tiques deviendra un risque énorme, peut-être le plus grand, pour la santé des jardiniers, forestiers et autres qui travaillent en plein air presque partout dans la province. Mais elle est régulièrement mal diagnostiquée, plus difficile à traiter qu’on ne le pense et peut affaiblir une personne pendant des mois ou des années. Dans quelques cas, ses effets durent toute une vie.

Sans aucun doute, il semble téméraire d’affirmer que les sites Web du gouvernement qui traitent de la maladie de Lyme sont désuets, d’autant plus que je n’ai pas la chaîne de lettres d’un scientifique après mon nom. Mais depuis 2016, une avalanche ininterrompue de nouvelles découvertes sur les maladies transmises par les tiques a anéanti de nombreuses croyances de longue date. Compte tenu de la rapidité des nouvelles conclusions et de la rareté des cas de Lyme au Québec, un décalage est compréhensible. Mais ce n’est pas non plus acceptable, car cela nous expose à un risque accru.

J’espère corriger ici certains malentendus sur la maladie de Lyme et explorer pourquoi elle est si difficile à diagnostiquer. Dans un avenir proche, j’écrirai sur les moyens les plus récents et les plus efficaces de protéger nos familles et nous-mêmes, sur la base de la recherche. Étant donné que j’ai l’«avantage» douteux d’avoir vu mon ancienne maison passer de libre de tiques à très infestée en l’espace de deux ans, je décrirai également dans un article ultérieur le lourd tribut que la maladie de Lyme a fait peser sur ma famille, et ce, dans l’espoir que la même chose ne se produise pas dans la vôtre.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme?

Comme vous l’avez probablement entendu, la maladie de Lyme est causée par une bactérie spirochète, Borrelia burgdorferi, qui est transmise par la tique à pattes noires si mignonne, Ixodes scapularis, aussi appelée tique du cerf ou tique du chevreuil. Je ne perdrai pas de place ici sur l’identification des tiques, car il existe de nombreuses bonnes ressources en ligne comme celle-ci : Description détaillée de la tique Ixodes scapularis. Aussi eTick. (NDLR : L’identification a été traitée dans le billet Comment éviter les tiques au jardin de ce blogue aussi.) Ici, je mets plutôt l’accent sur ce qui se passe lorsqu’un agent pathogène résolument mobile avec une soif pour le cœur, le cerveau et les articulations commence à forer dans nos tissus mous.

Comme ces mini-tire-bouchons forent autour de nos entrailles, les symptômes qui en résultent varient considérablement d’une personne à l’autre. Ils sont généralement transitoires ou périodiques, ce qui rend le diagnostic d’autant plus difficile. Les premiers indicateurs de Lyme varient tellement qu’il n’existe peut-être pas de «symptômes typiques» de cette maladie. Bien sûr, l’infection peut se présenter sous forme de fièvre et de douleurs articulaires, mais le premier indice que quelque chose ne va pas pourrait être des palpitations cardiaques ou une profonde confusion mentale, des choses autrefois considérées comme des symptômes de stade avancé.

Éruption cutanée en œil-de-bœuf sur la jambe
Une éruption cutanée en œil-de-bœuf en expansion (érythème migrant) n’est plus considérée comme le signe le plus courant de la maladie de Lyme. Photo: astrid208, depositphotos

Alors qu’une éruption cutanée en œil-de-bœuf en expansion (érythème migrant) est largement présentée dans le domaine comme «le symptôme le plus couramment signalé» de la maladie de Lyme, dans les régions où la maladie est établie depuis des décennies, cette prétendue vérité a été révisée à la baisse. La Cornell University Extension, où j’ai travaillé de 2000 jusqu’à mon arrivée au Canada en 2019, déclare que: «Les estimations cliniques et basées sur la population donnent un taux inférieur, allant de 27% à 40% des personnes infectées par la maladie de Lyme qui présentent l’éruption cutanée.» Et selon la Dre Nevena Zubcevik, codirectrice du Dean Center for Tick-Borne Illness à Charlestown, Rhode Island aux États-Unis, l’incidence de l’érythème migrant dans les cas confirmés de Lyme est d’environ 20%.

Une maladie en cache une autre

Un nombre important de cas de maladie de Lyme sont confondus avec la sclérose en plaques, la fibromyalgie, le lupus, la fatigue chronique et les maladies psychiatriques, entre autres troubles. De plus en plus, elle est fréquemment identifiée à tort comme une démence. Trop souvent, dans les régions où la maladie de Lyme commence à s’établir, les médecins disent à un patient « Tout est dans votre tête, » parce qu’ils s’attendent à une éruption cutanée. Les enfants de moins de cinq ans et les personnes de plus de 70 ans sont les groupes d’âge qui restent le plus souvent non diagnostiqués pendant de longues périodes.

Test sanguin de la maladie de Lyme.
Les tests sanguins pour la maladie de Lyme ne sont pas nécessairement fiables. Photo: Airbone, depositphotos

Les tests sanguins, qui sont adaptés à une souche plus ancienne de l’agent pathogène de Lyme, obtiennent une note d’échec. Il existe au moins dix souches distinctes de Borrelia burgdorferi, dont beaucoup ne sont pas détectées facilement, voire pas du tout, par des tests de laboratoire. Le transfert Western («Western blot test») est rarement administré uniformément d’un laboratoire à l’autre. De plus, les résultats sont subjectifs et ouverts à l’interprétation: c’est loin d’être une situation «oui ou non.» Et deux espèces de Borrelia récemment découvertes en Amérique du Nord causent également la maladie de Lyme, mais aucune n’apparaît dans les analyses de sang.

Il a fallu des années aux médecins des régions à prévalence de la maladie de Lyme pour commencer à diagnostiquer sur la base de la présentation clinique, et non des tests sanguins, et ce sera une bataille difficile dans les régions qui connaissent actuellement une «hausse» de cette maladie.

Si la maladie de Lyme est détectée tôt, la plupart des gens se rétablissent après un traitement de trois semaines avec un antibiotique. Mais pas toujours. Dans un article de 2018, les National Institutes for Health des États-Unis ont déclaré: «Plusieurs études récentes suggèrent que B. burgdorferi peut persister chez les animaux après une antibiothérapie.» Une grande controverse entoure la question quant à savoir pourquoi les symptômes durent des mois ou des années après une infection. Je n’ai pas l’intention de patauger dans ce bourbier, si ce n’est pour dire que tout ce que l’on sait sur la question ne remplirait pas un dé à coudre.

Paul Hetzler est un ancien éducateur en ressources naturelles pour Cornell Extension dans le nord de l’État de New York.

Billet traduit et adapté de l’anglais par Larry Hodgson

51 comments on “La maladie de Lyme: encore plus sournoise qu’on le pensait!

  1. Mon nom est Céline. Je n’ai jamais compris pourquoi mon nom ne s’affiche pas malgré mon inscription 🙂 C’est bien inquiétant cette méconnaissance ou non reconnaissance des symptômes et la confusion qui s’en suit pour le diagnostique et le court temps de réaction pour s’en protéger. Merci pour l’image et les infos.

  2. C’est encore Céline Foucault. Croyez-vous que les petits jardin urbain seront atteints aussi amplement que les boisés de la grande région métropolitaine..et la rive nord et sud ?

  3. Gabrielle

    Article très éclairant: ne pas tenir pour acquis qu’on n’a pas la maladie même après un test sanguin.

  4. Francyne P.

    Bonjour,

    Est-ce que nous aurons la chance d’avoir un vaccin pour contrer la maladie dans un avenir proche? Je sais qu’il existe un vaccin pour les animaux de compagnie et j’espère que nous pourrons le modifier pour nous le donner en prévention.
    Triste de se savoir à risque lorsque nous jardinons en respect avec la nature….un bien qui peut nous faire mal.

  5. MarioStNic

    La tique se tient surtout dans les hautes herbes comme un champ. Donc il ne faut pas s’inquiéter outre mesure dans nos petits potagers. Sinon, pour ma part, quand il y a un risque, j’évite les pantalons courts tout simplement. Ça semble un peu hors propos, mais c’est bien d’être équipé en premiers soins, à la maison comme ailleurs. Aussi je recommande d’ajouter à votre kit un pince à tique (et savoir comment l’utiliser avant…). Pas une folle dépense!

  6. Doris Tourigny

    J’ai été piqué par une Tique et j’ai eu un diagnostic de la maladie de Lyme J’habite Magog et c’est très présent dans le sud du Québec
    J’ai acheté un kit de thermacell pour mettre dans les plates bandes Est ce efficace selon vous?

  7. Je suis atteinte de la maladie de lyme chronique depuis plus de 15 ans. J’ai été diagnostiquée avec un test positif en 2017 aux USA car ici mon test était négatif. J’ai été en errance médicale pendant plusieurs année et avant d’avoir un traitement approprié j’ai vu ma santé se dégrader à un point tel que je marchais avec une canne, que j’avais de la difficulté à parler, que je n’arrivais plus à me concentrer, que les douleurs dans mon corps me faisaient atrocement souffrir jour et nuit et j’en passe……j’ai dû arrêter de travailler, j’ai fait une faillite personnelle car les coûts des traitements est très cher aux USA. Ici il n’y a pas de prise en charge par le système de santé. J’a8 eu plusieurs diagnostiques erronés tel la fibromyalgie, douleurs chroniques, trouble du sommeil, arthrite rhumatoïde et encore la j’en passe. On m’a obligé à consulter un psychologue car on disait que c’était dans ma tête.

    Il existe 300 souches de borreliose de lyme et plusieurs co-infections transmises par les tiques. Ici au Québec on en test seulement 3. Je fais partie d’un groupe de soutien et de plusieurs autres groupes regroupant des,personnes atteintes de la maladie de lyme. Les cas ne sont pas si rares qu’on le prétend et je vous confirme que les tiques porteuses de cette maladie se trouvent sur tout le territoire québécois. Alors n’allez pas croire qu’il y en a pas plus au nord ou sur l’île de Montréal. Je connais des gens qui ont été mordus en Gaspésie, au Saguenay et en Abitibi par des tiques porteuses de la maladie.

    Le vecteur des tique est surtout la souris à pattes blanches mais les oiseaux et les cerfs sont de très bons transporteurs pour les tiques, alors oui il peut y avoir des tiques dans vos jardins et dans vos haies de cèdre. Allez sur les groupes de gens atteints de la maladie de lyme, vous pourrez y lire le désespoir et les douleurs de ces personnes.

  8. Il existe l’application eTick de l’Université Bishop qui identifie les tiques.

  9. D’après les lectures que je fais depuis des années sur le sujet, l’insecte se retrouve là où il y a des végétaux. Donc, bientôt, même dans la région métropolitaine dans nos potagers, il faudra faire attention, puisque partout où votre peau peut entrer en contact avec des végétaux, il y a un risque. Donc, il est conseillé de porter des vêtements qui couvrent la peau (chemise à manches longues entrées dans le pantalons et même les bas qui recouvrent les pantalons et d’utiliser un produit répulsif contenant du DEET ou de l’icaridine…

  10. Siminou42

    bonjour

    j’habite dans le Massif central en France et au cours d’une randonnée et d’une pause sur le bord d’un chemin dans un bois humide nous avons été plusieurs à avoir été piqués par des tiques certains se sont retrouvés à l’hôpital avec des abcès.
    Pour mon compte j’avais une piqure au mollet avec un cercle rouge comme un fil autour du point de piqûre. J’en ai parlé à mon médecin qui a pensé à une piqûre d’araignée en me disant de surveiller le cercle rouge. Au bout de quelque temps sans autres symptômes le cercle s’étant agrandi il faisait le tour du mollet et le cercle montait.
    Retour chez le médecin et là il a compris tout de suite et m’a donné un antibiotique et tout ça s’est passé rapidement et sans séquelles

    Alors surveillez vous bien car les tiques peuvent monter partout

    Bonne journée à tous

  11. Il y a 4 ans , J’ai été piqué par une tique ( lymphe) au printemps. J’ai eu le diagnostic de la maladie de Lyme, après avoir eu un cercle rouge autour de la piqûre et test sanguin positif. Antibiotique pour un mois. Le problème c’est qu’au printemps , les tiques sont si petites , impossible à voir. C’est ce qui m’est arrivé . Je l’ai attrapé en travaillant dans les plates bandes ( région des Laurentides ) . Il faut être vigilant!

  12. France Renaud

    Je me suis fait piquer dans ma cour sur le plateau Mont-Royal, il y a 5 ans de cela. Heureusement, pas de Lyme.

  13. France Renaud

    Il existe une prévention possible et naturelle: importer des opossums ici, installer des nids chauffés pour l’hiver. Un opossum mange 5000 tiques en une saison.

  14. Danielle Charette

    La meilleure tactique est la prévention, porter des vêtements longs et appliquer insectifuge. Puis bien examiner votre peau après avoir travaillé au jardin. Si une tique s’y trouve, enlever correctement avec une pince. Si vous soupçonnez qu’elle s’y trouve depuis 24h ou plus, consultez votre pharmacien/ne qui pourra vous prescrire une médication prophylactique (je suis pharmacienne retraitée 😉, j’en ai souvent prescrit en Estrie!) et enfin si vous avez déjà des symptômes consultez plutôt un médecin. Bon jardinage…

  15. France Renaud

    Je m’inquiète de votre réponse, Mme la pharmacienne. La tique n’attend pas 24 hres pour inoculer la Lyme. Je m’en suis fait enlever une après 12 heures, et les médecins du CHUM m’ont tout de suite prescrit un antibio au cas où la tique était infectée. On ne prend pas de chance, c’est une sur 4, dépendant des régions, et les tests, tels qu’expliqués plus haut ne sont pas totalement efficaces.

  16. Faux plusieurs se font directement piquer dans la cours arrière de la maison et contracté la maladie. Bref, l’idée que c’est seulement en forêt dans les herbes hautes n’est clairement plus la réalité présentement dans la province de Québec.

  17. Daniel Fantino

    Un de mes chats a eu une tique il y a 3 ans, à Montréal en quartier résidentiel loin des champs.

    Oui il existe des anti puces et tiques pour nos animaux. Mais l´examen préalable par le vétérinaire et les injections mensuelles coûtent une fortune pour ceux qui en ont plusieurs. 2 tiques l´été 2021 sur mes chats. Avec mes voisins on doit en avoir une trentaine de chats. Juste en examen médical c´est plus de 3 000$ .
    Ce printemps très pluvieux nous promet une belle infestation. Frontière Quebec/Ontario près du fleuve.
    Merci pour cet article.
    Ps: ce doit être amusant de retirer une tique entre les omoplates pour une personne seule !

  18. Malheureusement, les tiques ne se trouvent pas seulement dans la grande herbe. Il y a quelques années, alors, que je faisais un peu de jardinage dans la cour arrière, mon petit chien, qui n’est jamais très loin de moi, était couché sur un petit tas de feuilles sèches. Quand je suis rentrée dans la maison, j’ai remarqué qu’il y avait une tique qui s’était bien installée directement dans le coin intérieur de son oeil. J’ai réussi à la retirer, mais elle était déjà bien gorgée de sang.
    Elles sont sournoises et on n’a pas besoin d’être dehors très longtemps avant qu’elles nous trouvent.

  19. Je demeure dans l’est ontarien entre Rockland et Casselman.

  20. Merci Louise de partager, je me suis fait mordre l’an passé et il y a de très lourdes conséquences à cette maladie j’en sais quelque chose. Ce que je remarque c’est que plusieurs personnes se préoccupent très peu de la situation. Je voyais ma naturopathe la semaine dernière pour un traitement en lien bien entendu… elle aussi s’est fait mordre il y a deux ans et me racontait que simplement en s’assoyant dans le gazon avec son chien, elle a dû retirer une tique qui montait sur sa cuisse.. C’est loin d’être banal!

  21. Quand on a un otite, ils le voient, et ils traitent. Quand on a le diabète ça se teste et se régularise, quand on est piqué par une tique,….c’est le début d’une bataille contre les spécialistes…sans parler des proches qui semblent ne pas réaliser la souffrance et le fardeau que ça représente.

    Quand tu as une photo de la piqûre et que malgré les symptômes que tu nommes ils font plein d’examens sauf celui qu’il faut vraiment faire… c’est indescriptiblement paniquant. C’est comme de faire passer un test de vue à qqun qui a visiblement mal à son orteil. Il est encore moins drôle de se faire dire par notre pharmacien, qu’il n’adhère pas à la maladie de lyme. Moi, de mes 2 oreilles, je ne veux pas croire ce que je viens de me faire dire. Ok… alors qui me guérira??

    Oui il y a des maladies qui se ressemble. Mais Lyme il y a un point qui lui appartient à elle seule. Le sang. La fibromyalgie n’aura rien dans le sang. Ni la sclérose. Mais Lyme oui! C’est une BACTERIE. Et on développe des anticorps que qqun d’autres n’aura pas s’il n’a pas été en contact avec la bactérie. Comment expliquer que les gens aient tous des symptômes en commun? On ne les inventent pas. Ils apparaissent dans l’ordre de l’évolution de la maladie. La piqûre, vertiges, maux de tête, brouillard neurologique, douleurs articulaires x 1000, boutons, raideur dans le cou, douleurs neurologiques etc..

    Il est autant faux de croire que parce que la personne a eu un antibiotique pendant 2 sem, 1mois 1/2 après l’événement, que la personne est hors de danger. FAUX Si la personne n’est pas traitée rapidement et assez longtemps, la bactérie peut être encore là …et là c’est le vrai de vrai début d’un cauchemar.

    Comment se fait-il que les cliniques médicales ont des petits dépliants pour la prévention mais que lorsque c’est le temps dinvestiguer ils donnent toutes sortes de contre-arguments pour dire que ça ne se peut pas? Qu’ils te disent qu’ils vont envoyer une demande de consultation à un infectiologue en particulier, à notre demande et que tu attends ce précieux rendez-vous pour que finalement ton md te dise un mois plus tard, quelke ne l’avait pas envoyé finalement. Préférant attendre les résultats des autres examens sauf celui qui faut?? J’en suis là. Presque 1 an plus tard. J’aurai enfin mon 1er vrai rendez-vous avec l’infectiologue que j’ai exigé, le 31 mai et qui j’espère ne sera pas reporté. Car plus les mois avancent plus je sens perdre l’intérieur de mon corps…

    Moi je me suis promis que jamais je payerai des fortunés aux États-Unis ou en Allemagne pour avoir un diagnostic alors que l’on parle d’une maladie qui est clairement « reconnue » au qc puisqu’elle est détaillée sur les sites des Gouvernements et qu’en plus on a la ramq au qc. Pour moi c’est une espèce de grève, manifestation que je fais au système québécois. Oui ma santé est importante! Mais soyez conséquent! Elle existe ou elle n’existe pas?

    Maintenant, agissez et formez vos professionnels de la santé pour qu’ils croient, connaissent, et surtout quils savent quoi faire dans toutes les étapes : avant, pendant, et lorsque la maladie est rendue chronique. Arrêtez de nous dire qu’il n’y a pas encore assez de données sur le sujet pour y croire!!! Sortez la tête du sable et comme le covid, faites ce qui faut!

    De quelqu’un qui n’a même pas fait encore les examens pour enfin savoir et agir!

    Je suis sans mot , je me sens sale, honteuse , gênée de penser contre l’opinion de tous que j’ai en probabilité élevée la maladie. Je suis pas mal propriétaire de mon corps pour savoir qui se passe qque chose de pas normale.

  22. La tique n’est pas un insecte, mais un arthropode.

  23. En effet. Le véhicule de la tique est la souris à pattes blanches, qui a remonté jusqu’au Québec grâce aux changements climatiques. Je vis en banlieue nord de Montréal, et j’en ai vu plusieurs dans mes pièges ces dernières années. Alors, vaut mieux rester sur nos gardes. Je fais traiter mon chien de façon préventive, même si ce n’est pas donné.

  24. Annie Poirier

    L’INESSS a publié deux avis sur la question si vous souhaitez aller plus loin. Nous avons besoin de plus de gens comme vous M. Larry !!

  25. Suzanne Breron

    Bonjour, merci beaucoup de mettre en lumière cette maladie si mal connue au Canada. De la recherche sérieuse pourrait aider significativement. Ma fille en est atteinte depuis l’âge de 20 ans et elle en a maintenant 48. C’est une vie brisée, à se faire dire par les médecins que c’était dans sa tête! C’est tellement triste. Elle a dû aller aux USA, à grands frais, pour se faire tester sérieusement et enfin savoir ce qu’elle avait, mais trop tard pour être guérie. Elle avait tout pour elle, mais cette maladie lui a tout enlevé. Elle vit avec nous, car elle est incapable de travailler. Voici un vidéo qu’elle avait fait pour expliquer sa maladie, mettre en garde les gens et aussi essayer de ramasser un peu d’argent pour aller se faire soigner dans le temps. Je ne mets pas ce lien pour ramasser de l’argent, mais pour son témoignage particulièrement touchant. Marianne est une personne d’un tres grand courage. Encore merci de votre publication. Plus on en parle, mieux la maladie sera connue. Si le lien ne fonctionne pas, il faut taper sur YouTube: Marianne Martin lyme.
    Voici le lien : https://youtu.be/s0tkdCiiWVg

  26. André Bouchard

    La bactérie responsable est un spirochète, tout comme la syphilis (qui est beaucoup plus rare maintenant mais que je connais bien, j’ai 45 ans de pratique médicale) Les deux maladies se ressemblent beaucoup dans les symptômes, et on disait toujours que la syphilis pouvait mimer n’importe quelle pathologie. Un test de dépistage était auparavant demandé automatiquement quand on hospitalisait quelqu’un, particulièrement en psychiatrie.

  27. Il ne faut pas négliger aucun espace vert, j’ai déjà trouvé une tique sur mon chat qui avait accès à la cour arrière seulement, dans un quartier résidentiel. Plates-bandes et gazon toujours bien entretenus.

  28. Est-ce que votre fille Marianne a réussi à obtenir l’argent qu’elle avait besoin pour continuer ses traitements??

  29. Bonjour Brigitte, votre commentaire m’a beaucoup émue, parce que je suis passée par là, pour autre chose, avec les mêmes absurdités, pendant dix ans … et durant cette période j’ai entendu des témoignages de parents qui sont passés par les mêmes cauchemars pour leurs enfants atteints de maladies orphelines. Avez-vous contacté le Regroupement québecois des maladies orphelines ? Je ne sais pas ce que cela vaut, mais il y est question aussi de maladies rares dont la maladie de lyme :
    https://rqmo.org/tag/maladies-rares/
    Bon courage

  30. Bonjour à tous,
    Ici, en France, cette maladie est très répandue. Nous développons une réelle peur de la tique, à plus forte raison lors de nos promenades en forêt car les tiques peuvent également tomber des branches hautes.
    Comme pour les moustiques, il semble que certaines personnes attirent plus ces bestioles que d’autres. Personnellement, je compte par dizaines les piqûres chaque année.
    Les mesures de prévention sont tout d’abord de se couvrir entièrement et de privilégier le blanc (ça n’éloigne pas les tiques, mais on les repère plus facilement sur cette couleur). Quand on en trouve une, on lui fait sa fête jusqu’au bout car elles sont tellement coriaces que les écraser ne sert à rien. Rien de tel qu’un bon traitement à la française : qu’on lui coupe la tête ! Ensuite, douche après chaque promenade, ou séance de jardinage. Si vous avez un ami volontaire à portée de main, un passage en revue de la totalité du corps, tout nu. C’est certes un peu radical, mais ça peut créer des liens …
    Nous avons des tire-tiques, sortes de petits crochets en pastique permettant de retirer l’indésirable facilement sans laisser le rostre, ce qui serait risque d’infection. Nous en gardons toujours dans la voiture. Ne jamais utiliser de pince à épiler, et encore moins d’huile essentielle ou d’éther pour endormir la bête car elle régurgiterait dans votre corps et si elle est porteuse de maladie, c’est ce qu’on veut éviter. On ôte la tique avec le tire-tique, et on courre chez le médecin si le point de morsure rougit dans les quelques heures.
    Le danger est de ne pas s’apercevoir qu’on est piqué. On s’observe donc régulièrement. Plus encore qu’un disque plat, un cercle rouge doit alerter.
    On observera bien la peau des enfants qui ne pourront pas le faire eux-mêmes, et on les éduquera dès que possible.
    Mais si la maladie est une vraie saleté, il faut se souvenir que toutes les morsures d’entraînent pas la maladie. Donc restons sérieux, vigilants, mais ne paniquons pas !

  31. Il n’existe aucun vaccin pour les animaux de compagnie, qui protège de l’ehrlichiose ou la piroplasmose et donc maladie des tiques.. j’ignore qui vous a raconté ça,mais c’est totalement faux..Vous devez confondre avec le vaccin contre la leishmaniose et donc pour responsables,les phlébotomes..

  32. Excellent! (Vous êtes un petit rigolo, on vous l’a déjà dit? :-)) Je vis plus ou moins en forêt dans le secteur où on trouve la plus grande concentration de tiques au Québec (autour du Parc National de la Yamaska, en Estrie.) J’en suis à 7 ce printemps, dont trois piqures. Et je vous prie de croire que c’est pas parce qu’on se balade à poil hein! Il fait un temps de c… au Québec depuis trop longtemps. Le maître-mot, vous l’avez évoqué, c’est inspection. Il paraît que le modus operandi de ces bestioles seraient de se laisser choir sur une source de chaleur ou de monoxyde de carbone qui se trouveraient dans leur trajectoire gravitationnelle, si j’ose dire. Alors, toc, sur la calotte puis on se glisse sous les vêtements jusqu’au bide de papa, et on s’enfonce!

  33. Je ne connais pas ce regroupement. Je vais aller voir en quoi ca consiste. 😉

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :