Année du Truc du jour

2022: l’année du lilas

Les lilas sont parmi les arbustes (ou petits arbres) à floraison printanière les plus faciles à cultiver, appréciés pour leur ténacité, leur fiabilité et leur parfum.

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une annuelle, un bulbe, un légume, un arbuste, une vivace et une plante d’intérieur à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou d’en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Regardons alors l’arbuste gagnant pour 2022, le lilas!

2022: l’année du lilas

Présentation et historique

Le lilas nain Little Lady aux fleurs rose-lilas.
Les fleurs de lilas sont généralement tubulaires, à 4 pétales et souvent dans une nuance de lavande ou de violet. Ici, le lilas nain Little Lady™. Photo: National Garden Bureau

Chez la plupart des lilas, des grappes pyramidales de fleurs de jusqu’à 20 cm de long paraissent au printemps ou au début de l’été sur un arbuste à plusieurs tiges. Les fleurs à quatre lobes sont petites, mais nombreuses et généralement suavement parfumées. Elles persistent environ 2 semaines, 3 si le temps est frais. Les feuilles caduques sont vertes et souvent en forme de cœur.

Ce fut Linné qui nomma le genre lilas Syringa en 1753 à partir de spécimens cultivés dans les jardins botaniques d’Europe. Le nom est dérivé du mot grec syrinx, qui signifie tuyau ou tube. C’est que les tiges du lilas commun ont une moelle spongieuse qui peut être enlevée, laissant un tube qui servait à fabriquer une flûte de Pan.

Le lilas commun (Syringa vulgaris) est originaire du sud-est de l’Europe. D’autres espèces sont asiatiques. Les lilas devinrent populaires dans toute l’Europe à partir du début du 18e siècle, puis arrivèrent par bateau en Amérique du Nord vers 1750. De nos jours, on cultive les lilas dans les pays tempérés du monde entier.

Les fleurs de lilas comprennent toutes les nuances imaginables de lavande et de violet, du très pâle au très foncé. Mais on peut aussi trouver des lilas aux teintes de rouge, rose, bleu, jaune, crème et blanc. Il y a même des lilas bicolores. La couleur change souvent à mesure que les fleurs mûrissent, étant plus foncée lorsque la fleur est en bouton, plus pâle à l’épanouissement et encore plus pâle vers la fin de la floraison. Les températures chaudes font aussi pâlir les fleurs.

Les fleurons individuels peuvent être simples ou doubles.

Les fleurs des lilas sont populaires dans les jardins de pollinisateurs, car elles attirent les papillons et, dans le Nouveau Monde, les colibris.

En général, les lilas résistent bien aux cerfs et aux lapins qui mangent parfois les plantes tout autour d’eux sans les toucher. Par contre, quand ils n’ont pas d’autres sources de nourriture, ces mammifères n’hésiteront pas à les bouffer!

Espèces de lilas

Il existe environ 30 espèces de lilas, incluant les espèces hybrides. Parmi les lilas les plus connus et les plus prisés figurent:

Lilas commun dans son habitat naturel avec une montagne en arrière-plan
Lilas commun (Syringa vulgaris) dans son habitat naturel en Bulgarie. Photo: Nedelin, Wikimedia Commons

Lilas commun (Syringa vulgaris): Quand on imagine un lilas, c’est cette espèce qu’on a en tête. Les fleurs lavande — la teinte précise s’appelle universellement «lilas»! — sont plus grosses et moins tubulaires que celles de la plupart des autres espèces. Du point de vue des jardiniers, le gros défaut du lilas commun est sa tendance à produire de nombreux rejets, alors que les autres lilas n’en produisent pas ou encore, très peu. 

C’est ce lilas, ou du moins ses hybrides, qu’on appelle «lilas français», car beaucoup ont été développés en France par l’hybrideur Victor Lemoine et ses descendants à partir de 1870. Cette espèce est de taille «moyenne» pour un lilas: 3,5 à 5 m de haut et 2,5 à 3,5 m de large. Zones de rusticité 3 à 7.

Parmi ses plus de 600 cultivars, il y a: 

  • S. vulgaris ‘Ludwig Spaeth’: Cette variété fleurit un peu tardivement. Fleurs intensément parfumées, violet foncé. 1,8 à 3 m × 1 à 2 m.
  • S. vulgaris ‘Président Grévy’: Arbuste de 2,5 à 4,25 m × 0,9 à 2 m aux fleurs voyantes bleu clair qui sont très parfumées.
  • S. vulgaris ‘Président Lincoln’: Ce cultivar patrimonial a été introduit en 1916 et est considéré comme l’un des lilas les plus bleus avec ses panicules parfumées bleu lavande.
Lilas commun ‘Sensation’ à fleurs bicolores.
Le lilas commun ‘Sensation’ est unique avec ses fleurs bicolores. Photo: succulentlife@ya.ru, depositphotos

S. vulgaris ‘Sensation’: Fleurs violettes avec une marge blanche, une forme très rare chez les lilas. Bien parfumé. 2,5 à 4,5 m × 1,8 à 3,5 m. 

Lilas chinois ou lilas de Rouen (Syringa × chinensis): Fleurs parfumées pourpre lilas. Il fleurit en même temps que (climat froid), ou peu après (climat plus doux), le lilas commun. Il ne vient pas vraiment de la Chine, mais a été trouvé dans le Jardin botanique de Rouen, apparemment le résultat d’un croisement fortuit. Cette espèce est sensible au blanc. 2,5 à 3 m de haut et 2 m de diamètre. Zones de rusticité* 2b à 7. 

*Pour en savoir plus sur les zones de rusticité, consultez le billet Comprendre les zones de rusticité.

Lilas à fleurs de jacinthe avec boutons violets et fleurs lavande.
Lilas à fleurs de jacinthe (Syringa × hyacinthiflora). Photo: nahhan, depositphotos

Lilas à fleurs de jacinthe (Syringa × hyacinthiflora): Les fleurs délicieusement parfumées peuvent être simples ou doubles, s’ouvrant 7 à 10 jours avant celles du lilas commun. Contrairement à celui des autres lilas, son feuillage a un intérêt multisaison, virant aux nuances d’or, de rouge ou de violet à l’automne. Résistant au blanc. 2 à 5 m de haut et 2,5 à 3 m de diamètre. Zones de rusticité 2b à 7. 

S. × hyacinthiflora ‘Pocahontas’ est un cultivar typique, avec des fleurs simples pourpre riche très parfumées. 

Lilas hongrois (Syringa josikaea): Floraison tardive avec des fleurs lilas-violet foncé légèrement parfumées. 3 m de haut et 4 m de diamètre. Zones de rusticité 2b à 7. 

Lilas à feuilles en dentelle (Syringa laciniata): Peut pousser à l’ombre partielle. Aspect unique avec ses feuilles finement texturées à 3 à 9 lobes. Elles virent au jaune-vert à l’automne. Des panicules lâches de fleurs lavande pâle très parfumées sont portées sur des rameaux minces et arqués. 1,2 à 2 m de haut et 2 m de large. Zones de rusticité 6 (4b en site protégé) à 8.

Lilas de Mandchourie ‘Miss Kim’ en fleur avec des fleurs bleu lavande.
Lilas de Mandchourie (Syringa pubescens patula) ‘Miss Kim’. Photo: Cynthia Marie, depositphotos

Lilas de Mandchourie (Syringa pubescens patula, anc. S. patula ‘Miss Kim’): Croissance lente. Floraison tardive, avec des bourgeons violets qui s’épanouissent en fleurs lilas pâle très parfumées. Intérêt trois saisons avec des feuilles teintées de bordeaux à l’automne. 1,5 à 2 m de haut et 1,5 de diamètre. Zones de rusticité 5b (3b en site protégé) à 8.

Lilas de Corée (Syringa meyeri): Petit arbuste dense. Fleurs parfumées qui s’épanouissent en petites grappes denses. Porté à refleurir à l’automne. Sont surtout offert les cultivars ‘Paliban’, aux boutons violets s’ouvrant en fleurs rose violacé et ‘Snowstorm’, aux boutons roses devenant des fleurs blanches. 1,8 m de haut et 2 m de large. Zones de rusticité 5b (3b en site protégé) à 7.

Lilas de Perse (Syringa × persica): Les fleurs violet pâle sont délicieusement parfumées, mais n’ont pas le même effluve que le lilas commun. 1,8 à 2,5 m de haut et 1,5 à 3 m de diamètre. Zones de rusticité 4 à 7. 

Lilas de Preston ‘Miss Canada’ à fleurs roses.
Lilas de Preston (Syringa × prestoniae) ‘Miss Canada’. Photo: Neily’s Greenhouse and Gardens 

Lilas de Preston (Syringa × prestoniae): Développé à Ottawa par Isabella Preston, ce lilas fleurit tardivement — deux semaines ou plus après le lilas commun. Souvent considéré comme le meilleur des lilas, car il est facile à cultiver, fleurit abondamment non seulement à la tête, mais aussi sur les côtés, est de taille relativement restreinte et est moins sensible aux insectes et aux maladies (surtout le blanc) que le lilas commun. Et il ne drageonne pas. Il est très parfumé, mais peut décevoir à ce niveau si vous êtes un nostalgique du «parfum du lilas», car il n’a pas la même odeur que le lilas commun. 3 à 3,7 m de haut et 1,5 à 2,5 m de large. Zones de rusticité 2 à 7.

Il y a plus de 50 cultivars du lilas de Preston, dont ‘Miss Canada’ est probablement le plus populaire. Boutons rougeâtres s’ouvrant sur des fleurs rose foncé. Compact, l’arbuste ne mesure que 1,8 à 3 m de haut et de large. ‘Redwine’ aussi est facilement disponible. Fleurs magenta au parfum épicé. Un peu plus gros, il mesure 2,5 à 3 m de haut et 1,8 à 2,5 m de large.

Lilas du Japon
Le lilas du Japon (Syringa reticulata) n’est pas un arbuste, mais un arbre. Photo: TheKohser, Wikimedia Commons

Lilas du Japon (Syringa reticulata): C’est le plus grand des lilas: un véritable arbre! Et c’est aussi le lilas à la floraison la plus tardive. Les fleurs blanc crème portées à l’extrémité des branches en gros bouquets apparaissent au début de l’été, suivies de grappes lâches de capsules de graines qui durent jusqu’à l’hiver. Les fleurs parfumées rappellent l’effluve du troène. L’écorce écaillée brun rougeâtre complète l’intérêt quatre saisons. 

Si on le laisse pousser à sa guise, le lilas du Japon produit des troncs multiples, mais il est presque toujours vendu taillé de façon à laisser un tronc unique. Il mesure 7 à 9 m de haut et 4,5 à 7,5 m de diamètre. Oui, ce sont les dimensions d’un arbre de taille moyenne! Zones de rusticité 3 à 7. 

Il en existe plusieurs cultivars, dont ‘Snowdance’ est plus compact et donc peut-être un meilleur choix pour les petits terrains: 4,5 à 6 m et 4,5 à 5,5 m de large.

Un vent nouveau souffle sur le monde des lilas

Si les lilas français datant de la Belle Époque demeurent très populaires, 100 ans et plus après leur introduction, il y a aussi beaucoup de nouveautés. Voici une esquisse rapide des avancées faites dans ce domaine.

Tout pour plaire

Lilas Josée
Dans les meilleures conditions, Syringa × Josée fleurit encore et encore du printemps jusqu’au début de l’automne. Photo: Pépinière Spring Meadow Nursery

Lilas hybride nain Josée (Syringa × tribida ‘MORjos 060F’): Non seulement le lilas Josée, lancé en 1974, est-il de taille restreinte (un attrait de plus en plus recherché), mais il est remontant, fleurissant abondamment au printemps, puis sporadiquement 2 ou même 3 fois au cours de l’été et de l’automne. Il forme lentement un dôme arrondi et se couvre de grappes de fleurs rose-lilas. Aussi, il tolère mieux la chaleur que presque tout autre lilas et n’a pas besoin d’un long hiver froid pour fleurir, ce qui en fait un excellent choix alors pour les régions tempérées douces où la plupart des lilas ne réussissent pas. Il a beaucoup servi en hybridation, transmettant ses bons traits à une foule de nouveaux lilas. 1 à 1,5 m × 1,5 à 3 m. Zones de rusticité: 5b (3b en site protégé) à 9.

Lilas qui tolèrent les climats doux

Syringa × oblata ‘Betsy Ross’
Le lilas hâtif ‘Betsy Ross’ (Syringa × oblata ‘Betsy Ross’) est un lilas particulièrement résistant à la chaleur. Photo: David J. Stang, Wikimedia Commons

Les lilas ont toujours eu la réputation de mieux fleurir dans les régions froides que dans les régions chaudes. D’ailleurs, s’ils ne subissent pas un hiver froid, la plupart des lilas ne fleuriront même pas. Ainsi, les jardiniers vivant dans les régions au climat doux, en particulier ceux qui vivaient auparavant dans des zones plus fraîches et qui chérissaient la présence de lilas parfumés dans leurs jardins, ont dû pendant longtemps se passer de lilas. Mais ils peuvent désormais profiter de toutes les vertus des lilas grâce aux hybrideurs qui ont travaillé à améliorer la tolérance des lilas hybrides à la chaleur et à l’humidité de la zone de rusticité 8 et même 9… du moins, là où les hivers sont quand même un peu frais. 

Dans l’ouest américain, ces lilas thermorésistants sont de plus en plus utilisés dans le «firescaping» autour des résidences, l’aménagement d’un jardin pare-feu en vue de la prévention des incendies de forêt, car leurs feuilles et leur bois résistent aux flammes.

Voici 4 de ces lilas développés «pour le Midi». 

Lilas commun Blue Skies® (Syringe vulgaris ‘Monore’): Développé dans le sud de la Californie en vue de son climat méditerranéen, le lilas Blue Skies est un arbuste d’exception qui donne des grappes spectaculaires de fleurs bleu-lavande. Il pousse rapidement jusqu’à 3 m de haut et 1,8 m de diamètre. Zones de rusticité 4 à 8.

Lilas à feuilles de jacinthe ‘Old Glory’ (Syringa × hyacinthiflora ‘Old Glory’): Ce lilas nain atteint 2,5 à 3,25 m de hauteur et 3 à 3,5 m de diamètre, avec une abondance de fleurs bleu-violet parfumées. Il s’adapte bien aux zones de rusticité 6 à 8.

Lilas de Chine ‘Lilac Sunday’ (Syringa × chinensis ‘Lilac Sunday’): Ce lilas à floraison assez précoce atteint jusqu’à 3 m de haut et de large, fleurissant abondamment à partir de bourgeons latéraux tout le long de ses tiges arquées et pas seulement en panicules terminales comme les autres lilas. Cela peut donner une hampe de jusqu’à 55 cm de long! Fleurs parfumées lavande. Vraiment pas le lilas de grand-maman! Zones de rusticité 3 à 8.

Syringa × oblata ‘Betsy Ross’ atteint 2,5 à 3 m de haut et de large. Lilas développé par l’US National Arboretum. Ses panicules voyantes mesurent jusqu’à 35 cm de long et sont remplies de fleurs parfumées blanc pur. Elles semblent briller lorsque la lumière s’estompe au crépuscule. Zones de rusticité 5 (4 en site protégé) à 8.

Lilas nains

De nombreux jardiniers, en particulier ceux de milieu urbain, n’ont tout simplement pas la place pour les grands lilas traditionnels, mais aimeraient profiter de toute leur beauté et de tout leur parfum. Et les hybrideurs ont travaillé dur pour créer des variétés compactes. Il n’y a plus d’excuses maintenant pour ne pas profiter de la joie, du parfum et de la beauté que les lilas apportent au printemps. Ces superbes plantes pousseront même dans un bac sur votre balcon!

Lilas de Mandchourie Baby Kim® (Syringa pubescens patula ‘SMNSDTP’): C’est l’un des plus petits lilas, ne mesurant que 90 à 120 cm de haut et 90 cm de large à maturité, ce qui lui donne un port joliment arrondi. Ses feuilles vert vif mettent magnifiquement en valeur les fleurs violettes qui conservent leur coloris du début à la fin de la floraison. Zones de rusticité 4 à 8.

Lilas Flowerfesta® Pink
Lilas Flowerfesta® Pink est un choix idéal pour le jardinage en bac. Photo: National Garden Bureau

Lilas de Corée Flowerfesta® (Syringa meyeri cvs): Le lilas de Corée Flowerfesta® est disponible en trois couleurs: violet, rose et blanc. Ce qui rend ces cultivars uniques, c’est qu’ils restent compacts, soit moins de 130 cm de hauteur. Utilisez-les dans votre aménagement paysager en massif ou en bordure de plate-bande ou encore, cultivez-les en pot dans de petits jardins ou sur le balcon ou la terrasse. Les panicules de fleurs sont plus grandes que celles des autres variétés de lilas de Corée et, aussi, ces trois cultivars sont remontants (ils fleurissent plusieurs fois au cours de la saison). Et leur parfum est intense et sucré. Zones de rusticité 4 à 7.

Lilas hybride Little Lady™ (Syringa × ‘Jeflady’): Il s’agit d’une nouvelle introduction compacte qui atteint 1,2 à 1,5 m de haut et de large avec des boutons rose foncé qui s’ouvrent sur des fleurs rose-lilas. Développé au Canada, Little Lady™ est extrarustique, adapté aux zones de rusticité 2b à 7.

Lilas commun New Age (Syringa vulgaris cvs): Si vous cherchez un lilas commun nain, essayez New Age Lavender (‘G13099’), couleur lavande, et New Age White (‘G13103’), à fleurs blanches. Les deux sont super-compacts, mesurant 1,2 à 1,5 m de haut et de large, et, de plus, ont été sélectionnés pour leur bonne résistance au blanc. Leurs fleurs sont très parfumées. Zones de rusticité 3 à 7.

Lilas de Corée Pearl Potion™ (Syringa meyeri ‘JDB123WHITEHOUSE’) a un port plutôt vertical, atteignant 1,2 à 1,5 m de haut et 1,5 à 2 m de diamètre. Les fleurs parfumées blanc pur s’épanouissent à la fin du printemps, parfumant l’air comme les grands lilas. Zones de rusticité 5b (3b en site protégé) à 7.

Rang de lilas Pinktini
Lilas Pinktini™ (Syringa × prestoniae). Photo: National Garden Bureau

Lilas de Preston Pinktini™ (Syringa × prestoniae ‘Jeftin’) est nouveau dans les jardineries au printemps 2022. Dressé, mais compact, il mesure environ 1,5 m de haut et 1,2 m de large, ce nouveau cultivar canadien à fleurs roses est idéal pour les petits espaces, assurant un bon début à la saison de floraison dans les climats froids. Pinktini est plus compact et au port plus ordonné que le lilas de Preston classique ‘Miss Canada’. Zones de rusticité: 2 à 7. 

Lilas à fleurs de jacinthe Scentara® (Syringa × hyacinthiflora cvs): Cette série réussit aussi bien dans les climats tempérés chauds (zone de rusticité 8) que dans les climats très froids (zone 2). Avec un port nain et l’un des meilleurs parfums de tous les lilas combinés à une bonne résistance au blanc, ils s’intègrent bien dans n’importe quel jardin. Scentara Pura® (‘SMNSHSO’) atteint 1,2 à 1,8 m de haut et de large, portant des fleurs violettes intensément parfumées. Scentara® Double Blue (SMNSHBBL), de son côté, atteint 1,8 à 2,5 m de haut et de large et est un incontournable avec ses grandes grappes de fleurs doubles bleu-lavande très odoriférantes.

Lilas commun Sugar Plum Fairy® (Syringa vulgaris ‘Bailsugar’): Ce cultivar atteint 1,2 m de haut et 1,5 m de large. Sa floraison un peu tardive donne des grappes de fleurs rose-lilas au parfum épicé particulièrement séduisant. Zones de rusticité 3 à 8. 

Lilas hybride Tinkerbelle® (Syringa × ‘Baildust’): C’est un superbe lilas aux bourgeons rouge vin qui s’ouvrent pour révéler des fleurs rose foncé au parfum épicé. 1,5 à 1,8 m de haut et 1,2 à 1,45 m de large. Zones de rusticité 5 (3 en site protégé) à 7.

Lilas remontants

Quoi de mieux qu’un lilas parfumé? Un qui fleurit deux fois ou plus par an! En voici quelques variétés:

Lilas Little Darling® (Syringa × ‘SMSDTL’): Il produit de grandes grappes de bourgeons violet foncé s’ouvrant en fleurs classiques de teinte lilas. Floraison abondante au printemps, avec une deuxième floraison plus légère à l’automne. Compact (1,2 m de haut et de diamètre) avec une forme joliment arrondie, parfait pour les bacs et la bordure mixte. Tolère une sécheresse légère et périodique lorsqu’il est établi. Zones de rusticité 5 à 8.

Lilas Bloomerang® Dark Purple.
Lilas Bloomerang® Dark Purple. Photo: National Garden Bureau

Lilas nain hybride Bloomerang® (Syringa × cvs): Les lilas de la série Bloomerang® sont des lilas de taille restreinte choisis spécifiquement pour leur capacité de refleurir plusieurs fois par saison. Ils donnent une profusion de superbes grappes de fleurs étoilées au parfum doux au printemps, assez pour presque recouvrir la plante, puis refleurissent moins abondamment au milieu de l’été. Selon le climat, ils peuvent reprendre encore une ou deux fois, jusqu’au premier gel. Résistants aux maladies. Zones de rusticité 4 à 7.

Bloomerang® Dark Purple (Syringa × ‘SMSJBP7’): 1,2 à 1,8 m de haut et de large avec des fleurs violet foncé. Bloomerang® Dwarf Pink (Syringa × ‘SMNJRPI’): 60 à 90 cm de haut et de large avec des fleurs rose pur. Bloomerang® Dwarf Purple (Syringa × ‘SMNJRPU’): comme Bloomerang® Dwarf Pink, mais avec des fleurs violettes. Bloomerang® Purple (Syringa × ‘Penda’): 1,2 à 1,5 m de haut et de large et porte des fleurs violettes.

Les lilas dans le jardin

Les lilas ont une myriade d’utilisations dans le jardin. De plus, de nouvelles dimensions, un éventail plus large de zones de rusticité et la capacité de plusieurs lilas de remonter (refleurir) les rendent encore plus attrayants et accessibles aux jardiniers qui n’ont peut-être pas pensé à les cultiver dans le passé.

Lilas utilisé comme plante accent.
L’utilisation classique d’un lilas est comme plante d’accent, planté en isolé pour attirer tous les regards. Le cultivar ici: est Syringa × Virtual Violet® (‘Bailbridget’). Photo: National Garden Bureau

Ces plantes sont à l’aise dans de nombreux types de jardins à thème, y compris le jardin de pollinisateurs, de papillons, de fleurs coupées, de parfums, de cottage, anti-cerfs, pare-feu et unicolores (blanc, violet, etc.). Les lilas sont parfaits pour les plantations de masse, formant ainsi une haie fleurie, une bordure, un brise-vent, une plantation de fondation ou une haie d’intimité ou de protection. Les lilas de toutes tailles peuvent être des plantes d’accent impressionnantes. Ces arbustes polyvalents sont aussi à l’aise en marge d’un jardin de sous-bois qu’en milieu urbain. En bac, les petites variétés deviennent des plantes d’accent mobiles. Les couleurs des lilas se marient si facilement qu’elles sont magnifiques dans un groupement ou une haie mixte où se mélangent de nombreux cultivars différents.

En général, les lilas résistent bien aux cerfs et aux lapins qui mangent parfois les plantes tout autour d’eux sans les toucher. Par contre, quand ils n’ont pas d’autres sources de nourriture, ces mammifères n’hésiteront pas à les bouffer!

10 conseils sur la plantation de lilas

Pelle creusant un trou de plantation
Planter un lilas est assez basique. Essentiellement, il suffit de creuser un trou et de planter! Photo: Yunava1, depositphotos
  1. La plupart des lilas se portent bien dans les régions tempérées froides à moyennes, soit des zones de rusticité 3 à 7. Normalement, donc, un climat qui profite d’un long hiver froid. Pour trouver votre zone ou pour obtenir des explications sur les zones de rusticité, cliquez sur Comprendre les zones de rusticité.
  2. Les lilas poussent mieux en plein soleil. Évitez donc de les planter là où ils seront ombragés pendant plus de quelques heures chaque jour.
  3. Les lilas ont besoin d’un bon drainage et d’un sol fertile. Le sol doit retenir suffisamment d’humidité pour soutenir leur système racinaire, tout en se drainant librement lorsque les précipitations sont abondantes.
  4. Testez le drainage avant la plantation. À cette fin, creusez un trou de 20 cm de diamètre et de 30 cm de profondeur. Remplissez-le d’eau. S’il reste de l’eau dans le trou après une heure, choisissez une autre aire de plantation.
  5. Les lilas aiment les sols fertiles un peu plus alcalins que la plupart des autres arbustes. Un pH de 6,5 à 7 serait parfait. Si votre sol est très acide, ajoutez de la chaux de jardin à l’automne.
  6. Choisissez un espace de plantation qui permettra leur croissance future. Lisez l’étiquette de la plante quant à la hauteur et au diamètre de la plante à maturité.
  7. Creusez le trou de plantation aussi profond que la motte de racines et deux fois plus large.
  8. Placez la plante dans le trou. Elle doit être au même niveau de sol que dans son contenant. Il peut être utile de saupoudrer la motte d’un inoculant mycorhizien, surtout si le sol où elle sera plantée est perturbé.
  9. Remplissez tout autour de la motte avec le remblai. Il n’est pas recommandé d’améliorer la terre avec des ajouts de compost, de bonne terre et surtout de terre noire. Appuyez fermement sur la terre déposée pour éliminer les poches d’air.
  10. Arrosez bien.

Soyez patient!

Les lilas sont souvent vendus en fleurs. Après tout, leur belle floraison est probablement ce qui vous a attiré vers cette plante en particulier! Cependant, ils ont besoin de temps pour «s’installer» et refaire un système racinaire robuste avant de refleurir. La plupart recommencent à fleurir après 3 ou 4 ans, mais certains peuvent prendre jusqu’à 6 ou 7 ans. Aussi, il est possible que le vôtre fleurisse dès son jeune âge, mais seulement faiblement. Ne vous inquiétez pas, la floraison augmentera avec le temps.

8 conseils sur la culture des lilas

  1. Arrosez vos lilas régulièrement pendant les deux premières années si la pluie fait défaut: au moins 2,5 cm d’eau par semaine.
  2. Appliquez un engrais organique granulaire tôt chaque printemps à la base de la plante. Arrosez-le bien pour qu’il pénètre dans le sol. Les boutons floraux se préparent l’année précédente, de sorte que l’engrais nourrira les feuilles de l’année courante et les fleurs de l’année suivante.
  3. La taille annuelle n’est pas nécessaire, mais beaucoup de gens aiment supprimer les tiges florales après la floraison. Si vous y procédez, faites-le dans le mois qui suit la floraison, sinon cela peut affecter négativement la floraison de l’année suivante.
Lilas entouré de drageons.
Les cultivars du lilas commun (Syringa vulgaris) ont tendance à produire beaucoup de drageons. Il est préférable de les retirer lorsqu’ils sont jeunes, car leur présence peut nuire à la floraison. Photo: godscroissancegarden.com
  • Rabattez ou arrachez les drageons, sinon ils prolifèrent et forment une dense colonie, ce qui nuit à la floraison.
  • Rajeunissez une plante devenue trop grosse ou qui fleurit peu en coupant un tiers des branches les plus anciennes à 30 à 40 cm du sol. Faites-le sur une période de trois ans pour rajeunir la plante peu à peu. Si vous rabattez toutes les branches en même temps, le lilas prendra 3 ans avant de refleurir, car il réagit à une taille aussi sévère en produisant de jeunes tiges à croissance rapide, mais qui ne sont pas encore assez mûres pour fleurir. Mais si vous rabattez un tiers des branches chaque année, cela laissera toujours sur l’arbuste un nombre de branches assez matures pour fleurir.
  • Le blanc (oïdium) couvre parfois les feuilles à la fin de la saison. Il est peut-être inesthétique, mais ne nuit généralement pas à la plante. Pour essayer de le prévenir, vous pouvez vaporiser 28 g de bicarbonate de soude dans 4 l d’eau avec quelques gouttes de savon insecticide, de savon liquide Ivory ou de savon noir. Vaporisez la solution sur les feuilles, mais pas si la température dépasse 27°C. L’alcalinité de la solution aide à tuer les spores du champignon. Plusieurs cultivars sont résistants au blanc et n’auront aucunement besoin de ce traitement.
  • Râtelez le sol à l’automne s’il se recouvre de tant de feuilles mortes qu’il demeure détrempé. Ajoutez-les simplement à votre tas de compost. (Oui, même les feuilles atteintes du blanc peuvent aller au compost.)
  • À tout moment: taillez toutes les branches mortes ou cassées causées par le vent, l’hiver ou autres.

Cet article a été adapté d’une fiche d’information écrite par Cathy Wilkinson Barash pour le National Garden Bureau et est fourni à titre de service éducatif par cette association. 

Article traduit et adapté de l’américain par Larry Hodgson.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

28 comments on “2022: l’année du lilas

  1. Christine

    Bonjour cher Mr Hodgson, Cordial merci pour ce superbe article sur le lilas et pour toutes ces belles photos. Vivement un énorme bouquet de lilas dans la maison et vivement aussi de pouvoir respirer leur parfum. Beau dimanche et prenez bien soin de vous.

  2. Une véritable encyclopédie du lilas !

    « C’est que les tiges du lilas commun ont une moelle spongieuse » ….et certaines sont même creuses, comme celle du seringat (Philadelphus, hydrangeacée) dont le nom a la même racine : j’en ai un morceau de tige, « sous le nez » sur mon bureau.
    Dans ma région, la floraison du lilas est le signal du début de la plantation des pommes de terre, ce qui ne les empêche pas d’être parfois victimes d’une tardive gelée de mai.
    La couleur lilas me rappelle une petite chanson enfantine :

    Mon âne, mon âne a bien mal à sa tête
    Madame lui a fait faire un bonnet pour sa tête
    Et des souliers lilas lala,
    Et des souliers lilas.

  3. Véronique Paquette

    Un article très intéressant, en effet!!! Merci, monsieur Hodgson!
    Je suis une amoureuse des lilas… J’ai plus d’une vingtaine de cultivars chez moi… Mon seul problème est devenu l’espace sinon j’en aurais sans doute ajouté quelques-uns de plus! ; )

  4. Dominique

    J’ai lu dernièrement le très beau roman du québecois Eric Dupont : La route du lilas .
    Je le recommande !
    Belle journée

  5. Denise B. Québec, Qc

    Chez moi, mes lilas sont « tardifs ». J’ai 3 massifs répartis sur le terrain et qui me font le plus grand plaisir de fleurir après ceux des voisins. Donc, je profite de leurs parfums pendant plusieurs semaines. À chaque fois que j’hume son parfum, je me ferme les yeux et me laisse transporter…ailleurs!! 👩‍🌾🌻

  6. Monique Bourbeau

    Très intéressant! Les Lilas nains cultivés en pots: doit on enterrer le pot pour l’hiver?

  7. Merci pour toutes ces informations sur la lilas. J’aurais aimer que vous mentionniez les ravageurs; les scarabées japonais sont impitoyables avec mon lilas japonais et tous mes efforts pour le protéger semblent bien inefficaes.

  8. Bonjour, pour les amateurs de lilas, connaissez-vous le Musée des lilas en Beauce? Je me permets de laisser ça ici,
    https://www.lemuseedeslilas.com/

  9. lucille thompson

    cher Monsieur, je ne savais pas qu.il y en avait autant!!!! j’aimerais rustique genre indigène, résistant ( froid) , un penchant pour les nains (pas les plus petits) floraison la plus longue possible, ton de rose (je vais avoir 70 ans)croissance la plus rapide possible, vous me conseillez quoi merci beaucoup vous êtes si généreux!! L.T.

    • Il ne m’est plus possible de répondre aux questions individuelles. Vous pouvez toutefois les poser sur le Forum (https://jardinierparesseux.com/forum/) ou encore, utiliser l’outil de recherche sur la page du blogue pour voir si un billet passé pourrait répondre à votre interrogation.
       
      Bon jardinage!
       
      Larry Hodgson

  10. ryndam1962

    bonjour je demeure au 5em etage j’aimerai avoir un petit lilas en pot quelle varieté me conseillez vous merci

  11. Skippy Lebrun

    Je viens de regarder avec Google Streetview la maison dans laquelle j’ai grandi dans les années ’60. Les petits lilas que mon père avait planté sont toujours là, et en fleurs, en plus!

  12. johanne leboeuf

    bonjour, quelle est la bonne méthode pour pouvoir faire un bouquet. Chaque fois que j’ai essayé, les fleurs ont fanné très rapidement. merci

  13. Ping : 2022 - L'année du lilas < CLUB IRIS

  14. rejean filiatrault

    Musée des lilas a St Georges ???

  15. Pierre Piché

    Département des miracles !!! Il y a 4 ans, nous avons acheté une propriété sur laquelle il y a entre autres un lilas blanc plus tardif et extrêmement odorant. Cette année, il a donné des fleurs de la couleur du lilas commun dans la même période ce dernier. 😵‍💫
    J’ai beau faire des recherches, je ne trouve rien concernant cet étrange phénomène. Doit-on organiser des processions avec soirées de prières devant cet arbre miraculeux? Quelqu’un a des explications à propos de changement de couleur des lilas?

  16. Pierre Piché

    Merci pour l’information 😉

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :